Actes notariŽs

(contrats de mariage, actes de vente)

concernant des habitants d'Acq

Tome 1

 

 

Epoque: XVIIe et XVIIIe sicles

(L'orthographe d'origine a ŽtŽ respectŽe au mieux; une ponctuation a ŽtŽ ajoutŽe.)

 

Glossaire de quelques

termes intervenant souvent dans les actes

 

1) Un flŽgard est un chemin vicinal propriŽtŽ publique, le plus souvent bordŽ dÕarbres. En Picardie et en Flandre, c'est une place commune. Un rindeau est une butte de terre, une petite terrasse sŽparant deux parcelles. Le warrat est le fourrage.

 

2) En Flandre et en Artois, un manoir est lÕensemble des terres et b‰timents, clos de haies branchages ou murailles, qui constituent une exploitation agricole. Amazer signifie b‰tir, couvrir de b‰timents, Ždifier. Un manoir amazŽ est donc une parcelle b‰tie et close. Un manoir peut tre amazŽ de maisons, de granges, dՎtables. Un propriŽtaire forain est un propriŽtaire qui ne rŽside pas dans le lieu o ses biens sont situŽs.

 

3) UnitŽs de mesures:

* pour les surfaces: une mesure dÕArras, ou mencaudŽe d'Arras = 4291 m2 = 4 quartiers = 4 boistellŽes = 4 coupes = 100 verges; un quarreau = 6 verges 1/3.

On note qu'un hectare Žquivaut ˆ 2 mesures 1/3.

* pour les grains: une rasire d'Arras, ou mencaud d'Arras = 86,30 litres pour le blŽ (le rŽcipient est rempli Lj rasÈ), un peu plus pour l'avoine (le mme rŽcipient est rempli Lj combleÈ); une rasire de blŽ dur ˆ 14 % d'humiditŽ pse 60 kg; une rasire contenant quatre boisseaux, un boisseau de blŽ pse donc 15 kg.

Une mencaudŽe est la surface qui peut tre ensemencŽe avec le grain contenu dans un mencaud. Un journal (environ une mesure) est la surface pouvant tre travaillŽe (labourŽe, fauchŽe) en un jour par un journalier.

 

4) Imp™ts et anciennes redevances:

* Chapon : droit seigneurial payŽ (en nature) par les vassaux d'une seigneurie, estimŽ ˆ 16 sols. La poule de censive est ŽvaluŽe ˆ 10 sols.

* Fouage: redevance seigneuriale exigŽe sur les biens roturiers pour chaque feu.

* Terrage ou champart: droit seigneurial de 10 gerbes l'une. Il se paie avant la d”me.

* Un franc-alleu est une terre libre de tout imp™t. En Artois, o l'on suit la rgle Ç nulle terre sans seigneur È, beaucoup d'alleux avaient ŽtŽ transformŽs en censives, afin de soumettre le plus possible de terres aux redevances foncires. Dans l'ancien droit fŽodal, une tenure ou tennement dŽsigne tout droit de possession autre que l'alleu. On distingue deux types de tenure: fief ou tenure noble, et censive ou tenure roturire. Une mouvance est la dŽpendance d'un fief ˆ l'Žgard d'un autre.

* Au XVIIIe sicle, la tenure est considŽrŽe comme une propriŽtŽ: le paysan la tient en usufruit ˆ titre hŽrŽditaire, il peut en disposer entre vifs ou par testament; il est dŽtenteur du Ç domaine utile È mais n'a qu'une propriŽtŽ incomplte. Le pouvoir royal a dŽpouillŽ le seigneur de sa souverainetŽ, mais en droit privŽ ce dernier conserve la propriŽtŽ Ç Žminente È de la terre, soumise ˆ des droits ˆ son profit. Le paysan propriŽtaire d'une censive est assujetti au paiement annuel du cens. On peut rŽsumer ainsi: Ç celui qui a le domaine utile se nomme propriŽtaire, celui qui a le domaine direct se nomme seigneur È.

 

5) Termes de droit:

* ab intestat: sans testament.

* entravestissement: entre mari et femme, entravestir signifie se faire un don mutuel au dernier vivant. Selon le Coutumier d'Artois, Ç il y a deux manires d'entravestissements, l'un appelŽ entravestissement par sang, qui se cause quand il y a enfant issu du mariage, l'autre appelŽ entravestissement par lettres quand deux conjoints comparaissent devant deux eschevins et recoignoissent l'amour de mariage qu'ils ont l'un ˆ l'autre, et en iceluy dŽmonstrant la femme va baiser son mary en la prŽsence des dits ŽchevinsÈ. Plus loin: Ç aprs le dŽcs du premier mourant, au survivant sont, compettent et appartiennent, tous les biens meubles maisons terres et hŽritages, estant s mettes (limites) du dit eschevinageÈ.

* hŽritage cottier: hŽritage tenu en redevance roturire, assujetti au cens.

* obvention: profit inattendu, gain accidentel.

* principaux deniers: prix payŽ sur le principal d'un achat; d'aprs le Coutumier de Douai Ç vente et achat d'hŽritages, maisons et autres choses faites verbalement, ne fournissent ou acceptent les vendeurs et acheteurs, ainsi passent iceux par intŽrt de restitution de deniers ˆ Dieu, vin, charitŽ, et principaux deniers faits par l'entreteneurÈ.

* bien en eschevinage: ˆ Arras, c'est un bien tenu par l'autoritŽ des Žchevins (magistrats municipaux); d'aprs le Coutumier d'Artois: Ç si a la dame pour le droit de veuve, en terre tenue par eschevinage, la moitiŽ tant comme elle vit, et si elle a enfants elle l'a en hŽritage, et s terres tenues en cens ou en cotterie, elle n'a rienÈ. On dŽclare aussi: Ç les hŽritages d'eschevinage eschŽent aux plus proches hŽritiers, ˆ compte de testes, sans empchement d'entravestissementÈ.

* entretennement et accomplissement: entretien, maintenue de certaines choses, continuation.

* retrait lignagier: droit pour un homme de mme lignage (parentŽ) qu'un dŽfunt, de racheter un bien aliŽnŽ. AliŽner un bien est le faire passer au pouvoir d'autrui.

* saisine: en Artois, la saisine (ou entrŽe) est un Ç droit dž au seigneur foncier et censuel par le nouvel acquŽreur quand il est ensaisinnŽ et mis en possession de l'hŽritage censuel È. La saisine est la transmission des biens d'une personne ˆ une autre.

* rente: rente foncire d'un immeuble ˆ titre fŽodal; les rentes par lettres doivent tre rachetables pour le prix d'achat.

* douaire: droit qu'on assure ˆ la femme de jouir au dŽcs du mari de certains biens de la communautŽ. C'est un usufruit au profit de la femme survivante.

Le douaire prŽfix est dŽterminŽ d'avance: c'est tout ce qui doit retourner ˆ la femme soit sa dot mobiliaire, soit son prŽciput et tous autres avantages Žcrits sur son contrat de mariage; pour Philippe II d'Espagne en 1566 le douaire prŽfix est constituŽ de la Ç dot et portement de mariage È et de Ç tout gain et profit È.

Le douaire coutumier est acquis sur tous hŽritages dont le mari est saisi au jour du mariage et sur les acquts de ce mariage, pour lequel droit de douaire lui appartient la moitiŽ en fief en tous profits et revenus, et en cottire pour un tiers. La veuve qui prend son douaire prŽfix se prive du coutumier et inversement; ils sont au choix de la veuve.

* acquest: bien acquis par un acte juridique.

* conquest: bien acquis par les Žpoux depuis le mariage.

* minute : original dÕun acte authentique Žcrit en petits caractres (menus ou minutieux).

* gros : copie authentique dÕun acte (en gros caractres).

* authentique: acte dont la certitude est inattaquable.

* ˆ qui il appartiendra: ˆ ceux dont le r™le, le devoir, est de faire exŽcuter la dŽcision dont est question.

senatus consulte Veleian: dans l'antiquitŽ romaine un senatus consulte est une dŽcision du SŽnat. Le senatus consulte Veleian (ou Velleyan) est le senatus consult de Velleius Tutor et Silanus donnant ˆ la femme un droit sur les biens de son mari par privilge sur les autres crŽanciers. Le statut vellŽien fut d'usage en France jusqu'en 1606. Si qua mulier veut dire: concernant la femme mariŽe. Dans le cartulaire de Pontoise, on cite: Ç renonans la dite PŽronnelle ˆ toute exception de son douaire au bŽnŽfice de Valleyan, ˆ la loi d'Adrian, au droit du senatus consult È.

* part du quint : cinquime dÕhŽritage laissŽ par certaines coutumes au cadet.

 

6) Termes utilisŽs dans les actes de vente:

* vin du marchŽ: le vin que ceux qui viennent de conclure un marchŽ boivent ensemble.

* pot-de-vin : pourboire , dont le chiffre est connu ˆ lÕavance, ou gratification dže ˆ lÕoccasion de la vente de bestiaux ou produits agricoles, et que lÕacquŽreur promet de verser au domestique du vendeur en sus du prix convenu.

* Žpingles : don ou gratification quÕon accorde ˆ une femme pour un service rendu, ou quand on conclut un marchŽ avec son mari. Se dit de ce quÕon ajoute au prix convenu en payant sa marchandise ; les Ç Žpingles È des femmes sont lՎquivalent du Ç pot-de-vinÈ des hommes.

* licitation : vente aux enchres dÕun bien indivis obtenu par hŽritage.

 

 

 

Table des actes

 

date :

personnes impliquŽes:

nature de l'acte :

(et notaires)

28-10-1695

Alexandre DE LE VOYE et Marie Anne CRETON

CM (Mannessier)

10-11-1695

Jean DE LE VOYE et No‘lle CRETON

CM (Mannessier)

31-3-1701

Guislain HENRY et Guislaine WARNIER

CM (Mannessier)

.-5-1702

Guislain WARGNIER et Marie Jeanne DHOUSDAIN

CM (Mannessier)

2-4-1706

Pierre CASTELAIN et Marie Anne DUPUICH

CM (Mannessier)

24-4-1711

les hŽritiers de Benoist DUBOIS et Jenne CAPY

partage (Mannessier)

9-4-1712

Philippe DUBOIS et Julien WAVELET

Bail (Mannessier)

30-10-1713

les hŽritiers de Benoist DUBOIS et AndrŽ BRODEL

Bail (Mannessier)

3-2-1714

Jean Toussaint HERBET et Guislaine Laurence GENEL

CM (Mann. et Henry)

5-12-1714

Jean CRETON et Antoine PIOT

Bail (Mann. et Henry)

5-2-1715

Franois FOURNEZ et Bergitte DE MONCHY

CM

2-8-1717

Mathias PROUVEUR et Franoise DESAULTY

hŽritage (Mannes.)

16-4-1718

Jean Jacques GERNƒ et Marie BOURDREZ

CM (Mannes., Henry)

11-5-1720

Jean Baptiste BOURDREZ et Anne Franoise GENEL

CM (Manne., Bonart)

10-2-1721

Alphonse COUSTIAU et Marie Louise CUISINIER

CM (Mannes., Henry)

2-10-1728

Guislain COLIN et Marie Catherine CHRESTIEN

CM

24-5-1729

Jean LEFETZ et Marie ThŽrse BOCQUET

CM (Baillet, Crochart)

24-6-1732

Guislain BACQUEVILLE et Marie Joseph BONVARLET

CM (Daillet, Mathieu)

24-7-1732

Jean Franois GENELLE et Marie Anne J BOURDREL

CM (Pruvost, Daillet)

12-2-1733

Philippe LIƒNART et Anne Theresse TENEL

CM (Pruvost, Daillet)

22-6-1735

Jean DERUELLE et Claire Franoise WARNIER

CM (Pallette, Taffin)

31-10-1736

Jean Baptiste HAVERLAN et Marie Rose BRETON

CM (Boutt., Pruvost)

9-10-1737

Jean Fran. DELANNOY et Marie Guislaine BACQUEVILLE

CM (Boutte, Ridon)

9-10-1737

Mathias BERLAIRE et Marie Guislaine BACQUEVILLE

Bail (Bouttem, Ridon)

29-7-1739

Albert CUISINIER et Charles Guislain COURCOL

Obligat. (Bou., Maes)

29-7-1739

Charles Joseph MATHON et Albert CUISINIER

vente (Bou., Maes)

4-4-1741

Guislain GENELLE et Marie Anne DELESCOLLE

CM (Pallette, Grenier)

24-5-1741

hŽritiers Antoine MATHON et Marie Claire WACHEUX

partage

2-9-1741

Jean Franois COLIN et Marie Anne WARNIER

CM (Pruvost)

12-1-1742

Pierre FENET et Anne Marguerite DESGARDIN

CM (Boutte., Ridon)

27-3-1742

Marie Catherine WARNIER et autres

accord (Pruvost)

21-4-1742

Pierre Guislain DELABRE et Marie ThŽrse CRETON

transact. (Bo, Ridon)

22-2-1743

Jean BONNART et Marie Michelle DUVAL

CM (Pruvost)

14-6-1743

Philippe DE SAINT LEGER et Marie AngŽlique HERBET

CM (Bout., Gambier)

18-11-1746

Jean Baptiste HENRY et M. Antoinette CRETON

CM (Bout., Gambier)

20-3-1748

Jean Baptiste COLIN et Michel DHOUDAIN

trans. (Boutte., Let.)

7-10-1749

Anne J DAILLET ˆ Marie Anne WARNIER

vente (Bo., Grosse.)

31-3-1750

Marie Anne WARNIER veuve de Jean Franois COLIN

Transa. (B., Locquet)

13-7-1750

Marie Anne WARNIER et Jean Baptiste COLIN

Quitta. (B., Locquet)

13-7-1750

Pierre Dominique COLIN et Marie Anne WARNIER

CM (Bout ., Cocquel)

4-9-1750

Jean Franois COLIN et autres

parta. (Bou., Bellire)

18-9-1750

Jean Baptiste BACQUEVILLE et Anne M. LEFETZ

CM (Henry, Citerne)

16-10-1750

Marie Isbergue COUTEAU et Pierre Dominique COLIN

Bail (Boutt., Bellire)

23-11-1750

Julien WARGNIER, FŽlix WARGNIER et autres WARGNIER

partage

18-1-1751

Jacques CUISINIER et Marie Barbe Louise DƒGARDIN

CM (Henry, Jouenne)

19-1-1751

Pierre Guislain BERNARD et Marguerite ALLART

parta. (Henry, Ridon)

15-4-1751

Guislain BERNARD et Guislaine WARNIER

CM (Henry, Citerne)

15-4-1751

Jean Baptiste COLIN et autres

parta. (Bou., Bellire)

21-5-1751

Pierre Joseph MONCHY et Marie Claire FOURNET

CM (Henry, Citerne)

7-6-1751

Franois HENRY et sa fille Marie Claire HENRY

inventaire des biens

7-6-1751

Pierre Jo BERNARD et M Claire HENRY

CM (Cordier, Blondel)

9-7-1751

Pierre Guislain BERLAIRE et Marie Agns DUPUIS

CM (Henry, Taffin)

14-7-1751

FŽlix WARNIER et Jeanne Franoise GENEL

CM

5-4-1752

Guislain Michel LAMBERT et Jeanne Franoise FOURNEZ

CM

17-11-1752

Jean Charles CAFFART et M Jo COLIN

CM (Bouttemy)

21-2-1753

Guislain ALLART et Marie ThŽrse WARNIER

CM (Henry, Letombe)

21-2-1753

enfants Jacques ALLART et Marie Agns BACQUEVILLE

partag. (Henry, Leto.)

21-2-1753

Jacqueline ALLART et Guislain ALLART

donati. (Henry, Leto.)

27-12-1753

Jean LEFETZ et Pasquetz LEFETZ

vente (Henry, Leto.)

19-7-1754

Michel Quintin DHOUDAIN et Jean Baptiste COLLIN

trans. (He., Thomas)

23-7-1754

Jean Guislain ALLART et Anne Marie DELABRE

CM (Bouttemy)

21-9-1754

Alphonse COUTIAU et Jean Ghislain ALLART

vente (Hen., Citerne)

21-9-1754

Jean Ghislain COUTIAU et Jean Ghislain ALLART

Žchan. (He., Citerne)

21-9-1754

Alphonse COUTIAU et Guislain BERNARD

vente (Henry, Citer.)

21-9-1754

Alphonse COUTIAU et FŽlix WARNIER

vente (Henry, Citer.)

4-10-1754

Julien WARNIER et Philippine LEFEBURE

CM (Henry, Citerne)

30-6-1756

Guislain WARNIEZ et Marguerite Joseph GARBET

CM (Henry)

19-2-1757

Jean Baptiste LAZARE et Albert CUISINIER (moulin dÕAcq)

procuration ˆ Douay

2-4-1757

Albert CUISINIER et Marie Guislaine DE CAUCHY (id)

tran. (Hen., Thomas)

15-4-1757

Franois J COUTIAU et Guislain ALLART

vente (He., Jouenne)

25-6-1757

Pierre Guislain GENEL et Marie Joseph BAYART

CM (Henry, Jouenne)

16-1-1758

Marie Jacqueline MOREL et Jean Baptiste HENRY

vente (Bossu, Desh.)

29-3-1758

Pierre Guislain CRETON et Julienne WARNIER

CM (Bossu)

29-3-1758

partage entre JB et Pierre Guislain CRETON

partage

20-5-1758

Antoine GENEL et Anne Teresse BEUDART

CM (Henry, Denis)

20-8-1758

Mathias POUCHIN et Marie Anne DON

Žchange (Bossu, Le.)

4-9-1758

Jean Guislain BACQUEVILLE et Antoine BACQUEVILLE

vente (Henry, Denis)

11-11-1758

hŽritiers de Guislain GENEL

partage

12-1-1759

Pierre PETIT et Marie Joseph DAMART

CM

19-2-1759

FŽlix WARNIER et Ghislain GENEL

vente (Henry, Jonot)

26-4-1759

Alphonse COUTIAU et Pasquier LEFETZ

vente (Bossu)

2-5-1759

Jean Baptiste CRETON et les enfans THENELLE

vente

16-3-1760

hŽritiers Ghislain WARNIER et Marie Guislaine GENEL

accord (Hen., Deretz)

31-3-1760

les hŽritiers Marie MOREL et FŽlix BRETON dit MATHON

trans. (Botte)

11-4-1760

FŽlix MATHON et Jean Franois DHON

vente (Bossu)

11-4-1760

FŽlix MATHON et Jean Toussaint HERBET

vente (Bossu)

12-4-1760

Les hŽritiers Guillaume TENELLE

partage (Bossu)

19-4-1760

FŽlix MATHON et Antoine BACQUEVILLE

vente (Bossu)

28-5-1760

Jean Baptiste PETIT et Pierre Dominique COLIN

vente (Bossu)

10-7-1760

Ghislain DAMBRINE et Nicolas CAILLERET

vente (Bossu)

10-7-1760

Ghislain DAMBRINE et Charles Franois MERVILLE

vente (Bossu)

24-1-1761

Jean Baptiste BACQUEVILLE et Jean Baptiste ALLART

vente (Bossu)

24-1-1761

partage entre des membres de la famille ALLART

Bossu et Moinard

24-1-1761

neveux ALLART de la famille BACQUEVILLE

donat. partage (Bo)

17-2-1761

Etienne BERTHE et Augustin BAUDUIN

vente (Bossy)

4-5-1761

Jean WARNIER et Marie Anne Theresse LIENARD

CM (Henry, Deretz)

5-12-1761

Jacques WACHEUX et Alexandre BONART

vente (Bossu)

12-1-1762

Hubert COLIN et Jean Baptiste COLIN

vente (Bossu)

27-3-1762

Jean Baptiste COLIN et Nicolas Joseph BEUDART

vente (Bossu,Lebas)

4-4-1762

Pierre BERLAIRE et Alexis MOREL

Žchange (Bossu)

15-5-1762

FŽlix MATHON et Guislain Michel HERBET

vente

18-7-1762

Marie Claire MATHON et Guislain BERNARD

vente (Bossu)

9-10-1762

Jean Baptiste FOURNƒ et Jeanne Louise BOSQUET

CM ( Bossu)

6-2-1763

Antoine GENEL et FŽlix WARNIER, Pierre Guislain GENEL

vente (He., Vasseur)

21-9-1763

Jean Baptiste HENRY

testament (Grenier)

28-11-1763

Jean Louis HEREN, M J HEREN et AndrŽ GENEL

vente (Henry)

29-11-1763

Pierre Guislain GENEL et Rosalie BAYART

vente (Henry)

29-11-1763

Alphonse COUTTIAUX et Jean Guislain GENEL

vente (Henry)

3-12-1763

Jean Franois BEAUCOURT et Michel DUBOIS

bail (Bossu)

16-1-1765

Ignace LELEU ˆ Jean Guislain et Anne Marie ALLART

vente (Henry, Deretz)

17-5-1766

Franois Joseph COUTIAU et Jean Guislain ALLART

vente (Henry)

27-5-1766

Guislain BERNARD  et Franois Joseph COUTIAU

rŽtrocession (Henry)

1-12-1766

Charles Louis DELAPLACE

inventaire

22-6-1767

Hubert HERBET et Jean Antoine BASTIEN

vente (Botte, Hazard)

24-6-1767

hŽritiers Antoine BONNART 

partage

14-11-1767

Hubert , Pierre AndrŽ, Pierre Guislain, M Franoise COLIN

vente (Henry)

11-6-1770

Jean Louis, M Franoise, M J HERENT et Michel DUBOIS

vente

26-9-1770

Henry GARIN et Pierre PETIT

Žchange (Bossu)

7-11-1770

hŽritiers Jean Baptiste GARBƒ ˆ Michel AUBRON

vente (Bossu)

18-2-1771

Jean Baptiste GENEL et Jean Franois, M Anne DHON

vente (Bossu)

18-2-1771

Jean Baptiste GENEL et Pierre Guislain GENEL

vente (Bossu)

18-2-1771

JB GENEL et Jean Guilain, JB, Hubert Simon COLIN

vente (Bossu)

2-3-1771

Pierre J COUTEAU, Pierre Dominique COLLIN

vente (Bossu)

27-3-1771

Hubert COLLIN, Jean Franois et M et M Franoise CUISINIER

vente (Bossu)

27-3-1771

Hubert COLIN, Jean Toussaint et Pierre LAJUS

vente (Bossu)

29-3-1771

Alexandre BONNART, Antoine FOURNET, Pierre HAGEZ

vente (Bossu)

10-4-1771

Jean Baptiste ALLART et Jean Baptiste BACQUEVILLE

vente (Bossu)

29-4-1771

Antoine FOURNET et Alexandre BONART

vente (Bossu)

8-5-1771

Claude HAVERLANT et Michel AUBRON

vente (Bossu)

27-6-1771

Marie HŽlne GALAND et Louis Benoit J REGNAULT

vente (Bossu)

19-10-1771

Pierre Joseph COUTEAU et Hubert Simon COLIN

vente (Bossu)

19-10-1771

Pierre Joseph COUTEAU et Jean Baptiste COLIN

vente (Bossu)

6-11-1771

Anne Jeanne CUISINIER et Jean Baptiste CUISINIER

vente (Bossu)

12-2-1772

Jean Vincent TENELLE et Antoine FOURNET

vente (Bossu)

12-2-1772

Jean Vincent TENELLE et Jean WARNIER

vente (Bossu)

22-3-1772

Jean Baptiste et Adrien PETIT, Jean Baptiste SAUVAGE

vente par licitation

24-6-1772

Vindicien PRUVOST et Pierre Joseph BERNARD

vente (Bossu)

28-9-1772

Guilain GENEL et AndrŽ GENEL

vente (Bossu, Lebon)

18-11-1772

Guilain ALLART et Pierre Guilain RUMEAUX

vente Bossu, Lebon)

28-3-1773

Pierre et Adrien PETIT

vente par licitation

28-3-1773

Michel AUBRON et Pierre PETIT

Žchange

5-4-1773

Pierre Martin MERCIER et Jean Franois CUISINIER

vente

20-3-1774

Pierre CRETON et Pierre PETIT

Žchange

24-4-1774

Jean CŽlestin LIENART et Jean WANIER

Žchange

14-6-1774

Anne J VŽdastine HENRY et Alexis MOREL

vente

14-9-1777

Pierre BERLAIRE et Jean Franois SEBERT

vente (Lebrun)

22-11-1777

Pierre Franois CUISINIER et Jean Baptiste HERBET

vente

22-11-1777

Pierre Franois CUISINIER et Jean Baptiste HERBET

rŽsillement (Bossu)

28-3-1778

BERLAIRE et WARTELLE

vente

9-6-1785

Philippe GERNƒ et Marie Anne HERBET

CM (Brasier, Frome.)

24-10-1778

Charles Franois DEFURNES et Anne M J LETOMBE

CM

4-11-1778

Jean Baptiste RINGART et Jean Franois RINGART

vente

12-12-1778

Jean Baptiste CUISINIER et ThŽodore GODEFROY

vente (Lant., Bethier)

17-12-1783

Louis Franois DEMOULIN et Jean Jacque GERNEZ

partage (Advielle)

2-7-1785

Anne Marie et Marie Joseph DELABRE

transaction (Bossu)

11-2-1786

Pierre Guilain GENEL et Julie CRETON

CM

12-5-1786

Jean Guislain DAMBRINE

testament

8-7-1786

Dominique COLLIN et Marie Barbe ALLART

CM

21-4-1787

Nicolas Franois PLANQUETTE et Marie Rose ALART

CM

17-9-1787

Anne Marie et Marie Joseph DELABRE

partage (Bossu)

21-5-1788

Augustin Modeste BONNART et Robertine Joseph PETIT

CM (Bossu)

27-10-1788

Louis COUTEAU et Hubert Franois GENEL

vente

31-10-1788

Franois BONNART et Marcelline J WARNIER

CM (Bossu)

22-5-1789

Jean Baptiste dÕAMBRINNE et AmŽlie Joseph DE BƒCOURT

CM (Bossu)

23-1-1790

Philippe, Benoit, Marie Claire GERNƒ

partage

23-1-1790

Philippe, Benoit, Marie Claire GERNƒ et Louis Fr DEMOULIN

vente (Advielle)

23-4-1790

Benoit et Marie Claire GERNEZ

partage

23-4-1790

JB MILLO et M Claire GERNEZ

CM ( Brasier)

23-6-1790

Mathias J BACQUEVILLE et Louis Franois DEMOLIN

vente

25-7-1790

Marie ThŽrse et Caroline ALLART

quittance

13-11-1790

Hubert ALLART et Marie Anne Joseph BONART

CM

9-4-1791

Louis Franois DE BƒCOURT et Jean Franois DHON

dŽclara. de commun

21-5-1791

Augustin PETIT et Euphroisine PINTE

CM (Bossu)

28-5-1791

Pierre Hubert BERLAIRE et Marie ThŽrse ALLART

CM (Bossu)

3-9-1791

Jean Baptiste COLIN et Aldegonde PŽlagie DELAMBRE

CM (Brasier)

8-9-1791

Hubert COLIN et Catherine Joseph FINET

CM (Brasier, Pruvost)

16-1-1792

Mathias BONART et Augustine Joseph FOUQUART

CM  (Bossu)

29-9-1793

enfants Hubert COLIN

licitation (Bossu)

 

 

 

 

Contrat de mariage en date du 28-10-1695 entre

Alexandre DE LE VOYE et Marie Anne CRETON

(AD62 F 4E 18/289)

 

Furent prŽsents :

á           Alexandre DE LE VOYE, tailleur de pierres blanches demeurant ˆ Acq, fils de Ghislain et Guillaine BACQUEVILLE demeurant au dit Acq, assistŽ de Jean DE LE VOYE son frre demeurant au mme lieu, et de Nicolas BACQUEVILLE musnier demeurant ˆ Arras son oncle dÕune part ;

á           Marie Anne CRETON, jeune fille ˆ marier des feus Adrien et Jeanne DUPREEL, demeurant ˆ Agnez lez Duisan, assistŽe de Jean et No‘lle CRETON ses frre et soeur ˆ marier y demeurant dÕautre part.

Et reconnurent pour parvenir au mariage pourparlŽ entre les dits Alexandre DE LE VOYE et Marie Anne CRETON qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Sainte Eglise en face de laquelle ils reconnoistront comme ils font par cestes pour leur lŽgitime enfant Toussaint DE LE VOYE lequel a estŽ enfantŽ par la dite CRETON et procrŽŽ en veŸe de mariage des oeuvres dudit Alexandre et baptisŽ sous les fonds dudit Agnez il y a environ deux mois lequel viendra et fera teste en leur succession alencontre des autres enfans qui pourront naistre durant leur conjonction auroient et ont traittŽ et convenu de leurs portŽs retours et conditions comme ensuit.

Prime quant au portement du futur mariant il a dŽclarŽ avoir 200 £ dÕargent provenant de ses Žpargnes et au surplus a dŽclarŽ quÕil partagera moitiŽ Žgalement allencontre du dit Jean son frre cy prŽsent qui a consenty ds ˆ prŽsent comme pour lors dans toute la succession de leurs pre et mre ou ses enfans nŽs et ˆ naitre de cette conjonction par reprŽsentation au cas de mort, qui est son portement, duquel la future mariante se tient contente.

Et quant ˆ celuy dÕicelle CRETON elle a dŽclarŽ avoir de la succession de ses pre et mre un manoir non amazŽ contenant 1 boitellŽe ou environ avec 6 boitellŽes de terres labourables sŽant au dit Duisan, item une vache de la valeur de 36 £, une armoire, un coffre valables 5 £, un demi cent de jarbŽes de 6 £ si sesdits frre et soeur luy fournissent les bois de deux fermes pour servir au bastiment quÕils feront Žriger sur le dit manoir ˆ sa discrŽtion estimŽ 6 £, en outre partagent Žgallement les grains secqs en jarbes et avoine quÕils ont dans leur maison estant au surplus honestement vestue selon son estat ayant au surplus la dite future mariante la somme de 60 £ dÕargent clairs si luy laisseront ses dits frre et soeur emporter franchement et sans aucune charge le nombre de 5 dixeaux de bled tels quÕils dŽpouilleront ˆ lÕaoust prochain, qui est tout son portŽ estimŽ 600 £ duquel ensemble de sa bonne fame et renommŽe le dit futur mari se tient content.

Ayant les dits Jean et No‘lle CRETON ratifiŽ le partage et accord quÕils ont passŽ pardevant notaires ˆ Avesnes le Comte aux modifications y portŽes sans en scavoir la datte, ce fait a estŽ convenu et accordŽ entre les parties que soit quÕau jour du prŽdŽcs de lÕun ou lÕautre des futurs marians y ait enfant vivant apparant ˆ naitre ou non avant ou aprs cette conjonction, le survivant demeurera en tous biens meubles de la communautŽ en paiant les dettes obsecques et funŽrailles ˆ la reserve des bastiments quils feront Žriger sur le manoir portŽ par la dite CRETON, dont le survivant naura que lusufruit et la valeur se partagera aprs son dŽcs entre les hŽritiers de part et dÕautre, au surplus le survivant jouira des biens immeubles patrimoniaux que dŽlaissera le prŽdŽcŽdŽ ˆ la rŽserve dÕune demi mesure de terre de 6 boitellŽes portŽes par la dite CRETON laquelle au cas de non enfant ˆ son dŽcs retournera dez lors ˆ ses hŽritiers auxquels retourneront aussy ses succcessions et obventions ou la valeur de ce vendu charge alliŽnŽ ou remboursŽ en sera.

Et quant aux acquests que les dits futurs marians pourront faire durant leur conjonction de quelle nature et condition ils soient fiefs anciens manoirs maison ou eschevinage ou autrement soit que la future mariante soit dŽnommŽe s contrats saisie ou non le survivant jouira de la totalitŽ sa vie durante scavoir de la moitiŽ en propriŽtŽ et lÕautre moitiŽ en usufruit pour aprs son dŽcs la dite dernire moitiŽ retourner aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ en paiant par an la moitiŽ de ce qui sera restŽ deu ˆ raison des dits acquests lesquels seront compris tous retraits lignagers qui suiveront le lez et costŽ dÕo ils procŽderont en restituant par ceux qui en profitteront aux hŽritiers de lÕautre costŽ la juste moitiŽ des deniers employŽs pour y parvenir le tout nonobstant tous us coutumes generalles et localles ou parties ou les contraires auxquelles les parties ont dŽrogŽ par ceste obligeans lÕun envers lÕautre leurs biens prŽsens et futurs y accordans main assise et mise de fait aux dŽpens de qui il appartiendra domicile eslu ...etc ...etc

PassŽ le 28 octobre 1695 pardevant notaires royaux soussignŽs et les comparans ayant la dite comparante autorisŽe de son futur Žpoux moyennant son portŽ cy dessus renoncŽ ˆ ses droits de coaute mobiliaire au proffit de ses frre et soeur. Marque dudit Alexandre DELEVOY, Jean DELEVOY, Jean CRETON, No‘lle CRETON, Marie Anne CRETON, et comme notaires MANESSIER et DE LA COURT.

Contr™lŽ ˆ Arras le 24-11-1695 ; reu 20 sols.

 

 

Contrat de mariage en date du 10-11-1695 entre

Jean DE LE VOYE et No‘lle CRETON

(4E 18/289)

 

Furent prŽsens :

á           Guislain DE LE VOYE, manouvrier demeurant ˆ Acq, Jean DE LE VOYE son fils ˆ marier maon de son stil , assistŽ dÕAlexandre DELEVOYE son frre, et de Nicolas BACQUEVILLE son oncle maternelle dÕune part ;

á           No‘l(le) CRETON, jeune fille ˆ marier des feus Adrien et Jeanne DUPREEL, demeurant ˆ AgnŽs, assistŽe de Jean CRETON son frre demeurant au dit AgnŽs et de Jean CRETON son oncle demeurant au dit AgnŽs dÕautre part ;

Et reconnurent pour parvenir au mariage pourparlŽ entre les dits Guislain DE LE VOYE et No‘l(le) CRETON qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Sainte Eglise  ont traittŽ et convenu de leurs portŽs retours et conditions comme ensuit.

Prime quant au portement du futur mariant son dit pre a dŽclarŽ quil luy est deu la somme de 300 £ par assignation sur Marie BAIART provenant de ses travaux quil consent quil receuvra sans y rien rŽclamer et en outre promet luy donner la somme de 50 £ une fois sitost ce mariage consommŽ estant honnestement vestu selon son estat, duquel portŽ ladite future mariante a dŽclarŽ se trenir contente.

Et quant ˆ celuy de la dite CRETON, elle dŽclare avoir en deniers clairs ˆ elle appartenant la somme de 150 £ et aussy une vache provenante de ses pre et mre estimŽe 40 £ moyennant quoy elle ne pourra rien prŽtendre aux meubles meublans qui demeurent et sont appartenant ˆ son dit frre, aiant en outre le quart des grains en jarbes qui sont dans leur maison ˆ lencontre de son dit frre et de ses deux soeurs quelle a estimŽ valoir 30 £, si a dŽclarŽ avoir sa part de la succession de ses pre et mre 5 boitellŽes de terre labourable en deux pices au terroir du dit Agnez, la premire contenante 1/2 mesure remis sus abled tenant de liste ˆ Marie MONCHEL femme ˆ Pierre LECLERCQ dÕautre liste ˆ Jean DE LU, la deuxime contenant 3 boitellŽes pour

remettre sus ˆ mars lÕan prochain tenante de liste aux terres de la cure dÕAgnŽs dÕautre ˆ 24mesures du sieur Jacques BƒCOURT ; et quelle a un petit porc quelle a nourry valant 9 £ ; finallement elle dŽclare avoir encore ˆ elle apartenant un manoir non amazŽ sŽant au dit Agnez contenant 1/2 mesure tenant de bout au flŽgard de liste ˆ Pierre LECLERCQ dÕautre ˆ Jean CRETON et dÕautre bout ˆ Guislain DAMBRINE, lequel manoir luy est tombŽ et ceddŽ en partage par le dit Jean son frre tout lequel portŽ a est estimŽ valoir 600 £ duquel portŽ le dit futur mariant a aussy dŽclarŽ estre content ensemble de sa bonne fame vie et renommŽe.

Ce fait a ŽtŽ traittŽ convenu et accordŽ entre les parties quarivant le prŽdŽcs du futur mariant soit que de leur conjonction y ait enfans vivans apparans ˆ naitre ou non, la dite future mariante aura et remportera : tous ses habits linges bagues joyaux, son coffre sans or ny argent, son portŽ cy dessus, ce que constant ce mariage luy sera donnŽ succŽdŽ et escheu ou autrement obvenu la valeur de ce que vendu chargŽ alliŽnnŽ ou remboursŽ en sera ; et pardessus ce pour son droit et douaire conventionnel la somme de 200 £ une fois le tout franchement et sans charge de dettes obsecques et funŽrailles et ˆ prendre et avoir en preciput sur les plus clairs et apparans biens que dŽlaissera son dit futur mary ; sinon et au lieu de ce elle se pourra tenir ˆ ses droits et douaires coutumiers en remportant daucune part sesdits habits linges bagues et joyaux avec son dit portŽ et ses successions et obventions ou leur valeur au cas dÕaliŽnation.

Et par fait contraire arrivant le prŽdŽcs de la future mariante sans dŽlaisser enfant vivant le dit futur mariant demeurera en tous biens meubles et effet de leur communautŽ en payant les dettes obsecques et funŽrailles et en rendant ainsy quÕil promet faire aux hŽritiers dÕicelle la somme de 140 £ une fois en deux termes : la moitiŽ six mois aprs et lÕautre un an aprs son dŽcs avec les deux meilleures pices de ses habillements ou bagues sitost son dŽcs auxquels hŽritiers retourneront aussy le dit manoir et terres par elle portŽs avec ceux qui luy pourront obvenir et succŽder ou leur valeur au cas dÕaliŽnation ou vente.

Et quant aux acquests que les dits futurs marians pourront faire durant leur conjonction de quelle nature et condition ils soient fiefs anciens manoirs maison ou eschevinage ou autrement soit que la future mariante soit dŽnommŽe s contrats saisie ou non le survivant jouira de la totalitŽ sa vie durante scavoir de la moitiŽ en propriŽtŽ et lÕautre moitiŽ en usufruit pour aprs son dŽcs la dite dernire moitiŽ retourner aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ en paiant par an la moitiŽ de ce qui sera restŽ deu ˆ raison des dits acquests lesquels seront compris tous retraits lignagers qui suiveront le lez et costŽ dÕo ils procŽderont en restituant par ceux qui en profitteront aux hŽritiers de lÕautre costŽ la juste moitiŽ des deniers employŽs pour y parvenir le tout nonobstant tous us coutumes generalles et localles ou parties ou les contraires auxquelles les parties ont dŽrogŽ par ceste obligeans lÕun envers lÕautre leurs biens prŽsens et futurs y accordans main assise et mise de fait aux dŽpens de qui il appartiendra domicile eslu ...etc ...etc

PassŽ en la citŽ dÕArras le 10 novembre 1695 pardevant notaires royaux soussignŽs et les comparans : marque de Guislain DELEVOYE pre ; signŽ Jean DELEVOYE, No‘lle CRETON, Jean CRETON, et comme notaires MANESSIER et DELACOURT.

