Documents iconographiques concernant Maximilien ROBESPIERRE

 

Le fait dĠavoir insŽrŽ ici des documents concernant mon cousin Maximilien ROBESPIERRE nĠimplique nullement une approbation des excs (des crimes ?) commis en 1793-1794 sous son impulsion, ou tout au moins avec son approbation. Les photos proviennent la collection BARBIER aux AD de Dainville (62).

 

 

Maximilien ROBESPIERRE est baptisŽ ˆ Arras, paroisse la Madeleine, le 6 mai 1758. Il est le fils de Maximilien BarthŽlŽmy ROBESPIERRE, avocat au Conseil dĠArtois, et de Jacqueline CARRAULT, fille dĠun brasseur de bire. Lors du contrat de mariage du 2 janvier 1758, Maximilien BarthŽlŽmy ROBESPIERRE se voit attribuŽ une somme de 2000 livres (40000 euros de lĠan 2004) par ses parents, et Jacqueline CARRAULT une somme de 5000 livres (100000 euros 2004).

 

 

ROBESPIERRE en 1786

 

 

 

ROBESPIERRE dŽputŽ en 1789

 

 

 

ROBESPIERRE en 1789

 

 

 

ROBESPIERRE en 1794

 

 

Le 6 juin 1794, Maximilien ROBESPIERRE, vtu de son habit bleu ciel, et grandi sous le panache tricolore, prononce ici une longue rapsodie en faveur de lĠEtre Suprme. En rentrant ˆ la tte des dŽputŽs aux Tuileries, il entend les ricanements de ceux qui trouvent quĠil a dŽpassŽ la mesure : un vent de rŽvolte court. COUTHON fait alors voter la loi du 22 prairial an II (10 juin 1794), destinŽe principalement ˆ Žcraser les derniers ennemis de Maximilien. Durant les sept semaines qui suivent, 1376 victimes sont guillotinŽes. La Terreur rgne dans Paris consternŽ mais sans son soutien, le peuple estimant injustifiŽ la prolongation de celle-ci, vu les victoires contre les ennemis tant intŽrieurs quĠextŽrieurs.

 

 

Maximilien ROBESPIERRE, prononce ici le soir du 8 thermidor an II (26 juillet 1794) un discours au Club des Jacobins, o il attaque nommŽment COLLOT dĠHERBOIS et BILLAUD-VARENNE prŽsents qui doivent se retirer sous les huŽes (ˆ gauche sur la gravure ?). On crie ˆ leurs trousses : Ç ˆ la guillotine ! È. ROBESPIERRE rentre paisiblement chez les DUPLAY o il demeure, mais ses adversaires, y compris les anciens amis dĠHEBERT et DANTON, ourdissent leur complot. Le mme jour, Maximilien ˆ la Convention avait parlŽ dĠŽpurer les comitŽs, plongeant dans lĠeffroi FOUCHƒ, TALLIEN, BARéRE, VADIER, et ses amis de la Montagne, sur lesquels il rejetait les crimes commis ˆ cette Žpoque .

 

 

 

Gravure satirique reprŽsentant ROBESPIERRE, SAINT-JUST, COUTHON

se partageant la RŽpublique

 

 

Maximilien ROBESPIERRE demeurait ˆ Paris chez le citoyen DUPLAY menuisier, vivant frugalement et ne buvant que de lĠeau, ne voulant comme distractions que les soirŽes de la famille DUPLAY. Peut-tre allait-il Žpouser ElŽonore ou Elisabeth, lĠune des filles de son logeur, sans les ŽvŽnements tragiques du 9 thermidor. Chaque jour, Maximilien allait ˆ pied aux sŽances de la Convention, sans garde du corps !!

 

 

ROBESPIERRE vu par les Anglais

 

 

 

ROBESPIERRE vu par les Allemands le 10 thermidor an II !

 

 

 

ROBESPIERRE en 1794

 

 

ROBESPIERRE Žtendu sur une table la nuit du 9 au 10 thermidor

 

 

 

 

 

Un jugement sur ROBESPIERRE