Contr™lŽ ˆ Arras le 31 dŽcembre 1695. Reu 20 sols.

 

 

Contrat de mariage en date du 31-3-1701 entre

Guislain HENRY et Guislaine WARNIER

(4E 18/290)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs furent prŽsents :

á               Guislain HENRY manouvrier demeurant ˆ Acques, fils ˆ marier des feus Guislain et Jeanne DAMAR, assistŽ de Franois HENRY son frre dÕune part ;

á               Jean WARNIER laboureur demeurant audit Acque, veuf en premires nopces de Guislaine DAMBRINES, et Guislaine WARNIER sa fille ˆ marier, assistŽe de Marie WARNIER sa soeure dÕautre part .

Et reconnurent pour parvenir au traitŽ de mariage meu et pourparlŽ entre le dit Guislain HENRY et la dite Guislaine WARNIER qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Sainte Eglise et paravant quÕentrÕeux y en ait aucune foy ny promesse, avoir et ont traitŽ convenu de leurs portement retours et conditions comme il sÕensuit.

Premirement quant au portement du mariant il dŽclare avoir ˆ luy appartenant un manoir amazŽ sŽant au village dÕAcque contenant 3 boitellŽes ou environ et un manoir non amazŽ contenant aussy 3 boitellŽes sŽant au mme lieu, plus une boitellŽe de terre labourable en fief, et 3 quartiers de terres cottires imparties allencontre de ses frres, le tout provenant de la succession de ses pre et mre, et ayant au surplus sa part des meubles allant par murage, et est habillŽ selon son estat, qui est son portŽ, duquel la mariante et assistant se tiennent content.

Et quant ˆ celuy de la mariante le dit Jean WARGNIER son pre a promis luy fournir et donner sitost ce mariage consommŽ la somme de 100 £ une fois, plus une vache de son estable estimŽe 30 £, un porcq de la valeur de 4 £, plus les remisses dÕune mesure de terre labourable en deux pices pour despouiller ˆ lÕaoust prochain, scavoir 1/2 mesure de bled et 1/2 mesure de mars de laquelle mesure de terre les marians jouiront sans en payer aucun rendage pendant la vie du dit WARNIER, et estre rapportŽ en mont commun en sa succession aprs son dŽcs dont la 1/2 mesure avestie ˆ bled tient dÕune liste au seigneur du dit lieu, et celle qui sera amazŽ tenant de deux sens ˆ une mesure et une demi mesure provenant du sieur CROMBECQUE, plus luy donne un lit garny et la fera habillier pour le jour de ses nopces comme il en voudra avoir honneur, quy est aussy son portŽ, duquel la mariant se tient pareillement content.

Ce fait a estŽ traitŽ et convenu quÕarrivant le prŽdŽcs du mariant, soit quÕil y ait enfans vivant nŽ apparant ˆ naistre ou non, la mariŽe remportera son portŽ cy dessus avec ses successions donations et obventions ou leur valeur en cas de vente remboursŽ ou alliŽnation, son lit en estat quÕil sera lors, son coffre sans or ni argent, ses habillements bagues et joyaux et pour son droit de douaire prefixit conventionnel la somme de 100 £ une fois, le tout franchement et sans charges de dettes obsecques et funŽrailles, et ˆ prendre et avoir en preciput sur les plus clairs et apparans biens quil dŽlaissera sur icelle se pourra tenir ˆ ses droits et douaire coustumiers dont elle aura le choix et option et remportante toujours et daventpart ses dits habillements portemens successions et obventions ou la valeur en cas dÕalliŽnation.

Et par fait contraire sy la mariŽe prŽdŽcde le mariant sans laisser enfant vivant, iceluy demeurera en tous biens meubles de la communautŽ en payant les dettes obsecques et funŽrailles, et en rendant comme il a promis faire aux hŽritiers dÕicelle les trois meilleures pices dÕhabillement ou bagues quelle laissera sitost son trŽpas plus la somme de 75 £ du jour de son dŽcs en six mois ; auxquels hŽritiers retourneront encore la dite mesure de terre et celles quy luy pourroient estre succcŽdŽ ou eschues durant leur conjonction et en cas de vente charge ou alliŽnation sera tenu en rapporter la valeur.

A lՎgard des acquests que les marians pourront faire durant leur mariage soit que la mariŽe soit dŽnommŽe s contrats saisie ou non , le survivant jouira de la totalitŽ sa vie durant pour aprs son dŽcs estre partagŽs Žgallement entre les hŽritiers de part et dÕautre en payant aussy Žgallement aquoy sera restŽ deu du prix des dits acquets ou des debtes pour ce contractŽes au jour du trŽpas du prŽdŽcŽdŽ lesquels acquets seront compris tous retraits lignages quy suivront le lez et costŽ dou ils procŽderont en restituant par ceux qui en profitteront aux hŽritiers de lÕautre costŽ la juste moitiŽ des deniers employŽs ; en faveur duquel mariage le dit WARNIER a accordŽ reprŽsentation avoir lui en sa succession ab intestat aux enfans ˆ na”tre du mariage pour parvenir faire une teste en rapportant seulement en mont commun la 1/2 mesure de terre, de mesme que debvra faire la dite mariŽe sy elle atteint la ditte succession, le tout nonobstant tous us et coustume entravestissement de sang ou par lettres auxquels les parties ont desrogŽ et renonans pour lÕeffet et validitŽ des clauses et stipulations cy dessus au paiement entretenement et accomplisement du contenu au prŽsent contract les parties oblignent leurs biens y accordans toutes suretŽes requises acceptans ˆ juges ...etc...etc

Fait le dernier jour de mars 1701 pardevant que dessus. SignŽ : Guislain HENRY, marque de Jean WARGNIER, de Guislaine WARNIER, et comme notaires MANNESSIER et ...

 

 

Contrat de mariage datŽ du mois de mai 1702 entre

Guislain WARGNIER et Marie Jeanne DHOUSDAIN

(4E 18/290)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs furent prŽsens :

á           Jean WARGNIER, laboureur demeurant au village dÕAcque, veuf en premires noces de Guislaine DAMBRINE, et prŽsentement alliŽ en secondes noces ˆ Franoise HANART, et Guislain WARGNIER son fils ˆ marier, berger demeurant ˆ Camblin lÕAbbŽ dÕune part ;

á           BarthŽlŽmy DHOUSDAIN, clercq clŽriquant du dit Camblin, et Anne CASSEL sa femme de luy bien et deuement autorisŽe et non contrainte comme elle at dŽclarŽ, et Marie Jeanne DHOUSDAIN leur fille ˆ marier, assistŽe de Jean Franois LECLERCQ son beau frre mary et bail de Marie Guislaine DHOUSDAIN demeurant audit Camblin dÕautre part .

Et reconnurent pour parvenir au mariage pourparlŽ entre les dits Guislain WARNIER et Marie Jeanne DHOUSDAIN qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Sainte Eglise  les dites parties ont traittŽ et convenu des portemens retours et conditions en la manire suivante.

Premirement quant au portement du futur mariant le dit Jean WARGNIER son pre luy a donnŽ et donne en jouissance pendant la vie de luy son pre dÕune demeure contenante chambre estable et autres accomodement nŽcessaire pour sa demeure sur partie dÕun manoir contenant une mesure sŽant au dit Acque avec une coure convenable tenant de bout au flŽgard, dÕune liste ˆ Jean HERBET, que son pre at acquis de Marie WARGNIER sa mre, sans en payer aucun rendage pendant la vie de son dit pre seulement, et aprs la mort de son dit pre laissera le dit mariant laissera le dit mannoir aux hŽritiers de son dit pre et entrera en jouissance et propriŽtŽ de celuy ou il rŽside prŽsentement sans nŽantmoins priver son dit pre de le vendre ou alliŽner sÕil en a besoin par nŽcessitŽe. DŽclarant le dit Jean WARGNIER pre que son dit fils at acquis conjointement avec luy 5 boitellŽes de manoir non amazŽ tenant ˆ celuy dessus quy appartient au dit futur mariant soub. DŽclarant en outre le futur mariant quÕil a ˆ luy apartenant 120 £ dÕargent et 22 bestes ˆ laine provenant de ses Žpargnes ainsy que son dit pre lÕa pareillement dŽclarŽ estant au surplus honnestement vestu selon son Žtat quy est son portement duquel la future mariante et assistant se sont tenus contents.

Et quant ˆ celuy de la future mariante ses pre et mre promettent solidairement sans division ny discution luy donner et compter sitot ce mariage 100 £ payables en deux termes la moitiŽ au jour de Saint AndrŽ prochain et lÕautre ˆ pareil jour de lÕan 1703, plus une vache de poil noir ˆ prendre dans leur estable sit™t leur dit mariage consommŽ estimŽe 21 £, et un porcq maigre de la valeur de 4 £, plus sÕobligent leur donner la despouille dÕune demi mesure de bled et 1/2 mesure de mars gratis labourŽe et assemencŽe preste ˆ despouiller pendant huit annŽes consŽcutives seulement ˆ choisir par les dits marians dans toutes les pices que les dits pre et mre occupent contenante 1/2 mesure et quy seront assemencŽes des dits grains ˆ commencer la premire despouille ˆ lÕaoust prochain sans estre obligŽ par les dits marians ˆ aucunes impositions ny centiesmes quy demeureront ˆ la charge du dit DHOUDAIN et sa femme. Plus donneront ˆ leur fille sitot le mariage consommŽ une paillace un chevet deux draps de lit et une couverture de laine comme ils en voudront avoir honneur avec un coffre pour mettre ses habillemens, dŽclarans quÕelle est honnestement vestue selon son estat quy est aussy le portement de la mariante. Aiant au surplus le dit LECLERCQ son beau-frre promis luy donner une rasire de bled secq et un pot ˆ feu de fer, de tout quoy aussy bien que de sa bonne fame vie et renommŽe de la dite mariante le dit mariant se tient content.

Ce fait a estŽ traitŽ et convenu quarrivant le prŽdŽcs du mariant soit que du prŽsent mariage il y ait enffants vivants nŽs apparrant ˆ naistre ou non, la future mariante aura et remportera ses habits linges bagues joyaux son lit en lestat quil sera lors, son coffre sans or ni argent son portŽ cy dessus estimŽ 205 £ tout ce que constant ce mariage luy sera donnŽ succŽdŽ escheue ou autrement obvenu la valeur de ce que vendu charge alliennŽ ou remboursŽ en sera lors et par dessus ce pour son droit de douaire prefix et conventionnel la somme de 125 £ une fois ˆ tout prendre et avoir en preciput sur les plus clairs et apparans biens que dŽlaissera le dit mariant franchement et sans charge de debtes obsecques et funŽrailles ; sinon elle se pourra tenir ˆ ses droits et douaires coutumiers tels que par les coustumes des lieux luy debvra competter et appartenir dont elle aura le choix et option en remportant tousiours davant part en lÕun et lautre cas ses dits portements habillemens bagues et joyaux succession et obvention ou leur valeur au cas de vente charge ou alliŽnation.

Et par fait contraire arrivant le prŽdŽcs de la dite mariante soit quÕelle dŽlaisse enfant vivant ou non le dit mariant demeurera en tous biens meubles de la communautŽ en payant les debtes obsecques et funŽrailles et en rendant comme il a promis faire aux hŽritiers dÕicelle la somme de 120 £ la moitiŽ du jour en 6 mois et lÕautre dans un an de son dŽcs avec les trois meilleures pices dhabillement ou bagues quelle dŽlaissera sitot son trŽpas auquels hŽritiers recouvreront aussy ses successions et obventions ou leur valeur au cas de vente charge ou alliennation.

Et quant aux acquests que les futurs marians pourront faire durant leur conjonction de quelle nature et condition ils soient et ou scituŽs et acquis fiefs anciens manoirs main ferme maisons et biens en eschevinage rentes par lettres offices hŽrŽditaires ou autrement soit que la future mariante soit dŽnommŽe et contractŽe saisie ou non le surviavant jouira de la totalitŽ sa vie durante pour aprs son dŽcs se partager Žgalement entre les hŽritiers de part et dÕautre en payant aussy Žgalement ce quy restera deu du prix des dits acquests ou debtes pour ce contractŽs, en faveur duquel mariage les dits DHOUDAIN et sa femme ont accordŽ reprŽsentation avoir lieu en leur succession pour une teste au lieu de leur fille allencontre de leurs oncles et tantes ˆ quoy faire entretenir payer fournir et accomplir les comparans obligent respectivement leurs biens prŽsens et ˆ venir y accordans toutes seuretŽs requises acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois ...etc etc

 

 

Contrat de mariage du 2 avril 1706 entre

Pierre CASTELAIN et Marie Anne DUPUICH

(4E 18/290)

 

Pardevant notaires royaux dÕArtois soussignŽs furent prŽsens :

á           Pierre CASTELAIN jeune homme ˆ marier demeurant en la citŽ dÕArras fils de Nicolas demeurant au village dÕAcq et de feue Marie HERBET, assistŽ de Pierre de ROLLENCOURT receveur des monnŽes rentes et receveur des messieurs du Chapitre demeurant au dit Arras son bon ami dÕune part ;

á           Et Marie Anne DUPUICH veuve de Pierre PINEL vivant cuisinier demeurant ˆ Arras, assistŽe de Marie Marguerite DAVID veuve dÕEstienne PINEL dit la Fontaine demeurant en la citŽ dÕArras sa belle mre, et dÕHubert DUFAY bourgeois de la ville dÕArras son beau-frre ;

Et reconnurent pour parvenir au traitŽ de mariage meu et pourparlŽ entre le dit Pierre CASTELAIN avecq la dite Marie Anne DUPUICH qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Sainte Eglise sont convenus de ce qui suit.

Quant au portement du mariant il a dŽclarŽ avoir sa parte allencontre de ses frres et soeur dans un manoir amazŽ de maison et autres Ždifices occupŽ par son dit pre au village dÕAcq provenant de la succession de sa mre ; en outre a dŽclarŽ que monsieur DOYE chanoisne et archidiacre dÕArras son maistre luy donnera 20 rasires de bled au prix de 4 £ la rasire ˆ fournir en 4 annŽes consŽcutives par Žgalle portion ˆ fournir la premire annŽe sitost la consommation du mariage ; au surplus a dŽclarŽ davoir la somme de 60 £ en argent provenant de ses espargnes estant honnestement vestu selon son estat qui est son portŽ duquel la dite mariante a dŽclarŽ se tenir contente.

Et quant au portement de la ditte mariante elle dŽclare avoir ˆ elle appartenante son lit garny, touedressŽ, une armoire et plusieurs autres meubles ˆ usage de mŽnage estant honestement vestue et alingŽ suivant son estat, en faveur duquel mariage et pour rŽcompense des bons et agrŽables services que la dite mariante a rendu ˆ la dite DAVID sa belle-mre icelle DAVID pour ce comparante luy a donnŽ et luy donne par don dÕentre vifs absolue et irrŽvocable la somme de 150 £ une fois quelle prendra et percevra seulement aprs le dŽcs de la dite DAVID sur les plus clairs et apparans biens quÕelle dŽlaissera, ce que la dite mariante at acceptŽ authorisŽ au besoin du dit futur mariant, dŽclarante encore la ditte DAVID quelle quitte et descharge icelle mariante et son enffant des nourritures et entretiennement quelle leur a subsistŽ jusqua ce jour, mme au cas quelle et son futur mary continueraient de demeurer et vivre avecq elle aprs leur conjonction si elle le trouve ˆ propos elle les en descharge aussy ds ˆ prŽsent comme pour lors qui est aussy son portŽ, duquel le dit mariant a dŽclarŽ estre content.

Ce fait a estŽ traitŽ et convenu quÕarrivant le prŽdŽcs de lÕun ou de lÕautre soit quÕil y ait lors enffans vivans nŽ apparan ˆ naistre ou non de cette conjonction le survivant sera propriŽtaire et demeurera en tous les meubles et effets de la communautŽ en paiant les dettes obseques et funŽrailles sauf quÕen cas de prŽdŽcŽs de la mariante le mariant sera tenu de paier ˆ Marie Jeanne PINEL fille dÕicelle mariante quÕelle a retenu de sa premire conjonction la somme de 50 £ une fois seulement outre les habillements et linges qui suivront au corps de la dite fille ; quant aux acquets que les futurs mariants pourront faire durant leur conjonction de telle nature et condition quÕils soient et o scituŽs et assis soient en fiefs, anciens manoirs, main ferme, maisons et biens en eschevinage, affries hŽrŽditaires, rente par lettre ou autrement, soit que la mariante soit dŽnommŽe et contracts saisie ou non, et soit aussy que de ce mariage il y ait enfans vivant ou non le survivant jouira de la totalitŽ sa vie durant scavoir de la moitiŽ propriŽtairement et de lÕautre usufruituairement pour aprs son dŽcs la dernire moitiŽ retourner aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ en paiant par eux le moitiŽ de ce quy sera restŽ deub des dits acquets ou dettes contractŽes pour raison dÕiceux au jour du trespas du prŽdŽcŽdŽ aiant estŽ conditionnŽ que la dite Marie Jeanne PINEL fille de la mariante partagera esgallement ˆ compte de teste dans la moitiŽ des dits acqusts du chef de sa mre allencontre des enffans ˆ naistre de cette conjonction ausquels acquests seront compris tous retraits lignagiers quy suiveront nŽantmoins le lez et costŽs dÕo ils procŽderont en paiant et restituant lors par les hŽritiers quy en profiteront ˆ ceux de lÕautre costŽ la juste moitiŽ des deniers emploiŽs pour y parvenir le tout nonobstant toutes coustumes us entravestissements de sang ou par lettre ˆ ce contraires ausquels les dits mariants ont expressŽment dŽrogŽ et renoncŽ pour la validitŽ et effet des clauses et stipulations cy dessus ˆ lÕentretiennement paiement et accomplissement de tout ce que dessus les dits comparants obligent lÕun envers lÕautre leurs biens prŽsens et avenir y acordans touttes sŽcuritŽs acquises aceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois.

PassŽ en la citŽ dÕArras le 2 avril 1706 pardevant que desus ; est signŽ : marcq de Pierre CASTELAIN, marcque de Magdeleine DAVID Marie Anne DUPUICH, et comme notaires MANNESSIER et BOSQUET.

 

 

Partage en date du 24-4-1711 entre les hŽritiers de

Benoist DUBOIS et Jeanne CAPY

 

Pardevant notaires royaux dÕArtois rŽsidens ˆ Arras soussignez furent prŽsens en personnes :

á           Marie Jenne GRENIER veuve de Nicolas DUBOIS demeurante au vilage de Mont Saint Eloy mre et tutrice lŽgitime de Jean Martin et Marie Jeanne DUBOIS ses enfans quelle a retenue du dit feu Nicolas DUBOIS son mary dÕune part ;

á           Philippe DUBOIS laboureur demeurant au village dÕAcq de seconde part ;

á           Benoist DUBOIS laboureur demeurant au dit Acq de troisime part ;

á           Jean DE NUNCQ laboureur demeurant au village de Berles mary et bail et stipulant pour Marie Margueritte DUBOIS sa femme quil autorise de ratifier ces prŽsentes tant en son absence que prŽsence de quatriesme part ;

á           Nicolas BOURDREZ laboureur demeurant au village dÕHaustavesnes mary et bail et stipulant pour Marie Catherine DUBOIS quil authorise de ratifier ces prŽsentes tant en son absence que prŽsence de cincquiesme part ;

á           Et Marie Rose FOURNIER fille ˆ marier de feu Antoine et Marie Jenne DUBOIS demeurante au village de Gouves suffisament agŽe comme elle a dŽclarŽ stipulante tant en son nom quen ceux et comme soeur et tutrice des personnes s biens de Marie Catherine et Marie Margueritte FOURNIER et avec elle Charle COLIGNON meusnier demeurant au dit Gouves tuteur establi par justice avec la dite Marie Rose FOURNIER aux personnes s biens des dits mineurs par lesquelles Marie Rose se fait fort de faire ratifier les prŽsentes lors quelles auront atteint lage compŽtente ; les dits Nicolas, Philippes, Benoist, Marie Marguerite, Marie Catherine, et Marie Jenne DUBOIS frres et soeurs enfans et hŽritiers de feu Benoist DUBOIS et Jeanne CAPY vivans demeurant au dit village dÕAcq.

Et reconnurent les dits comparans chacun en leur esgard et stipulant comme dessus que pour leur plus grand proffit et tant mieux faire la jouissance des parts et portions des biens immeubles qui leurs sont escheues par les dŽcs du dit Benoist DUBOIS et de la dite Jeanne CAPY. Ils auroient et ont, ˆ lÕintervention de leurs bons amis et particulirement la dite Marie Rose FOURNIER et le dit COLLIGNON s dits qualitŽs ˆ lÕintervention de Pierre Franois CAILLERET procureur pour office du dit Gouves pour ce icy prŽsent pour linterest des dits mineurs et de Jacques DERVILLERS maitre arpenteur sermentŽ de cette province demeurant ˆ Bully en Gohel, procŽdŽ et fait le partage des dits immeubles aprs avoir esgalisŽ et partagŽ le tout en six parts et portions le plus justement quil a estŽ possible par raport les dits Nicolas, Philippe, aux charges et ˆ la bontŽ ou mŽdiocritŽ de chacune partie des dits biens comme savoire cy aprs et aprs en avoir jettŽ le sort et lots presens les dits notaires les dites parties sont tombŽes chacun les parts et portions suivantes.

Scavoir au lot et part du dit Benoist DUBOIS troisime comparant sont tombŽs et appartiendront doresnavant les manoirs et terres suivantes :

1) 5 quartiers 1/2 et 2 verges pris en 11 quartiers 4 verges allencontre de la parte suivante sŽans au terroir de Berles, vers le moulin y tenans dÕune liste dÕautre liste aux hoirs Jean Baptiste CANDELIER de bout ˆ Jean Franois GOEUDIN dÕautre bout aux terres du chapitre dÕArras tenues du seigneur du dit Berles, chargŽ des droits de terrage et de 3 deniers de rente fonssire, la dite pice rŽputŽe entre les parties pour bonnes terres ;

2) Plus une mesure de terre labourable sŽante au terroir de Monchel tenante dÕune liste ˆ Jean GAUDEFROY, dÕautre ˆ George BETENCOURT, dÕun bout au sieur DES FLANDRES, tenu des sieurs du chapitre chargŽe de terrage et rŽputŽ pour bonnes terres ;

3) Item 1/2 mesure et 1/2 quartier pris en 2 mesures au terroir de BŽtencourt, tenante dÕune liste ˆ Marie BRICAIGNE, dÕautre ˆ ?, de bout ˆ ?, dÕautre bout au chemin dÕHousdain, tenue du comte de SOBRES, chargŽ de terrage et dÕun sol de rente fonsire, rŽputŽ mauvaise ;

4) Item 1/2 mesure prinse en 10 quartiers au terroir de Vandelicourt tenante dÕune liste ˆ Marie BRICAIGNE, dÕautre ˆ Marie Jeanne PILLOT, dÕun bout ˆ la parte suivante, dÕautre bout aux hoirs Jean Baptiste CANDELIER, tenue du sieur HAUDONART chargŽ de terrage et rŽputŽe bonne terre ;

5) Item 5 quartiers prins en 3 mesures ou environ au terroir de Penin tenans dÕune liste ˆ la dame DUREPAIRE, dÕautre ˆ ?, dÕun bout ˆ Antoine CANDELIER, dÕautre bout au nommŽ BEAUMONT, tenue du seigneur de Penin, chargŽ de 3 deniers de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

6) Item 1/2 mesure prise en 1 mesure sŽante sur le terroir dÕAcq, tenante de liste aux pres carmes dÕArras, dÕun bout ˆ Jacques HENRY, tenue de lÕabbaye du Mont Saint Eloy, chargŽ dÕun boisseau de bled de rente fonssire, rŽputŽe bonne terre ;

7) Item 3 quartiers pris en 6 sŽans au terroir dÕEscoivre tenans dÕune liste et dÕun bout ˆ la terre du seigneur du dit Escoivres, dÕautre liste ˆ la parte des enfans de Nicolas DUBOIS, dÕun bout au plat fossez tenue du sieur MATHON, et chargŽ de 2 sols 6 deniers de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

8) Item 1/2 mesure prinse en 1 mesure au terroir du dit Escoivre tenante dÕune liste ˆ Jenne COUSTEAU dÕautre ˆ lÕautre moitiŽ de la dite mesure, dÕun bout ˆ la chaussŽe de Brunehault, dÕautre bout aux hoirs Pierre SEVIN, tenue du sieur MATHON et chargŽ dÕun boisseau 1/2 de bled, et 1/2 chapon de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

9) Item 3 quartiers pris en 3 mesures au terroir du Mont Saint Eloy, tenans dÕun bout ˆ la parte de Nicolas BOURDREZ et sa femme, dÕune liste aux hoirs Jean DUBOIS, dÕautre aux hoirs du dit DUBOIS, tenues du marquis de Saint Floris et chargŽes de 3 boisseaux de bled de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

10) Item 3 quartiers pris en 5 quartiers 1/2 au dit terroir de Saint Eloy, tenans dÕune liste aux hoirs Pierre Paul ..., de lÕautre ˆ Jean DE HAPIOT, et de bout au sieur WATELET, tenue en fief du dit sieur WATELET, rŽputŽ bonne terre ;

11) Item 1/2 mesure de manoir prise en 3 quartiers sŽans au village de Saint Eloy, tenans dÕune liste aux hoirs Benoist BRISMAIL, dÕautre ˆ la parte de Nicolas BOURDREZ et sa femme, dÕun bout au sieur WATELET, dÕautre bout ˆ la rue dÕenfer, tenue de lÕabbaye du Mont Saint Eloy chargŽ de 2 boisseaux de bled de rente fonssire ;

12) Item le 1/6 de 2 mesures de manoir dans Saint Eloy tenant dÕune liste ˆ la parte de Nicolas BOURDREZ et sa femme, dÕautre au manoir de Philippe QUENTIN, dÕun bout ˆ maitre Jean HAPIOT, dÕautre bout ˆ la rue dÕenfer, tenue de la dite abbaye et chargŽe annuellement la dite part dÕun boisseau 1/2 de bled et un chapon de rente fonssire ;

13) Finalement 1 mesure 20 verges de terres labourables au terroir du dit Saint Eloy prinse en deux pices, savoir 3 quartiers 1/2 tenante dÕune liste au bois dÕEscoivre de bout et autres sens au sieur dÕEscoivre, et 30 verges 2/3 ˆ prendre en 5 mesures tenante dÕune liste ˆ la parte de Nicolas BOURDREZ et sa femme dÕautre liste au seigneur dÕEscoivre dÕun bout au seigneur du dit Escoivre et dÕautre au dit seigneur, tenu de la dite abbaye et chargŽ annuellement dÕun sol 6 deniers de rente fonssire, rŽputŽ mauvaise terre.

 

Et au lot et part de Nicolas BOURDREZ et sa femme cincquimes comparans sont tombŽ et appartiendront les parties de manoirs et terres suivantes :

1) Scavoir  5 quartiers 1/2 et 2 verges prinse en 11 quartiers 4 verges scituŽ au terroir de Berles proche du moulin allencontre de la parte prŽcŽdente, y tenante dÕune liste dÕautre ˆ la terre du moulin, dÕun bout ˆ Jean Franois GOEUDIN, dÕautre aux hoirs Jean Baptiste CANDELIER, tenues du seigneur du dit Berles, ˆ charge de terrage et 3 deniers de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

2) Item 1 mesure de pareille terre labourable sŽante au terroir de Wandelicourt ˆ Avesne, dÕautre aux hoirs Venant DE PARIS, dÕautre ˆ Marie BRICAIGNE, dÕautre au sieur HOUDOUART, tenue du sieur HOUDOUART doit terrage et un chapon de rente fonssire, rŽputŽ terre mauvaise ;

3) Item 1/2 mesure 1/2 quartier pris en 2 mesures au terroir de BŽthencourt, tenante dÕune liste ˆ la parte prŽcŽdente, dÕautre ˆ la terre du comte de SOBRE, dÕun bout au chemin dÕHoudain, dÕautre bout ˆ 3 quartiers de la part de ..., tenue du comte de SOBRE, chargŽ de terrage et dÕun sol de rente fonssire, rŽputŽ mauvaise ;

4) Item 1/2 mesure prinse en 10 quartiers au terroir du dit Wandelicourt, tenante dÕune liste ˆ la part prŽcŽdente et ˆ Marie Jenne PILLOT dÕautre ˆ la parte suivante de bout ˆ la dame DOFFLANDRE, dÕautre bout ˆ Marie BRICAIGNE, tenue du sieur HOUDOUART, chargŽ de terrage, rŽputŽ bonne terre ;

5) Item 5 quartiers prises en 4 mesures de terres au teroir de Wandelicourt, tenante de liste ˆ la part de Philippe DUBOIS, dÕautre ˆ la terre du prieur dÕAubigny, de bout ˆ la dame DUREPAIRE dÕun bout ˆ la dite dame DOFFLANDRE, tenue en fiefs du comte dÕEGMONT estimŽ terre mŽdiocre ;

6) Item 1/2 mesure prinse en une mesure sŽante au terroir dÕAcq tenante dÕune liste ˆ Guislaine COLLIN, dÕautre ˆ la parte prŽcŽdente, dÕun bout ˆ Jacques HENRY, dÕautre bout ˆ Jean PROUVEUR, tenue de lÕabbaye du Mont Saint Eloy, chargŽ annuellement dÕun boisseau 1/2 de bled et 1/4 chapon de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

7) Item 1/2 mesure prise en 1 mesure au terroir dÕEscoivre allencontre de la part prŽcŽdente, y tenante dÕune liste, dÕautre aux hoirs Damiens COUSTEAU, dÕun bout ˆ la chaussŽ de Brunehault, dÕautre bout aux hoirs Pierre SEVIN, tenue du sieur MATHON, chargŽ dÕun boisseau 1/2 bled et 1/2 chapon de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

8) Item 3 quartiers pris en 3 mesures sŽantes au terroir de Saint Eloy au lieu nommŽ La Motte y tenante dÕune liste aux hoirs Jean MOUFLE dÕautre aux parts des enfans Nicolas DUBOIS et de Jean DE NINCQ et sa femme, tenue du marquis de Saint Floris chargŽ de 2 boisseaux de bled de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

9) Item 1/2 mesure au dit terroir de Saint Eloy, tenante dÕune liste aux hoirs Michel FRESSIN, dÕun bout au chemin de Villers ˆ Arras, tenu du sieur WATTELET, chargŽ de terrage et rŽputŽ terre mŽdiocre ;

10) Item 30 verges de terres en une pice au dit terroir de Saint Eloy, tenante dÕune liste et dÕun bout ˆ Anne TUILLIER, dÕautre liste ˆ Jean Franois DUBOIS, dÕautre bout au sieur WATELET et de luy tenu, chargŽ de terrage et rŽputŽ bonne terre ;

11) Item 31 verges aussy en une pice au terroir de Saint Eloy derrire la cense de Bertonval, tenante dÕune liste ˆ ..., dÕun bout au chemin de Carency ˆ Arras, bien entendu que cette part devra rendre 5 verges ˆ la parte des enfans de la dite Marie Jeanne GRENIER, tenu de lÕabbaye de Saint Eloy, chargŽ dÕun sol de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

12) Item 3 quartiers scavoir 1 quartier pris en 7 et 1/2 mesure prise en 5 quartiers 1/2 tenans ensemble au terroir du dit Saint Eloy, tenans au chemin des meusniŽs, dÕautre ˆ la part prŽcŽdente et les hoirs Pierre Paul DELAULTRE, dÕautre ˆ la parte suivante, tenue du sieur WATELET et de la dite abbaye, chargŽ de 3 deniers de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

13) Item 1/2 mesure de manoir pris en 6 quartiers allencontre de sa contre partie sŽante au village de Saint Eloy tenante dÕune liste ˆ la part prŽcŽdente dÕautre ˆ la parte suivante dÕun bout ˆ la rue dÕenfer, dÕautre bout ˆ monsieur Jean HAPIOT, tenue del Ôabbaye de Saint Eloy, chargŽ de 2 boisseaux de bled de rente fonssire, :

14) Item le 1/6 de 2 mesures de manoir sŽant au dit Saint Eloy tenante ˆ la part prŽcŽdente dÕune liste, dÕautre liste ˆ la part suivante, dÕun bout ˆ la rue dÕenfer, dÕautre bout ˆ Jean HAPIOT, tenue de la dite abbaye, chargŽe dÕun boisseau 1/2 de bled et un chapon de rente fonssire ;

15) Finalement 1 mesure 20 verges de terres labourables au dit terroir de Saint Eloy, prise en 5 mesures nommŽes les Charteaux, tenante dÕune liste ˆ la part de Benoist DUBOIS cy devant, dÕautre liste aux parts des enfans dÕAntoine FOURNIER, dÕun bout au bois dÕEscoivre, dÕautre bout aux terres du seigneur, tenu de la dite abbaye de Saint Eloy, chargŽ dÕun sol de rente fonssire, rŽputŽ...

 

Et au lot et part des enfans de la ditte GRENIER premire comparante sont tombŽs et appartiendront les parties de manoirs et terres suivantes :

1) scavoir 1 mesure de terre labourable sŽante au terroir de Monchel, tenante dÕune liste ˆ Jean Baptiste CANDELIER, dÕautre liste et dÕun bout ˆ la dame DUREPAIRE ; dÕun bout ˆ la dame DOFLANDRE, tenue des sieurs du chapitre dÕArras, et chargŽ de terage, rŽputŽ bonne terre ;

2) Item 6 quartiers sŽans au terroir de BŽthencourt, tenans dÕune liste ˆ Gille DE GOUY, dÕautre ˆ Guislain POMART, dÕun bout au chemin de Guetreville ˆ Tincques, tenu du comte de SOBRES, chargŽ de ..., rŽputŽ terre mŽdiocre ;

3) Item 1/2 mesure prise en 10 quartiers au terroir de Wandelicourt, tenans dÕune liste ˆ la parrte prŽcŽdente, dÕautre ˆ la part suivante, dÕun bout ˆ la dame DOFLANDRE, dÕautre bout ˆ Marie BRICAIGNE, tenu du sieur HOUDENART, chargŽ de terrage et rŽputŽ bonne terre ;

4) Item 5 quartiers pris en 3 mesures au terroir de Penin, tenante dÕune liste ˆ Joseph ROUSSEL, dÕautre ˆ la part suivante, dÕun bout ˆ Nicolas LECOINTE, dÕautre bout au nommŽ BEAUMONT, tenue du seigneur de Penin, chargŽ de 7 sols 6 denies de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

5) Item 1/2 mesure sŽante au terroir de Berles, tenans dÕune liste et dÕun bout au sieur de GRANDMAISON, dÕautre liste ˆ Jean DE NUNCQ, tenue du seigneur de Berles, chargŽ du terrage et 2 deniers de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

6) Item 3 quartiers pris en 6 sŽans au terroir dÕEscoivre, tenans dÕune liste au sieur DU CARIEUL, dÕautre ˆ la contre partie dÕun bout au plat fossŽ, dÕautre au sieur DESNAU, tenue du sieur MATHON, chargŽ de 2 sols 6 deniers de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

7) Item 1/2 mesure au dit Escoivre, tenans dÕune liste ˆ la chaussŽ de Brunehault, dÕun bout ˆ la terre du Mont Saint Eloy, dÕautre bout au sieur MARCHAND, tenue du dit sieur MATHON, chargŽe de 12 sols de rente fonsire, rŽputŽ terre mŽdiocre ;

8) Item 1/2 mesure pris en  6 quartiers au terroir du dit Escoivre, tenante dÕune liste aux hoirs Damiens COUSTEAU, dÕun bout ˆ la chaussŽ de Brunehault, dÕutre bout au sieur GALHAULT, tenue du sieur MATHON, et est chargŽe de 2 boisseaux 3 quarterons dÕavoisne et 1/2 chapon de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

9) Item 3 quartiers pris en 3 mesures au terroir de Saint Eloy au lieu nommŽ La Motte, tenante dÕune liste aux hoirs Jean DUBOIS, dÕautre ˆ la part de Jean DENUNCQ et sa femme, dÕun bout ˆ la terre de lÕabbaye de Saint Eloy, tenus du marquis de Saint Floris, chargŽ de 3 boisseaux de bled de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

10) Item 3 quartiers au dit terroir de Saint Eloy tenans au chemin des meusniers, dÕautre au chemin de Villers ˆ Arras, et dÕautre aux hoirs Pierre Paul DELAUTTRE, tenus de la dite abbaye, rŽputŽ bonne terre ;

11) Item 1/2 mesure de manoir pris en 6 quartiers au village de Saint Eloy tenant de liste aux hoirs Jean Baptiste SEVN et le sieur WATELET, et dÕun bout ˆ la rue dÕenfer, tenu de la dite abbaye et chargŽ de 2 boiseaux de bled de rente fonssire ;

12) Item le 1/6 de 2 mesures de manoir sŽans au dit Saint Eloy tenante dÕune liste ˆ la parte prŽcŽdente, dÕautre ˆ la part suivante, dÕun bout ˆ la rue dÕenfer, tenu de la dite abbaye, chargŽ dÕun boisseau 1/2 de bled et un chapon de rente fonssire ;

13) Et finalement 1 mesure 20 verges de terres au terroir de Saint Eloy en une pice, tenante dÕune liste ˆ la terre de la censse de Bertonval, dÕautre ˆ Philippe SEVIN, dÕun bout ˆ la dite terre de Berthonval, dÕautre au chemin de Lille, tenue de la dite abbaye, chargŽ dÕun sol 6 deniers de rente fonssire.

Et au lot et part de Philippe DUBOIS second comparant sont tombŽ et appartiendront doresnavant les parties des manoirs et terres suivantes :

1) Scavoir 3 quartiers 10 verges de terres labourables au terroir de Wandelicourt, tenans dÕune liste ˆ Antoine DE SAINT LEGER, dÕun bout au chemin de Monchel ˆ BŽthencourt, dÕun bout ˆ la dame DOFLANDRE, tenu du prieur dÕAubigny, chargŽ de terrage et rŽputŽ bonne terre ;

2) Item 1/2 mesure prise en 10 quartires au terroir du dit Wandelicourt, tenante dÕune liste ˆ la part prŽcŽdente, dÕautre ˆ la part suivante, dÕun bout ˆ Marie BRICAIGNE, dÕautre bout ˆ la dame DOFLANDRE, tenue du sieur HOUDOUART, chargŽe de terrage et rŽputŽe bonne terre ;

3) Item 6 quartiers au terroir du dit Wandelicourt, tenans aux hoirs Jean BOCQUET, dÕun bout ˆ Guislain GAUDART, tenu du sieur HOUDOUART, chargŽ de terrage et rŽputŽ terre mauvaise ;

4) Item 5 quartiers pris en 4 mesures au terroir du dit Wandelicourt, tenans dÕune liste ˆ 5 quartiers de la part de Nicolas BOURDREZ et sa femme, dÕautre liste ˆ 6 quartiers lŽguŽs par Farine de Quint ( ?) pour la part des cadets dans les fiefs, dÕun bout ˆ la dame DOFLANDRE, dÕautre ˆ la dame .., tenu du comte dÕEGMONT, estimŽs terre mŽdiocre ;

5) Item 1/2 mesure prise en 3 au terroir de Penin tenante ˆ la part prŽcŽdente, dÕun bout ˆ Antoine CANDELEIR, dÕun bout au nommŽ BEAUMONT, tenue du seigneur de Penin, chargŽ de 3 deniers de rente fonssire, estimŽ bonne terre ;

6) item 1/2 mesure 1/2 quartier au terroir dÕEscoivre, tenans de liste aux hoirs Vindicien SEVIN, dÕun bout au chauffour, dÕautree bout au manoir des hoirs Pierre WAVELET, tenu du sieur MATHON, chargŽ de 20 sols de rente fonssire, rŽputŽ terre mauvaise ;

7) Item 1/2 mesure prise en 6 quartiers au teroir dÕEscoivre, tenans dÕune liste ˆ la chaussŽ de Brunehault, dÕun bout au plat fosset, tenu du sieur MATHON, chargŽ de 2 boisseaux dÕavoine, et le 1/3 de 2 chapons de rente fonssire, rŽputŽ terre mŽdiocre ;

8) Item 1/2 mesure prise en 6 quartiers au terroir du dit Escoivre, tenans dÕune liste ˆ la part prŽcŽdente, dÕautre ˆ la part suivante, de bout ˆ la chaussŽ Brunehault, tenue du sieur MATHON, chargŽ de 2 boisseaux 3 quartrons dÕavoisne et 1/2 chapon de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

9) Item 3 quartiers au terroir de Saint Eloy tenans dÕune liste au sieur WATELET dÕautre au sieur DERAIN, de bout ˆ Franois DUBOIS, tenu du sieur WATELET, rŽputŽ bonne terre ;

10) Item 3 quartiers pris en 7 au terroir du dit Saint Eloy tenante dÕune liste ˆ la part prŽcŽdente, dÕun bout aux chemins des meusniers, dÕautre bout aux hoirs Pierre Paul DELAUTTRE, tenu de lÕabbaye du Mont Saint Eloy, rŽputŽ bonne terre ;

11) Item 44 verges en une pice au terroir de Saint Eloy, tenans dÕune liste aux hoirs Jean DUBOIS, dÕautre aux hoirs MOUFFLE, de deux bouts ˆ la terre de la dite abbaye, tenu dÕicelle, chargŽ de terrage et rŽputŽ bonne terre ;

12) Item 1/2 mesure de manoir prise en 6 quartiers listans au manoir Pierre Franois et maitre Jean HAPIOT, dÕautre ˆ la part suivante dÕun bout aux bois du sieur MATHON, dÕautre bout ˆ la rue dÕenfer, tenu de la dite abbaye, chargŽ de 2 boisseaux de bled de rente fonssire ;

13) Item 1/6 de 2 mesures de manoir au dit Saint Eloy, tenans ˆ la part prŽcŽdente, dÕautre ˆ la part suivante, dÕun bout ˆ la rue dÕenfer, tenue de la dite abbaye, chargŽ dÕun boisseau 1/2 de bled et un chappon de rente fonssire ;

14) Et finalement une mesure 20 verges de terres au terroir du dit Saint Eloy prise en 5 mesures tenans dÕune liste ˆ la part des enfans Antoine FOURNIER, dÕutre ˆ la part de Jean de NUNCQ, dÕun bout au bois de Saint Eloy, dÕautre au sieur dÕEscoivre, tenu de la dite abbaye, et chargŽ dÕun sol 6 deniers de rente fonssire, rŽputŽ terre ...

Et au lot et part de Marie Rose FOURNIER et ses soeurs, sixiesme comparans, sont aussy tombŽ et appartiendront doresnavant les parties de manoirs et terres suivantes :

1) Scavoir 3 quartiers 6 verges au terroir de Wandelicourt tenans dÕune liste et dÕun bout ˆ la dame DOFLANDRE, dÕautre liste ˆ George BETHENCOURT, tenu du sieur DOFFLANDRE, et chargŽ de terrage et 5 sols de rente fonssire, rŽputŽ bonne terre ;

2) Item 1/2 mesure 17 verges 1/2 dÕenclos au dit Wandelicourt, tenante dÕune liste ˆ la part suivante, dÕautre ˆ Jean DENUNCQ, dÕun bout au bois du comte DE SOBRE, dÕautre au sieur ROUVROY, tenu du dit sieur DOFFLANDRE, chargŽ de 2 sols 9 deniers de rente fonssire, rŽputŽ terre bonne ;

3) Item une mesure au terroir de Monchel tenante dÕune liste ˆ la terre du chapitre dÕArras, dÕautre et de bout ˆ Albert CANDELIER, de bout au comte DE SOBRES, tenue des sieurs du chapitre dÕArras, chargŽ de terrage et rŽputŽ bonne terre ;

4) Item 1/2 mesure prise en 10 quartiers au terroir de Wandelicourt tenante de liste aux hoirs Venant DE PARIS de bout ˆ Marie BRICAIGNE de bout ˆ la terre DOFFLANDRE, tenue du sieur HOUDOUART, chargŽ de terrage et rŽputŽe bonne terre ;

5) Item 6 quartiers au terroir de Wandelicourt, tenant dÕune liste et dÕun bout ˆ la dame DOFFLANDRE, dÕautre liste aux hoirs Jacques BLANCHET, tenue de la dame DUREPAIRE, chargŽe de terrage, rŽputŽe terre mauvaise ;

6) Item 1/2 mesure prise en 6 quartiers au terroir dÕEscoivre tenant dÕune liste ˆ la parte prŽcŽdente dÕautre ˆ la part suivante dÕun bout au part fossez dÕautre bout aux hoirs Pierre WAVELET, tenue du sieur MATHON, et chargŽe dÕun demi boisseau dÕavoisne, et le 1/3 dÕun 1/2 chapon, rŽputŽ terre mŽdiocre ;

7) Item 1 mesure prise en 5 quartiers au terroir dÕEscoivre listante ˆ la parte suivante, dÕautre liste au sieur DU CARIEUL, dÕun bout au chemin du Bois Rigault, tenue du dit sieur MATHON, chargŽe de 2 boisseaux 1 quartron 1/2 de bled de rente fonssire, rŽputŽe terre mŽdiocre ;

8) Item 1/2 mesure prise en 6 quartiers au dit terroir dÕEscoivre tenans de liste ˆ Louis DUBOIS dÕun bout ˆ la chaussŽ BRUNEHAULT, tenue du dit sieur MATHON, chargŽe de 2 boisseaux 1/2 de bled et 2/3 dÕavoine et 1/2 chapon de rente fonssire, rŽputŽ terre mŽdiocre ;

9) Item 1 quartier 6 verges 1/4 tenans de deux sens ˆ la terre de lÕabbaye de Saint Eloy dÕautre ˆ Marie SEVIN dÕautre aux hoirs Franois DUBOIS, tenue du marquis de Saint Floris, chargŽe dÕun boisseau de bled de rente fonssire, rŽputŽe bonne terre ;

10) 1/2 mesure 4 verges au dit terroir de Saint Eloy, tenante dÕune liste ˆ Marie SEVIN, de deux bouts ˆ la terre de lÕabbaye de Saint Eloy, tenue du sieur de Saint Floris, chargŽ de 2 boisseaux de bled de rente fonssire et rŽputŽe bonne terre ;

11) Item 3 quartiers au terroir de Saint Eloy tenans dÕune liste aux hoirs de Philippe SEVIN dÕun bout ˆ maitre Jean HAPIOT dÕautre bout ˆ Pierre Paul DELAUTRE, sans savoir le seigneur ny la rente, mais rŽputŽe bonne terre ;

12) Item 1/2 mesure de manoir prise en 6 quartiers sŽans au village de Saint Eloy tenans dÕune liste ˆ la part prŽcŽdente dÕautre ˆ la parte suivante dÕun bout au bois du sieur MATHON dÕautre bout au bois de lÕenfer, tenu de la dite abbaye chargŽ de 2 boisseaux de bled de rente fonssire ;

13) Item le 1/6 de 2 mesures de manoir au dit Saint Eloy, listans ˆ la parte prŽcŽdente dÕautre ˆ la part suivante de bout ˆ la rue dÕenfer, tenue de la dite abbaye chargŽ dÕun boisseau 1/2 de bled et 1/2 chapon de rente fonssire ;

14) Et finalement 1 mesure 20 verges de terres du terroir de Saint Eloy prise en 5 mesures, tenans ˆ la part de Philippe DUBOIS dÕautre liste au bois du dit Escoivre, dÕun bout au bois de Saint Eloy dÕautre bout ˆ Nicolas BOURDREZ, tenue de la dite abbaye, dÕun sol 6 deniers de rente fonsire, rŽputŽ terre mauvaise.

Et finalement au lot et part de Jean DE NUNCQ et sa femme quatrieme comparans sont tombŽes et appartiendront aussy doresnavant les parties de manoirs et terres cy aprs :

1) Scavoir 6 quartiers de terres labourables au terroir de Vandelicourt listans ˆ Albert CANDELIER, dÕautre et dÕun bout ˆ la dame DOFFLANDRE, dÕautre bout au sieur ROUVROY tenus du sieur HOUDOUART et la dame DUREPAIRE, chargŽ de terrage, rŽputŽ bonne terre ;

2) Item 1 mesure et 1/2 quartier au terroir du dit Wandelicourt ˆ lÕusage dÕenclos, tenans ˆ la partie prŽcŽdente, dÕautre aux terres des religieuses ..., dÕun bout au bois du comte de SOBRE, tenue du sieur DOFLANDRE chargŽ de 4 sols de rente fonsire, rŽputŽe bonne terre ;

3) Item 6 quartiers pris en 2 mesures au terroir de BŽthencourt, tenans de deux sens au comte de SOBRES, dÕautre ˆ la deuxiesme et troisiesme part, et dÕautre ˆ Marie BRICAIGNE, tenue du comte de SOBRE, chargŽ de terrage, rŽputŽ tere mauvaise ;

4) Item 3 quartiers au terroir du dit Wandelicourt tenans dÕune liste et dÕun bout au sieur ROUVROY, dÕautre liste ˆ Estienne BLANCHANT, dÕun bout ˆ Guillaume BONNEL, tenue du sieur HOUDOUART, chargŽe de terrage et rŽputŽ terre mŽdiocre ;

5) Item 1/2 mesure au terroir de Berles tenans dÕune liste et dÕun bout ˆ Baptiste CANDELIER dÕautre bout au terroir de Penin, tenus du seigneur du dit Berles, chargŽ de terrage, rŽputŽ bonne terre ;

6) Item 1/2 mesure au terroir dÕAcq tenante ˆ Jacques HENRY dÕun bout ˆ Marie LOUARNIER (=WARNIER) dÕautre ˆ Guislain COLLIN, tenus de lÕabbaye de Saint Eloy, chargŽe de 3 quartrons de bled de rente fonsire rŽputŽ bonne terre ;

7) Item 1/2 mesure prise en 6 quartiers au terroir dÕEscoive tenante dÕune liste aux hoirs Philippe SEVIN, dÕun bout au plat fosset, dÕautre aux hoirs Pierre WAVELET, tenue du sieur MATHON, chargŽe de 1/2 boisseau dÕavoisne et 1/3 dÕun demi chapon de rente fonsire, rŽputŽ terre mŽdiocre ;

8) Item 1 quartier pris en 5 listante ˆ Jean Baptiste LE BLAN dÕun bout au bois Rigau dÕautre bout au sieur GALHAULT terroir dÕEscoivre, tenu du dit sieur MATHON, chargŽ de 1/2 boisseau 1/2 quartron de bled de rente fonssire, rŽputŽ mŽdiocre terre ;

9) Item 3 quartiers pris en 3 mesures au terroir de Saint Eloy au lieu nommŽ la Motte, tenans dÕune liste vers midy aux hoirs Jean Franois DUBOIS, dÕun bout ˆ la terre de lÕabbaye de Saint Eloy vers lÕoccident, tenu du sieur marquis de Saint Floris, chargŽ de 3 boisseaux de bled de rente fonsire, rŽputŽ bonne terre ;

10) Item 5 quartiers au dit terroir de Saint Eloy, au lieu aussy nommŽ la Motte, tenante de liste vers midy aux hoirs Jean Franois DUBOIS, dÕautre au sieur DERAIN, de bout ˆ la terre de lÕabbaye de Saint Eloy, dÕautre ˆ la premire part, tenus du sieur WATTELET chargŽ dÕun sol 3 deniers de rente fonsire et rŽputŽ bonne terre ;

11) Item 18 verges de terres enclavŽs dans les terres de la dite abbaye de Saint Eloy listans aux hoirs Franois DUBOIS dÕautre ˆ Franois ALEXANDRE, des deux bouts ˆ la dite abbaye, tenue icelle sans scavoir la redevance rŽputŽe terre mŽdiocre ;

12) Item 1/2 mesure de manoir prise en 6 quartiers au dit Saint Eloy listans ˆ la ruelle Dannel, dÕun bout au sieur WATELET et le bois du sieur MATHON, dÕautre ˆ la rue dÕenfer, tenue de la dite abbaye, chargŽe de 2 boisseaux de bled de rente fonsire ;

13) Item la sixiesme partie de 2 mesures de manoir sŽans au dit Saint Eloy listans ˆ Jean Philippe ANCHEN dÕun bout ˆ maitre Jean HAPIOT dÕautre bout ˆ la rue dÕenfer tenus de la dite abbaye et chargŽ dÕun boisseau 1/2 de bled et un chapon de rente fonsire ;

14) Et finalement une mesure 20 verges de terres prise en 5 mesures au terroir du dit Saint Eloy tenans ˆ la part du dit Philippe DUBOIS dÕune liste et dÕautre au seigneur dÕEscoivre dÕun bout au dit seigneur dÕEscoivre dÕautre au bois de Saint Eloy tenu de la dite abbaye chargŽ dÕun sol 6 deniers de rente fonsire et rŽputŽ terre mauvaise.

Et comme il y a des mesmes successions 7 mesures et 1 quartier de terre tenus en fief au terroirs de Wandelicourt et BŽthencourt, dont en doit revenir au pu”nez une mesure 45 verges allencontre des enfans du dit Nicolas DUBOIS leur frre aisnŽ les dites parties en ont fait partage et division amiablement et ˆ lÕintervention que dessus comme ensuit.

CÕest ˆ savoir quÕappartiendront aux dits Jean Martin et Marie Jeanne DUBOIS enfans du dit Nicolas les parties suivantes :

1) 3 mesures tenues en fief du comte de SOBRE sŽantes sur le terroir de BŽthencourt tenantes dÕune liste et dÕun bout ˆ la terre du dit seigneur comte de SOBRE, dÕautre bout ˆ George CAPY ;

2) Plus 7 quartiers tenans et sŽans comme dessus tenans dÕune liste et dÕun bout ˆ George DE BETHENCOURT, dÕautre liste au comte de SOBRE, dÕun bout au chemin qui mne de Tincques ˆ Wandelicourt ;

3) Finalement de fief sŽante ˆ Wandelicourt tenue du seigneur comte dÕEGMONT tenante dÕune liste au sieur HOUDOUART, dÕautre ˆ la pauvretŽ de Berles, et de bout ˆ la dame DOFLANDRE.

Et pour le quint revennant aux cadets leur appartiendra par indivis 6 quartiers de terre labourable au terroir de Wandelicourt tenu du dit seigneur comte dÕEGMONT pris en 4 mesures tenans dÕune liste au sieur LALLART de bout ˆ la dame DUREPAIRE dÕun bout ˆ la dame DOFLANDRE et dÕautre liste ˆ la quatriesme part cy devant mentionnŽe.

Dans le partage cy dessus nÕa estŽ compris un manoir non amazŽ sŽans ˆ BŽthencourt contenans une mesure ou environ tenans de liste ˆ Charle LEBLAN de bout au flŽgard attendu que le dit GRENIER prŽtend au nom de ses enfans luy appartenir seul suivant la coustume du lieu et les autres comparans au contraire pour quoy sans prŽjudice au droit des parties le dit manoir est demeurŽ indivis promettans les dits comparans respectivement et stipulans chacun comme il est dit et s qualitŽs cy dessus le prŽsent partage tenir entretenir conduire et garantir de tous troubles et Žvictions quelconques lÕun envers lÕautre et de dŽcharger ˆ lÕavenir chacun les rentes fonsires dont sont chargŽs les dits immeubles ˆ eux tombŽs comme il est dŽclarŽ et spŽcifiŽ ˆ chacun article obligeans ˆ cet effet lÕun envers lÕautre leurs biens prŽsens et avenir y accordans toutes seuretŽes requises acceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ toutes choses contraires mesme au besoin les dites femmes et filles au droits du senatus consult Weileian et ˆ lÕautentique si qua mullier ˆ elles donnŽ ˆ entendre aprs qua encore estŽ conditionnŽ entre les parties que les bastimens et arbres montans qui sont sur les manoirs cy dessus partagŽs au village de Mont Saint Eloy ne sont point compris au dit partage mais que les dits bastimens et arbres appartiendront par Žgale portion ˆ chacun des dits comparans.

Ainsi fait et passŽ dans la citŽ dÕArras le 24 dÕavril 1711 et pardevant les notaires sousignez avec les dits comparans ˆ la reserve de la dite Marei Rose FOURNIER qui nÕest point prŽsente et qui devra venir ratifier les prŽsentes incessament aiant le dit COLLIGNON jettŽ et tirŽ le sort en sa dite qualitŽ tant en son nom quÕen celuy de la dite FOURNIER. Etoit signŽ : marques de Marie Jenne GRENIER, Benoist DUBOIS, Philippe DUBOIS, Jean DENUNCQ, Nicolas BOURDREZ, Pierre Franois CAILLERET, DERVILLERS, et comme notaires MANNESSIER et BONNART.

 

 

Bail de Philippe DUBOIS ˆ Julien WAVELET

en date du 9 avril 1712

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs furent prŽsens :

á           Philippe DUBOIS censsier demeurant ˆ Acq dÕune part ;

á           Julien WAVELET laboureur demeurant ˆ Escourie dÕautre part ;

Et reconnurent le premier comparant avoir accordŽ ˆ titre de bail ˆ ferme au second comparant ce acceptant 3 boitellŽes de terres labourables ou environ en 2 pices au terroir du dit Escourie tenant de liste ˆ Jean WAVELET dÕautre ˆ Vindicien SEVIN dont des grandeurs et scituations il se tient content pour en jouir par luy et non autre le temps de 9 ans continuels ayant entrŽ en jouissance et fait la premire despouille au mois dÕaoust dernier de lÕan 1711 au rendage annuel de 4 £ 10 sols quÕil promet payer au dit bailleur au jour de Saint AndrŽ dont la premire est escheue au dit jour de la mme annŽe et ainsy continuer dÕan en an ˆ pareil jour ce bail durant plus promet la dŽcharger et acquitter de toutes rente fonssire et ancienne redevance, taille, aydes, subsides, centiesmes et au dessous, et de payer autres charges et impositions quelconques mises et ˆ mettre tans ordinaires quÕextraordinaires nonobstant renvois contraires ˆ quoy il a dŽrogeans ˆ de tous faire apparoir quittance chacun an, comme aussy les fumer et amender comme bon pre de famille, ˆ quoy faire et laisser jouir par le bailleur tenir et payer par le preneur, il a obligeant leurs biens y accordans tout ouvre de loy requise, acceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois ; passŽ en la citŽ dÕArras le 9 avril 1712 ; signŽ Philippe DUBOIS marque du dit Jean WAVELET et comme notaires MANNESSIER et PAGE.

 

 

Bail entre les hŽritiers de Benoist DUBOIS dÕAcq

et AndrŽ BRODEL de Wandelicourt (30 octobre 1713)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs furent prŽsents :

á           Philippe DUBOIS laboureur demeurant ˆ Acque, Nicolas BOURDRET aussy laboureur demeurant ˆ Hautavesne mary et bail de Marie Catherine DUBOIS, Charles COREGNON meusnier demeurant ˆ Gouve tuteur estably par justice aux personnes et biens des enfans de feu Antoine FOURNIER et Marie Jeanne DUBOIS, et Bernard MATHON laboureur demeurant au Mont Saint Eloy mary et bail de Marie Jeanne GRENIER icelle avant veuve de Nicolas DUBOIS, et mre et tutrice lŽgitime des enfans quÕelle a retenu du dit DUBOIS dÕune part ;

á           AndrŽ BERDEL laboureur demeurant ˆ Wandelicourt paroisse de Berles, dÕautre part ;

Et reconnurent scavoir les premiers comparans avoir baillŽ et accordŽ ˆ ferme et louage au dit BRODEL ce acceptant qui promet tenir au dit titre le nombre de 19 mesures ou environ de terres labourables sŽantes en plusieurs pices au terroir du dit Wandelicourt Berles Monchier et allenviron dont des habouts et costŽs il sÕen tient content pour en jouir par luy et non autres le temps de neuf ans continuels ˆ entrer en jouissance pour en fire la premire despouille au mois dÕaoust 1714 au rendage annuel scavoir pour la premire annŽe de 35 £, dont 5 £ seront au dit MATHON pour sa part ˆ ladvenant de 2 mesures 3 boistellŽes quÕil a de propriŽtŽ en la dite qualitŽ dans les dites terres et les autres 30 £ ˆ rŽpartir entre les dits DUBOIS BOURDREZ et COREGNON suivant leurs droits et par chacune des annŽes suivantes 95 £ qui est ˆ lÕadvenant de 5 £ la mesure ˆ rŽpartir comme dessus sauf quÕaprs le mesurage des dites terres sÕil sÕen trouve plus le dit rendage augmentera ˆ proportion ; de mme que sÕil sÕen trouve moins il sera diminuŽ dÕautant ; lequel rendage le dit preneur promet paier aus dits bailleurs au jour de Saint AndrŽ dont la premire annŽe escherra ˆ pareil jour du dit an 1714 et ainsy continuer dÕan en an au dit jour ce bail durant, plus promet le preneur descharger les dites terres de toutes rentes foncires et anciennes redevances tailles aydes subsides centiesmes et toutes autres impositions quelconques mises et ˆ mettre et dÕen faire apparoir quittances chacun an encore bien quÕautrement seroit dit par les envoys ausquels il dŽroge comme aussy les fumer et amender bien et deument comme les voisines et comme bon pre de famille et les remettre et entretenir en leur droite solle et composture ordinaire, ˆ quoy faire et laisser jouir les bailleurs accordent mise de fait au prŽsent bail tenir paier et accomplir par le preneur quÕil oblige ses biens prŽsents et ˆ venir sy accordant main assize et mise de fait ˆ ses despens domicile esleu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois. PassŽ en la CitŽ dÕArras le 30 dÕoctobre 1713. Etoit signŽ Philippe DUBOIS Nicolas BOURDREZ Charles CARREGNON AndrŽ BRODEL, et comme notaires MANNESSIER et CARTON.

 

 

Contrat de mariage du  3-2-1714 entre

Jean Toussain HERBET et Guislaine Laurence GENEL

(4E 18/291)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs furent prŽsens :

á               Jean Toussain HERBET marŽchal ferrant ˆ Acque, fils ˆ marier de deffunt Jean HERBET et Magdeleine BACQUEVILLE, assistŽ de Guislain HERBET son frre dÕune part ;

á               Jacqueline DAMBRINE, veuve de Bernard GENEL vivant mŽnager demeurant audit Acque et Guislaine Laurence GENEL sa fille ˆ marier dÕautre part ;

Et reconnurent pour parvenir au traitŽ de mariage meu et pourparlŽ entre le dit Jean Toussaint HERBET et la dite GENEL qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Sainte Eglise et paravant quÕentrÕeux y en ait aucune foy ny promesse, ils ont traitŽ et convenu de leurs portements retours devis et conditions de la manire suivante.

Premirement quant au portement dudit mariant il a dŽclarŽ avoir ˆ luy appartenant un manoir amazŽ de maison et autres Ždifices, avec sa forge enclume et ustensiles de sa profession, contenant le dit manoir 9 coupes scituŽ au dit Acque o il rŽside et dÕestre amiablement vestu suivant sa condition, plus quÕil a en argent 450 £ et 1 boitellŽe de terre ˆ labour provenant le dit manoir et terre de la succession de ses pre et mre duquel portement la dite mariante et assistans ont dŽclarŽ se tenir content .

Et au regard du portement de la mariŽe ladite DAMBRINE sa mre promet luy donner et payer sitot le mariage consommŽ la somme de 75 £ et une vache noire et blanche estimŽe 36 £ et un lit garny selon son estat, donne ˆ la dite mariante sa fille en advencement dÕhoirie et de succession 7 couppes de terres ˆ labeur en trois pices au terroir dÕAcque scavoir 1/2 mesure avec lÕadvessie ˆ bled y croissant tenant de liste ˆ Martin BACQUEVILLE et Jean Louis HERBET, la deuxime 1/2 mesure au fond Boulet tenant de liste au lieu du Fermont dÕautre ˆ la dite DAMBRINE, et 3 boitellŽes tenant de liste ˆ Jean GENEL et ˆ Marie Jeanne ALLART pour en jouir sitot le mariage consommŽ ˆ charge de rentes foncires et anciennes redevances jusquÕau dŽcs de la dite DAMBRINE que lors les dits terres reviendront en partage et mont commun entre la mariante et son dit frre ou ses enfans par reprŽsentation quÕelle leur accorde pour une teste ; plus donne encore ˆ sa fille un coffre et une marmite ˆ sa discrŽtion estant au surplus honnestement vestue et habillŽe suivant son estat duquel portement le dit mariant a aussy dŽclarŽ se tenir content .

Ce fait a estŽ parlŽ et convenu entre les parties quÕarrivant le predecez du dit mariant, soit quÕil y ait enfans vivants nŽs apparans ˆ na”tre ou non la dite mariante aura et remportera tous ses habits linge bagues et joyaux son lit garny en lÕestat quÕil sera, son coffre sans or ni argent, son portement immobiliaire et ce que durant ce mariage luy sera succŽdŽ et eschu ou la valeur en cas de vente ou alliŽnation et pardessus ce la somme de 150 £ pour son douaire conventionnel y compris son portement mobiliaire, le tout franchement sans charge de debtes obsecques ny funŽrailles, ˆ prendre et accoir ( ?) en principut sur les plus clairs et apparans biens que dŽlaissera le mariant sinon elle pourra se tenir ˆ ses droits de douaire coustumiers dont elle aura le choix en remportant davant part ses dits habits linges bagues et joyaux portement successsion et obventions ou la valeur en cas de vente ou aliŽnation ; et au contraire sy la mariŽe prŽdŽcde le mariant sans dŽlaisser enfans vivans le dit mariant demeurera en tous biens meubles de la communautŽ en payant les debtes obsecques et funŽrailles et en rendant comme il promet faire aux hŽritiers dÕicelle un an aprs son dŽcs la somme de 60 £ avec son portement et successsion immobliliaire ou la valeur en cas de vente ou aliŽnation ; au regard des acquets que pourront faire les dits mariants durant leur conjonction de telle nature et condition ils soient et scituŽs et assis, fiefs anciens manoirs main ferme et terres scituŽes en eschevinage ou autrement soit que la mariante soit dŽnommŽe s contrat saisie ou non le survivant jouira de la totalitŽ sa vie durant de la moitiŽ propriŽtairement et de lÕautre usufruitairement pour ˆ son dŽcs la dernire moitiŽ retourner aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ en payans par eux la moitiŽ de ce qui sera restŽ deub du prix des dits acquests ou des debtes contractŽes ˆ raison dÕiceux lequels acquts seront compris toutes retraites lignages qui priveront les lez et costŽs dÕo ils proviendront en restituant par ceux qui en profiteront aux hŽritiers de lÕautre costŽ la juste moitiŽ des deniers employŽs pour y parvenir aprs le trŽpas dudit survivant le tout nonobstant tous us coutumes entravestissement de sang ou par lettre ˆ ce contraires auxquelles les parties ont expressŽment dŽrogŽs et renonce par cette au payement fournisseur et accomplissement leurs biens prŽsens et avenir y accordant ...etc etc

PassŽ en la citŽ dÕArras le 3 fŽvrier 1714. Estoit signŽ marque de Jacqueline DAMBRINE Jean Toussain HERBET Guislaine Laurence GENEL, et comme notaires MANESSIER et HENRY.

 

 

Bail du 5 dŽcembre 1714 de Jean CRETON ˆ Antoine PIOT

(4E 18/291)

 

Pardevant notaires royaux dÕArtois soussignŽs furent prŽsens :

á               Jean CRETON mŽnager demeurant ˆ Agnez les Duisans dÕune part,

á               Antoine PIOT mŽnager demeurant ˆ Hacq dÕautre part ;

Reconnurent les dires parties scavoir le premier comparant avoir baillŽ consenti et accordŽ ˆ bail et louage au deuxime comparant 2 mesures ou environ de terres labourables en 3 pices scituŽes sur le terroir du dit Hacq dont des grandeurs et comprŽhension le dit preneur sÕen tient content pour en estre actuellement occupeur pour en jouir par le dit preneur le temps et espaces de 9 ans continuels pour estre entrer en jouissance ds le jour de Saint RŽmy 1713 et en avoir fait la premire despouille en 1714 et ainsi continuer dÕan en an ce bail durant au rendage annuel de 10 £ par an pour les 2 mesures de chacune annŽe que le dit preneur promet rendre et paier au dit bailleur aujour de Saint AndrŽ dont la premire escheue au dit jour de Saint AndrŽ dernier de cet an 1714 et ainsi continuer le dit paiement dÕan en an le bail durant plus promet rendre le dit preneur descharger et acquitter les dites terres de toutes rentes foncires et anciennes redevances tailles aides subsides centiesmes et toutes autres impositions quelconques mises et ˆ mettre, et dÕen faire apparoir quittance chacun an plus sera tenu de les fumer et amender bien et deument comme un bon pre de famille et les entretenir en leur droitte solle et composture ordinaire ˆ quoy faire et laisser jouir par le bailleur il accorde mise de fait au prŽsent bail tenir paier et accomplir par le preneur sous lÕobligation de tous ses biens prŽsens et avenir y accordant toutes seuretŽs requises domicile esleu ˆ la maison rouge ˆ Arras acceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois. PassŽ en la citŽ dÕArras le 5 dŽcembre 1714 pardevant que dessus et ont signŽ Jean CRETON, marque du dit Antoine PIOT etcomme notaires MANNESSIER et HENRY.

 

 

 

Contrat de mariage du 5-2-1715 entre

Franois FOURNEZ et Bergitte DE MONCHY

(4E 18/291)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois furent prŽsens :

á               Franois FOURNEZ mŽnager demeurant ˆ FrŽvin Capel, fils de deffunct Franois et de Marie EMBRIE, veuf de Marie CAUCHY, assistŽ de Franois CAUCHY son beau-frre ˆ marier demeurant au dit FrŽvin dÕune part ;

á               Bergitte DE MONCHY jeune fille ˆ marier des deffuncts Philippe et Antoinette DENIS demeurant au dit FrŽvin, assistŽ de Pierre MONCHY son frre demeurant au dit FrŽvin et de Marie Catherine LIEVRE sa cousine dÕautre part .

Et reconnurent les dites parties que pour parvenir au traitŽ de mariage meu et pourparlŽ lequel au plaisir de dieu se fera passera et solemnisera en face de Nostre Mre la Sainte Eglise et paravant quÕentre eux y en ait aucune foy ny promesse de mariage leurs portŽes respectifs avec leur devis retours et conditions cy aprs dŽclarŽs ont estŽ dit et stipulŽ convenus et arrestŽ de la manire qui suit scavoir :

Quant au portement du mariant il dŽclare avoir en meubles meublans et autre effets pour la valeur de 100 £ une fois suivant la prisŽe et estimation qui en at estŽ faite par les gens de loix du dit lieu dont la moitiŽ luy appartient ; et lÕautre ˆ Marie Joseph FOURNEZ sa fille issue de sa premire conjonction, pour fourniture mobiliaire de sa mre ˆ laquelle appartiendra encore deux jupes de sa mre une verde et une brune, duquel portement la dite mariante a dŽclarŽ se tenir contente.

Et au regard de celuy de la mariante elle nÕen fera aucune dŽclaration dÕautant que le mariant a dŽclarŽ sÕen tenir content.

Ce fait a estŽ traitŽ et convenu quÕarrivant le prŽdŽcs de lÕun ou de lÕautre des mariants soit quÕil y ait enfans vivans ou non de leur conjonction, le survivant sera propriŽtaire et demeurera dans tous les biens meubles et effets de leur communautŽ acquests et conquests en payant les dettes obsecques et funŽrailles, sauf les immeubles qui appartiendront et pourront succŽder aux dits mariants qui suivront leur coste et ligne et retourneront ˆ leurs h Žritiers en payant par eux au dit survivant la valeur des batiments qui pourroient estre Žriges sur iceux au dire dÕexperts le tout nonobstant tous les coutumes entravestissement de sang ou de lettres ˆ ce contraire ˆ quoy les dites parties ont renoncŽ et renoncent par ces prŽsentes, ce quÕils promettent respectivement tenir entretenir et le tout entiŽrement accomplir y accordans toutes seuretŽs requises, domicil esleu ˆ la maison rouge ˆ Arras, aceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contraires. PassŽ ˆ la citŽ dÕArras le 5 fŽvrier 1715 par devant que dessus, aprs que le dit Pierre DE MONCHY comparant a dŽclarŽ quÕen cas quÕil meure sans enfans de lŽgitime mariage il institue la mariante sa soeur son hŽritire universelle et ont signŽ : marque du dit Franois FOURNEZ, de la dite Bergitte DE MONCHY, Franois CAUCHY, Pierre DE MONCHY.

 

 

Fin du litige concernant lÕhŽritage des enfants de

Mathias PROUVEUR Žpoux de Franoise DE SAULTY (2-8-1717)

(4E 18/292)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs furent prŽsents :

á               Guislaine PROUVEUR veuve de Guislain GENEL,

á               Marguerite PROUVEUR veuve dÕAntoine CUISINIER,

á               Marie Claire PROUVEUR veuve de Nicolas LE FAIT,

á               Jacques HENRY pre et tuteur lŽgitime des enfans que lui a laissŽs feue Anne PROUVEUR sa femme,

á               Mathias PROUVEUR fils de Jean tant en son nom que stipulant pour Julien et Antoine Luc ses frres,

á               Jacques MOLIN fils et hŽritier de Magdeleine PROUVEUR stipulant tant en son nom quÕen ceux et se portant fort de Philippe, Marie Catherine et Marie Joseph MOLIN ses frre et soeurs demeurant ˆ Wanquetin et les devant nommŽs ˆ Acq,

á               et Charles GRENIER laboureur ˆ Agnez les Duisant curateur des enfans mineurs de feu Jean GRENIER son pre et Marie Jeanne PROUVEUR sa femme ses frres consanguins, et sous le bon plaisir de Jean Guislain FREVILLE tisserand et Claire Franoise GRENIER sa femme aussi fille dudit Jean et de ladite PROUVEUR, qui devront ratifier ces prŽsentes pour avoir leur entire exŽcution ; iceux du surnom PROUVEUR enfans et hŽritiers des dŽfunts Mathias PROUVEUR et de Franoise DE SAULTY vivants demeurant ˆ Acq dÕune part ;

á               Guislaine COLIN veuve de Guislain PROUVEUR demeurant audit Acq aussy fils et hŽritiers des dŽfunts Mathias et Franoise DE SAULTY tant en son nom quÕen ceux et comme mre et tutrice lŽgitime des ses enfans dÕautre part.

Lesquelles parties voulant mettre fin et restreindre toutes difficultŽs pendantes entrÕelles au sujet du manoir amazŽ de maison grange estable et autres Ždifices sŽant audit Acq provenant de feu Mathias PROUVEUR et de ladite DESAULTY possŽdŽ et occupŽ par la seconde comparante et que les premiers comparans prŽtendoient avoir tre rapportŽ en la masse commune de la succession de leurs pre et mre communs pourquoy ils ont baillŽ leur requte aux officiers de la gouvernance dÕArras rŽpondue le 12 dŽcembre 1715, sur laquelle et deffences de la seconde comparante, sentence est intervenus le 22 may 1716 qui a dŽclarŽ les premiers comparans non recevables s fin et conclusion de leur dite requte avec condamnation de dŽpens, de laquelle les premiers comparans ayant interjetŽ appel au Conseil dÕArtois sentence y est aussi intervenue le 27 avril dernier infirmative de celle de ladite gouvernance et qui ordonne conformŽment au testament de la dite DE SAULTY y dattŽ le dit manoir et hŽritage sera remis dans la masse de la succession et partagŽ entre tous les cohŽritiers et condamne la seconde comparante ˆ rapporter les funts depuis le dŽcs de ladite DE SAULTY et aux dŽpens des deux instances, laquelle dernire sentence la seconde comparante a interjetŽ appel au Parlement de Paris et y assignŽ sur anticipation dudit appel de la part des premiers comparans, et comme pour parvenir ˆ un arrest dont lՎvŽnement est incertain en Žgard aux deux premiers jugements et quÕil faudroit de part et dÕautre y exposer de grands frais, ˆ quoy voulans Žviter et vivre en paix et bonne intelligence comme parens si proches, les parties, de lÕavis de leurs conseils et bons amis ont convenu traitŽ et transigŽ amiablement absolument et irrŽvocablement en la manire suivante :

Savoir est que moiennant la somme de 210 livres Artois, faisant 30 livres ˆ chacun des premiers comparans au nombre de sept testes, la moitiŽ dans six mois, et lÕautre moitiŽ dans un an dÕhuy, outre la promesse quelle fait de paier les frais dŽpens et dŽbours ensuivis au dit procs tant au Conseil Gouvernance dÕArras quÕau Parlement de Paris, les premiers comparans laissent et abandonnent ˆ la dite seconde comparante et ses enfans tant ledit manoir amazemens et hŽritage dont est cy devant parlŽ.

PassŽ en la citŽ dÕArras le 2 aoust 1717. SignŽ : marque de Guislaine PROUVEUR, Marguerite PROUVEUR, Marie Claire PROUVEUR, Mathias PROUVEUR, Jacques MOLIN, Charles GRENIER, Guislaine COLLIN, Jacques HENRY, et pour notaire MANNESSIER avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage du 16-4-1718 entre

Jean Jacques GERNƒ et Marie BOURDREZ

(4E 18/292)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs furent prŽsens :

á               Barbe DELEPLACE, veuve de Philippe GERNƒ, demeurant ˆ Camblin lÕAbbŽ, et Jean Jacques GERNƒ son fils ˆ marier, assistŽ de Jacques GERNƒ son frre, et de Franois DELEPLACE son oncle et Joseph DAMBRINE son bel oncle demeurant ˆ Saint Nazare dÕune part ;

á               Jeanne BAILLY, veuve de Franois CARTON, demeurant ˆ Acq, et en premires noces de Guilain BOURDREZ, et Marie BOURDREZ sa fille ˆ marier dÕautre part ;

Et reconnurent pour parvenir au traitŽ de mariage meu et pourparlŽ entre le dit Jean Jacques GERNƒ et la dite Marie BOURDREZ qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Sainte Eglise et paravant quÕentrÕeux y en ait aucune foy ny promesse, ils ont traitŽ et convenu de leurs portements retours devis et conditions de la manire suivante.

Prime quant au portement du mariant la dite DELPLACE sa mre a promis luy donner et paier sitost ce mariage consommŽ la somme de 100 £ une fois, plus la dŽpouille croissante sur une demi mesure de terre avestie de bled, et 2 razires de bled secq, et un habit tel quÕelle voudra avoir honneur, duquel portement la mariante a dŽclarŽ se tenir contente.

Et au regard du portement de la mariante, elle dŽclare quÕil luy appartient de la succession de son pre 3 mesures de terre labourable, et un manoir amazŽ de maison et autres Ždifices situŽ au dit Acq contenant 1 mesure, plus la dite BAILLY sa mre promet lui donner sitost ce mariage consommŽ une vache de son estable de la valeur de 24 £, estant au surplus honestement vestue selon son Žtat , duquel portement le dit mariant a dŽclarŽ se tenir content.

Ce fait a ŽtŽ traitŽ et stipulŽ entre les marians quÕarrivant le prŽdŽcs de lÕun dÕeux, soit quÕil y ait lors enfans vivans apparans ˆ naitre ou non, le survivant sera propriŽtaire et demeurera dans tous les meubles et effets tŽputŽs tels de leur communautŽ en paiant les dettes obsques et funŽrailles, sera aussy le dit survivant viager des biens immeubles que laissera le premier mourant.

Et au regard des acquts quÕils pourront faire durant leur conjonction de telle nature et condition ils soient : fiefs, anciens manoirs, mains fermes, maisons en eschevinage ou autrement, soit que la mariante se trrouve nommŽ s contracts, saisie ou non, le survivant jouira de la totalitŽ sa vie durante de la moitiŽ propriŽtairement et de lÕautre usufruitiairement, pour aprs son dŽcs la dernire moitiŽ retourner aux hŽriters du prŽdŽcŽdŽ en paiant par eux la moitiŽ de ce quy sera restŽ deu du prix des dits acquts ou dettes contractŽs pour raison dÕiceux au trŽpas du premier mourant ; lesquels acquts seront compris tous retraits lignages qui priveront les lez et costŽs dont ils procŽderont en restituant par ceux qui en profiteront aux hŽritiers de lÕautre costŽ la moitiŽ des deniers employŽs pour y parvenir.

En faveur duquel mariage les dits BAILLY et DELEPLACE ont respectivement accordŽ rerprŽsentation en leurs successions aux enfans ˆ naistre de leur conjonction pour une teste au lieu de leur pre ou mre dŽcŽdŽ en reportant en mont commun les avances ˆ eux faites par leur prŽsent mariage. Le tout nonobstant...etc...etc...

PassŽ en la citŽ dÕArras le 16 avril 1718. Marques de Barbe DELEPLACE, Jeanne BAILLY, Jean Jacques GERNƒ, Marie BOURDREZ ; et comme notaires MANESSIER et HENRY.

 

 

Contrat de mariage en date du 1-5-1720 entre

Jean Baptiste BOURDREZ et Anne Franoise GENEL

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs furent prŽsents :

á               Jean Baptiste BOURDREZ jeune homme ˆ marier, demeurant ˆ Hautavesne, fils des dŽfunts Claude BOURDREZ et Marie Antoinette DENART, assistŽ de Nicolas BOURDREZ son oncle laboureur demeurant au dit lieu dÕune part ;

á               Guilaine PROUVEUR, veuve de Guilain GENEL vivant charpentier, demeurant ˆ Acque, et Anne Franoise GENEL sa fille ˆ marier, assistŽe de Guilain GENEL son frre charpentier demeurant ˆ Acque dÕautre part ;

Et reconnurent pour parvenir au traitŽ de mariage meu et pourparlŽ entre le dit Jean baptiste BOURDREZ et la dite Anne Franoise GENEL qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Sainte Eglise et paravant quÕentrÕeux y en ait aucune foy ny promesse, avoir et ont traitŽ convenu de leurs portement retours et conditions en la manire suivante.

Premirement quant au portement du mariant il dŽclare dÕavoir 5 mesures de terre en plusieurs pices au terroir du dit Hautavesne et allenviron, plus la troisime partie dÕun manoir contenant en totalitŽ une demi mesure ou environ, amazŽ la dite part de maison, chambre estable et autres Ždifices, une vache dans son estable, quelques pices de meubles ˆ usage de mŽnage et quÕil est honestement vestu selon son Žtat, duquel portement la mariante et assistans se sont tenus contents.

Et au regard du portement dÕicelle mariante, la dite PROUVEUR sa mre promet luy donner et paier sitost ce mariage consommŽ la somme de 50 £ une fois, plus deux razires de bled secq et une vache de son estable estimŽe 45 £ et en outre en advancement dÕhoirie et de successsion ˆ sa dite fille 5 boitellŽes 1/2 ou environ de terres labourables en trois pices au terroir du dit Acque et Hautavesne, la premire pice remise sus ˆ bled tenant ˆ Guilain WARNIER, la deuxime pice 2 boitellŽes 1/2 audit Acque remise sus de mars tenant ˆ Jacques HENRY et la troisime 1/2 mesure sur Hautavesne aussy avestie de mars tenante aux terres de la Commanderie avec les remises sus qui sont sur les dites terres pour en jouir sitost ce mariage consommŽ ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances, ˆ charge aussi que la mariante et ses enfans par reprŽsentation que la dite PROUVEUR leur accorde en sa succession aprs son dŽcs seront tenus de rapporter en masse commune la dite boitellŽe et les 2 boitellŽes de terre cy dessus et que la pice de 2 boitellŽes 1/2 luy demeurera en propre moyenant laisser suivie ˆ ses frres pareil nombre de terre de la mme valeur dans celles quÕelle laissera, en rapportant aussy par ses autres enfans ˆ la mme masse les terres quelle leur a donnŽ par mariage, dŽclarant que sa fille est bien et honestement vestue et quelle luy donnera une paire de draps et une couverte de lit ˆ sa discrŽtion, duquel portement le mariant sÕest aussy tenu content.

Ce fait et stipulŽ entre les marians quÕarivant le prŽdŽcs de lÕun ou lÕautre, le survivant sera propriŽtaire de tous biens meubles et effets de leur communautŽ en paiant les dettes obsecques funŽrailles, et en rendant par le dit survivant au cas de non enfant vivant, aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ sitost son dŽcs les trois meilleures pices dÕhabillemens ou bagues quÕil dŽlaissera, et si ledit mariant survivra il rendra encore le coffre de la mariante ˆ ses hŽritiers lequel rŽglement cy dessus pour la propriŽtŽ desdits meubles et effects aura lieu soit quÕil y ait enfant vivant nŽ apparant ˆ naistre ou non de leur conjonction, et au regard des biens immeubles patrimoniaux du premier mourant, ils retourneront aprs son dŽcs ˆ ses hŽritiers. Quant aux acquets quÕiceux marians pourront faire durant leur conjonction et de telle nature et condition quÕils soient

Convenu que les acquts immeubles quÕils pourront faire durant leur conjonction, de telle nature ou condition quÕils soient repris seront communs, le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propre et de lÕautre en viager, lesquels seront repris sous retraits lignagiers ; renonans espressŽment ˆ toutes autres coutumes gŽnŽrales locales et autres rigueurs de droit contraires aux prŽsentes. Promettant ˆ ce que dessus tenir payer et le tout accompli sous lÕobligation de leurs biens domicile Žleu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois.

PassŽ en la citŽ dÕArras le 11 mai 1720 pardevant que dessus. Marques de Guislaine PROUVEUR, de Jean Baptiste BOURDREZ, de Anne Franoise GENEL, et comme notaires MANESSIER et BONART avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage du 10-2-1721 entre

Alphonse COUSTIAU et Marie Louise CUISINIER

(4E 18/292)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs furent prŽsens :

á               Alphonse COUSTIAU, jeune homme ˆ marier demeurant ˆ Escoivres, fils des dŽfunts Pierre et Anne DAMBRINE, natif du dit lieu, assistŽ dÕAntoine Luc COUSTIAU son frre aussi demeurant au dit lieu dÕune part ;

á               Marguerite PROUVEUR, veuve dÕAntoine CUISINIER, vivant laboureur demeurant ˆ Hacq, et Marie Louise CUISINIER sa fille ˆ marier, assistŽe de Guilain CUISINIER son frre demeurant au dit lieu dÕautre part ;

Lesquels pour parvenir au traitŽ de mariage meu et pourparlŽ entre le dit Alphonse COUSTIAU et la dite Marie louise CUISINIER qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Sainte Eglise, mais paravant quÕentrÕeux y ait aucune foy ni promesse de mariage ils ont convenu de leurs portemens, retours, denis et conditions de la faon suivante.

Prime quant au portement du futur mariant il a dŽclarŽ avoir ˆ luy appartenant la somme de 300 £ dÕArtois plus quÕil luy compette et appartient un manoir amazŽ de maison grange et estable et autres Ždifices contenant demi mesure situŽ ˆ Ecouave, et un autre manoir non amazŽ contenant 1 boitellŽe au mme lieu, plus le nombre de 7 mesures de terre labourable aux terroirs du dit Escouave et Hacq le tout provenant de la succession de ses feŸs pre et mre et suivant la partage quÕil en a fait avec ses frres et soeurs estant au surplus honestement vestu selon son Žtat appartenant, duquel portement la future mariante a dŽclarŽ en tre contente, aussy bien que de sa bonne vie et renommŽe.

Et au regard de celuy de la future mariante, sa dite mre promet luy paier, donner et fournir la somme de 100 £ Artois une fois, scavoir 50 £ sitost la consommation de ce mariage, et les autres 50 £ au jour de Saint RŽmy prochain, plus promet luy donner sitost ce mariage consommŽ une vache de poil noir de la valeur de 50 £, plus luy donne la dŽpouille croissante sur 3 boitellŽes de terre avesties de bled, pour la dŽpouille et remporter au mois dÕaoust prochain sans aucune charge, et par dessus ce la jouissance pendant la vie de la dite PROUVEUR de 2 mesures de terre au terroir du dit Hacq en quatre pices ; la premire contenant 3 boitellŽes tenant de liste au sieur MATHIEU, la deuxime demi mesure tenante ˆ Guilain LEFAY, la troisime aussy demi mesure tenante de liste au chemin Salbert, et la quatrime 1 boitellŽe tenante de liste aux terres de la cure dÕHacq, pour en jouir sitost la consommation du dit mariage ˆ la rŽserve de la dŽpouille croissante sur la dite boitellŽe ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances, dechargŽ de tous arrŽrages jusque lors estante aussy honestement vestue selon son Žtat qui est tout son portement duquel ensemble de sa bonne vie et renommŽe le mariant a aussy dŽclarŽ en estre content.

Ce fait a ŽtŽ stipulŽ entre les parties quÕarrivant le prŽdŽcs du mariant soit que de leur conjonction il y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ naitre ou non, la mariante aura et remportera tous ses habillements linges bagues et joyaux, son lit garni en lՎtat quÕil sera lors, son coffre sans or ni argent, son portement cy dessus avec ses successions et obventions ou la valeur en cas de vente, charge ou alliŽnation et pour son droit de douaire prefix et conventionnel la somme de 150 £ une fois, le tout franchement sans charge de dettes obsecques et funŽrailles, ˆ prendre et avoir en principal sur les plus clairs et apparans biens du mariant sinon et au lieu de ce, elle pourra se tenir ˆ ses droits et douaires coutumiers tels que par les coutumes des lieux luy devront competter et appartenir ; en remportant toujours davant part en lÕun et lÕautre cas ses dits habilemens linges bagues et joyaux avec ses successions et obventions ou la valeur en cas dÕalliŽnation.

Et au cas contraire arrivant le prŽdŽcs de la mariante sans dŽlaisser enfans vivans de leur conjonction, le dit mariant demeurera en tous moeubles et effets de leur communautŽ en paiant  les dettes obsecques et funŽrailles et en rendant aux hŽritiers dÕicelle comme il promet faire la somme de 100 £ une fois, scavoir la moitiŽ six mois aprs le dŽcs et lÕautre au bout de lÕan avec les trois meilleures pices dÕhabillements ou bagues quelle dŽlaissera, auxquels hŽritiers retourneront ses immeubles avec ceux qui pourront luy succŽder et escheoir ou la valeur en cas de vente ou alliŽnation.

Et quant aux acquts quÕils pourront faire pendant leur conjonction fiefs anciens manoirs, masons et biens en eschevinage ou autres soit que la mariante se trouve dŽnommŽe s contracts saisies ou non, elle sera acquŽresse avec son dit mary et le survivant dÕeux deux sera et jouira de la totalitŽ sa vie durante scavoir de la moitiŽ propriŽtairement et de lÕautre usufruituairement pour aprs son dŽcs la dite moitiŽ retourner aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ en paiiant ˆ cette proportion ce quy sera touvŽ deu desdits acquets au trŽpas du premier mourant, lesquels acquets seront compris tous retarits lignages qui suiveront le lez et costŽ dÕo ils seront provenus en paiant par ceux qui en profiteront aux hŽritiers de lÕautre costŽ la juste moitiŽ des deniers emploiez pour parvenir ˆ lÕacquisition dÕiceux, en faveur duquel mariage la dite PROUVEUR accorde reprŽsentation avoir lieu en sa succession en faveur des enfans ˆ nba”tre pour une tte au lieu de leur mre ˆ lÕencontre de leurs oncle et tante en reportant en mont commun comme devra faire la dite mariante si elle atteint sa succesion, son portement cy dessus ˆ lÕexception des jouissances des deux mesures de terre dont elle jouira sans charge de rapport le tout non obstant tous us, stils, coutumes entravestissement de sang ou par lettres ˆ ce contraires auxquels les parties ont spŽcialement dŽrogŽ et renoncŽ pour la validitŽ des clauses et stipulations avant dites et promettent ce que dessus tenir, entretenir paier et entirement accomplir sous lÕobligation respective de leurs biens prŽsens et avenir y accordant toutes seuretŽes requises aux dŽpens de quy il appartiendra, acceptant ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois.

Fait et passŽ en la citŽ dÕArras le 10 fŽvrier 1721 pardevant que dessus. SignŽ Margueritte PROUVEUR, marques dudit Alphonse COUSTEAU, dÕAntoine Luc COUSTEAU, de Marie Louise CUISINIER ; et comme notaires MANNESSIER et HENRY

 

 

Contrat de mariage du 2-10-1728 entre

Guislain COLIN et Marie Catherine CHRESTIEN

(4E 85/41)

 

Furent prŽsents en personnes :

á               Guislain COLIN, veuve de VŽronique LEFEZ sa femme, demeurant au village dÕAcq, assistŽ de Pierre PRONIER son beau-frre demeurant au village de Gouy Servin dÕune part ;

á               Marie Catherine CHRESTIEN, jeune fille ˆ marier demeurante au dit Gouy, assistŽe de Philippe, Louis, et Pierre Noel CHRESTIEN ses frres demeurants au dit lieu dÕautre part.

Et recognurent les dites parties que pour parvenir au traitŽ de mariage moeu et pour parlŽ entre les dits Guislain COLIN et Marie Catherine CHRESTIEN, lequel au plaisir de Dieu se fera parfera et solemnisera en face de Notre Mre la Sainte Eglise catholicque apposttolicque et romaine, mais auparavant quÕil y ait entre eux aucune foy lien ou promesse de mariage les devis retours charges clauses et conditions dÕiceluy sont comme sÕensuit.

Premirement quant au portement du dit futur mariant il a dŽclarŽ luy compŽter  et appartenir la moitiŽ de tous les moeubles moeublans, or argent, dettes actives, avesties et autres choses rŽputŽes moeubles de communautŽe qui sont prŽsentement existants en sa maison et qui ont estŽ estimez ˆ la somme de 474 £ dont en revient la moitiŽ ˆ Hubert COLIN son fils mineur quÕil a retenu de sa conjonction avec la dite VŽronique LEFEZ sa feue femme, quÕil promet luy payer sitost quÕil aura atteint lՉge compŽtente prendra estat de mariage ou autre honorable, pendant lequel tems il sera obligŽ de le nourrir vestir blanchir chauffer et alimenter et lÕenvoyer ˆ lÕescolle suivant son estat appartenants pour lÕinstruire en la foy catholicque appostolicque et romaine. DŽclarant au surplus avoir en propre le nombre de 5 mesures 1/2 de terres ˆ laboeure en plusieurs pices aux terroirs du dit Acq et allenviron, avec demi mesure de manoir non amazŽ situŽ ˆ Camblignoeul. Des grandeurs listes haboutes et situation la dite future mariante assistŽe que dessus sÕen est tenue et tient pour contente aussy bien que du surplus de son portement.

Et quant ˆ celuy de la dite future mariante elle a dŽclarŽe porter ˆ ce mariage le nombre de 10 quartiers de terres ˆ laboeur en plusieurs pices ; la premire demi mesure au terroir de Gouy, tenant de liste ˆ Guislaine CHOPIN, dÕautre liste ˆ Robert ALEXANDRE ; le deuxime autre demy mesure au terroir de Bouvigny, tenant de liste ˆ Jacques THUILLIEZ, dÕun bout au chemin de Gouy ˆ Bouvigny ; la troisime encore demy mesure tenante de liste ˆ Jean Baptiste VICHERY dÕun bout au chemin de Carinchy ˆ BŽthune ; la quatrime demy mesure tenant de liste ˆ Louis DERVILLERS, dÕun bout au Bois Brismail ; et finallement la cinquime conte encore demi mesure tenant de liste au dit VICHERY dÕun bout au chemin de Gouy ˆ St Nazare, de plus quÕil luy compette et appartient allencontre de ses frres la cinquime partie de trois manoirs amazŽs de maison et autres Ždifices, situez au dit Gouy, avec la troisime partie des moeubles moeublans allant par mŽnage, prŽsentement existants au dit Gouy, le partage sÕen fera au premier jour amiablement entre elle, Philippe et Pierre Noel CHRESTIEN ses frres ; dŽclarant en outre quÕelle a en sa possession la somme de 150 £ Artois, qui est tout son portement, duquel le dit futur mariant assistŽ que dessus sÕen est tenu et tient pour content.

Traitant lequel mariage at estŽ dit et conditionnŽ entre les parties quÕarrivant le trespas du futur mariant paravant celuy de la future, icelle aura et remportera tous ses habits taillez et cousus bagues joyaux ceintures affutures, son coffre pour les mettre, son portŽ cy dessus et tout ce que constant, le dit mariage luy sera donnŽ succŽdŽ obvenue et eschue ou estimation de ce que vendu chargŽ ou alliennŽ seroit ; et pour son droit de douaire conventionnel que lÕon dit amendement de mariage la somme de 300 £ Artois une fois, quÕelle pourra prendre et avoir sur les plus clairs et apparans biens que le futur mariant dŽlaissera, et sans par elle payer aucunes dettes passives obsecques et funŽrailles, sinon et au lieu duquel douaire elle se pourra tenir au droit et douaire coutumier dont des deux elle aura le choix et obtion.

Au cas contraire arrivant le trespas de la dite future mariante, paravant celuy du dit futur, iceluy demeurera en tous biens moeubles de la communautŽe en payant par luy toutes dettes passives obsecques funŽrailles et en rendant aux hŽritiers de la dite future la somme de 150 £, demy a n aprs son trespas, avec les trois meilleurs bagues ou habits quÕelle dŽlaissera au dit jour.

Et quant aux acquests que pourront faire les dits futurs mariants pendant leur conjonction de quelle nature et condition ils soient, fiefs anciens manoirs terres cottires comme autrement iceux seront communs entre eux, soit que la future mariante soit acqueteresse par les contracts ensaisine ou non, et le survivant en jouira sa vie durante, esquels acquts seront compris tous retraits lignagers qui suivront la ligne du retrayant en rendant par la partie en profitantes ˆ celle nÕen proffitant point la juste moitiŽ des deniers pour le tirez et desboursez ; tout ce que dessus est dit tenir entretenir et le tout entirement acccomplir nonobstant toutes us coutume gŽnŽral ou particulire entravestissemnt de sang ou par lettres et autres rigueurs de droit ˆ ce contraires sous lÕobligation de tous leurs biens et hŽritages prŽsents et ˆ venir, accordant sur iceux main assize et mise de fait ˆ leurs dŽpens.

Domicile eslu au ch‰teau dÕHoudain, acceptant ˆ juges MM du Conseil dÕArtois, renonchant ˆ toutes choses contraires ; ainsy fait et passŽ au village de Gouy le 2 octobre 1728 pardevant les dits notaires royaux dÕArtois soussignez avec les dits comparants; signŽ : marque du dit Guilain COLIN, de Marie Catherine CHRESTIEN, Pierre REGNIEZ, Pierre Noez et Louis Joseph et Philippe CHRESTIEN ; et pour notaires DEREMETZ et BUCHAT.

 

 

Contrat de mariage en date du 24-5-1729 entre

Jean LEFETZ et Marie ThŽrse BOCQUET

(4E 18/129)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean LEFETZ ma”tre marŽchal ferrant demeurant prŽsentement ˆ Caucourt et natif du village dÕAcq, fils et hŽritier des feus Nicolas LEFETZ et Marie Claire PROUVEUR, assistŽ de Guillaume LEFETZ son oncle et Pasquez LEFETZ aussi son oncle dÕune part ;

á               Marie ThŽrse WILLAIN veuve dÕAdrien BOCQUET demeurant ˆ Caucourt et Marie ThŽrse BOCQUET sa fille ˆ marier demeurante au mme lieu dÕautre part.

Et reconnurent les dites parties que pour parvenir au mariage dÕentre les dits Jean LEFETZ et Marie ThŽrse BOCQUET lequel se solemnisera en face de notre mre la Sainte Eglise et avant auquel parvenir, les portemens clauses et conditions des futurs mariants sont comme sÕensuit :

Premirement quant au portement du dit futur mariant il nÕen a ŽtŽ fait icy aucune dŽclaration ny spŽcifications pour par ladite future mariante et la ditte mre avoir connaisssance de ses droits et de ce quÕil luy appartient.

Quant ˆ celuy de la dite future sa ditte mre luy donne et promet leur livrer aussy tost la consommation dudit mariage tous les ustencils de marŽchal, tant englume quautre, sans excepter aucunes choses dervant ˆ lÕusage de marŽchal aussy bien que tous les marchandises tant en fere neuf, acier, charbon comme autrement, pour par les dits futurs mariants en jouir en toute propriŽtŽ les dits ustensils de marŽchal Žtans actuellement en la possession de la dite Marie ThŽrse WILLAIN, plus de livrer ˆ la dite future mariante sa fille une vache de poil noir, un chaudron, une paire de draps de lit, une couverte de laine, une pailliasse et un traversin, plus donne ˆ la dite future mariante sa fille en toute propriŽtŽ la moitiŽ dÕun manoir contenant 1/2 mesure ou environ, situŽe au dit caucourt o elle rŽside, prŽsentement avec la moitiŽ des b‰timens construits sur iceluy, la moitiŽ du dit manoir et des b‰timens ˆ prendre du costŽ dÕun manoir de Jean LIEBERT, avec aussy la moitiŽ de la grange et de tous autres b‰timens sur lÕautre costŽ pour par les dits futurs marians en jouir en toute propriŽtŽ du jour de la consommation du dit mariage, desquelles place et b‰timens ils sÕen arrengerons par ensemble et en feront faire tels fermetures cloisons ou entrŽes quÕils trouveront convenir ˆ frais communs. Plus donne ˆ la dite future mariante sa fille en tout propriŽtŽ 6 quartiers de terre labourable en trois pices au terroir du dit Caucourt : la premire contenante 1/2 mesure et 6 verges, tenante de liste ˆ 3 quartiers de Jean Philippe BROGNIART, dÕautre liste ˆ 1/2 mesure de Thomas DUPARCQUE, dÕun bout au chemin dÕArras ; la deuxime contenante 1/2 mesure tenante ˆ 6 quartiers occupŽs par Antoine LE ROÙ dÕune liste, dÕautre liste ˆ 1 mesure dÕAlbert SAINT LEGER, dÕun bout au chemin dÕArras ; la troisime contenant 1/2 mesure tenant de liste ˆ Jean Franois PAVÙ pour une mesure, dÕautre liste aux terres du marchez dÕAndoise, dÕun bout ˆ 5 quartiers de Nicolas CARPENTIER, pour en jouir aussy du jour de la consommation dudit mariage, moyennant lesquels donnatire, la ditte future mariante renonce en faveur de ses frres et soeurs ˆ tous les meubles et effets que sa dite mre pourra dŽlaisser au jour de son dŽcs sans pouvoir prŽtendre ni demander aucunes choses, laquelle ne pourra pareillement demander aucunes choses ou lÕautre moitiŽ du dit manoir non plus quÕen lÕautre moitiŽ des b‰timents non donnŽs.

Ce fait a estŽ expressŽment conditionnŽ et convenu soit que dudit futur mariage il y ait enfans vivans, nŽs apparans ˆ na”tre on non, le survivant des dits futurs mariants demeurera en tous biens meubles et autres rŽputŽs tels de la communautŽ, acquets, concquets, immeubles aussy bien que dans tous les biens immeubles patrimoniaux de lÕun ou de lÕautre premier mourant, pour par le dit survivant en jouir en tout propriŽtŽ, auquel survivant les dits futurs mariants se font rŽciproquement donation, ce sont les prŽsentes clauses, ˆ condition rŽciproques, le dit futur mariage ne sÕensuiverait, en payant nŽanmoins par le dit survivant toutes les debtes obsques funŽrailles.

A lÕentretenement et accomplissement que dessus les dites parties comparantes ont obligŽ et obligent leurs biens prŽsents et ˆ venir  sur lesquels ils accordent toutes oeuvres de loix requises au dŽpens de qui il appartiendra, domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras, acceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ tous usage, stille, coutumes, entravestissement de sang et par lettres et autres, rigueur de droit contraires au contenu des prŽsentes.

Fait et passŽ en la citŽ dÕArras le 24 may 1732 pardevant que dessus, ayante au surplus la ditte Marie ThŽrse WILLAIN accordŽ reprŽsentation en sa succession aux enfans ˆ na”tre du dit futur mariage pour y venir faire une teste allencontre de leurs oncles et tantes en rapportant seullement la valeur des dits 6 quartiers sur le pied et valeur quÕils vaudront lors, ainsi que le seroit tenu faire la ditte future si lors elle vouloit en prendre moins en sa succession sous les mmes renonciations avant dites.

Estoient signŽ : Marie ThŽrse WILLAIN, Jean LEFETZ, Marie ThŽrse BOCQUET, et comme notaires BAILLET et CROCHART avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 24-6-1732 entre

Guislain BACQUEVILLE et Marie Joseph BONVARLET

(4E 18/129)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Guislain BACQUEVILLE, jeune homme ˆ marier demeurant ˆ Acq, fils des feus Guislain et Guislaine BARLET dÕune part ;

á               Marie Joseph BONVARLET, ˆ marier, demeurant ˆ Tilloy les Hermaville, fille de feu Georges et encore vivante Marie Guislaine BACHELET, assistŽe de sa ditte mre dÕautre part .

Et reconnurent les dites parties pour parvenir au mariage dÕentre les dits Guislain BACQUEVILLE et Marie Joseph BONVARLET lequel se solemnisera en face de notre mre la Saint Eglise, et avant auquel parvenir les portemens, clauses, et conditions des dits futurs mariants sont comme sÕensuit.

Premirement quant au portement des dits futurs mariants il nÕen a ŽtŽ fait icy aucunes dŽclarations ny spŽcification pour par eux avoir connaissance de leurs droits et de ce quÕil luy appartient ˆ chacun, ce fait a estŽ convenu et expressŽment conditionnŽ soit que de le prŽsent mariage il nÕy ait enfans vivans nŽs apparans ˆ na”tre ou non, le survivant des dits futurs mariants demeurera en tous biens meubles de la communautŽ en payant par luØ toutes les debtes, obsques funŽrailles, et jouira le dit survivant des biens immeubles patrimoniaux du prŽdŽcŽdŽ sa vie durante en les dŽchargeant de ce quÕils sont chargŽs annuellement et quant aux acquts que les dits futurs marians pourront faire pendant leur conjonction de tels nature et conditions ils soient et o ils jouissent esre scituŽes et assis soit fief, cotterie, anciens manoirs, tente par lettres ou autrement, soit que la dite future mariante soit connue s contrat saisine ou non, elle sera achepteresse aussy avant que son mary pour par le survivant en jouir propriŽtairement de la moitiŽ et viagŽrement de lÕautre moitiŽ pour aprs son dŽcs retourner aux hŽritiers de part et dÕautre.

En quoy seront compris tous extraits lesquels sÕensuivront la cotte et ligne dÕo ils procŽderont en payant et remboursant par celuØ ou ceux en profitant ˆ ceux nÕen profitant point, la juste moitiŽ des deniers tirŽs et dŽboursŽs, pour y parvenir ˆ lÕaccomplissement de ce que dessus les dits comparants ont obligŽ leurs biens ˆ venr sur lesquels ils accordent toutes mesures de biens requises, domicil esleu ˆ la maison rouge ˆ Arras, acceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ tous usages stilles, coutumes, entravestissement de sang ou par lettre et autre rigueur de droit contraire au contenu des prŽsentes.

Fait et passŽ en la citŽ dÕArras le 20 juin 1732 pardevant que desus. Estoient signŽs : Guislain BACQUEVILLE, marque de la ditte Marie Joseph BONVARLET, de Guislaine BACHELET, et comme notaires DAILLET et MATHIEU avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 24-7-1732 entre

Jean Franois GENELLE et Marie Anne Joseph BOURDREL

(4E 18/129)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean Franois GENELLE, ˆ marier, demeurant au village dÕAcq, fils des feus Guislain et Marie COLIN, assistŽ dÕAndrŽ Simon GENELLE son frre et dÕAntoine COLIN son oncle demeurant au dit Acq dÕune part ;

á               Antoine BOURDREZ demeurant ˆ Villers au Bois, Jacqueline HORIN sa femme de luy bien et deuement authorisŽe sans contrainte comme elle a dŽclarŽ, et Marie Anne Joseph BOURDREL leur fille ˆ marier dÕautre part .

Et reconnurent les deux parties pour parvenir au mariage dÕentre les dits Jean Franois GENELLE et Marie Anne Joseph BOURDREL lequel se solemnisera en face de notre mre la Sainte Eglise, et avant lequel parvenir, les portemens clauses et conditions des futurs marians ont ŽtŽ stipulŽs comme il sÕensuit.

Premirement quant au portement du dit futur mariant il nÕen a ŽtŽ fait icy aucune dŽclaration ny stipulation pour par la future mariante et ses pre et mre en avoir connaissance de ses droits et de ce quy luy appartient.

Quant au portement de la dite future mariante les dits Antoine BOURDREL et sa femme, solidairement lÕun pour lÕautre sans dŽmission ni dissension renonans aux bŽnŽfices des dits droits promettent payer au futur mariant la somme de 120 £ dÕhuØ en six mois, plus sÕobligent de fournir et livrer ˆ la future mariante ausit™t la consommation du futur mariage une couverte de laine, une vache ˆ choisir en trois, estimŽ la couverte et la vache ˆ 33 £, plus les dits BOURDREL et sa femme donnent ˆ la future mariante leur fille la propriŽtŽ et jouissance dÕune mesure 20 verges de terre labourable au terroir de Camblain, tenant de liste ˆ 60 verges de Marie Barbe CAUCHY, dÕautre liste au sieur MATHON dÕAcq, dÕun bout ˆ 3 boitellŽes de Pierre CUVELLEIR, dÕautre bout au dit MATHON, estant avestie de bled pour en faire la dŽpouille au mois de aoust prochain sans payer aucunes laboures ny semences ; plus 1 boitellŽe 1/2 au dit terroir tenante de liste ˆ 1 boitellŽe de Baptiste COLIN, de bout ˆ 3 boitellŽes de lՎglise dÕAcq, de liste au bois de lÕabbaye Saint Eloy, dÕautre liste ˆ 1 boitellŽe de Valentin BARRE, dÕun bout au dit bois, pour les dites terres en jouir en toute propriŽtŽ pour la future mariante du jour de la consommation d dit futur mariage an payant labours par ses pre et mre de la premire annŽe.

Ce fait a estŽ conditionnŽ et expressŽment convenuy soit que de ce mariage il nÕy ait enfans vivants, nŽs apparans ˆ na”tre ou non, le survivant des dits futurs mariants demeurera en tout bien immeubles et autres rŽputez venir de la communautŽ en payant par luy toutes dettes obsques et funŽrailles.

Et quant aux acquts que les dits futurs mariants pourront faire pendant leur conjonction de telles natures et conditions ils soient et o ils puissent estre situŽs et assis soit fief cotteries anciens manoirs rentes par lettres maisons et fonds en eschevinage comme autrement, soit que la future mariante soit connue s contracts saisine ou non elle sera acheteresse aussy avant que son mary pour par le surviavnt dÕeux en jouir propriŽtairement de la moitiŽ et viagŽrement de lÕautre mpoitiŽ pour aprs son dŽcs retourner aux hŽritiers de part et dÕautre en quoy seront compris tous retraits lignagers lesquels suivront la cotte et ligne dÕo ils procŽderont payant par ceux en profitans ˆ ceux nÕen profitans point la juste moitiŽ des deniers principaux frais et lÕayant contretirŽ et dŽboursŽ pour y parvenir tant en droits seigneuriaux comme autrement, accordans les dits Antoine BOURDREL et Jacqueline HORIN sa femme reprŽsentations avoir lieu en leurs successions ˆ un enfant ˆ na”tre du prŽsent mariage pour y venir faire une teste ˆ lÕencontre de leurs oncles et tantes en rapportant de leur mre ainsy que seroit tenu faire la dite future mariante si lors elle vivoit ou bien moins prendre en leurs successions que les dits BOURDREL et sa femme veullent estre partagŽs Žgallement entre leurs enfans quÕentre leurs petits enfants, ou reprŽsentation au lieu de leur pre et mre aussi bien que les fiefs dÕacquisition quÕils veullent pareillement estre partagŽs Žgalement, sauf et ˆ la rŽserve que Martin BOURDREL leur fils prendre dÕavant part sans charge de 25 boitellŽes de terre en deux pices de nature fief de patrimoine ˆ la dite Jacqueline HORIN et un manoir amazŽ de maison ˆ choisir pour luy dans ceux que ses pre et mre dŽlaisseront ˆ leur dŽcs sans en avoir disposŽs, et ce contre et par dessus la part de ses frres et soeurs en observant nŽantmoins par luy le rŽglement cy dessus aussi bien que les autres frres et soeurs promettant les comparants ce que dessus entretenir payer et entirement accmplir sous lÕobligation de leurs biens sur lesquels ils accordent toutes oeuvres de loix requises aux dŽpens de quoy il appartiendra domicile esleu ˆ la maison rouge ˆ Arras acceptant ajuges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ tous usages stils, coutumes, entravestissement de sang ou par lettres et autres rigueurs de droit contraires au contenu des prŽsentes et notamment la dite HORIN au droit du Çsenastus consult VeillantÈ et ˆ lÕauthentique ÇsiquamullierÈ ˆ elle impliquŽ et donnŽ ˆ entendre.

Fait et passŽ en la citŽ dÕArras le 24 juillet 1732 pardevant que dessus. Estoient signŽ : Jean GENELLE, M Anne J BOURDREZ, Antoine BOURDREL, marque de ladite Jacqueline HORIN, signŽ AndrŽ GENELLE, Antoine COLIN, et comme notaires PRUVOST et DAILLET avec paraphes.

 

 

Contrat de mariage en date du 2-2-1733 entre

Philippe LIƒNART et Anne ThŽrse TENEL

(4E 18/129)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Philippe LIƒNART, ˆ marier, demeurant au village dÕAcq, fils des feus Amant et Marie BLONDEL, assistŽ de Laurent LIƒNART son frre dÕune part ;

á               Anne ThŽrse TENEL, ˆ marier, demeurante au dit Acq, fille des feus Antoine et Marie Jeanne ALLART, assistŽe de Guillaume TENEL son frre dÕautre part .

Et reconnurent les deux parties pour parvenir au mariage dÕentre les dits Philippe LIƒNART et Anne ThŽrse TENEL lequel se solemnisera en face de notre mre la Sainte Eglise, et avant lequel parvenir, sont convenus des clauses et conditions des dits futurs marians comme sÕensuit.

Premirement quant au portement de lÕun et lÕautre des futurs marians il nÕen a estŽ fait icØ aucune dŽclaration nØ spŽcification pour par iceux marians avoir connaissance de leurs droits et de ce quÕil leur appartient ˆ chacun.

Ce fait, a ŽtŽ traitŽ conditionnŽ et convenu soit que de ce futur mariage, il y ait enfans vivans, nŽs apparans ˆ na”tre ou non, le survivant des dits futurs marians demeurera en tous biens meubles et autres rŽputŽs tels de la communautŽ et payant par luØ toutes dettes obsecques et funŽrailles, et jouira le dit survivant, au cas dÕenfans jusquՈ la majoritŽ dÕiceux ou quÕils prendront Žtat honorable, de biens immeubles patrimoniaux du prŽdŽcŽdŽ, aussy bien que des manoirs et amazemens que les dits futurs marians pourront faire construire en payant et remboursant par les enfans au survivant la moitiŽ du coust desdits amazemens ou suivant lÕestimation qui sera lors faite ˆ condition nŽantmoins que sy lesdits amazemens sont construits sur lÕun des manoirs en propre du survivant iceluØ survivant jouira de la totalitŽ des batiments en faisant raison aux dits enfans de la moitiŽ du coust dÕiceux ou suivant lÕestimation, et au cas de non enfants le survivant jouira des biens immeubles patrimoniaux du premier mourant aussØ bien que des manoirs et amazements sa vie durante.

Seullement et arrivant que le dit survivant soit au cas dÕenfans ou de non enfans viendrait ˆ convoller en secondes noces, le droit de viager cy dessus stipulŽ nÕaura aucuns effets en faisant nŽantmoins raison au dit survivant de la moitiŽ des cousts des batiments que les dits mariants auront fait construire suivant lesquittances des ouvriers ou suivant estimation en se conformant nŽantmoins s cas cy dessus expliquŽs.

Quant aux acquts que les dits futurs marians pourront faire pendant leur conjonction de tels nature et conditions ils soient et ou le tout puisse tre situŽs soient fiefs, cotteries, anciens mannoirs, maisons et fonds en eschevinage, rentes hŽritires comme autrement, soit que la dite future mariante soit comme s contrats saisine ou non elle sera achŽteresse comme son mary pour par le survivant en jouir propriŽtairement de la moitiŽ et viagŽrement de lÕautre moitiŽ pour aprs son dŽcs retourner aux hŽritiers de part et dÕautre en quoy seront compris touts retraits lesquels suiveront la cotte et ligne dÕo ils procŽderont en payant par ceux en profitant, ˆ ceux nÕen profitant point la juste moitiŽ des deniers principaux frais et beaux coust tirŽ et dŽboursŽs pour y parvenir tant en droits seigneuriaux comme autrement et en acquittant par le dit survivant les cours de rentes constituŽes pour parvenir aux dites acquisitions et retraits promettans des dits futurs mariants ce que dessus entretenir et entirement accomplir sur lÕobligation de leurs biens sur lesquels ils acccordent toutes oeuvres de loix requises aux dŽpens de qui il appartiendra domicile eleu ˆ la maison rouge ˆ Arras, accepatnt ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ tous usages stils, coutumes, entravestissement de sang ou par lettres et autres rigueurs de droit contraires au contenu des prŽsentes.

Fait et passŽ en la citŽ dÕArras le 12 fŽvrier 1733 pardevant que dessus. Estoient signŽs : Philippe LIƒNART, marque de la dite Anne Theresse TENEL, Laurent LIƒNART, Guilleaume TENEL, et comme notaires DAILLET et PRUVOST avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 22-6-1735 entre

Jean DERUELLE et Claire Franoise WARNIER

(4E 18/2)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs sont comparus :

á               Nicolas DERUELLE, mŽnager demeurant au village de Villers aux Bois, et Marie Anne HEVIN sa femme, de luy duement authorisŽe et non contrainte comme elle a dŽclarŽe, et Jean DERUELLE leur fils ˆ marier demeurant au dit lieu, assistŽ de Guislain VOISIN, berger au dit Villers, beau-frre au dit futur mariant dÕune part ;

á               Guislain WARNIER berger demeurant au village dÕAcque, et Marie Guislaine GENELLE sa femme, aussy de luy duement authorisŽe et non contrainte comme elle a dŽclarŽe, et Claire Franoise WARNIER leur fille ˆ marier demeurant au dit Acque dÕautre part .

Et reconnurent les dites parties que pour parvenir au traitŽ de mariage meže et pourparlŽs entre les dits futurs mariants lesquels au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en face de notre mre la Sainte Eglise catholique apostolique et romaine et paravant quÕil y ait aucune foy lien promesse de mariage lÕun envers lÕautre les portemens devis retours conditions stipulations dÕiceux sont telles que sÕensuivent.

Scavoir quant au portement du futur mariant ses pre et mre luy ont promis solidairement sans division ny discussion donner sitot la consommation de ce prŽsent mariage toute une maison grange et Žtable et autres Ždifices se consistant dans un manoir contenant un quartier de terre ou environ, la ditte maison bien et loyalement meublŽe pour le jour et solemnitŽe de leur mariage ce faisant les dits futurs mariants seront tenus et obligŽs de nourrir et alimenter les pre et mre du futur mariant tant et si longtemps que le Seigneur les laissera de ce monde, au moyen de quoy les dits futurs mariants seront libres dÕen jouir en toute propriŽtŽ comme chose ˆ eux eux appartenante, quy est tout le portement du futur mariant ; duquelle la dite future mariante et ses pre et mre sÕen sont tenus pour content, pour en tre bien et duement appaisŽe.

Et quant ˆ celuy de la ditte future mariante ses pre et mre luy ont aussy solidairement sans division ny discussion promis donnŽ une demi mesure de terres avesties de bled scituŽe au dit Acque, tenante de liste ˆ Nicolas  Bernard GENELLE, dÕautre liste ˆ Jean MATON, dÕun bout aux rŽvŽrends pres carmes dŽchaussŽs dÕArras, dÕautre bout au sieur SACLEAUX dÕArras, plus la somme de 80 £ Artois le tout ˆ prendre et avoir sitot la consommation de ce prŽsent mariage, aussy avec un lit garny telles que les pre et mre en voudront aussy avoir lÕhonneur pour le jour et solemnitŽe du dit mariage, quy est tout le portement de la ditte future mariante duquelle ensemble de sa bonne vie fame renommŽe le dit futur mariant ses pre et mre sÕen sont tenus pareillement pour content aussy bien que le dit assistant.

Ce fait, a ŽtŽ dit traitŽ et conditionnŽ que les portemens respectives cy dessus ensemble ce qui pourra estre succŽdŽ escheus aux dits mariants pendant leur conjonction suiveront la cotte ligne plus a ŽtŽ convenu quÕau cas du prŽdŽcs du futur mariant soit que de ce mariage il y ait enfat vivant nŽe apparans ˆ naitre ou non icelle future mariante aura et remportera ses habits linges bagues joyaux et autres servant ˆ son corps et chefure ensemble son portement cy dessus comme aussy tout ce que constant ce mariage luy sera succŽdŽe et escheus la valeur et estimation de ce que vendu et chargŽe et aliennŽe seroit et pour son droit de douaire conventionnelle appellŽ amendement de mariage la somme de 100 £ une fois le tout ˆ prendre et avoir sur les plus clairs et apparans biens moeubles et immeubles que le futur mariant dŽlaissera au jour de son trespas le tout nettement franchement sans aucune charge de dettes obsecques et funŽrailles sinon elle se pourra tenir ˆ ses droits et douaires coutumiers telle que par la coutume des lieux luy devra competter et appartenir dont des deux elle aura le choix et option ; et sy par fait contraire la dite future mariante vient ˆ prŽdŽcŽder son mary iceluy soit quÕil y ait enfant vivant nŽe apparent ˆ naitre ou non demeurera en tous biens meubles et autres rŽputŽe telles de la communautŽe en paiant par luy toutes debtes obsecques et funŽrailles et quant aux acquets que les futurs mariants pourront faire pendant leur conjonction de telle nature et condition et ou ils puissent estre scituŽes et assises soit fief, anciens manoirs, terres cottires, lettres de rente comme autrement, soit que la dite mariante fut dŽnommŽ s contracts saisie elle sera aussy bien acquetresse que son dit mary desquels acquets le survivant en jouira de la totalitŽ sa vie durante pour aprs son trŽpas estre partagŽe Žgallement par moitiŽ entre les hŽritiers de part et dÕautre en paiant aussy par moitiŽ Žgalement les debtes restant ˆ paier des dits acquets au jour du trespas du premier mourant, s quels acquets seront compris tous retraits lignage quy suiveront la cotte et ligne dÕo ils procŽderont en rendant et restituant par ceux en profitant ˆ ceux nÕen profitant point la juste moitiŽ du prix exposŽ frais et leaux cousts tirŽes et dŽboursŽes pour parvenir aux dits acquets en faveur duquelle mariage les pre et mre des futurs mariants ont respectivement accordŽ reprŽsentation avoir lieu en leur succession aux enfans ˆ naitre de ce mariage pour faire une teste allencontre de leurs oncles et tantes comme seront tenus eux mmes faire venant aux dites successions ; ˆ tout quoy les parties ont expressŽment dŽrogŽes et renoncŽes ˆ tous us coutumes entravestissement de sang ou par lettres et autres rigueurs de loix ˆ ce contraires au payment et ˆ lÕentire accomplissement de tous ce que dessus les pre et mre des mariants ont respectivement lÕun et lÕautre obligŽs leurs biens prŽsens et avenir sur lesquels ils accordent toute seuretŽe de droit requis aux despens de quy il apartiendra domicile esleu ˆ la maison rouge ˆ Arras acceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois renonantes ˆ toutes choses contraires et nottament les dites femmes au droit du senatus consult velleiant et ˆ lÕautentique si qua mullies ˆ elles donnŽes ˆ entendre ; fait et passŽ au village de Villers aux Bois pardevant que dessus et des dits comparans le 22 de juin 1735 ; estoient signŽs : marques du dit Nicolas DERUELLE de la dite Marie Anne HEVIN, Jean DERUELLE, Guislain VOISIN, Guislain VARNIER, de la dite Marie Guislaine GENELLE, de Claire Franoise WARNIER, et comme notaires PALLETTE et TAFFIN avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage du 31-10-1736 entre

Jean Baptiste HAVERLAN et Marie Rose BRETON

(4E 18/38)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs furent prŽsens en personnes :

á               Philippe HAVRELAN manouvrier demeurant au village de Maroeul, Marie Jeanne CLEMENT sa femme de lui bien et deuement autorisŽe et non contrainte, sy quils ont dŽclarŽs et Jean Baptiste HAVRELAN leur fils ˆ marier assistŽ de Philippe Albert et Louis HAVRELAN aussi manouvriers demeurans ledit Philippe Albert au fauxbourg de Saint Sauveur et ledit Louis au village de Maroeul dÕune part ;

á               Jean Baptiste BRETON ma”tre maon demeurant au village dÕHacq et Marie Roze BRETON sa fille ˆ marier quÕil a eue de sa conjonction avec Margueritte DELEVOYE sa dŽffuncte femme, assistŽe de Marie Marguerite BRETON sa soeure demeurant au dit Hacq .

Et reconnurent les dittes parties que pour parvenir au traitŽ de mariage pourparlŽ entre le dit Jean Baptiste HAVRELAN et la ditte Marie Roze BRETON quy au plaisir de Dieu se fera parfaira et solemnisera en face de notre mre la sainte Žglise sy elle y consente mais paravant quÕentrÕeux il y ait aucune foy promesse ou engagemens de mariage les portemens donnations retours denis charges clauses et conditions du dit mariage ont etŽes stipulŽs comme sÕensuit.

Scavoir quant aux portements dudit Jean Baptiste HAVRELAN ses dits pre et mre ont solidairement lÕun pour lÕautre et chacun dÕeux seul pour le tout sans division ny discution promis livrŽ au dit mariant sitot le dit mariage parfait et consommŽ une armoire de bois de chesne quy est en la maison des dits pre et mre, un cuvier quy est tout son portement lequel au surplus est bien et honnestement habiliŽ ainsy quՈ son Žtat apartient, duquel portement aussy bien que de la bonne vie fame et renommŽe du dit mariant la ditte future mariante et assistans sÕen sont tenus contens ;

Et quant aux portemens de la dite Marie Roze BRETON future mariante le dit BRETON pre luy a donnŽ et donne en avanchement dÕhoirie et de ses successions la cincquiesme partie de deux manoirs scituŽs ˆ Hacq, le premier contenant 3 boistellŽes ou environ tenant dÕune liste ˆ Guislain BACQUEVILLE dÕautre liste ˆ la rue grand mre dÕun bout ˆ Guislain HERBET et dÕautre bout au flŽgard, et le second contenant 6 verges ou environ tenant dÕune liste ˆ Guislain HERBET dÕautre ˆ Izabelle BRETON dÕun bout ˆ Pierre Guislain DELABRE et dÕautre bout au flŽgard, tenu en cotteries scavoir le premier du sieur MATHON et le second de la seigneurie de lÕabbaye de Saint Eloy, pour de la ditte cincquiesme partie en jouir par la dite future mariante scavoir du premier manoir et des amazemens y construits sitost le trŽpas arrivŽ du dit BRETON pre, en attendant lequel temps elle jouira du second manoir contenant 6 verges ou environ pour entrer en jouissance sitost le dit mariage parfait et consommŽ ˆ la charge des rentes fonsires et anciennes redevances dŽchargŽs par le dit BRETON pre de tous arrŽrages aussy bien que de touttes autre charges et hipotecques quelconques jusquՈ ce jour quy est tout son portement laquelle au surplus est bien et honnestement habiliŽe ainsy quՈ son estat appartient de tout quoy le dit mariant et assistans sÕen sont tenus et tiennent contens.

Ce fait a ŽtŽ dit traitŽ et convenu entre les marians que le survivant dÕeux deux soit quÕil y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ naitre ou non demeurera en tous biens meubles immeubles patrimoniaux ou dÕacquets du dit premier mourant pour par le dit survivant en jouir en toutes propriŽtŽs en payant seulement seulement touttes dettes obsecques et funŽrailles du premier mourant en faveur duquel mariage les dits Philippe HAVRELAN et Marie Jeanne CLEMENT et le dit Jean Baptiste BRETON pres et mre des marians ont accordŽs reprŽsentation avoir lieu en leurs successions ab intestat aux enfans ˆ naitre de ce mariage pour y faire toutes ensembles une teste allencontre de leurs oncles et tantes en raportans par eux en mont commun les portemens de leur pre ou mre ainsy quils seroient tenus faire sy lors ils Žtoient vivans, le tout nonobstant tous us stiles coutumes gŽnŽralles localles ou particulires et autres rigueures de droit ˆ ce contraires ˆ quoy les dites parties ont expressŽment dŽrogŽes et renoncŽes par ces prŽsentes ˆ lÕentretennement de tout ce que dessus les dittes parties ont obligŽs et obligent lÕune envers lÕautre tous leurs biens prŽsens et avenir sur lesquels ils accordent touttes oeuvres de loy au dŽpens de quy il appartiendra domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ touttes choses ˆ ce contraires et spŽciallement la ditte femme au droit du senatus consult Velleyan et ˆ lautentique sy qua mulier ˆ elle expliquŽ, au surplus le dit Jean Baptiste BRETON pre de la mariante a promis luy donner en faveur de ce mariage une vache ˆ prendre en celles du dit BRETON sitot le mariage consommŽ.

Fait et passŽ en la citŽ dÕArras le 31 octobre 1736. Etoient signŽ : marques du dit Philippe HAVRELAN du dit Jean BRETON de la ditte Marie Jeanne CLEMENT du dit Jean Baptiste HAVRELAN de la dite Marie Roze BRETON de la dite Marie Marguerite BRETON du dit Louis HAVRELAN , et du dit Philippe Albert HAVRELAN ; et comme notaires BOUTTEMY et PRUVOST avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 9-10-1737 entre

Jean Franois DELANNOY et Marie Guislaine BACQUEVILLE

(4E 18/38 )

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs furent prŽsens :

á               Jean Franois DELANNOY manouvrier demeurant au village de Neuville Saint Vaast, veuf de Marie Jeanne GOURDIN sa premire femme dÕune part ;

á               Marie Guislaine BACQUEVILLE, fille ˆ marier demeurant au village dÕAcq, assistŽe de Charles LEDRU manouvrier demeurant au hameau de Louez paroisse de Duisant, mary et bail de Marie Suzanne BACQUEVILLE, et de Mathias BERLAIRE peigneur de sayette demeurant au dit Acq son parrain dÕautre part .

Et reconnurent les parties quÕavant parvenir au mariage proposŽ entre les dits Jean Franois DELANNOY et Marie Guislaine BACQUEVILLE quy au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en notre mre la Saint Eglise catholique apostolique et romaine dՐtre convenu des portemens retours et conditions du dit mariage comme il sÕensuit.

Scavoir quant aux portements du dit futur mariant il a dŽclarŽ quil luy appartient la moitiez dÕun manoir amazŽ de maison grange etables et autres Ždifices situŽs au dit Neuville Saint Vaast, ˆ prendre allencontre de Pierre Franois DELANNOY son fils lŽgitime de la dite feue GOURDIN, le dit manoir contenant coupe et demie tenant la totalitŽ du dit manoir dÕune liste au manoir de la veuve Jean MULLET, dÕautre liste au manoir de la veuve Jean LEROUX, dÕun bout au manoir des messieurs de Saint Vaast, dÕautre bout au flŽgard la ruelle, que le dit mariant a acquis avec la dite Jeanne GOURDIN, lequel est viager de la moitiŽ concernant son dit fils suivant son contrat de mariage avec la dite feue GOURDIN, qui est tout le portement du futur mariant.

Quant ˆ celui de la future mariante, elle a dŽclarŽ quÕil luy appartient la moitiŽ dÕun manoir amazŽ de maison granges Žtables et autres Ždifices situŽ au village dÕAcq ˆ prendre la dite moitiez allencontre de la dite Marie Suzanne BACQUEVILLE sa soeur, le dit manoir contenant une coupe tenant dÕune liste ˆ Guillaume TENEL dÕautre liste ˆ Hubert COLIN dÕun bout ˆ Guislain ALLART dÕautre bout au flŽgard ; comme aussy quÕil luy appartient 3 coupes de terres labourables situŽes en deux pices au terroir dÕAcq : la premire contenante 1/2 mesure tenante dÕune liste au sieur MATHON dÕAcq comme occupans, dÕautre liste ˆ lÕoccupation dÕAlbert CUISINIER, dÕun bout ˆ la cure dÕAcq, dÕautre bout aux enfans Nicolas BACQUEVILLE, la seconde contenant 1 coupe trenant dÕune liste ˆ Guislain WARNIER dÕautre liste ˆ la veuve Jean GENEL dÕun bout ˆ la piedsente venant dÕHermaville ˆ Arras dÕautre bout au dit sieur MATHON dÕAcq comme occupans, le tout provenant de son patrimoine qui est tout son portement, desquels portements les mariants se sont tenus contents aussy bien que des bonnes vies et moeurs lÕun de lÕautre.

Ce fait a tŽ convenu entre les mariants quÕarrivant le dŽcs du futur mariant avant celuy de la mariante, soit que de ce mariage il y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ naitre ou non la dite future mariante demeurera propriŽtresse de tous les meubles qui auront composŽ leur communautŽ en paiant par elle toutes dettes obsecques et funŽrailles tant seulement, le viager des immeubles de son futur Žpoux auquel cas elle aura et remportera son portŽ cy dessus le tout ce que constant le prŽsent mariage luy sera donnŽ succŽdŽ Žchu ou autre obvenu de ce que vendu chargŽ ou allouŽ seront ˆ prendre sur les biens immeubles ˆ son douaire coutumier tel que par les coutumes des lieux lui pourront compŽter et appartenir dont des deux cas elle aura le choix en remportant toujours dans un cas tout son portŽ cy desus le tout ce que constant ce mariage luy seront donnŽ eschu ou obvenu la valeur de ce que vendu chargŽ ou alliŽnŽ soit ˆ prendre sur les dits biens meubles dÕiceluy le tout comme elle trouvera le plus ˆ propos.

Et par fait contraire la mariante venante ˆ dŽcŽder avant le mariant, soit que de ce mariage il y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ naitre ou non le dit mariant demeurera propriŽtaire des biens meubles de leur communautŽ en payant seulement par luy toutes dettes obsecques et funŽrailles, et viager des immeubles de la dite future mariante.

Et quant aux acquets que les mariants pourront faire pendant leur conjonction de telle nature lˆ o ils seront scituŽs ou assis soit fiefs cotteries anciens manoirs maisons ou biens en eschevinage rentes par lettres ou autrement la future mariante en sera acquetresse aussi bien que son futur maryen tous biens quittances comme s contrats saisine ou non et le survivant dÕeux en jouira de la totalitŽ sa vie durante scavoir dÕune moitiez propriŽtairement et lÕautre usufruituairement pour aprs son dŽcs tre partagŽ entre les hŽritiers de part et dÕautre en payant par eux Žgalement tout ce qui seroit restŽ en payant et les dits acquets au jour du trŽpas du premier mourant lesquels acquets seront compris tous retraits lignages qui suivront la cotte et ligne dont ils procŽderont en rendant et payant par ceux en profitant ˆ ceux nÕen profitant pour la juste moitiŽ des principaux deniers frais et loyaux cousts pour tre tirŽs et dŽboursŽs le tout nonobstant tous les stils coutumes usages entravestissement de sang et autres rigueurs de droit ˆ ce contraires, ˆ quoy les parties ont expressŽment par les prŽsentes dŽrogŽs renoncŽs ˆ lÕentretŽnement payant lÕaccomplissement de tout ce que dessus, les parties ont obilgŽes leurs biens sur lesquels elles accordent toutes seuretŽes de droit aux dŽpens de quy il appartiendra domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras, acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois.

A Arras le 9 octobre 1737 et ont fait leur marque : Jean Franois DELANNOY Charles LEDRU Marie Guislaine BACQUEVILLE, a signŽ Mathias BERLAIRE, et pour notaires BOUTTEMY et RIDON avec paraphe.

 

 

Bail du 9 octobre 1737 concernant

Mathias BERLAIRE et Marie Guislaine BACQUEVILLE

(4E 18/38)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs fut prŽsent :

á               Mathias BERLAIRE peigneur de sayette, demeurant au village dÕAcq, lequel reconnait dÕavoir pris et promis tenir ˆ titre de bail et loyer ˆ :

á               Marie Guislaine BACQUEVILLE fille ˆ marier demeurant au dit Acq, qui a bien voulu lui accorder au dit titre :

Trois coupes de terres labourables situŽes en deux pices au terroir dÕAcq la premire contenant 2 coupes et la deuxime 1 coupe le tout ou environ, que le preneur a dŽclarŽ de bien conna”tre et en tre content pour par lui en jouir lÕespace de 9 ans continuels ensuivants lÕun lÕautre ˆ entrer en jouissance tout prŽsentement savoir de la pice contenante 1 coupe par gachre pour la dŽpouille ˆ bled au mois dÕaoust prochain, et des 2 autres coupes pour en faire la premire dŽpouille ˆ bled au mois dÕaoust 1739 au rendage annuel de la somme de 6 livres 10 sols que le preneur a promis de payer chacun an ˆ la ditte BACQUEVILLE ses hoirs ou ayans causes au jour de Saint AndrŽ dont la premire annŽe de payement dudit rendage Žchera au dit jour de saint AndrŽ de lÕannŽe prochaine 1738 et ainsi continuer dÕan en an ce bail durant par dessus, lequel rendage et sans diminution dÕicelui le preneur promet de dŽcharger les deux dites pices de terres de toutes rentes foncires et anciennes redevances taille centiesmes et autres impositions quelconques et dÕen remettre les quittances chacun an ˆ la dite BAXQUEVILLE aux dŽpens du dit preneur, plus de fumer et amender les 2 pices de terres en bon pre de famille sous les pouvoir dessoler ny dŽroger le preneur ayans promis de payer 2 boisseaux de bled par forme de vin et sans diminution du rendage que la ditte BACQUEVILLE est redevable ˆ lÕh™pitalSaint Mathieu pour arrŽrage du canon ou arrentement que les dites 2 coupes faisant la premire pice reprise au prŽsent bail doivent au dit couvent et ce ˆ lÕadvenant dÕun boisseau chacun an ayant ŽtŽ reconnu que le preneur payera les labours ou labouriers qui a labourŽ la seconde pice contenante une coupe pour lÕassemensce incessamment et que lorsquÕil remettra la dite pice de terre ˆ la dite BACQUEVILLE en fin de ce bail labourŽe comme elle lÕest actuellement il aura droit de rŽpŽter les labours quÕil y aura fait faire pour sa sortie, ˆ lÕentretenement payement et accomplissement de tout ce que dessus les parties ont obligŽ leurs biens sur lesquels ils accordent toutes seuretŽ de droit aux dŽpens de qui il appartiendra domicile Žlu. SignŽ Mathias BERLAIRE, marque de Marie Guislaine BACQUEVILLE, et comme notaires BOUTTEMY et RIDON avec paraphe.

 

 

Obligation en date du 29 juillet 1739

(4E 18/37)

 

Pardevant les nottaires royaux dÕArtois soussignŽs fut prŽsent Albert CUISINIER laboureur demeurant ˆ Acq, lequel promet payer ˆ Ma”tre Charles Guislain COURCOL procureur au Conseil dÕArtois demeurant ˆ Arras, la somme de 450 livres Artois pour argent ˆ lui prtŽ et dŽlivrŽ ˆ son contentement et valeur, rendre la ditte somme payable cy dedans le jour de Saint RŽmy prochain sous lÕobligation de ses biens acceptans ˆ juges Messieurs du Conseil dÕArtois.

PassŽ au dit Acq, le 29 juillet 1939.

Etoit signŽ : Albert CUISINIER, comme notaires BOUTTEMY et MAES avec paraphe.

 

 

Vente dÕavesties en date du 29 juillet 1739

(4E 18/37)

 

Pardevant les nottaires royaux dÕArtois soussignŽs fut prŽsens Charle Joseph MATHON demeurant au village dÕAcq lequel moyennant la somme de 450 £ quÕil a reconnu dÕavoir reu comptant dÕAlbert CUISINIER laboureur au dit Acq il a cŽdŽ et cde par ces prŽsentes au dit CUISINIER ce acceptans tous les avesties tant de grain de saison que de mars ˆ dŽpouiller la prŽsente annŽe sur plusieurs pices de terres labourables situŽes au dit Acq et allenviron et gŽnŽrallement sur toutes celles appartenantes au dit MATHON comparant moyennant laquelle somme le dit CUISINIER jouira encore de la grange de la maison o demeure le dit MATHON jusquÕau jour de Saint Jean Baptiste prochain promettant le dit MATHON tous ce que dessus entretenir sous lÕobligation de ses biens acceptans ajuges Messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ toutes choses contraires. PassŽ au dit Acq le 29 juillet 1739 le prŽsent acte dŽlivrŽ au dit CUISINIER. Etoient signŽs : Charles Joseph MATHON Albert CUISINIER et comme nottaires BOUTTEMY et MAES avec paraphes.

 

 

Contrat de mariage en date du 4 avril 1741 entre

Guislain GENELLE et Marie Anne DELESCOLLE

(4E 18/2)

 

Pardevant notaires royaux dÕArtois soussignŽs furent prŽsents :

á               Guislain GENELLE jeune homme ˆ marier demeurant au village dÕAcq, assistŽ dÕAndrŽ GENELLE son frre dÕune part ;

á               Marie Anne Joseph DELESCOLLE aussy fille ˆ marier suffisamment ‰gŽe ainsy quel a dŽclarŽe demeurante au village de Villers au Bois, assistŽe de Nicolas GUILBERT son beau-frre et de Jacques DERIVIERE son oncle du c™tŽ maternelle .

Et reconnurent les dits comparants que pour parvenir au mariage meu et projettŽe entre eux qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en face de notre mre la Sainte Eglise sont convenus de ce qui suit.

Scavoir quant au portement du mariant, il a dŽclarŽ avoir ˆ luy appartenant procŽdant de la succcesion de ses pre et mre, 1 boitellet de terres labourables sŽante au village dÕAcq tenant de liste ˆ Guislain GŽry GENELLE et dÕun bout au chemin Salberte, plus 1 boitellet 1/2 aussy de terre tenante au mesme chemin, de liste ˆ Jean GENELLE son oncle et de bout au dit GENELLE, 1/2 mesure et 1/2 boitellet aussi de terres sŽantes au terroir dÕHautavesne, tenante dÕune liste ˆ Jean Franois COLIN et dÕun bout ˆ Marie ThŽrse GENELLE sa soeure, item 1 boitellet 1/2 sŽante au dit lieu tenante et haboutissante au chemin de Saint Pol, le chemin passant ˆ travers, finalement 1/2 boitellet de terres labourables au mme lieu tenante dÕune liste aux hŽritiers du sieur DESAUTEUR, ˆ prŽsent occupŽe par Guislain BOURDRET du dit lieu, et au surplus dՐtre bien et honnestement habillŽ selon que son estat appartient pour le jour et solemnitŽ de ses noces, qui est tout leportement du dit mariant, duquel la mariante et asistants sÕen sont tenus pour contents.

Et quant ˆ celuy dÕicelle mariante elle a dŽclarŽ avoir ˆ elle appartenante, du grŽŽs et consentement de Marie Jeanne SANELLE sa mre, dont elle promet faire agrŽer et ratifier le contenu en ce qui sera cy aprs ˆ la premire volontŽe ce qui suit savoir : 1/2 mesure sŽante au terroir de Villers au Bois, tenante aux pres jŽsuites dÕArras, dÕautre dÕune liste ˆ Michel CORRƒE, dÕun bout ˆ la Crette ˆ Buchon, item 2 coupes 1/2 de terres labourables sŽantes au mesme lieu, tenante de liste ˆ Charles Louis DELPLACE et de bout ˆ Jacques PLAUIEZ, finallement 1 coupe 1/2 aussy de terres ˆ labour tenante de liste ˆ la terre de lՎglise Saint Nazarre, et de bout au dit Jacques DERIVIERE, les dites 2 coupes 1/2 sÕestant rŽservŽe du consentement de la mariante par sa dite mre comme estant actuellement avestie ˆ bled pour faire par elle cette annŽe la despouille et non plus avant, dŽclarante icelle mariante en outre avoir la despouille dÕune demi mesure ˆ prendre en une aprefait avesties de bled de saison, pour en faire son profit ainsy quÕelle trouvera bon, ˆ charge en payer rentes et centiesmes si aucuns sont dubs, et de dŽpouiller au surplus aprs lÕavoir semencŽe et advestie ˆ mars aussy 2 coupes 1/2 aussi de terres labourables ˆ prendre dans le mesme champ des dites 3 coupes ce qui sera fait par la dite Marie Jeanne SANELLE sa mre ˆ la future mariante cette annŽe seulement sans aucunes charges, dŽclarante icelle mariante que sa dite mre lui sera libre de laisser et donner place au moment de son mariage consommŽ avec le mariant pour demeurer avec elle tant et si longtemps quÕelle trouvera bon, dans la moitiŽ du manoir o sa dite mre  rŽside actuellement, et au cas de difficultŽs les uns et les autres sŽparŽes dans le dit manoir pour en faire chacun leur demeure, plus luy a donnŽ un veau estimŽ ˆ 6 £, 4 boisseaux de bled en nature, et estre au surplus bien et honnetement habillŽe pour le jour de ses noces, qui est tout le portement dÕicelle mariante, duquel le mariant et assistants sÕen sont tenus pareillement pour contents, aussi bien que de sa bonne fame et renommŽe.

DŽclarant au surplus quÕen cas que la ditte Marie Jeanne SANELLE mre ˆ la mariante tenant ˆ se retirer sŽparŽment aprs le mariage dÕiceux, quelque temps aprs a ŽtŽ stipulŽ quelle aura droit de reprendre ses meubles et effets ˆ elle appartenent suivant estimation qui en a ŽtŽ faite, et si elle vient ˆ rester et demeurer communŽment pendant sa vie avec iceux mariants, ils seront tenus eux mesmes dÕen faire raison aux autres, de lÕimportance ˆ concurrence, et en cas dՎviction ou autrement rapporter ˆ la masse commune les portements de ses frres et soeurs mariŽs pour venir ˆ la succession de ladite SANELLE mre aussy bien que dÕAntoine LESCOLLE leur pre, accordante la dite SANELLE du consentement de sa dite fille future mariante reprŽsentation pour avoir lieu en sa succession aux enfants ˆ naitre du mariage, pour faire une teste ˆ lÕencontre de leurs oncles et tantes aux conditions y exprimŽes ; ce fait a ŽtŽ dit quarrivant le dŽcs de lun ou lÕautre des dits mariants soit que de ce mariage il y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ naitre ou non, le survivant dÕeux deux demeurera en tous biens meubles et effets de la communautŽ en payant toutes dettes obseques et funŽrailles, et au surplus sera viager des immeubles tant venues que dÕadvenir, et queu lors de dŽcs de lÕun dÕeux, ayant enfans que le survivant venant ˆ se remarier, sera seulement propriŽtaire bridŽe de ce que dessus par accroitre aux profit des dits enfans, sans pour luy en pouvoir disposer vers tous autres, pour ˆ quoy parvenir au besoing les parties ont expressŽment dŽrogŽes, et renoncŽes ˆ tous us stils coutumes et autre rigueur de droit ˆ ce contraire, ˆ lÕentretien et accomplissement de ce que dessus, les comparans ont accordŽe leurs biens prŽsens et advenir, accordans iceux toutes seuretŽes requises, au dŽpens de qui il appartiendra, domicil eslu ˆ la maison rouge ˆ Arras, aceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contraires, passŽ ˆ Arras le 4 avril 1741. Etoit signŽ : AndrŽ GENELLE, Guislain GENELLE, Marie Anne Joseph DE LECOLLE, marque de Nicolas GUILBERT et de Jacques DERIVIERE, et comme notaires PALLETTE et GRENIERS avec paraphe.

 

 

Estimation du 24-5-1741 de lÕhŽritage des dŽfunts

Antoine MATHON, lieutenant dÕAcq, et Marie Claire WACHEUX sa femme

(4E 18/38 )

 

á               LÕan mil sept cent quarante et un le vingt quatre de maØ sur les sept heures du matin, nous Guilleaume MATHIEU lieutenant de Camblin lÕAbbŽ y demeurant, Jean Franois PAYEN lieutenant dÕEstrun y demeurant, Michel DUBOIS demeurant au village dÕAcq, tous fermiers et laboureurs experts desnommŽs ˆ effet de procŽder ˆ la prisŽe et estimation des biens immeubles dŽlaissŽs par le trŽpas dÕAntoine MATHON lieutenant dudit Acq et Marie Claire WACHEUX sa femme, repris ˆ la dŽclaration qui nous a ŽtŽ mise s mains et autres ˆ nous indicquez provenir desdits feus MATHON et sa femme et ce en exŽcution du jugement rendu au Conseil dÕArtois entre Antoine SALMON bourgeois marchand dÕArras y demeurant dÕune part,

á               Marie Claire MATHON sŽparŽe quant aux biens dÕAntoine LEFEBVRE fermier demeurant audit Acq et authorisŽe ˆ la poursuite de ses droits de seconde part,

á               Charles MATHON de tiers part,

á               Robert Joseph HUSTIN marchand manufacturier demeurant en la ville de Douay et Philippe EVRARD aussi marchand tanneur demeurant en celle de Givet, iceux crŽanciers hipotecquaires dudit Charles MATHON de quatrime part,

Le 2 aožst 1740 dont copie nous a ŽtŽ dŽlivrŽe et ensuite du serment par nous prestŽ de 4 fŽvrier dernier en consŽquence de lÕordonnance de monsieur THIEULAINE au Conseil dÕArtois du 17 et assignation du 18 le tout de janvier aussi dernier ˆ nous a ŽtŽ donnŽ ˆ ce sujet auquel effect nous nous sommes transportŽs sur chaque corps de manoir et terres labourables accompagnŽs de quelques personnes de probitŽ pour prendre les connaisssances et lumires nŽcessaires ˆ tout quoy nous avons procŽdŽ comme sÕensuit :

1) 3 boitellŽes 8 verges de terres labourables situŽes audit Acq prisŽes en 5 mesures allencontre de la demoiselle LENAIN tenant de liste ˆ Simon DELEFORTRY, dÕautre aux hoirs Antoine CUISINIER, dÕun bout ˆ 1/2 mesure ˆ la dame de Torcy, et dÕautre bout ˆ la Luthumire, au relief de 7 sols 6 deniers parisis tiers combellage, laquelle 3 boitellŽes nous estimons valoir 80 livres (£).

2) une mesure de terres fief faisante moitiŽ de 2 mesures allencontre de la ditte LENAIN tenante en totalitŽ de liste ˆ 15 boitellŽes de la pauvretŽ dÕAgnez, dÕautre ˆ 11 boitellŽes du sieur de la CharitŽ, dÕun bout audit CharitŽ, et dÕautre bout ˆ 1 mesure des pres carmes dŽchaussŽs aussy au relief de 7 sols 6 deniers parisis laquelle mesure estimons valoir 300 £.

3) 1/2 mesure de terres fief au mme relief que le prŽcŽdent, tenans de liste aux hoirs Joseph DUVAL, dÕautre liste ˆ 1 mesure de terres reprise ˆ lÕarticle suivant, dÕun bout au jardin du moulin et dÕautre bout au manoir de Michel HERBET, laquelle 1/2 mesure estimons valoir 50 £.

4) 1 mesure de terres tenantes de liste ˆ la 1/2 mesure prŽcŽdente, dÕautre liste ˆ 1 mesure des hoirs Louis Franois LEJOSNE, dÕun bout au manoir des hoirs Guislain DEHOND, et dÕautre bout ˆ 6 boitellŽes de CUISINIER laquelle mesure nous estimons valoir 100 £.

5) un manoir non amazŽ situŽ audit Acq contenant 1 boitellŽe 7 verges, tenant de liste aux hoirs Joseph CUISINIER, dÕautre liste ˆ Guislain COLIN, dÕun bout au flŽgard, chargŽ annuellement pour rente seigneurialle de 2 sols 6 deniers, lequel manoir estimons valoir 100 £.

6) un manoir amazŽ contenant 2 mesures tenant dÕune liste ˆ Antoine FOURNET, dÕautre liste au chemin Salbert, dÕun bout au flŽgard et chemin menant du Mont Saint Eloy ˆ Aubigny, dÕautre bout ˆ 1 mesure de terre desdits hoirs MATHON, joint et enclos audit manoir, chargŽ par an de rente foncire et seigneurialle de 10 sols et sujet au four et au moulin, lesquelles 2 mesures estimons ˆ 400 £.

7) 1 mesure de terres faisant lÕhabour et enclos avec ledit manoir repris en lÕarticle prŽcŽdent tenant dÕune liste ˆ 3 boitellŽes desdits hoirs MATHON, dÕun bout au chemin Salbert, et dÕautre bout ˆ la rue menant du Mt St Eloy ˆ Aubigny, laquelle avons estimŽ ˆ 200 £.

8) item 3 boitellŽes parfait de noeuf venante dÕachapt quÕAntoine MATHON et Marie claire WACHEUX ont fait de Jean MAUPETIT venante de liste ˆ 9 boitellŽes imparties entre eux et la Dlle LENAIN, dÕatre liste ˆ 2 mesures 93 verges de madame de Torcy, et dÕun bout ˆ 5 boitellŽes des hoirs Guislain COLIN lesquelles avons estimŽ 150 £.

9) 9 boitellŽes de terres imparties entre lesdits hoirs MATHON et la dame LENAIN cy devant prises en  9 mesures allencontre de la dame de Torcy lesdits MATHON et Dlle COUPET nommŽ Ç le champ de la Marlire È tenant dÕune liste ˆ 2 mesures de Mathias PROUVEUR, dÕautre liste au parfait desdits noeuf dÕun bout 5 boitellŽes desdits hoirs MATHON et dÕautre bout ˆ 3 boitellŽes de Guislain GENEL ˆ cause de sa femme, lesquelles avons estimŽ sur le pied de 200 £ la mesure cy pour la moitiŽ des dits 9 boitellŽes 225 £.

10) 3 mesures prises en la pice impartie ˆ la Dlle LENAIN tenante des deux listes ˆ Mr dÕYVERNIER et des deux bouts aux hoirs et ayans cause Mr de CROMBECQ et ˆ 1/2 mesure du nommŽ COUTEAU de FrŽvin Cappel aulieu dÕAntoine MATHON laquelle pice de terredudit Antoine sur pied de 200 £ la mesure cy pour la moitiŽ 300 £.

11) 6 boitellŽes 6 verges de terres labourables tenantes dÕune liste ˆ 1/2 mesure des hoirs Jacques ALLART dÕautre liste ˆ 11 mesures su sieur dÕAcq , dÕun bout ˆc3 mesures des Dlles de SAUTEUX et dÕautre bout ˆ 4 mesures desdits hoirs MATHON, lesquelles estimŽes 135 £.

12) 4 mesures 1 boitellŽe avec Dlle LENAIN pris en 6 allencontre des hoirs du sieur DELALAQUE y tenant dÕune liste dÕautre liste ˆ Guislain PROUVEUR et ˆ 9 boitellŽes du chapitre dÕArras, dÕun bout ˆ 10 boitellŽes de la Dame de FrŽvin, et dÕun autre bout ˆau chemin dÕAcq ˆ Camblain, annuellement chargŽ de 2 sols de rente seigneurialle laquelle pice nous estimons valoir ˆ lÕavenant de 150 £ la mesure faite pour la moitiŽ : 318 £ 15 s.

13) 5 boitellŽes de terres parfait de 10 tenans dÕune liste ˆ 3 boitellŽes de LŽonor CUISINIER, dÕautre lisre ˆ 9 boitellŽes imparties ave  la Dlle LENAIN dÕun bout ˆ 17 mesures du sieur dÕAcq, et dÕautre bout ˆ 1 boitellŽe de Joseph COUTEAU, lesquelles 5 boitellŽes ont ŽtŽ estimŽes 400 £.

14) 1/2 mesure 16 verges de terres tenantes de liste ˆ 1/2 mesure de la Dlle LENAIN, dÕautre liste vers orient ˆ 60 verges des hŽritiers Jean Baptiste ALLART, de bout vers occident ˆ 1/2 mesure dÕAndrŽ GENEL, et dÕautre bout au chemin de Lille, estimŽe 300 £ la mesure, faisant 197 £.

15) 6 boitellŽes 1/2 de terres faisant moitiŽ et parfait de 13 ˆ lencontre des hoirs Joseph CUISINIER y tenante dÕune liste, dÕautre ˆ une mesure des ayans causes de la Dlle de SAINT FLORIS, dÕun bout au sausoy, et dÕautre bout ˆ 1 boitellŽe 1/2 de Pierre Guislain DELABRE lesquelles sont estimŽes 487 £.

16) 1 mesure tenante de liste ˆ 9 boitellŽes de la dame de TORCY, fdÕautre liste ˆ 1/2 mesure des hoirs Antoine MATHON, dÕun bout ˆ 6 boitellŽes du sieur dÕACQ et au sieur BOUCQUEL et dÕautre bout ˆ 2 boitellŽes 1/2 prises en 3 quartiers des hoirs AndrŽ GENEL, estimŽe 150 £.

17) 1 mesure de terres impartie allencontre de la Dlle LENAIN tenante la stabilitŽ de liste et dÕun bout ˆ 5 mesures du seigneur dÕAcq, dÕautre liste ˆ 1/2 boitellŽe des hoirs Martin BACQUEVILLE et dÕautre bout ˆ 3 boitellŽes des pres carmes dŽchaussŽs laquelle mesure a estŽ estimŽe 200 £, cy la moitiŽ desdits MATHON : 100 £.

18) 1 mesure impartie avec la Dlle LENAIN tenante de liste ˆ 1 mesure de lÕh™pital Saint Jean, et dÕautre sens aux terres vendues par la Dlle de saint Floris chargŽepar chacun an de 2 boisseaux de bled mesure dÕAubigny, vers le sieur de la charitŽ pour arrentement et surcens laquelle mesure a estŽ estimŽe 200 £, pour la moitiŽ desdits MATHON : 100 £.

19) 2 mesures et 1 boitellŽe de terres de liste aux enfants de Guislain BOURDREL et Jeanne BAILLY dÕautre liste ˆ 4 mesures du sieur dÕAcq et de bout ˆ  boitellŽes 1/2 de Joseph COUTEAU chargŽe par chacun an dÕune razire de bled mesure dÕAubigny vers le sieur de charitŽ pour arrentement et surcens laquelle pice vaut 135 £.

20) 3 boitellŽes de terres par moitiŽ et imparties allencontre de ladite demoiselle LENAIN tenant de liste et de bout ˆ 6 mesures du sieur dÕAcq dÕautre liste ˆ 1/2 mesure et 1/2 boitellŽe de Michel DUBOIS et dÕautre bout ˆ 1/2 mesure de la veuve DUBOIS et dÕautre bout ˆ 1/2 mesure de la veuve et hoirs Jean Louis HERBET, lesquelles 3 boitellŽes estimons valoir sur le pied de 300 £ le mesure sans avoir Žgard ˆ aucune charge pour nÕen avoir connaissance, cy pour la moitiŽ desdits hoirs MATHON : 112 £ 10 sols.

21) 3 boitellŽes de terres par moitiŽ en indivis comme dessus tenante de liste ˆ lÕenclos du sieur dÕAcq, dÕautre liste ˆ 1 mesure des hoirs Bernard GENEL, dÕun bout ˆ 3 boitellŽes de Jean Baptiste ALLART et dÕautre bout ˆ un manoir des hoirs Jean Louis HERBET, chargŽes annuelleement pour rente seigneuriale dÕune poule, lesquelles 3 boitellŽes estimŽes 225 £, pour la moitiŽ : 112 £ 10 sols.

22) 3 boitellŽes de terres tenant dÕune liste aux hoirs MATHON, dÕautre liste ˆ 1 boitellŽe des hoirs LiŽvin COUTEAU, dÕun bout ˆ 3 boitellŽes de Joseph GENEL ˆ cause de sa femme, et dÕautre bout au chemin Salbert, chargŽes pour rente annuelle de 12 sols, lesquelles 3 boitellŽes sont estimŽes 150 £.

23) 1 mesure de terres tenant de liste ˆ 2 boitellŽes des hoirs MATHON, dÕautre liste ˆ 3 boitellŽes de la Dlle LENAIN dÕun bout ˆ 1 mesure de Pierre Guislain DELABRE et dÕautre bout ˆ 6 boitellŽes des pres carmes dŽchaussŽs tenue en coterie et chargŽe de 5 quartrons et 1/2 de bled et 1/3 de chapon, laquelle mesure est estimŽe 100 £.

24) 9 boitellŽes de terres tenant de liste ˆ 3 boitellŽes de Guislain HENRY, dÕautre liste ˆ 3 boitellŽes de Jean GENEL, dÕun bout au chemin dÕAcq ˆ lÕargillire et dÕautre bout ˆ 9 mesures du sieur BOUCQUEL, tenu en cotterie et chargŽ de 15 sols parisis, lesquelles 9 boitellŽes ont ŽtŽ estimŽes valoir 387 £ et 10 sols.

25) 3 boitellŽes de terres de liste ˆ 3 boitellŽes des enfants Benoist DUBOIS, dÕautre liste ˆ 6 boitellŽes 1/2 de Guislain ALLART ˆ cause de sa femme, et dÕautre bout ˆ 6 boitellŽes des hoirs MATHON dont la moitiŽ est ˆ Antoine COLIN et lÕautre moitiŽ aux enfants Guislain PROUVEUR, tenue en cotterie et chargŽe dÕun boisseau 1/2de bled, lesquelles 3 boitellŽes ont ŽtŽ estimŽes 225 £.

26) 5 boitellŽes de terres tenant de liste ˆ 5 boitellŽes des hoirs Jean et Antoine TENEL et ˆ 1/2 mesure des hŽritiers Jean Baptiste ALLART, dÕautre liste ˆ 3 boitellŽes dÕAntoine COLIN, dÕun bout ˆ 3 boitellŽes des enfants Jean BACQUEVILLE, et dÕautre bout ˆ 1/2 mesure de Mahias PROUVEUR, tenue en cotterie et chargŽe de 2 boisseaux 3 quartrons 1/2 et 1/6 de quartron de bled et 1/4 et 1/2 chapon, lesquelles 5 boitellŽes ont ŽtŽ estimŽes 375 £.

27) 66 verges de terres tenantes de liste ˆ 5 mesures 16 verges de Nicolas CUISINIER, dÕautre liste ˆ 5 boitellŽes des hŽritiers Jean Baptiste ALLART, de bout ˆ la chaussŽe Brunaut et dÕautre bout ˆ 1 mesure 5 verges de Mathias PROUVEUR et autres dont les 3/4 sont tenues en fief et lÕautre quart en cotterie et chargŽes de 5 sols, lsquelles 66 verges ont ŽtŽ cottŽes 130 £.

28) 3 mesures 1/2 et 16 verges, trouvŽ par mesurage contenir 4 mesures 1/2, tenant de liste ˆ 7 boitellŽes 8 verges de Guislain HENRY, dÕautre liste ˆ 1/2 mesure de GuislainWARNIER, dÕun bout ˆ 3 boitellŽes desdits hoirs MATHON, et dÕautre bout ˆ 1 boitellŽe 1/2 des hoirs Nicolas WARNIER dont les 3/4 sont tenues en fief et lÕautre 1/4 en cotterie , chargŽes de 2 sols 4 deniers, laquelle pice estimŽe sur le pied de 300 £ la mesure, faisant les dites 4 mesures 1/2 : 1350 £.

29) 4 boitellŽes 1/2 de terres que lÕon croit contenir 6 quartiers, situŽ au terroir de Camblin lÕAbbŽ, tenant de liste ˆ 16 verges des veuve et hoirs Pierre CUVELIER, dÕautre liste ˆ 20 mesures de lÕabbaye du Mont Saint Eloy, dÕun bout ˆ 4 mesures du seigneur dÕAcq, et dÕautre bout ˆ la basse chaussŽe, tenues en cotterie chargŽe de 3 boisseaux, un quarreau 1/2 de bled, et 1/2 chapon et le 1/7 dÕun, laquelle pice estimŽe 400 £ la mesure, cy pour 6 quartiers : 600 £.

30) 3 mesures 3 boitellŽes 8 verges 1/3 faisant 1/3 de 11 mesures 1/2 allencontre de la Dlle LENAIN pour 1/3 et de Nicolas BAYART pour 1/3, tenant les 2/3 desdits MATHON et LENAIN , de liste au 1/3 dudit BAYART, dÕautre liste ˆ 5 mesures du sieur dÕAcq, de bout au chemin dÕAcq ˆ la chapelette du Bois Poret, et dÕautre bout aux terres de plusieurs particuliers, nommŽ le Vol Poule ; tenu en cotterie et chargŽ pour le dit sieur de 6 boisseaux 1/3 de bled ; lesquelles estimŽes ˆ 250 £ la mesure font 958 £.

31) 2 mesures de terres ˆ labour, de liste ˆ 4 mesures de la cure dÕAcq, dÕautre liste ˆ 4 mesures des hŽritiers SACLAU, dÕun bout ˆ 4 mesures du sieur dÕAcq, et dÕautre bout au sieur du CARIOEUL, chargŽ chacun an aux jours de Saint RŽmy et No‘l dÕune razire et trois quartrons de bled et dÕun tiers dÕun chapon ; lesquelles ont ŽtŽ estimŽes 180 £.

32) 6 boitellŽes de terres de labour, tenant de liste ˆ 1 mesure des pres carmes dŽchaussŽs et ˆ 1 boitellŽe de JŽr™me ANSELIN, dÕautre liste ˆ 6 boitellŽes des hoirs Jacques HENRY, dÕun bout ˆ lÕargillire et dÕautre bout ˆ 3 boitellŽes desdits hoirs MATHON lesquelles 6 boitellŽes ont ŽtŽ estimŽes 450 £, en regard quÕelles sont chargŽes annuellement pour rente de 6 boisseaux de bled mesure dÕArras et 1/2 chapon.

33) 1/2 mesure de terres tenant dÕune liste ˆ 1/2 mesure des hoirs Guislain CRETON dÕautre liste ˆ 1/2 mesure des hoirs Benoist DUBOIS ˆ 1 boitellŽe 1/2 des hoirs Guislain COLIN, ˆ 1/2 mesure de Charles WARNIER, dÕun bout ˆ 5 boitellŽes du sieur de la charitŽ, et dÕautre bout ˆ 5 boitellŽes des hoirs MATHON, chargŽe de rente annuelle dÕun boisseau et 3/4 de quartron de bled mesure dÕArras, et 1/12 de chapon, estimŽe valoir : 150 £.

34) 1 mesurede terres au dessus du marais, tenant de liste ˆ 1 mesure de ThŽrse CRETON dÕautre liste ˆ 1 mesure du sieur dÕIVERNIER, dÕun bout ˆ 5 quartiers de la cure dÕAcq, et dÕautre bout aux pres carmes dŽchaussŽs, tenue de la seigneurie dÕAcq sans rente mais doit par chacun an 2 boisseaux de bled aux filles de Saint Mathieu, laquelle mesure a ŽtŽ estimŽe : 300 £.

35) 1 mesure de terres au terroir de FrŽvin Capel vers la croix Dumetz, tenue de liste vers midy ˆ 4 mesures 1/2 de BŽatrice CAUDRON, dÕautre liste vers septentrion ˆ 1 mesure des hoirs Charles DESPRES, dÕun bout au chemin qui mne de Cappel ˆ Arras, et dÕautre bout ˆ 3 mesures du sieur WATTIER chargŽ vers la seigneurie dudit FrŽvin de 6 deniers et de plein terrage, estimŽe 50 £.

36) 1/2 mesure de terres faisant moitiŽ dÕune mesure alencontre de la Dlle LENAIN qui en a lÕautre moitiŽ, tenant de liste ˆ 1 mesure du sieur CAMPAGNE au lieu du sieur Thomas FRAN‚OIS dÕautre liste aux terres de Michel DUBOIS, de bout ˆ 25 mesures du sieur BOUCQUEL, et dÕautre bout aux hoirs Martin ALLART, estimŽe 150 £.

37) 2 mesures de terres au terroir dÕAcq, de liste ˆ 2 mesures du sieur dÕHIVERNIEZ dÕautre liste ˆ 4 mesures de la cure de FrŽvin, de bout ˆ 9 mesures de la dame marquise de SALM et dÕautre bout ˆ 2 mesures de Guilleaume THENEL, estimŽes valoir 300 £.

38) 2 mesures de teres au dit terroir, tenant de liste vers orient ˆ 1 boitellŽe de Franois HENRY, dÕautre liste ˆ 1/2 mesure de Guilleaume THENEL, de bout au chemin du Mont Saint Eloy ˆ Aubigny, et dÕautre bout ˆ 1/2 mesure dÕAlphonse COUTEAU et au sieur dÕHIVERNIER, estimŽes valoir 75 £.

39) 1/2 mesure de terres situŽe au terroir de Camblain lÕAbbŽ, tenant de liste ˆ 1/2 mesure de Guislain GODART ˆ cause de Marie Joseph HELUIN sa femme, dÕautre liste ˆ Antoine BAR, de bout ˆ la basse ChaussŽe, chargŽ dÕun boisseau de bled vers les filles de Saint Mathieu ; 200 £

40) 1 mesure de terres au dit terroir sous les Petits Perrois y tenante de liste, dÕautre liste ˆ 5 mesures du sieur de Nailly ˆ cause de N... BOUCQUEL sa femme ; 24 £

41) 1 quartier de terres au dit terroir de Camblain lÕAbbŽ, tenant de liste ˆ la Basse ChaussŽe, dÕautre liste ˆ Estienne DÕHOUDAIN, de bout ˆ 6 boitellŽes des pres carmes dŽchaussŽs et dÕautre bot ˆ 1 quartier dÕAmbroise BARLET ; 75 £

42) 1 mesure de terres au terroir du dit Acq tenant de liste ˆ 7 boitellŽes de la cure dudit lieu, dÕautre ˆ messieurs du chapitre dÕArras, dÕun bout ˆ 12 mesures du sieur dÕAcq, et dÕautre bout au fossŽ Nerchin ; 300 £

43) 29 verges de terres pris en une pice nommŽe les sept grand-mres, tenant de liste ˆ 3 mesures de la Dlle LENAIN, dÕautre liste ˆ 1/2 mesure dÕAntoine COLIN et ˆ 1/2 mesure de Guislain WARNIER, dÕun bout ˆ 5 boitellŽes 11 verges de guislain ALLART, et dÕautre bout ˆ 1/2 mesure de Jean GENEL ; sur le pied de 150 £ la mesure vaut 43 £ 10 sols

44) 1 quartier 1/2 de terres terroir dÕAcq entre le Marais dudit lieu et le chemin du Mont Saint Eloy, tenant de bout vers le septentrion dudit chemin et dÕautre bout au Rindeau de maresquel, de liste ˆ 1/2 mesure de Franois HENRY, et dÕautre liste au sieur CAMPAGNE ; 40 £

45) 4 mesures de terres vers Hautavesne, tenant de liste ˆ 6 mesures des hŽritiers de SAUTEUX, nommŽ le Champ Nostre Dame, dÕautre liste ˆ 1/2 mesure des hoirs Benoist DUBOIS, de bout ˆ 6 boitellŽes des hoirs MATHON, et dÕautre bout au seigneur dÕAcq ; 600 £

46) 10 boitellŽes de terres au terroir de FrŽvin Capel, faisant moitiŽ de 5 mesures allencontre de la Dlle LENAIN qui en a lÕautre moitiŽ, tenante en totalitŽ dÕun bout vers septentrion ˆ 1/2 mesure de Mathias PROUVEUR, dÕautre bout vers midy ˆ 6 boitellŽes de la dame DELADIENNƒ, de liste vers occident ˆ 1/2 mesure 1/2 boitellŽes de lՎglise dÕAcq, et ˆ 7 mesures du chapitre dÕArras, et dÕautre liste vers midy ˆ 3 mesures de la Dame dudit FrŽvin et ˆ 9 mesures du seigneur dÕAcq ; 500 £

47) fief de 3 mesures de terres au dit terroir faisante moitiŽ alencontre de la dite Dlle LENAIN pour la moitiŽ, tenante en totalitŽ de liste vers septentrion du chemin du Mt St Eloy ˆ Aubigny, dÕautre liste vers midy et de bout vers lÕorient ˆ 9 mesures de la dame marquise de SALM, et dÕautre bout vers occident ˆ 5 boitellŽes de la cure dÕAcq ; 600 £

48) 6 boitellŽes de terres situŽes au terroir dÕAcq, tenue en cotterie du chapitre dÕArras, tenue de liste ˆ 1/2 mesure du sieur BOUCQUEL, dÕautre liste ˆ 3 quartiers du sieur DIVERNIER, dÕun bout ˆ 3 boitellŽes dÕAntoine DIOT, dÕautre bout ˆ 1/2 mesure de Michel DUBOIS ; 375 £

49) 5 boitellŽes faisante moitiŽ des 10 allencontre de la Dlle LENAIN, pour lÕautre moitiŽ tenant en totalitŽ de liste vers midy ˆ 5 mesures du sieur dÕAcq, dÕautre liste aux hoirs Philippe HAPIOT, de bout vers lÕoccident au chemin Salbert, et dÕautre bout aux terres de lÕabbaye St Eloy nommŽe la Franche Pice du marchŽ de Chinchy ; sur le pied de 150 £ la mesure : 187 £ 10 s

50) 1/2 mesure de terres situŽe au dit terroir dÕAcq, tenante dÕune liste ˆ 1/2 mesure de Mathias PROUVEUR dÕautre liste ˆ 1 mesure du sieur DIVERNIER, de bout ˆ 6 boitellŽes du sieur dÕAcq, et dÕautre bout ˆ 3 boitellŽes des hoirs Nicolas WARNIER chargŽe de terrage vers le sieur de la CharitŽ ; 75 £

51) la moitiŽ de 10 boitellŽes allencontre de la Dlle LENAIN, pour lÕautre moitiŽ tenant en totalitŽ de liste vers 7 aux hŽritiers Nicolas CUISINIER, dÕautre liste aux veuve et hoirs Joseph CUISINIER, de bout vers occcident ˆ Michel DUBOIS, et dÕautre bout ˆ 5 mesures des pres carmes dŽchaussŽs laquelle sur le pied de 100 £ la mesure : 125 £

52) 7 mesures de terres situŽes au terroir dÕAcq vers Hautavesne, tenante de bout vers orient au champ Nostre dame comme il nous a ŽtŽ indiquŽ sans conna”tre les autres tenans et haboutissans de la dite pice de 7 mesures ; 1400 £ sur le pied de 200 £ la mesure

53) 10 boitellŽes de terres au dit lieu que lÕon nous a indiquŽ tre au dessus de 7 mesures de lÕarticle 52 et tenant aux terrres des pauvres de FrŽvin Capel sans avoir bien reconnu les autres tenans et habouts ; 500 £ sur le pied de 200 £ la mesure

54) il est au surplus dÕobserver quÕil doit encore avoir 1 mesure de terres assez prez des 10 quartiers de lÕarticle prŽcŽdent tirant vers Hautavesne suivant que lÕon prŽtend que nous nÕavons point estimŽ pour ne lÕavoir pu recouvrer pourquoy sÕen fait icy le prŽsent ; mŽmoire

Laquelle prisŽe et estimation faitte de tous les manoirs et terres labourables cy devant repris nous dŽclarons estre sincre et vŽritable de tout quoy nous avons dressŽ le prŽsent procs verbal que nous avons signŽ audit Acq le 7 juin 1741. SignŽ : Guilleaume Franois MATHIEU, Michel DUBOIS, Jean Franois PAYEN

 

Partage du 23 dŽcembre 1741

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs ont comparu :

á               Demoiselle Marie Claire MATHON femme sŽparŽe quant aux biens dÕAntoine LEFEBURE laboureur au village dÕAcq autorisŽe par justice ˆ la poursuite de ses droits et au besoin dÕiceluy LEFEBURE pour cet effet aussi comparant et non contractante le tout ainsy quÕils ont dŽclarŽ dÕune part ;

á               Le sieur Antoine SALMON, bourgeois marchand, fils de Jean Louis et de feue demoiselle Marie Anne MATHON demeurant ˆ Arras, de deuxime part ;

á               Monsieur Josse Hipolite MAUPORT procureur au Conseil dÕArtois demeurant audit Arras et spŽcial su sieur Philippe EVRARD marchand demeurant ˆ Givet, fondŽ de sa procuration passŽe devant notaire audit Arras le 8 aožt dernier exhibŽe en minutte et ˆ luy rendre par lequel il promet faire agrŽer approuver et ratifier ces prŽsentes en dedans deux mois dÕhuy et iceluy EVRARD agissant pour et au nom du sieur Charles Joseph MATHON demeurant ˆ Douay et comme Žtant aux droits de Robert Joseph HUSTIN marchand audit Douay par acte de cession du ... et tous deux crŽanciers dudit Charles MATHON, de troisime part.

Lesdits Charles Joseph et Marie Claire MATHON enfans et ledit SALMON petit fils de feu Antoine MATHON et Marie Claire WACHEUX et reconnurent les parties quÕayant en ŽxŽcution du jugement rendu entre elles ˆ lÕaudience du Conseil dÕArtois le 2 aožt 1740 fait procŽder par experts ˆ ce nommŽs aux prisŽes et estimation des biens immeubles dŽlaissŽs par le trŽpas desdits Antoine MATHON et Marie Claire WACHEUX suivant leur procs verbal des 24 mai et 7 juin 1741 qui demeurera cy joint lequel contient la dŽclaration desdits immeubles, et que dŽsirant partager entre elles ˆ proportion de leurs droits la plus grande partie des dits immeubles estant de natrure cottire et qui seront cy aprs spŽcifiŽs elles en auroient fait dresser cincq lots les plus Žgaux quÕil a ŽtŽ possible et ˆ leur apaisement et que pour mettre fin audit partage et division, il nÕest plus question que de tirer les dits lots au sort, pour aquoy elles ont fait rŽdiger le contenu de chacun des dits cincq  lots ainsy quÕil suit.

   Premier lot : articles 10, 24, 25, 31, 32, 39, 44, 49, 50 au total estimŽ 2445 £

   Deuxime lot : articles 5, 8, 12, 13, 23, 30, 43, 48 au total estimŽ 2445 £.

   Troisime lot : articles 9, 27, 28, 36, 37, 53 au total estimŽ 2445 £.

   Quatrime lot : articles 14, 19, 20, 26, 29, 33, 34, 46 au total estimŽ 2444 £

   Cinquime et dernier lot : articles 4, 11, 15, 17, 18, 21, 35, 41, 51, 52 au total estimŽ ˆ 2441 £.

LÕestimation des cinq lots cy dessus porte en total 12221 £, laquelle somme divisŽe en cinq fait ˆ chacun 2444 £. Par consŽquent les quatre premiers lots excdent lՎgalitŽ cy dessus scavoir : le premier lot 16 sols, le second 21 sols, le troisime lot 16 sols, la quatrime lot 6 sols. Tellement que ceux ˆ qui les dits quatre premers lots escheront seront tenus de payer ce qui est dž cy dessus excŽder leur juste part ˆ celuy ˆ qui eschera le cinquime lot qui se trouve lÕavoir de courtesse.

Desquels lots les parties se contentent estant justes et Žgaux et consentent quÕils soient tirŽs au sort pourquoy elles ont appelŽ un jeune garon ˆ elles inconnu et ont mis dans le chapeau dÕiceluy cincq billets dՎgalle grandeur et roullŽs lÕun comme lÕautre, dans lÕun desquels avoir ŽtŽ Žcrit premier lot, dans lÕautre deuxime lot, ... et dans le dernier cinquime lot. Le dit garon aprs avoir quelque temps brouillŽ et remuŽ les dits cincq billets dans le dit chapeau du consentement des parties et en leur prŽsence les a pris et donnŽs lÕun aprs lÕautre scavoir un ˆ la dite Marie Claire MATHON, un audit Me. NAUPORT, un autre ˆ Antoine SALMON, un autre ˆ la dite Marie Claire MATHON, et lÕautre audit sieur NAUPORT et ˆ lÕouverture dÕiceux billets sÕest trouvŽ que lesdits lots estoinet escheus scavoir : le premier et deuxime ˆ la ditte demoiselle MATHON, le quatrime et le cinquime au dit Me NAUPORT, et le troisime au dit sieur SALMON, lesquels lots ont ainsy ŽtŽ acceptŽs par,lesdites parties s dits noms pour et par elles lurs hoirs ou ayans cause jouir respectivement des biens assignŽs par iceux dez aujourdÕhuy et ˆ toujours aux charges de rentes foncires et anciennes redevances quÕiceux biens peuvent tre changŽs et sous condition que lesdits biens demeureront garantis les uns des autres ainsy quÕil est usittŽ en fait de partage.

Et comme il rŽsulte du prŽsent partage une division en cincq des immeubles qui ont appartenu auxdits Antoine MATHON et Marie Claire WACHEUX dans lesquels se trouvent compris 22 mesures de terres par eux acquis par contrats du premier fŽvrier 1708, 14 novembre 1709, 19 fŽvrier et14 aoust 1695, 26 may et 29 dŽcembre 1699, dont 12 mesures des deniers de leur communautŽ et les 10 autres mesures des deniers qui sont provenus de la vente des biens patrimoniaux de la ditte Marie Claire WACHEUX ˆ aussy payŽ et acquittŽ les dettes qui avaient ŽtŽ contractŽes par son feu mary et que dans les biens provenant de la ditte WACHEUX le dit Antoine SALMON a droit dÕen prŽtendre un tiers par reprŽsentation de la ditte feue Marie Anne MATHON sa mre contre les dits Charles Joseph et Marie Claire MATHON ses oncle et tante pour les deux autres tiers, il a ŽtŽ convenu entre les parties pour Žviter la division desdits immeubles provenans de la ditte Marie Claire WACHEUX par tiers que ledit sieur Antoine SALMON prŽlŽvera en prŽfŽrence des deniers qui proviendront de la vente dÕun manoir amazŽ dÕune ferme situŽ audit Acq repris en laditte estimtion article 6 la somme de 450 £ du payement de laquelle somme en prŽfŽrence comme dit et lesdits Marie Claire MATHON et Me NAUPORT se font solidairement font sans division ny dissention renonans auxdits bŽnŽfices et que les restant du prix de la vente dudit manoir amazŽ sera employŽ ˆ lÕacquit des dettes des mmes successions hipotecquŽes sur les biens dÕicelles, aprs quoy le restant sÕil y en a sera partagŽ entre les parties scavoir les deux parts de cincq ˆ la ditte Marie Claire MATHON, deux semblables parts au dit sieur NAUPORT, et la dernire au dit sieur SALMON.

Bien entendu touttes fois que dans le prŽsent partage ny sont entrŽs les immeubles fiefs des mmes succesions repris audit procs verbal dÕestimation les articles :

?) 3 boitellŽes 8 verges de terres estimŽes 80 £

?) 1 mesure estimŽe 300 £

3) 1/2 mesure : 50 £

27) 3/4 de 66 verges de terres ˆ prendre contre le troisime lot et pour lÕautre 1/4 en cotterie estimŽs les 3/4 ˆ 97 £ 10 sols

28) 3/4 dÕune pice de 3 mesures et 1/2 de 16 verges trouvŽ contenir par mesurage 4 mesures 1/2 contre le dit troisime lot pour lÕautre 1/4 de cotterie estimŽs les dits 3/4 ˆ 1012 £ 10 sols

40) 1 mesure : 24 £

47) 3 mesures : 600 £. Au total 2164 £

Non plus que les immeubles cy aprs scavoir une mesure de terre ou enclos de nature cottire repris aux articles :

7) 1 mesure : 200 £

16) 1 mesure : 150 £

22) 3 boitellŽes : 150 £

54) 1 mesure non estimŽe

Et une mesure dont que lÕon nÕa pu recouvrer et qui nÕa point ŽtŽ estimŽe et enfin 1 mesure 5 verges de terres dont nÕest fait mention audit procs verbal et qui a ŽtŽ depuis recouvrŽe dont les 3/4 sont fief et lÕautre en cotterie situŽe au terroir dÕAcq tenant de liste ˆ Guislain WARNIER, dÕautre ˆ Mathias PROUVEUR, dÕun bout ˆ Guislain et Nicolas WARNIER et Jean GENELLE, dÕautre bout ˆ 1 boitellŽe de Nicolas CUISINIER.

Tous lesquels immeubles ayans ŽtŽ laissŽs en arrire au consentement de touttes les parties pour tre vendues et les deniers en provenans servir aux dittes parties ˆ concurrence de ce quÕelles ont droits desdits immeubles ˆ payer les crŽanciers hipotecquaires des dittes successions de ce qui leur est dž et prŽalablement ˆ payer les dŽpens exposŽs pour parvenir au prŽsent partage et autres accessoires.

Bien entendu encore que le troisime des susdits lots nÕaura en nature le 1/4 de 66 verges assignŽ et ŽnoncŽ en iceluy, attendu quÕil a ŽtŽ compris dans la vente faite ˆ Michel HERBET de la totalitŽ de la ditte pice mais recevra en prŽfŽrence sur le prix total de la ditte pice de terre 47 £ 10 sols faisant de 1/4 du dit prix.

Promettant les parties s dits noms ce que dessus entretenir garantir et faire valoir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens y accordantes toutes seuretŽs de droit, domicile Žlu ˆ la Maison Rouge ˆ Arras acceptantes ˆ juger Messieurs du Conseil dÕArtois renonantes ˆ touttes choses contrires sans cependant que les prŽsents puissent en aucune faon dŽroger aux contracts qui ont ŽtŽ cy devant faits et passŽs entre Charles Joseph, Marie Claire MATHON, et le sieur Antoine SALMON qui demeureront en leur pleine force et vigueurs et au moyen des prŽsentes le partage qui avoit ŽtŽ fait entre les parties par acte su premier septembre dernier des immeubles cu dessus repris, demeurera du consentement des dittes parties nul et comme sÕil nÕavoit point ŽtŽ fait approuvant les renvoyes de mots quÕils soient en marge de la septime face et celuy des mots employŽs ˆ lÕacquit des dettes des mmes successions hipotecques sur les biens dÕicelle aprs le restant sÕil y en a sera, en marge de la neuvime face des prŽsentes paraphŽes des dits notaires passŽ ˆ Arras le 23 dŽcembre 1741 estoit signŽ : Antoine LEFEBURE, NEAUPORT avec paraphe, Marie Claire MATHON, Antoine SALMON, et comme notaires BOUTTEMY et RIDON avec paraphe. Au pied est Žcrit ce qui suit.

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs est comparu le sieur Philippe EVRARD dŽnommŽ au prŽsent partage lequel aprs en avoir eu lecture ˆ son apaisement lÕa agrŽŽ approuvŽ et ratifiŽ en tout son contenu et promis lÕentretenir sous lÕobligation de ses biens et sous les mmes Žlections de domicile acceptations ˆ juger et autres clauses et conditions y exprimŽes passŽ ˆ Arras le 23 dŽcembre 1741 Žtoit signŽ Philippe EVRARD et comme notaires BOUTTEMY et RIDON avec paraphe.

 

Deuxime partage en date du 25 dŽcembre 1741

 

Il en auroit ŽtŽ fait 5 lots les plus Žgaux quÕil a ŽtŽ possible lesquels ayans ŽtŽ tirŽs au sort seroient escheux scavoir les deux premiers ˆ la dite MATHON, le troisime ˆ audit SALMON, , et les deux autres audit Me NAUPORT, tellement que dÕiceluy partage il rŽsultoit que des dits biens la dite MATHON y avoit les deux parts de cincq, le dit NAUPORT pareilles deux parts, et ledit SALMON une seulement, mais comme par acte du 2 mars prŽcŽdent passŽ entre les dits MATHON et SALMON il a ŽtŽ convenu que les dits immeubles et autres seroient partagŽs par tiers entre eux pour les causes y reprises et que voulant par lesdits Marie Claire MATHON et Antoine SALMON entirement lÕexŽcution entre eux pour les causes et raisons ˆ eux connues et pour cet effet faire partage Žgal des biens qui leur sont escheux par les dits trois premiers lots, ils en auroient fait faire deux lots les plus Žgaux possibles, et ˆ leur apaisement de manire que nÕestant plus question que de les tirer au sort ils ont fait rŽdiger le contenu de chacun dÕiceux deux lots ainsy quÕil suit :

Premier lot

Le premier aura et luy compettera et appartiendra en toute propriŽtŽ dez aujourdÕhuy et ˆ toujours les immeubles cy aprs repris et faisant partie des trois premiers lots dont il est cy dessus parlŽ et audit procs verbal les articles :

5) 1 mesure non situŽe ˆ Acq contenant 1 boitellŽe 7 verges tenant de liste aux hoirs Joseph CUISINIER dÕautre ˆ Guislain COLIN, dÕun bout ˆ la rivire et dÕautre au flŽgard ; estimŽ 100 £

12) moitiŽ de 4 mesures ; 318 £ 15 s

13) 5 boitellŽes ; 400 £

23) 1 mesure ; 100 £

28) le 1/4 dÕune pice de 3 mesures 1/2 et 16 verges ; 337 £ 10 s

36) 1/2 mesure moitiŽ dÕune mesure ; 150 £

37) 2 mesures ; 300 £

42) 1 mesure ; 300 £

45) 4 mesures ; 600 £

48) 6 boitellŽes ; 315 £

49) 5 boitellŽes moitiŽ de 10 ; 187 £ 10 s

53) 10 boitellŽes ; 500 £

Total de lÕestimation des immeubles assignŽs au premier lot : 3668 livres 15 sols

Deuxime lot

Le deuxime lot aura luy compettera et appartiendra en toute propriŽtŽ dez aujourdÕhuy et pour toujours les immeubles faisans partie des susdits trois premiers lots en partage dont :

8) 3 boitellŽes ; 150 £

9) moitiŽ de 9 boitellŽes ; 300 £

24) 9 boitellŽes ; 787 £ 10 s

25) 3 boitellŽes : 225 £

27) 1/4 cottier de 66 verges ; 32 £ 10 s

30) 3 mesures 3 boitellŽes 8 verges ; 958 £

31) 2 mesures ; 180 £

32) 6 boitellŽes ; 450 £

39) 1/2 mesure ; 200 £

43) 29 verges ; 43 £ 10 s

44) 19 verges 1/2 ; 40 £

50) 1/2 mesure ; 75 £

Total de lÕestimation des immeubles asignŽs au dit deuxime lot : 3666 £ 10 sols

Le total de lÕestimation des immeubles assignŽs auxdits deux lots porte ˆ 7335 £ 5 sols. Laquelle divisŽe par deux fait ˆ chacun 3667 £ 12 s. Par consŽquent le premier lot excde cette ŽgalotŽ de 22 sols 6 deniers. Tellemet que celuy ou celle ˆ qui echera ce premier lot sera tenu de payer ce qui est dit icy dessus excŽder la dite ŽgalitŽ ˆ celuy ou celle ˆ qui eschera le deuxime lot qui se trouve lÕavoir de courtresse.

Duivant quoy les dits lots ayans ŽtŽ tirŽs au ort entre les parties pardvant les dits notaires en la manire accoutumŽe le premier lot est Žchu ˆ la dite Marie Claire MATHON et le deuxime au dit sieur Antoine SALMON lesquels lots les parties en Žtantes contentes les ont acceptŽs pour par elles jouir des biens assignŽs par iceux respectivement leirs hoirs ou ayans cause dez aujourdÕhuy et ˆ toujours aux charges des rentes foncires et anciennes redevances.

 

 

Contrat de mariage du 2-9-1741 entre

Jean Franois COLIN et Marie Anne WARNIER

 

Pardevant les notaires royaux furent prŽsens :

á               Jean Franois COLIN veuf de Marie Claire BACQUEVILLE berger du village dÕAcq y demeurant, assistŽ dÕAntoine COLIN son oncle laboureur au mme lieu dÕune part ;

á               Guislain WARNIER mŽnager demeurant au dit Acq, Marie Guislaine GENEL sa femme quÕil authorise ˆ lÕeffet des prŽsentes non contrainte comme elle a dŽclarŽe, et Marie Anne WARNIER leur fille ˆ marier dÕautre part .

Lesquels pour parvenir au traitŽ de mariage meu et pourparlŽ entre le dit Jean Franois COLIN et la dite Marie Anne WARNIER qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en face et sous la license de notre mre la Sainte Eglise mais paravant quÕentre eux il y ait aucune foy promesse ou lien de mariage ont traitŽ et convenu de leurs portemens retours dŽnis et conditions en la manire suivante.

Premirement quant au portement du futur mariant il nÕen sera fait icy aucune dŽclaration ny spŽcification dÕautant que la mariante et ses dits pre et mre ont dits dÕen tre contens.

Et quant ˆ celuy de la dite mariante ses pre et mre promettent solidairement luy paier la somme de 80 £, moitiŽ au jour de No‘l prochain et lÕautre moitiŽ du dit jour de No‘l en un an, plus promettent de lui fournir une dum (duvet) une paire de draps et une vache sous poil noir de la valeur de 30 £ sitost la cŽlŽbration de ce mariage, plus lui donnent en avancement dÕhoirie et de succession le nombre de 3 quartiers de terres labourables situŽs au terroir du dit Acq en deux pices, la premire contenante 1/2 mesure tenant de liste ˆ Antoine LEFEVBRE et dÕautre au sieur CAFART curŽ du dit Acq, et la seconde 1 boistellŽe ˆ prendre en 5 boistellŽes tenant de bout au chemin du normand et dÕautre bout ˆ 2 mesures de Mathias PROUVEUR, la dite boistellŽe ˆ prendre du c™tŽ du champ appartenant ˆ BŽatrice CAUDRON pour en jouir par la mariante leur fille propriŽtairement du jour de la cŽlŽbration de ce mariage de lor en avant et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances dŽchargŽs par ses dits pre et mre de tous arrŽrages jusquÕau dit jour charges dettes et hipoteques, Žtant en outre honestement vtue suivant son Žtat qui est tout son portŽ duquel ainsy que de sa bonne vie et renommŽe le mariant a aussy dit dÕen etre content.

Ce fait a ŽtŽ traitŽ et convenu que le survivant des futurs marians soit que de ce mariage il y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ naitre ou non sera et demeurera propriŽtaire incommutable de tous les meubles effets acquets et conquets de leur communautŽ en paiant toutes detes obsecques et funŽrailles et outre ce le dit survivant sera viager des biens immeubles quÕaura dŽlaissŽs le prŽdŽcŽdŽ tant et si longtemps quÕil restera en viduitŽ et non plus avant en faveur duquel mariage les dits Guislain WARNIER et sa femme ont respectivement accordŽ reprŽsentation avoir lieu en leur succession aux enfans ˆ en naitre pour y faire une teste allencontre de leurs oncle et tantes en rapportant au mont commune le portement cy dessus de la mariante leur mreen la valeur ainsy quÕelle deuvra faire sy elle est lors vivante et veuille y venir sans que la prŽsente reprŽsentation cy dessus puisse toutefois empcher les dits WARNIER et sa femme de disposer de leurs biens par vente ou autrement. De quoy faire ils se rŽservent la libertŽ le tout nonobstant tous us stils coutumes entravestissement de sang ou par lettres et autres choses ˆ ce contraires, auxquels les dites parties ont expressŽment dŽrogŽs et renoncŽs et promettent ce que dessus tenir entretenir paier fournir et entirement accomplir sans y contre venir sous lÕobligation respective de leurs biens y accordant toutes seuretŽs requises au dŽpens de quy il appartiendra domicile eleu ˆ la maison rouge ˆ Arras acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ choses contraires.

Fait et passŽ en la citŽ dÕArras le 2 septembre 1741 pardevant que dessus et ont signŽs : Jean Franois COLIN, Guislain WARNIER, marque de Marie Guislaine GENEL, marque de Marie Ane WARNIER et Antoine COLIN, et comme notaire PRUVOST.

 

 

Contrat de mariage du 12-1-1742 entre

Pierre FENET et Anne Marguerite DESGARDIN

(4E 18/38)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs sont comparus :

á               Pierre FENET, mŽnager demeurant au village dÕAcq, veuf de Marie Catherine LIENART dÕune part ;

á               Anne Marguerite DESGARDIN, fille ˆ marier des feus Nicolas Philippe et dÕAntoinette COURCHELLE sa femme, vivans demeurant ˆ Hersin Coupigny, la dite DESGARDIN demeurant prŽsentement au village de Camblin lÕAbbŽ assistŽe de Pierre Antoine MERVILLE berger demeurant au dit lieu de Camblin son bon ami dÕautre part .

Reconnurent les parties quÕavant parvenir au mariage en notre mre la Sainte Eglise dÕentre le dit FENET et la dite DƒGARDIN dÕestre convenu de ce qui suit.

Scavoir quՈ lՎgard de leur portement respectifs ils ont dŽclarŽ en estre appaisŽs ce fait a ŽtŽ traitŽ et convenu entre les futurs mariants que le survivant dÕeux soit que de ce mariage il y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ naistre ou non, demeurera propriŽtaire de tous les biens meubles et effects rŽputŽs tels de leur communautŽ et viager des immeubles que le premier mourant aura dŽlaissŽ en payant par le dit survivant toutes dettes obsecques et funŽrailles et en payant aux deux enfans du premier mariage du dit FENET avec la dite feue LIENART la somme de 21 £ un sol 3 deniers faisant la moitiŽ de lÕimportance des meubles et effects trouvŽs en la communautŽ du dit FENET et sa feue femme aprs le dŽcs dÕicelle suivant la prisŽe qui en a ŽtŽ faite par les officiers du dit Acq, la dite somme de 21 £ 1 s 3 d paiable par la mariante si elle survit ˆ son futur mary, sitot aprs le dŽcs dÕiceluy, si lors cette somme nÕa pas ŽtŽ payŽe aux dits enfans mineurs avant et au cas que le futur mariant survive il sÕoblige de payer la dite somme aux dits mineurs sitot quÕils auront atteint 25 ans, iceux enfans hŽritiers lÕun de lÕautre.

Et quant aux acquets que les futurs mariants pourront faire pendant leur conjonction de telle nature et condition o ils soient situŽs et assis soit fief cotterie anciens manoirs maisons ou biens situŽs en eschevinage rente par lettres comme autrement la future mariante en sera acquitresse aussy avant que son futur mary encore quÕelle ne seroit connue s contracts saisine ou non et le survivant en jouira totallement sa vie durante dÕune moitiŽ en toute propriŽtŽ et de lÕautre en usufruit pour aprs son dŽcs estre partagŽ Žgallement entre les hŽritiers de part et dÕautre, en payant ˆ cette proportion ce qui en seroit restŽ dž au jour du dŽcs du premier mourant lesquels acquets seront compris tous retraits lignagiers lesquels suivront la cotte et ligne dÕo ils procŽderont en rendant par ceux en profitans ˆ ceux nÕen profitans point la juste moitiŽ des principaux deniers frais et loyaux cousts tirŽs et dŽboursŽs pour y parvenir, ayans les marians promis tout ce que dessus accomplir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois et pour domicile la maison rouge ˆ Arras renonans ˆ toutes choses contraires au contenu des prŽsentes et nottament ˆ toutes loix coutumes generalles localles ou particulires entravestissement de sang ou par lettres et ˆ toutes autres rigueurs de droit ˆ tout quoy les dits marians ont expressŽment dŽrogŽ par ces prŽsentes approuvant la rature de trois mots ˆ la sixime ligne de cettte face.

PassŽ ˆ Arras le 12 janvier 1742. Estoit signŽ : marques du dit FENET, de la dite Anne Marguerite DESGARDIN, de Pierre Antoine MERVILLE, et comme notaires BOUTTEMY ET RIDON avec paraphe.

 

 

Accord du 27-3-1742 entre Marie Catherine WARNIER,

sa belle-mre et ses frres et soeurs

 

Pardevant les notaires royaux soussignŽs fut prŽsente :

Marie Catherine WARNIER ˆ marier suffisamment ‰gŽe suivant sa dŽclaration demeurante au village dÕAcq fille de feu Nicolas WARNIER vivant manouvrier et de Marie Marguerite HANCHIN laquelle pour faveur dÕun logement de ses nourritures aliments entretien comme autrement durant sa vie comme sera dit cy aprs et ne point tre ˆ la charge ˆ lavenir de quy que ce soit, auroit et a cŽdŽe et abandonnŽe comme elle cde et abandonne par ces prŽsentes au profit de Julien, FŽlix, Jeanne Joseph, et Guislaine WARNIER ses frres et soeurs aussy ˆ marier demeurants au dit Acq ce acceptans pour eux ˆ cause de leur absence par Marie Jeanne GENELLE leur mre veuve dudit Nicolas WARNIER demeurante au mme lieu tous et quelconques les meubles et effets quelle dŽlaissera comme aussy tous et quelconques les biens immeubles qui luy competent et appartiennent du chef de ses dits pre et mre scituŽ tant aux terroirs du dit Acq Camblin lÕAbŽ quautres endroits pour de tout et sans aucune exception en jouir en toute propriŽtŽ par ses dits frres et soeurs Žgalement et sans aucun droit ny prŽciput dÕainŽ ny de nunnetŽ dez ce jour dÕhuy et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances dont les immeubles peuvent tre chargŽ moienant quoy la dite Marie Jeanne GENEL promet tant en son nom propre et privŽ quen ceux et se portant fort de ses dits enfans par lesquels elle promet de faire agrŽer ces prŽsentes et soblige solidairement sans dissension ny discussion de loyer conjointement avec eux et ˆ leurs dŽpens la dite comparante belle fille ˆ la dite GENEL durant sa vie de la nourir et lÕalimenter ˆ leur mme pot et feu de lÕentretenir dÕhabillements et linges de la soigner et garder durant les maladies qui lui pouront survenir de lui fournir les mŽdicaments dont elle aura besoin pour son rŽtablissement et enfin dÕen avoir soin dans tel Žtat quil plaira ˆ Dieu la mettre durant sa vie mme de paier ses dettes si aucunes elle dŽlaisse ses obsques et funŽrailles et arrivant que la dite GENEL et ses dits enfans ne pouveroient plus bon par la suite de se charger en la manire dite de la comparante ou quicelle trouveroit bon de ny plus rester chez eux ou y avoir ses logements nourritures aliments entretien et autres choses dont a ŽtŽ cy devant parlŽ auquel cas la dite GENELLE et ses dits enfans seront solidairement comme dit est tenu et obligŽ de luy fournir ˆ leurs dits dŽpens les logements nouriture et entretien quelle dŽsirera ailleurs dans le dit village dÕAcq et en outre de satisfaire aux autre charges et conditions dont a ŽtŽ cy devant fait mention promettant les dites parties la prŽsente cession et abandon tenir entretenir faire valoir et avoir agrŽable ˆ toujours et la dite GENEL s dit nom se faisant fort que dessus satisfaire ˆ ce que dit est sous lÕobligation respective et solidaire de leurs biens de la dite GENELLE et de ses dits enfans y accordant toutes sureutŽs requises ˆ leurs dŽpens. Domicile eleu ˆ la maison rouge ˆ Arras acceptant ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois renonant ˆ toutes choses contraires et notemment la dite GENEL au droit du senatus consult villeian et ˆ lautentique si quamulier ˆ elle expliquŽ ainsy fait et passŽ en la citŽ dÕArras le 27 mars 1742 pardevant que dessus. SignŽs Marie Jeanne GENEL marque de Marie Catherine WARNIER et comme notaires PRUVOST et ...

 

Ce jour dÕhuy 15 avril 1742 comparaissans pardevant les notaires royaux soussignŽs les dits Julien, FŽlix, et Jeanne Joseph WARNIER stipulans tant en leurs noms quen celuy et se portant fort de la dite Guislaine WARNIER leur soeur et du dit Jean WARNIER leur frre encore mineurs lesquels aprs eu lecture de lÕacte et accord cy devant transcrit lont agrŽŽs et approuvŽs en tout son contenu et promettent solidairement sans division ny discussion lentretenir ˆ toujours en la manire quy se trouve transcrit avec la dite Marie Jeanne GENEL leur mre tous les mmes obligations solidaires accord de suretŽ election de domicile acceptation ˆ juges et renonciation y reprises renonant dabondant la dite Jeanne Joseph WARNIER au droit du senatus consult velleian et ˆ lÕautentique si qua mulier ˆ elle expliquŽ et ont signŽs en la dite citŽ dÕArras les jour mois an sus dits et pardevant que dessus. SignŽs : Jullien WARNIER, FŽlix WARNIER, Jeanne Joseph WARNIER, et comme notaires PRUVOST et ...

 

 

Transaction du 21-4-1742 entre

Pierre Guislain DELABRE, Marie ThŽrse CRETON et Jean Louis HERBET

(4E 18/38)

 

Pardevant notaires royaux sont comparus :

á               Pierre Guislain DELABRE mŽnager demeurant au village dÕAcq dÕune part ;

á               Marie ThŽrse CRETON, veuve de Jean Louis HERBET mre et tutrice lŽgitime de Joseph et Scholastique HERBET ses enfans mineurs desquels elle se fait et porte fort et par lesquels elle promet de faire agrŽer et ratifier ces prŽsentes sitot quÕils auront atteint lÕage de majoritŽ, et Jean Louis HERBET jeune homme ˆ marier suffisamment ‰gŽ ainsy quÕil a dŽclarŽ demeurant au dit Acq dÕautre part .

Et reconnurent les parties quÕelles avoient procs entre elles au Conseil dÕArtois y appointŽ au Conseil par jugement du 28 may 1740 sur lÕappel interjettŽ par le premier comparant dÕune sentence rendue ˆ la gouvernance dÕArras le 18 dŽcembre 1738 par laquelle il a ŽtŽ dŽclarŽ non recevable dans la demande faitte par requeste rŽpondue et signifiŽe le 30 juin et premier juillet de la ditte annŽe 1738 tendante ˆ ce que partage et division des biens immeubles et manoir dŽlaissŽs par Guislain HERBET et Marie GENELLE sa femme pre et mre grande du premier comparant et des enfans de la dite CRETON seroit fait, auquel effect les parties reprŽsenteroint par expurgation de serment les titres et papiers concernant la propriŽtŽ des dits biens pour en estre dressŽ lots par devant commissaires aprs experts, au surplus que les deuximes comparants seront tenus de rapporter au premier les fruits et levŽes de sa part des dits biens depuis leur indue jouissance ˆ liquider conformŽment ˆ lÕordonnance en lÕintŽrest et aux dŽpens lequel procs Žtoit en estat dÕestre jugŽ sur les pices produites de la part du premier comparant et voulant les parties Žviter ˆ frais ultŽrieurs et mettre fin au dit procs elles ont de lÕavis de leurs conseils et amis transigŽs ˆ ce sujet irrŽvocablement comme sÕensuit.

Scavoir que parmy et mo•ennant ce que les dits seconds comparans s dits noms et qualitŽ ont cŽdŽs abandonnŽ et au besoin transportŽ au pur et singulier profit du dit premier comparant 3 boitellŽes ou environ de manoir non amazŽ tenues en cotterie du sieur DANVIN seigneur dÕAcq, prises en 7 boitellŽes dont 1 mesure amazŽe est tenue en fief du dit seigneur tenant les dites 3 boitellŽes dÕune liste ˆ la ditte mesure de manoir amazŽ, dÕautre liste et dÕun bout ˆ 18 mesures du sieur BOUCQUEL et pardevant u flŽgard pour des dites 3 boitellŽes de manoir en jouir par le dit premier comparant en tel Žtat quÕelles se trouvent ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances pour lÕavenir seullement ; et la somme de 100 £ quÕils promettent en outre de payer solidairement au dit premier comparant scavoir la moitiŽ au jour de saint Jean Baptiste prochain et lÕautre moitiŽ en dedans le jour de tous les saints suivant iceluy premier comparant a quittŽ et dŽchargŽ quitte et dŽchargŽ par ces prŽsentes les dits deuximes comparants s noms et qualitŽ de toutes les prŽtentions generallement quelconques quÕil pouvoit avoir ˆ leur charge ˆ lÕoccasion des successions mobiliaires et immobiliaires de Guislain HERBET Marie GENELLE sa femme et Guislain HERBET leur fils tous en principal quÕinterest fruits et levŽe jusquՈ ce jour, en sorte que les dits seconds comparans jouiront en toute propriŽtŽ des dits manoirs et terres des dittes successions dont ils ont joui jusquՈ prŽsent sans rŽpŽtition de la aprt du premier comparant et rŽciproquement que le premier comparant continuera de jouir en toute propriŽtŽ de tous les manoirs et terres des dittes successions dont il a jouy jusquՈ prŽsent aussi bien que de la portion de manoir ˆ luy cy dessus cŽdŽe sans aucune rŽpŽtition de la part des deuximes comparans au moyen de quoy le dit procs prend fin et demeure Žteint et assoupi avec compensation des despens entre les parties en sorte que qui plus y a exposŽ, plus il a perdu ˆ lÕentretenement et accomplissement de tout ce que dessus las parties obligent leurs biens y accordant toutes seuretŽs de droit, domicile Žlu ˆ la maison rouge .acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ toutes choses contraires.approuvant la rature de deux mots ˆ la vingtime ligne de la deuxime face des prŽsentes.

PassŽ ˆ Arras le 21 avril 1742. Estoit signŽ : Pierre Guislain DELABRE ; marques de la dite CRETON et Jean Louis HERBET, et comme notaires BOUTTEMY et RIDON avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage du 22-2-1743 entre

Jean BONNART et Marie Michelle DUVAL

 

Pardevant les nottaires royaux dÕArtois soussignŽs furent prŽsens :

á               Marie Jeanne FOURNES (FOURNEZ) veuve de Jean Antoine BONNART vivant manouvrier demeurant au village dÕAcq et Jean BONNART son fils ˆ marier assistŽ de Alexandre et Mathias BONNART ses frres aussy ˆ marier demeurant au dit lieu dÕune part ;

á               Marie Michelle DUVAL pareillement ˆ marier fille de feu Jean ˆ son dŽcs meunier et de Marie Catherine DAMART demeurant au dit Acq, assistŽe de Jean LETOMBE son beau-frre ˆ cause de Christine DUVAL sa femme aussy meunier, et de BarthŽlŽmy DAMART son oncle maternel demeurant ˆ Arras dÕautre part .

Lesquels pour parvenir au traitŽ de mariage mu et pourparlŽ entre le dit Jean BONNART et la dite Marie Michelle DUVAL qui au plaisir de Dieu se fera et solemnisera en face et sous la licence de notre mre la Sainte Eglise mais paravant quentre eux il y ait aucune foy promesse ou lien de mariage ont traitŽs et convenus de leurs portemens retours devis et conditions en la manire suivante :

Premirement, quant au portement du futur mariant sa dite mre luy a donnŽe et done tout un mannoir plantŽ dÕarbres situŽ au dit Acq contenant une demi mesure ou environ tenant de liste aux terres des pres carmes dŽchaussŽs dÕArras dÕautre ˆ Antoine BACQUEVILLE dÕun bout aux dits carmes et dÕautre bout au flŽgard pour en jouir par luy en toute propriŽtŽ du jour de la cŽlŽbration de ce mariage dorŽnavant et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires anciennes redevances moiennant quoy il laissera ˆ ses dits frres la propriŽtŽ de lÕautre manoir amazŽ appartenant ˆ la dite FOURNEZ leur mre, plus promet luy fournir un plat et quatre assiettes dՎtain un pot ˆ feu qui est tout son portement duquel la mariante assistŽe que dessus ont dits dÕen tre contens.

Et quant ˆ celui de la mariante il nÕen sera faite aucune dŽclaration ny spŽcification dÕautant que le mariant sa dite mre et assistans ont pareillement dits dÕen tre contens.

Ce fait a ŽtŽ traitŽ et convenu que le survivant des futurs marians sera et demeurera propriŽtaire soit que de ce mariage il y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ naitre ou non de tous les meubles effets acquets et conquets de leur communautŽ en paiant toutes dettes obsecques et funŽrailles, et en cas dÕenfans le survivant sera viager des biens immeubles quÕaura dŽlaissŽ le prŽdŽcŽdŽ, desquels immeubles arrivant quÕil nÕy ait point dÕenfans vivans au trŽpas du prŽdŽcŽdŽ le dit survivant en sera pareillement propriŽtaire avec la libertŽ dÕen user ainsy et comme il trouvera convenir. Et moiennant la donnation faite cy dessus au dit mariant du susdit mannoir et des effets cy devant situŽs, iceluy ne pourra plus rien prŽtendre dans la succession mobilliaire de la dite mre et devra rendre ˆ ses dits frres la somme de 24 £ par dedans deux ans ˆ compter du jour de la consommation de ce mariage le tout non obstant tous us stils coutumes entravestissement de sang ou par lettres et autres choses ˆ ce contraires auxquels les aprties ont expressŽment dŽrogŽs et renoncŽs et promettent ce que dessus tenir fournir et entirement accomplir sans y contrevenir sous lÕobligation respective de leurs biens y accordans toutes seuretŽes requises au dŽpens de quy il appartiendra domicile eleu ˆ la maison rouge ˆ Arras acceptans ajuges mesieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ choses contraires. Fait et passŽ en la citŽ dÕArras ce 22 fŽvrier 1743 pardevant que dessus. SignŽs : Jean BONNART, marque de Marie Michelle DUVAL de Marie Jeanne FOURNEZ dÕAlexandre BONNART de Mathias BONNART BarthŽlŽmy DAMART Jean LETOMBE et comme nottaires PRUVOST et ...

 

 

Contrat de mariage du 14-6-1743 entre

Philippe Joseph DE SAINT LEGER et Marie AngŽlique HERBET

(4E 18/38)

 

Pardevant notaires royaux soussignŽs sont comparus :

á               Adrien DE SAINT LEGER, cabaretier demeurant au village de Mont Saint Eloy, Marie Guislaine FRESSIN sa femme, qquÕil autorise ˆ lÕeffet qui suit et non contrainte ainsi quÕils ont dŽclarŽ, et Philippe Joseph DE SAINT LEGER leur fils ˆ marier demeurant au dit Mont Saint Eloy dÕune part ;

á               Michel HERBET, mŽnager et maon demeurant au village dÕAcq, Marie Rose VILLAIN sa femme quÕil autorise ˆ lÕeffet qui suit et non contrainte ainsy quÕils ont dŽclarŽ, et Marie AngŽlique HERBET leur fille ˆ marier demeurant au dit Acq dÕautre part .

Et reconnurent les parties quÕavant de parvenir au mariage en notre mre la Sainte Eglise dÕentre le dit Philippe J DE SAINT LEGER et la dite Marie AngŽlique HERBET dՐtre convenu des portements vetours charge clause et condition dÕyceluy comme il sÕensuit.

Scavoir quant au portement du futur mariant ses pre et mre ont solidairement promis de luy donner et livrer sitot la cŽlŽbration du mariage en faveur dÕiceluy et en avancement dÕhoirie et de leur succession savoir la somme de 100 £ Artois une fois et la dŽpouille ˆ faire par le mariant ˆ son profit au mois dÕaoust prochain dÕune boitellŽe de terre avelØable  ˆ lever dans telle pice que les dits pre et mre en voudront avoir honneur sans charge de rendage labours rente centieme vente ny autre, si mieux naiment les dits pre et mre payer au dit mariant une somme de 18 £ une fois sitot la fin du mois dÕaoust prochain, qui est tout son portement duquel la mariante et ses pre et mre ont dŽclarŽ tre content.

Et quant ˆ celuy de la mariante ses dits pre et mre ont solidairement promis luy donner et payer sitot la cŽlŽbration de ce mariage en considŽration dÕiceluy et en avancement dÕhoirie la somme de 100 £ une fois, plus une vache sous poil blanc et noir estimŽe 36 £ et Žtant chez eux, plus un lit tel quÕils voudront en avoir honneur estimŽ cependant sur le pied de 18 £, plus la dŽpouille ˆ faire au mois dÕaoust prochain dÕune demi mesure de terre ˆ bled sans aucune charge de labours semence rendage centieme rente ny autre ˆ prendre en tel pice que les dits pre et mre indiqueront plus 3 razires de bled qui est son portement, Žtant au surplus habillŽe selon son Žtat de quoy le mariant et ses pre et mre ont dŽclarŽ tre content.

Ce fait a ŽtŽ convenu entre les marians soit que de ce mariage il y ait enfans vivant nŽ aparent ˆ naitre ou non le survivant demeurera propriŽtaire de tous les biens meubles effet de leur communautŽ en payant toutes dettes obscques et funŽrailles et jouira le dit survivant des immeubles que le premier mourant aura dŽlaissŽ tant et sy longtans quÕil restera en viduitŽ et quant aux acquts que les futurs marians pourront faire pendant leur conjonction de tel nature et condition quÕils puissent tre soit fief cotterie ancien manoir maison ou bien situŽ en eschevinage rente par lettres comme autrement soit que la future mariante soit dŽnommŽe s contrats saisie ou non le survivant jouira de la totalitŽ sa vie durante scavoir de la moitiŽ en propriŽtŽ et lÕautre moitiŽ en usufruit pour aprs son dŽcs la dite dernire moitiŽ retourner aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ en paiant par an la moitiŽ de ce qui sera restŽ deu ˆ raison des dits acquests lesquels seront compris tous retraits lignagers qui suiveront le lez et costŽ dÕo ils procŽderont en restituant par ceux qui en profitteront aux hŽritiers de lÕautre costŽ la juste moitiŽ des deniers employŽs pour y parvenir le tout nonobstant tous us coutumes generalles et localles ou parties ou les contraires auxquelles les parties ont dŽrogŽ par ceste obligeans lÕun envers lÕautre leurs biens prŽsens et futurs y accordans main assise et mise de fait aux dŽpens de qui il appartiendra domicile eslu ...etc ...etc

En faveur duquel mariage les pre et mre des marians ont accordŽ reprŽsentation avoir lieu en leur squccession ab intestat aux enfans ˆ na”tre de ce mariage pour y faire tous ensemble une tte contre leurs oncles et tantes en rapportant en masse commune les portements de leur pre et mre dŽcŽdez qainsi quÕils seront tenus .. etc...etc ...

PassŽ ˆ Arras le 14 juin 1743. Ont signŽ : Adrien DE SAINT LEGER ; marques de Philippe DE SAINT LEGER, Marie AngŽlique HERBET, Michel HERBET, Marie Rose VILLAIN, et comme notaires BOUTTEMY et GAUBET

 

 

Contrat de mariage en date du18-11-1746 entre

Jean Baptiste HENRY et Marie Antoinette CRETON

(4E 18/40)

 

Pardevant les notaires royaux soussignŽs sont comparus :

á               Guislain HENRY, boucher, demeurant au village dÕAcq, veuf de Marie Jeanne GARBƒ, et Jean Baptiste HENRY leur fils ˆ marier, tonnelier demeurant ˆ Acq dÕune part ;

á               Et Marie Antoinette CRETON veuve de Mathias PROUVEUR, cabaretire au dit Acq, assistŽe de Ma”tre Antoine Luc PROUVEUR, prtre curŽ doyen de Boiry Becquerelle son beau-frre dÕautre part .

Et reconnurent les parties quavant parvenir au mariage dudit Jean Baptiste HENRY avec ladite CRETON tre convenu de ce qui suit.

Savoir quant au portement du futur mariant le dit Guislain son pre luy a donnŽ et donne en faveur de ce mariage et en avance dÕhoirie et de sa succession le nombre de 4 mesures ou environ de terres ˆ labour situŽes en 6 pices au terroir dÕAcq Hautavesne et ˆ lÕenviron :

1) la premire 4 boitellŽes ˆ prendre en 10 quartiers tenant la totalitŽ de bout ˆ Jean Baptiste GARBƒ, de liste ˆ 11 mesures du sieur DAMIEN, dÕautre bout ˆ Messieurs de Saint Eloy, dÕautre liste auxdits de Saint Eloy ˆ prendre pour tenir de bout aux 11 mesures dudit sieur DAMIEN, dÕautre bout au restant dudit champ ainsy que de liste, dÕautre liste ˆ Messieurs dudit St Eloy ;

2) a deuxime 3 quartiers ˆ prendre en 9 quartiers tenans la totalitŽ de liste ˆ 5 mesures du sieur BOQUET, dÕautre liste ˆ 1 mesure de FŽlix BREUVART, dÕun bout au chemin vieux dÕArras ˆ Saint Pol, dÕautre bout aux pres carmes dŽchaussŽs dÕArras ˆ prendre le long de la liste dudit BREVART ;

3) la troisime 3 boitellŽes tenant de liste ˆ Jean GENELLE, dÕautre liste au rendÕeau dÕAgnez, dÕun bout au chemin de Saint Pol ˆ Arras, dÕautre bout ˆ 5 boitellŽes de quelques particuliers de Duisans ;

4) la quatrime 1/2 mesure en la vallŽe du limaon, tenant de liste ˆ Nicolas MARTIN, dÕautre liste ˆ  Alexis GARBƒ, dÕun bout ˆ 5 boitellŽes occupŽes par ledit GARBƒ ;

5) la cinquime 1 boitellŽe tenant de bout ˆ Antoine PIEL dÕautre bout ˆ AndrŽ GENELLE, dÕune liste au chemin dÕHermaville ˆ Acq, dÕautre liste ˆ 5 boitellŽes desdits pres carmes dŽchaussŽs dÕArras ;

6)la sixime 3 boitellŽes tenant de liste au chemin des Normands dÕautre liste au sieur BEAUCOURT, dÕun bout au vieux chemin dÕArras ˆ Saint Pol, pour par le futur mariant en jouir du jour de la cŽlŽbration du mariage en tel que les dites terres se trouveront ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances dŽchargŽ de toutes dettes et hipotques par le dit Guislain HENRY jusquau dit jour, plus luy donne tous les outils et bois de tonnelier qui sont chez luy, plus toutes les dettes actives qui sont dues audit HENRY par reprises dans son livre journal pour des travaux et livraisons faites dudit mettier de tonnelier du passŽ jusquaudit jour de la cŽlŽbration de ce mariage, plus tout lÕor et lÕargent que ledit futur mariant a en ses mains, plus ledit HENRY donne ˆ son fils futur mariant un manoir amazŽ de maison grange Žtable et autres Ždifices situŽs au dit Acq contenant 3 boitellŽes ou environ tenant de liste ˆ Pasquez LEFETZ, dÕautre liste ˆ 5 boitellŽes du sieur de la charitŽ, dÕun bout audit sieur de la charitŽ, dÕautre ˆ la rue allant de lՎglise ˆ Saint Eloy, pour par ledit futur mariant jouir dudit manoir des amazemens et bois montans qui y existeront ˆ compter du jour de dŽcs dudit HENRY pre, pour ˆ charge des rentes foncires et anciennes redevances dŽcharges jusquÕalors de tous arrŽrages aussy bien que de toutes dettes par ledit HENRY pour sa succession et ˆ condition que ledit mariant ou ses enfans de ce mariage seront tenus de rendre et payer la somme de 600 £ et aux deux autres enfans dudit HENRY pre ou ˆ leurs enfans par reprŽsentation qui est tous le portement du mariant.

Et quant ˆ celuy de la futute mariante elle,a dŽclarer porter ˆ ce mariage tous les meubles et effets quÕelle a en sa possession or et argent le tout estimŽ amiablement entre les parties ˆ la somme de 2800 £ plus tous les biens immeubles qui luy appartiennent plus le droit de viager usufruit de tous les biens immeubles de son feu mary qui est tous son portement.

Ce fait la future mariante a dŽclarŽ tre dŽlivrŽe vers le dit ma”tre Antoine Luc PROUVEUR aprs dŽcompte fait entreux tant pour raison de sa part que le dit PROUVEUR avoir dans les meubles effets or et argent de sa succession de Marie Franoise TRUFFIER sa mre contre le dit feu PROUVEUR son frre rendage des immeubles qui luy apartenoient tant pour son titre comme autrement depuis 1731 jusques compris la dŽpouille de cette annŽe 1746 ; de la somme de 1900 £ Artois que le futur mariant et la dite future promettent solidairement de payer au dit Ma”tre PROUVEUR savoir 1000 £ sit™t la cŽlŽbration de ce mariage et le restant portant 900 £ ˆ proportion de 150 £ par chacun an dont le premier payement Žchera au jour de Saint RŽmy prochain et ainsy continuer dÕan en an jusquÕau parfait paiement desdits 900 £, ayant ŽtŽ convenus entre les mariants soit que de ce mariage il y ait enfans vivants nŽs apparans ˆ na”tre soit quÕil y en ait ou non le survivant des futurs marians demeurera en tous biens meubles et effets de leur communautŽ et viager et biens immeubles cy dessus par eux portŽs au mariage y compris la manoir aussy cy dessus repris, en payant par le survivant toute dettes obsques et funŽrailles et en payant aussy aux 5 enfans que la future mariante a eu de son dit feu mary la somme de 900 £, une fois payable ˆ chacun dÕeux par Žgale portion sit™t quÕils auront atteint lՉge de 25 ans ou pris Žtat honorable, iceux enfans hŽritiers de lÕun de lÕautre et jusquaudit temps ledit survivant sera tenu de les nourrir loger et alimenter les instruire dans la religion catholique apostolique et romaine, les habiller et faire apprendre profession convenable ˆ leur Žtat, et au cas que la mariante survive y ayant enfans de ce mariage les meubles et effets or argent quÕelle dŽlaissera appartiendront scavoir la moitiŽ aux enfans de son premier mariage et lÕatre moitiŽ ˆ  ceux du prŽsent mariage en payant ˆ cette concurrence les dettes obsques et funŽrailles, et quant aux aquts que les futurs marians pourront faire pendant leur conjonction de telle nature et condition ils soient soient fiefs cotterie ancien manoir ferme maison ou biens situŽs en Žchevinage rente par lettres comme autrement, soitque la future mariŽe soit comme s contract saisine ou non, elle en sera acquitresse aussy avant que son futur Žpoux et le survivant en jouira totalement sa vie durante dÕune moitiŽ en propriŽtŽ et de lÕautre en usufruit pour apr son dŽcs tre partagŽ Žgalement entre les hŽritiers de part et dÕautre en payant ˆ cette proportion ce qui en seroit restŽ dž au jour du dŽcs du premier mourant, lesquels acquts seront compris tous retraits lesquels suivront nŽanmoins la cotte et ligne dÕo ils procŽdront en payant par ceux en profitans point la juste moitiŽ des principaux deniers frais loyaux cožts tirŽs et dŽboursŽs pour y parvenir en faveur duquel mariage le pre du mariant a accordŽ reprŽsentation avoir lieu en sa succesion ab intestat aux enfans ˆ na”tre de ce mariage pour y faire tous ensemble une tte contre leurs oncles et tantes en rapportant en mont commun les citŽes 4 mesures de terres cy dessus donnŽes par ledit HENRY pre seulement et en payant par le dit mariant ou ses enfans la susdite somme de 600 £ ˆ ses frres et soeurs ou leurs enfans, le surplus luy ayant ŽtŽ donnŽ par son pre pour le rŽcompenser des bons et agrŽables services quÕil luy a rendus jusqua ce jour promettant les parties ce que dessus entretenir payer accomplir ˆ toujours dans lÕobligation de leurs biens y accordant toutes seurerŽs de droit domicile Žlu en la Maison Rouge dÕArras acceptans ajuges nos seigneurs du Conseil dÕArtois, renonons ˆ tous us stils coutumes gŽnŽrales localles ou particulires en travestissement de sang ou par lettres et ˆ toute autre rigueur de droit convenu au contenu s prŽsentes cessant laquelle renonciation ces prŽsentes ne se seroient faites ainsy fait et passŽ en la ville dÕArras le 18 janvier 1746.

SignŽ Guislain HENRY, Jean Baptiste HENRY, Marie Antoinette CRETON, PROUVEUR curŽ de Boiry Bacquerelle et doyen de chrŽtientŽ ; pour notaires : BOUTTEMY et GAMBIER avec paraphe.

 

 

Transaction du 20-3-1748 entre

Jean Baptiste COLIN, tuteur, et Michel DHOUDAIN, procureur

(4E 18/41)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean Baptiste COLIN marchand demeurant ˆ Acq tuteur de Pierre Joseph et Isbergue COUTIAU enfans mineurs de LiŽvin et Marie Marguerite COLIN sa femme dÕune part ;

á               Michel DHOUDAIN marchand de chevaux demeurant ˆ Hersin Coupigny procureur spŽcial de Michel Quentin DHOUDAIN aussy marchand de chevaux demeurant ˆ Frevin Capel suivant sa procuration passŽ devant notaire ce jour dÕhuy qui demeurera jointe aux prŽsentes dÕautre part.

Et ont reconnu que le premier comparant et Michel Quentin DHOUDAIN Žtoient ˆ la veille dÕentrer en justice, le premier comparant prŽtendant que le dit Michel Quentin DHOUDAIN second mary de Marguerite COLIN profitant de toute la communautŽe quÕil y a eue entreux attendu la renonciation faite par les dits mineurs ˆ la mme communautŽe par acte du 12 de ce mois devoit payer aux dits mineurs la somme de 200 £ quÕil leur revenoit pour deux parts de quatre dans la moitiŽ de la communautŽe quÕil y a eue entre Marie Margueritte COLLIN et LiŽvin COUTIAU comme aussy la somme de 117 £ pour remplacement du propre de Marie Marguerite COLLIN alliennŽ pendant son second mariage avec le dit Michel Quentin DHOUDAIN le tout avec  intŽrts scavoir pour les 200 £ ˆ compter du jour du dŽcs de LiŽvin COUTIAU et pour les 117 £ ˆ compter du jour du dŽcs de Marie Marguerite COLIN ˆ quoy le dit second comparant au dit nom rŽpondoit que la part des mineurs dans la communautŽ de LiŽvin COUTEAU et Marie Margueritte COLIN ne pouvoit porter ˆ la somme de 200 £, et que la fixation de cette part dŽpendoit dÕune preuve par commune renommŽ quy incomboit au premier comparant si mieux nÕaimoit iceluy se rŽgler sur le pied de lÕestimation contenu en inventaire fait aprs le dŽcs de la dite COLIN, suivant laquelle ils ne pouvoient pas prŽtendre plus de 80 £ ou environ quՈ lՎgard du remplacement du propre alliennŽ il nÕy avoit aucune difficultŽ mais quÕil ne pouvoit convenir que le prix de lÕalliŽnation montant ˆ 117 £ que pour le scavoir il falloit avoir recours au contrat de vente ; quÕen tous cas le dit Michel Quentin DHOUDAIN Žtant usufruitier en vertu de son contrat de mariage des propres de sa femme il devoit jouir pendant sa vie du prix de lÕalliennation, quՈ lՎgard des intŽrts des 200 £ ou de la part quy pouvoit revenir aux enfans mineurs dans la communautŽe de LiŽvin COUTEAU ces intŽrts nՎtoient point exigibles mais se compensoient avec les nourritures et entretiens fournis jusquՈ prŽsent par le dit Michel Quentin DHOUDAIN aux dits mineurs ; quÕil y avoit pareille compensation pour les fruits produits et revenus des biens appartenans aux mineurs du chef de LiŽvin COUTEAU leur pre, lesquels fruits et revenus ne suffisoient pas mme pour ces nourritures et entretiens Michel Quentin DHOUDAIN demendant le payement de 20 £ par mois depuis le dŽcs de sa femme pour nourritures et entretiens fournis aux dits mineurs ; et par le premier comparant Žtoit rŽpliquŽ que la fixation du montant de la communautŽe entre LiŽvin COUTEAU et Marie Marguerite COLIN se trouvoit dans le contrat de mariage dÕicelle COLIN avec Michel Quentin DHOUDAIN puisque ce dernier sՎtoit obligŽ de rendre 400 £ aux quatre enfans du premier mariage pour formation mobilliaire du chef de leur pre et que cette fixation rejetoit en tous cas la preuve contraire sur le dit Michel Quentin DHOUDAIN que par raport au prix du propre alliennŽ si Michel Quentin DHOUDAIN prŽtendoit en jouir pendant sa vie et ne pouvoit ætre quen donnant caution de restituer ; et ayans les comparans considŽrŽ qu Ôils alloient sÕengager dans des contestations frayeuses ils ont par transaction convenu de ce qui suit , ˆ lÕintervention dee Ma”tres Jean Antoine MATHIEU et Antoine Joseph DEVELLE avocats conseil choisis par eux, le second comparant au dit nom sÕengage de payer au premier la somme de 200 £ au jour de la Saint RŽmy prochain pour ce qui pouvoit revenir aus dits mineurs comme hŽritiers de LiŽvin COUTEAU leur pre dans la communautŽe quÕil y a eu entre luy et Marie Margueritte COLIN, au surplus le second comparant reconnoit quÕil revient aus dits mineurs le prix de lÕalliennation du propre de leur mre vendu pendant son mariage avec Michel Quentin DHOUDAIN lequel prix demeurera arrtŽ du consentement des parties ˆ la somme de 117 £ ˆ moins que par la reprŽsentation du contrat de vente le second comparant ne justifie que le prix de la vente et au dessous de la dite somme de 117 £ auquel cas le prix de lÕallienation du dit propre se rŽglera sur le pied exprimŽ au dit contrat au surplus Michel Quentin DHOUDAIN jouira pendant sa vie de la dite somme de 117 £ ou de celle qui sera fixŽ par le dit contrat de vente en donnant par luy caution que la dite somme sera restituŽ aus dits mineurs aprs son dŽcs et ˆ dŽfaut de donner par luy caution en dedans quinzaine il sera obligŽ ainsy que le second comparant sÕoblige en son nom par ces prŽsentes de payer et restituer aus dits mineurs en dedans le mme jour de Saint RŽmy prochain la dite somme de 117 £ ou celle quÕil justifiera par le dit contrat de vente avoir ŽtŽ reu pour prix de lÕalliennation du dit propre laquelle somme sera employŽ par le premier comparant en acquisition dÕhŽritage ou constitution de rente dont les fermages et intŽrts seront payŽ au dit Michel Quentin DHOUDAIN jusquÕau jour de son dŽcs ; en consŽquence de la clause dÕusufruit contenu en son contrat de mariage, en outre les second comparant tient quitte et dŽcharge les dits mineurs des nourritures et entretiens quÕils leur ont ŽtŽ fournis et subministrŽs jusquՈ ce jour par le dit Michel Quentin DHOUDAIN et en cette considŽration le premier comparant tient pareillement quitte et dŽcharge Michel Quentin DHOUDAIN des fruits profits et revenus par luy prient jusquՈ ce jour sur les biens immeubles provenant aux dits mineurs du chef de leur pre et mre ensemble des intŽrts de la dite somme de 200 £ provenante aux dits mineurs pour leur part dans la communautŽe de LiŽvin COUTEAU et sa femme ; de plus Michel Quentin DHOUDAIN sera tenu de dŽsister prŽsentement et laisser suivre aux dits mineurs tous les biens immeubles qui leur appartiennent du chef de LiŽvin COUTEAU leur pre ; ensemble tous les conquets qui ont ŽtŽ faits par les dits LiŽvin COUTEAU et Marie Margueritte COLIN en payant et restituant par le premier comparant les labours semences et les grains si aucun y a sur les dits immeubles et conquets suivant estimation qui sera faite par experts dont le montant sera compensŽ ˆ deue concurrence avec  la dite somme de 200 £ aux dits mineurs et ˆ lՎgard des biens patrimoniaux de Marie Marguerite COLIN, Michel Quentin DHOUDAIN en jouira pendant sa vie conformŽment ˆ son contrat de mariage ; promettant les parties aus dits noms ce que dessus accomplir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens acceptant ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ toutes choses contraires . PassŽ en la ville dÕArras le 20 mars 1748 ; signŽs : Michel DHOUDAIN, Jean Baptiste COLIn et pour notaires BOUTTEMY et LETOMBE avec paraphe.

 

 

Vente du 7-10-1749 de

Anne Joseph DAILLET ˆ Marie Anne WARNIER

(4E 18/41)

 

Pardevant les notaires roiaux dÕArtois soussignŽs est comparu:

á               Anne Joseph DAILLET veuve de Jean Franois Constant DEMOULIN demeurant au village dÕHautavene, laquelle par la voie de nŽcessitŽe quelle a jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires, et que tŽmoingnŽ en suivie a ŽtŽ par Pierre Philippe MANNESSIER et Joseph GOURMETZ praticiens demeurants en la ville dÕArras, tŽmoins gens dignes de foy et de crŽdence disant en avoir bonne connoissance, a reconnu dÕavoir par ces prŽsentes vendu cŽdŽ et loyallement transportŽ au proffit de :

á               Marie Anne WARNIER veuve de Jean Franois COLLIN demeurante au village dÕAcq, prŽsente et acceptante :

Une mesure de terre labourable scituŽe au terroir dÕHautavene, tenante dÕune liste au sieur PEIGNE dÕautre au dit sieur PEIGNE, dÕun bout au champ nommŽ  Ç le Cretta È appartenant aux abbŽ religieux du Mont Eloy ˆ cause de leur marchez de Chinchy, dÕautre bout aux hoirs de Jean GENEL, tenue en cotterie du seigneur du dit lieu, pour de la dite mesure de terre ainsy quelle se comprend et Žtend soit quelle contienne plus ou moins et sans la livrer par mesurage jouir en toute propriŽtŽe par la dite WARNIER ses hoirs ou ayans causes de ce jour dÕhuy et ˆ toujours ˆ la charges des rentes foncires et anciennes redevances dŽchargŽe de touttes arrŽrages aussy bien que touttes hipotecques quelconques par la vendresse jusqua ce jour ; cette vente faite aux charges susdites et outre ce moiennant 20 sols pour tre emploiŽe en dŽcharge de messes pour les fidels trespassŽs, et pour deniers principaux la somme de 240 £ monnaie dÕArtois, francs deniers que la vendresse a reconnu dÕavoir reu comptant ˆ son appaisement de la dite VARNIER dont quittance, promettant la vendresse cette vente garentir ˆ toujours sous lÕobligation de ses biens y accordans touttes seuretŽes de droit, donnant la vendresse pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes de pour elle et en son nom se dessaisir dŽvestir et dŽhŽriter de la propriŽtŽ de la dite mesure vendue, consentir que la saisine en soit dŽlivrŽ ˆ la dite WARNIER et quelle y soit tenue et dŽcrettŽe de droit, aux charges susdites ˆ ses dŽpens, et ˆ tous dŽcrets de mains assize ou mise de fait qui seroient pour ce intenter ce quÕelle promet agrŽer ˆ toujours. domicile Žlu domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ˆ juge messieurs du Conseil dÕArtois renonant ˆ touttes choses contraires ; les dites DAILLET et WARNIER aiant  fait chacun leurs marque pour ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires, passŽ ˆ Arras ce 7 octobre 1749. Etoient signŽs : marque de la dite Marie Anne WARNIER, marque de la dite Anne joseph DAILLET, MANNESSIER et GOURMETZ, et pour notaires BOUTTEMY et GROSSEMY avec  paraphe.

 

 

Transaction du 31-3-1750 entre Marie Anne WARNIER veuve de Jean Franois COLIN

et les hŽritiers de ce dernier

(4E 18/31)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Marie Anne WARNIER veuve de Jean Franois COLIN demeurant au village dÕAcq dÕune part ;

á               Jean Baptiste COLLIN marchand demeurant au village dÕAcq tant en son nom quÕen qualitŽ dÕoncle et tuteur de Pierre Joseph et Marie Izebergue COUTEAU enfans mineurs de LiŽvin et Marguerite COLIN sa femme ;

á               Guilain COLIN berger demeurant ˆ Gouy Servin ;

á               Pierre No‘l CHRETIEN marchand demeurant ˆ Gouy Servin, et Marie Anne COLIN sa femme quÕil autorise ˆ lÕeffet des prŽsentes ;

Les dits Jean Baptiste, Guilain, et Marie Anne COLIN frres et soeur de les dits Pierre Joseph et Marie Izebergue COUTEAU neveu et nice et tous hŽritiers du dit Jean Franois COLLIN dÕautre part.

Et reconnurent les parties que suivant le contrat de mariage passŽ entre la premire comparante et le dit Jean Franois COLLIN pardevant notaire ˆ Aras le 2 septembre 1741, la dite premire comparante a droit de jouir pendant sa viduitŽ de tous les biens imeubles quÕa dŽlaissŽ le dit Jean Franois COLLIN, et comme lÕidŽe pourrait lui venir de convoler en secondes noces et quÕen ce faisant lÕusufruit des dits immeubles luy seroit interdit, elle sÕest rencontrŽ avec les deuximes comparants et les parties sont convenues entre elles par forme de transaction absolue et irrŽvocable de ce qui suit.

Scavoir que la premire comparante au cas quÕelle convole en secondes noces nÕaura plus la jouissance pendant sa vie dÕun manoir amazŽ de maison et autres edifices situŽs ˆ Acq contenant une mesure ou environ tenant de liste ˆ AndrŽ GENELLE, dÕautre aux pres carmes dŽchaussŽs dÕArras, des deux bouts au flŽgard, en lÕacquittant et dŽchargeant de toutes rentes fonsires et anciennes redevances et en entretenant les batiments existants sur le manoir de couvertures ˆ ses dŽpens et des menues rŽparations, et ˆ lՎgard des autres grosses rŽparations non comprises celles des couvertures, elles seront ˆ la charge des deuximes comparant seulement pour la livraison et fournitures du bois quÕil conviendra pour faire les dites grosses rŽparations lesquels bois seront pris dans le dit manoir et la premire comparante sera tenue de surplus au cas quÕelle juge ˆ propos de faire des dites grosses rŽparations dans lequel cas que la premire comparante convole en secondes noces comme dit est avant la moisson prochaine les deuximes comparants profiteront ˆ compter du jour quÕelle sera remariŽe cÕest ˆ dire sitot la moisson faite des autres biens immeubles que le dit Jean Franois COLLIN a dŽlaissŽ, et au cas que la dite premiree comparante ne convole point en secondes noces, elle restera en ses droits rŽsutans de son contrat de mariage comme sy ces prŽsentes nÕauroient ŽtŽ faites.

Et sitot quÕelle aura convolŽ en secondes noces les deuximes comparants auront droit de faire abattre tels des arbres qui sont sur le dit manoir quÕils trouveront convenir en rebouchant et raplatissant les fosses et en replantant des plantes dans les hayures et les endroits o les dits arbres auront ŽtŽ abattus, et comme la dite premire comparante et son feu mary ont acquis pendant leur conjonction 2 mesures de terres situŽes au terroir dÕAcq moiennant la somme de 450 £, et que cette somme il en provient celle de 300 £ de la vente que le dit Jean Franois COLLIN avait faite dÕun bien qui luy appartenoit situŽe ˆ Cambligneul et que consŽquamment il nÕy avait que 150 £ qui avait ŽtŽ dŽboursŽ de leur communautŽ et que la dite premire comparante en vertu de son contrat de mariage nÕavoit droit de propriŽtŽ dans la dite pice de terre quՈ proportion des dits 150 £, les parties sont encore convenues que moyennant la somme de 86 £ quÕelle promet de payer aux deuximes comparants en dedans 5 ans dÕhuy, icelle premire comparante ne sera propriŽtaire que dÕun quart des dites 2 mesures de terre dont les parties seront partage et division ˆ la premire rŽquisition de lÕavis dÕelles.

Promettant les parties ce que dessus entretenir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens, accepatans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois. PassŽ ˆ Arras le 31 mars 1750.

Les dits WARNIER Guilain COLIN et la dite Marie Anne COLIN ayans fait leur marque pour ne scavoir Žcrire et y signer de ce interpellŽ par les dits notaires ; Žtoient signŽ : marque de la dite Marie Anne WARNIER, Jean Baptiste COLLIN, marque du dit Guilain COLIN, Pierre No‘l CHRETIEN, marque de la dite Marie Anne COLLIN, et comme notaires BOUTTEMY et LOCQUET avec paraphe.

 

 

Quittance du 13-7-1750 de Jean Baptiste COLIN envers Marie Anne WARNIER

(4E 18/31)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs est comparu Jean Baptiste COLIN marchand au village dÕAcq lequel a reconnu dÕavoir reu ˆ son apaisement de Marie Anne WARNIER veuve de Jean Franois COLIN demeurante au dit Acq la somme de 21 £ 10 sols quÕelle sՎtoit obligŽe luy payer pour son quart de celle de 86 £ par la transaction passŽe entre elle le dit Jean Baptiste COLIN et autres hŽritiers du dit Jean Franois COLIN devant notaires ˆ Arras le 31 mars dernier dont quittance passŽ ˆ Arras le 13 juillet 1750. Etoit signŽ Jean Baptiste COLIN et comme notaires BOUTTEMY et COCQUEL.

 

 

Contrat de mariage en date du 13-7-1750 entre

Pierre Dominique COLIN et Marie Anne WARNIER

(4E 18/31)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean Baptiste COLIN marchand demeurant au village dÕAcq et Marie Guislaine HOYEZ sa femme quÕil autorise ˆ lÕeffet des prŽsentes et Pierre Dominique COLIN leur fils ˆ marier manouvrier au dit Acq dÕune part ;

á               Marie Anne WARNIER, veuvede Jean Franois COLIN demeurant au dit Acq, icelle fille de Guislain et Marie Guislaine GENELLE sa femme assistŽe de sa ditte mre et de Guislain WARNIER son frre berger demeurant ˆ Hautavesne dÕautre part ;

Et reconnurent les parties quÕavant parvenir au mariage dudit Pierre Dominique COLIN et la ditte Marie Anne WARNIERdՐtre convenu de ce qui suit.

Savoir quant au portement du futur mariant ses dits pre et mre luy ont donnŽ et donnent en faveur de ce mariage et en avancement dÕhoirie et de leur succession la somme de 72 £ Artois une fois paiable sitost la cŽlŽbration de ce mariage, plus le nombre de 3 boitellŽes ou environ de terre labourable situŽes en 2 pices au terroir dÕAcq, la premire contenant 1 boitellŽe 1/2 au crŽtal de Chinchy tenante de liste ˆ Guilain BACQUEVILLE dÕautre aux hŽritiers Nicolas BOURDREL dÕun bout ˆ Joseph Louis HEVIN dÕautre bout au sieur BOCQUET, et la deuxiesme aussy 1 boitellŽe 1/2 ˆ prendre en 2 mesures tenantes de liste au sieur curŽ dÕAcq dÕautre ˆ Guilain ALLART dÕun bout au champ Notre Dame dÕautre bout ˆ la couture dÕAcq, tenue la premire pice en cotterie et la deuxiesme en fief des seigneurs du dit Acq, pour par le futur mariant en jouir du jour de la cŽlŽbration de ce mariage ˆ lÕexception de lÕavestie dÕavoine seulement existante sur les premires des dites deux pices de terre dont les pre et mre du mariant se sont rŽservŽ la propriŽtŽ ˆ la charge des rentes fonsires et anciennes redevances dŽchargŽ de tous arriŽrages aussy bien que de toutes hipotecques quelconques par les dits pre et mre jusquÕau jour de la cŽlŽbration de ce mariage qui est tout son portement.

Et quant ˆ celui de la future mariante le futur mariant a dŽclarŽ dÕen tre content et appaisŽ sanqs quÕil soit besoin dÕen faire ny aucune dŽclaration ny aucune spŽcification.

Ce fait a ŽtŽ traitŽ et convenu entre les futurs marians quÕau cas que de ce mariage il y ait enfans vivant lors du dŽcs de lÕun des dits futurs marians que le survivant dÕiceux futurs mrians demeurera propriŽtaire de la moitiŽ des meubles et effets de leur communautŽ de laquelle dernire moitiŽ le dit survivant jouira tant que les dits enfans ayant atteints lÕage de majoritŽ legalle ou pris etat honorable jusquÕauquel tems le dit survivant jouira des biens immeubles que le premier mourant aura dŽlaissŽ en les acquittant des charges dont ils pourront tre tenus et en entretenant les dits enfans et les faisans instruire selon leur etat ; et au cas que de ce mariage il nÕy ait point dÕenfans vivans ny apparans ˆ naitre lors de la dissolution dÕiceluy il a ŽtŽ convenu que le survivant des dits marians demeurera propriŽtaire de la totalitŽ des meubles et effets de leur communautŽ et viager des biens immeubles quÕiceluy premier mourant aura dŽlaissŽ lequel viager cependant finira sitot que le dit survivant convelera en secondes noces et quant aux conquets que les futurs marians pouront faire pendant leur conjonction soit que le future mariante soit connue s contrats saisie ou non soit que les dits conquets soient fiefs cotterie anciens manoirs main ferme maison ou biens situŽs en eschevinage rentes par lettres ou autrement la dite future mariante en sera acquetresse aussy avant que son futur Žpoux et le survivant en jouira totalement sa vie durante dÕune moitiŽ en toute propriŽtŽ et de lÕautre en usufruit pour aprs son dŽcs tre partagŽ Žgalement entre les hŽritiers de part et dÕautre en payant ˆ cette proportion ce qui en seroit restŽ deubs au jour du dŽcs du premier mourant

lesquels conquets seront compris tous retraits lesquels suivront nŽantmoins la cotte et ligne dÕo ils procŽderont en restituant par ceux en profitans ˆ ceux nÕen profitans point la juste moitiŽ des principaux deniers frais et loyaux couts pour ce tirŽs et dŽboursŽs tant en droits seigneuriaux frais de lettres comme autrement pour y parvenir en faveur duquel mariage les pre et mre du futur mariant ont accordŽ reprŽsentation avoir lieu en leur succession ab intestat aux enfans ˆ naitre de ce mariage pour y faire tous ensemble une tete contre leurs oncles et tantes en rapportant au mont commun le portement du dit mariant ou nÕy prenant moins ainsy que sera tenu faire le futur mariant sÕy est lors vivant pour venir partager la ditte succession seulement aprs le dŽcs du survivant des dits pre et mre aiant encore ŽtŽ expressŽment conditionnŽ quÕau cas que de ce mariage il nÕy ait point dÕenfant vivant lors du dŽcs de la future mariante quÕiceluy futur mariant survivant aura droit de jouir pendant sa vie dÕune 1/2 mesure de terre labourable appartenante ˆ la dite future mariante situŽe au terroir du dit Acq ˆ prendre dans le sus dit champ de 2 mesures repris au portement du dit futur mariant au cas que la dite future dŽcde en Žtant encore propriŽtaire et non autrement ; promettant les parties ce que dessus entretenir et accomplir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens y accordans toutes seuretŽs de droit aux dŽpens de qui il appartiendra domicile elu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ tous us stils coutumes gŽnŽralles locales ou particulires entravestissement de sang ou par lettres et ˆ touttes rigueurs de droit contraires au contenu des prŽsentes ; de tout quoy les dites parties ont formellement expressŽment et spŽciallement dŽrogŽ pour lÕaccomplissement du contenu en icelle la future mariante et sa ditte mre ayants faites chacune leur marque pour ne savoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ part les dits notaires.

PassŽ en la ville dÕArras le 13 juillet 1750. Etoient signŽ : Jean Baptiste COLLIN, Marie Guilaine HOYEZ, Pierre Dominsque COLLIN, Guislaine WARNIER, marque de la dite Marie Anne WARNIER marque de la dite Marie Guislaine GENELLE et comme notaires BOUTTEMY et COCQUEL avec paraphe.

 

Ajout au dit contrat

 

Pardevant notaires royaux dÕArtois soussignŽ est comparu Pierre Dominique COLLIN et la ditte Marie Anne WARNIER lesquels ont reconnu dÕavoir reu ˆ leur apaisement du dit Jean Baptiste COLLIN et sa femme les 72 £ quÕils avoient promis aux dit comparans par le contrat de mariage cy dessus. PassŽ ˆ Arras le dit jour 13 juillet 1750 la ditte Marie Anne WARNIER ayant fait sa marque pour ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires. Etoient signŽ marque de la ditte Marie Anne WARNIER Pierre Dominique COLLIN et comme notaires BOUTEMY et COCQUEL avec paraphe.

 

 

Partage le 4-9-1750 entre les hŽritiers de Jean Franois COLIN

(4E 18/31)

 

Pardevant les notaires royaux soussignŽs sont comparus :

á               Jean Baptiste COLIN marchand demeurant au village dÕAcq dÕune part ;

á               Guislain COLIN berger demeurant ˆ Gouy Servin en deuxime part ;

á               Pierre No‘l CHRETIEN marchand demeurant au dit Gouy et Marie Anne COLIN sa femme quÕil autorise ˆ lÕeffet des prŽsentes de troisime part ;

á               Marie Isbergue COUTEAU fille ˆ marier couturire demeurant ˆ FrŽvin Capelle tant en son nom quÕen celuy et se portant fort de PierreJoseph COUTEAU son frre iceux COUTEAU enfans de LiŽvin et Marguerite COLIN de quatrime part, les dits COUTEAU neveu nice et hŽritiers rappellŽs de Jean Franois COLIN ;

á               Pierre Dominique COLIN marchand demeurant ˆ Acq mary et bail de Marie Anne WARNIER icelle paravant veuve du dit Jean Franois COLIN de cinquiesme part.

Et reconnurent les dites parties que par le dŽcs du dit Jean Franois COLIN et en vertu de la transaction passŽe entre les quatre premiers comparans et la dite Marie Anne WARNIER le 31 mars dernier, il est echu aux dits quatre premiers comparants 6 boitellŽes de terre labourable prises en 2 mesures et  la dite Marie Anne WARNIER lÕautre demi mesure, la totalitŽ tenante de liste ˆ Guilain ALLART dÕautre ˆ monsieur Jean Baptiste CAFFART curŽ dÕAcq de bout au champ Notre Dame dÕautre bout ˆ la grande Couture dÕAcq situŽe au terroir dÕAcq tenu en fief fu prince dÕHORNES ˆ cause de sa seigneurie de Vimy, et voulant en faire partage et division les parties aprs avoir fait trois billets les ont tirŽs au sort en la manire accoutumŽe et les 2 boitellŽes appartenantes ˆ la dite Marie Anne WARNIER luy sont echus pour tenir dÕune liste

aux 6 boitellŽes des dits quatre premiers comparans pour par les parties jouir de la dite pice de terre ainsy quÕelle est cy dessus partage dez ce jour dÕhuy et ˆ toujours ˆ la charge de rentes fonsires et anciennes redevances.

Aprs quoy les quatre premiers comparans ont fait quatre lots entrÕeux les plus Žgaux qui leur a ŽtŽ possible de tous les biens ˆ eux echus par le dŽcs du dit Jean Franois COLINet les ont ensuite tirŽs au sort en la forme et manire acoutumŽe.

Et le premier dÕiceux lots est echu au dit Jean Baptiste COLIN et est composŽ scavoir :

1) 1/2 mesure 1/2 boitellŽe de terre labourable situŽe au terroir dÕHautavesne tenue en cotterie de la seigneurie de FrŽvin Capelle tenant de liste ˆ AndrŽ GENELLE dÕautre ˆ Baptiste GARBƒ dÕun bout aux hoirs Joseph CUISINIER dÕautre bout au sieur PEIGNE ;

2) 1 boitellŽe de teres labourable au terroir dÕAcq tenu en cotterie de la seigneurie dÕAcq de liste ˆ Franois HENRY dÕautre liste au dit CRETHIEN et sa femme de bout au crŽtal de Chinchy dÕautre bout aux hoirs Jean GENELLE

3) Et enfin 1 boitellŽe 1/2 de terre labourable ˆ prendre s dits 6 boitellŽes cy devant ŽnoncŽes pour tenir de liste ˆ Pierre Dominique COLIN et Marie Ane WARNIER sa femme dÕautre liste ˆ Guilain COLIN et aux dits COUTEAU.

Le deuxime lot est echu ˆ Pierre No‘l CHRETIEN et Marie Anne COLIN sa femme et est comopsŽ de :

1) 1 boitellŽe de terre labourable au terroir dÕHautavesne tenu en cotterie de la seigneurie de FrŽvin Capelle tenant de liste aux hoirs Nicolas WARNIER dÕautre aux hoirs Pierre VIGNY dÕun bout au champ de la pauvretŽ de FrŽvin Capelle dÕautre bout ˆ Hadulphe DELEURY ;

2) 30 verges de terre labourable au terroir de FrŽvin Capelle tenu en cotterie de la seigneurie du Fouy appartenant au sieur DANVIN seigneur dÕAcq tenant de liste ˆ Guilain HERBET dÕautre ˆ Guilain DAMBRINE dÕun bout aux terres de lÕhopital Saint Jean dÕautre aux terres du sieur MATHON ;

3) 1 boitellŽe 1/2 de terres labourables au terroir dÕAcq tenu en cotterie de la seigneurie dÕAcq tenante de liste ˆ Jean Baptiste COLIN dÕautre au sieur PEIGNE dÕun bout au cretal de Chuinchy dÕautre bout aux hoirs Jean GENELLE ;

4) Et enfin 1 boitellŽe 1/2 de terre labourable ˆ prendre s susdites 6 boitellŽes pour tenir de liste au dit Guilain COLIN dÕautre liste ˆ Guislain ALLART de bout aux dits COUTEAU dÕautre bout ˆ la grande couture dÕAcq.

Le troisime lot est echu au dit Guilain COLIN et est composŽ de :

1) 1/2 mesure de terres labourables situŽ au terroir dÕAcq tenue en cotterie de lÕabbaie de Saint Eloy ˆ cause sa seigneurie ˆ Acq tenante de liste aux pres carmes dŽchaussŽs dÕArras dÕautre liste ˆ Jean Baptiste COLIN dÕun bout au seigneur dÕAcq dÕautre bout ˆ... ;

2) 40 verges de terres labourables au dit terroir dÕAcq tenu en cotterie de la seigneurie du sieur DANVIN ˆ Acq tenantes de liste ˆ AndrŽ GENELLE dÕautre ˆ Antoine COLIN dÕun bout ˆ Pierre GENELLE dÕautre bout au sieur de Warlus ;

3) Et enfin 1 boitellŽe 1/2 de terres labourablesˆ prendre s dites 6 boitellŽes cy devant reprises pour tenir de liste au dit Jean Baptiste COLIN dÕautre liste au dit CHRETIEN et sa femme dÕun bout aux dits COUTEAU dÕautre bout ˆ la couture dÕAcq.

Et le quatrime et dernier lot est echu ˆ la dite Isbergue COUTEAU tant pour elle que pour le dit Pierre Joseph COUTEAU son frre et est composŽ de :

1) 1/2 mesure de terres labourables situŽe au terroir dÕAcq tenu en cotterie de la seigneurie de lÕabbaie Saint Eloy au dit Acq tenante de liste ˆ Jean Baptiste COLIN dÕautre liste au dit Jean Baptiste COLIN dÕun bout aux terres du sieur DANVIN dÕautre bout ˆ ... ;

2) 1/2 mesure 1/2 boitellŽe de terres labourables nommŽe le champ majeur au terroir dÕAcq tenu en cotterie de la seigneurie du sieur DANVIN tenante de liste ˆ Antoine COLIN dÕautre liste ˆ Pierre No‘l CHRETIEN dÕun bout au chemin dÕHautavesne ˆ Acq dÕautre bout aux hoirs Joseph CUISINIER ;

3) Tertio enfin 1 boitellŽe 1/2 de terres labourables ˆ prendre s dites 6 boitellŽes cy devant ŽnoncŽes pour tenir dÕune liste au dit Jean Baptiste COLIN dÕautre liste ˆ Guislain ALLART dÕun bout au champ Notre Dame dÕautre bout au dit Guilain COLIN et au dit CHRETIEN et sa femme.

Pour les dits immeubles cy desus partagŽs jouir par les parties des corps dÕiceux assignŽs chacun ˆ leur lot en toute propriŽtŽ dez cejourdhuy et ˆ toujours ˆ la charge des rentes fonsires et anciennes redevances dŽchargŽ en commun jusquՈ ce jour, et ˆ charge de par le dit Pierre Joseph et Isbergue COUTEAU payer annuellement ˆ lՎglise dÕAcq 10 sols par an pour le fait que les comparans etoient tenus pour la dŽcharge de deux obits fondŽs en icelle pour lՉme de Guislaine LAMIOT lesquels 10 sols demeureront affectŽs lŽgallement sur le champ cy desus nommŽ le Champ Majeur attendu que le lot des dits COUTEAU sÕest trouvŽ excŽder en bouts les autres trois lots au moins de cette proportion.

Ayant ŽtŽ dŽclarŽ par les dits quatre premiers comparans que le manoir repris dans la susdite

transaction du 31 mars dernier dont la ditte Marie Anne WARNIER a lÕusufruit suivant la ditte transaction nÕa point ŽtŽ compris au prŽsent partage et quÕils le partageront Žgalement entrÕeux aprs le dŽcs de la dite WARNIER.

Promettantes les parties ce que desus entretenir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois ; passŽ ˆ Arras le 4 septembre 1750 le dit Guilain et Marie Anne COLIN et la dite COUTEAU ayans fait chacun leur marque pour ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les Ðdits notaires Žtoient signŽ Jean Baptiste COLIN Pierre No‘l CHRETIEN marque du dit Guillain COLIN Marie AnneCOLIN Isbergue COUTEAU Pierre Dominique COLIN et comme notaires BOUTTEMY et BELLIERE avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 18-9-1750 entre

Jean Baptiste BACQUEVILLE et Anne Marie LEFETZ

(4E 18/67)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soubsignŽs sont comparus :

á               Jean Baptiste BACQUEVILLE manouvrier demeurant au village dÕAcq, veuf de Jacqueline ALLART, et Jean Baptiste BACQUEVILLE son fis ˆ marier assistŽ de Guislain, Nicolas, et Michelle BACQUEVILLE ses oncles et tante demeurant au dit Acq dÕune part ;

á               Paquets LEFAITS, marŽchal ferrant demeurant ˆ Acq, et Marie Guislaine HENRY sa femme, de luy aurorisŽ ˆ lÕeffet prŽsents, et Anne Marie LEFFETS leur fille ˆ marier dÕautre part .

Et reconnurent pour parvenir au mariage dÕentre Jean Baptiste BACQUEVILLE et la dite Anne Marie LEFETZ avant la cŽlŽbration du mariage sont convenus de ce qui suit .

Quant ˆ la part du futur mariant le dit BACQUEVILLE son pre lui donne en faveur de ce mariage et promet payer ˆ son fils la somme de 300 livres  au jour de la cŽlŽbration de ce mariage plus luy laisse suivre 4 mesures ou environ de terres labourables au terroir dÕAcq en plusieurs pices provenant de la succession de la dite ALLART sa mre et deux manoirs lÕun amazŽ et lÕautre non amazŽ situŽs au dit acq provenant de la dite ALLART sa mre, de tout quoy le dit BACQUEVILLE son pre abandonne son viager aussi, plus le dit Jean Baptiste BACQUEVILLE et les dits Guislain, Nicolas, et Michelle BACQUEVILLE icy prŽsents et comparans solidairement en considŽration de ce marige et pour la moitiŽ quÕil porte au dit futur ils ont par ces prŽsents donnŽ et donnent au dit futur acceptant 2 mesures de terres labourables situŽes au terroir dÕAcq en deux pices, la premire contenant 1 mesure tenante de liste aux 7 quartiers des pres carmes dŽchaussŽs dÕarras, dÕautre ˆ 1 mesure du sieur BEAUCOURT lieutenant dÕAultavesnes et dÕun bout ˆ 5 coupes des veuve et hŽritiers Constant DEMOULINS, terres en coterie du seigneur de FrŽvent, et la deuxime contenante aussy une mesure tenante de liste ˆ 17 mesures du sieur DANVIN , dÕautre ˆ Alfonse COUTIAU dÕun bout ˆ 22 mesures ˆ lÕabbaye de Mont Saint Eloy tenus en coterie du seigneur dÕAcq, plus un manoir amazŽ de maison grange et autres Ždifices situŽs au dit Acq contenant 3 coupes ou environ tenant de liste ˆ celui su sieur DANVIN, et dÕautre ˆ celui de ThŽrse CARTON, veuve de Louis HERBET, et dÕun bout au sieur DANVIN, dÕautre au flŽgard tenus en cotterie du seigneur dÕAcq, plus donnent au dit futur tous les meubles effets habillement linge et autres quÕils dŽlaisseront ˆ leur dŽcs nul exeptŽ de tous lesdites terres manoirs et meubles cy dessus en jouir et proffiter en toutes propriŽtŽs de cejourdÕhuy en toutes propriŽtŽs et ˆ toujours et de la jouissance aprs le dŽcs seulement du dernier vivant desdits Jean, Guislain, Nicolas et Michelle BACQUEVILLE ses pre et oncles et tante qui se rŽservent lÕusufruit de tout leur vie durant et les survivant dÕeux au surplus lÕayant instituŽ pour leur hŽritier ou les enfans ˆ na”tre de ce mariage pour faire une teste au lieu de leur pre dans leur succession et prendre part comme pourroit faire le dit futur mariant leur pre et le dit futur mariant dans la succession des dits Guislain, Nicolas, Michelle BACQUEVILLE comme feront le dit Jean BACQUEVILLE qui est tout le portement du dit futur.

A lՎgard de celuy de la future mariante ses dits pre et mre lui donnent en avancement dÕhoirie et promettent payer ˆ la dite future leur fille la somme de 200 livres aussit™t la cŽlŽbration du mariage plus 1 mesure de terres labourables au terroir de FrŽvin Capel tenante de liste aux pres carmes dŽchaussŽs dÕautre ˆ 1 mesure du sieur DELEBARRE, et dÕun bout du sieur .. dÕautre ˆ la commanderie et 1/2 mesure au terroir dÕAcq prise en 3 mesures ˆ lÕencontre de Jean Jacques GERNAY pour demie mesure et desdits Pasquets LEFETS et sa femme pour lÕautre demie mesure y tenante de liste ˆ la demie mesure desdits Pasquets LEFETS et sa femme, dÕautre ˆ celle dudit GERNAY et sa femme, plus une vache sous poil rousse, un coffre de bois de chesne en teste garnie dÕune paillasse draps, couverte, une poille et un chaudron de cuivre, une crŽmaillre qui est tout son portement.

Ce fait, a ŽtŽ convenus quÕarrivant la dissolution de ce mariage soit que dÕiceluy il y ait enfans vivans nŽs auparavans ˆ na”tre ou non le survivant demeurera propriŽtaire de tous meubles effets et tels reputez de leur communautŽ en payant toutes dettes obsques et funŽrailles et en rendant au cas de non enfans seulement tous les habillements qui auront servi au corps et chef du premier dŽcŽdŽ et pour gain de survie le survivant sera viager de tous les immeubles terres manoirs et autres que dŽlaissera le premier dŽcŽdŽ en le dŽchargeant des rentes foncires et rŽparation viagre.

Convenus quÕarrivant que le survivant convolerait en seconde noce ayant enfans vivans du premier mariage il sera tenu laisser suivre les immeubles du premier dŽcŽdŽ auxditsenfans lorsquÕils atteindront lՉge de vingt ans jusque auquel temps le dit survivant sera tenu nourrir entretenir apprendre mŽtier et enseigner les dits enfans.

Convenus quՈ lՎgard dÕacquts que les dits futurs mariants pourront faire durant leurs conjonctions de tel nature quÕils soient ou ils puissent estre scituŽs et assis et par quelques coutumes ils soient rŽgis dans le cas dÕenfans tous vivans le survivant sera viagre sa vie durant et au cas de non enfans lors vivans dsera propriŽtaire de la moitiŽ et jouira de lÕautre en viager desquels acquets seront compris tous retraits le viager qui suivront la ligne dont ils procŽderaient le ...dernier.

Les pre et mre de la future ont accordŽ prŽsentation en leurs successions aux enfans de ce mariage en rapportant le portement de leur mre comme elle sera tenu de faire y avenant . Renonans les dites parties ˆ toutes coutumes usages et autres contraires aux prŽsentes ˆ lÕentier accomplissement de tous ce que dessus les dites parties solidairement par les dits pre et mre oncles et tante sans division renonans aux dits bŽnŽfices ont obligŽ tous leurs biens y accordant toutes oeuvres de loix requises aux despens ds quÕil appartiendra domicile Žlu en la maison rouge dÕArras acceptant ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contrares donnant pouvoir au porteur de cette de ses dessaisir et dŽshŽriter de la propriŽtŽ de ce que dessus donne et ont accordŽ le dŽcret de mise de fait passŽ ˆ Arras le 28 septembre 1750.

SignŽ : Pasquets LEFAIT, Jean Baptiste et Guislain et Nicolas et Michelle BACQUEVILLE, Anne Marie LEFETZ, Jacqueline ALLART, et pour notaires HENRY et CITERNE avec paraphe.

 

 

Bail de Marie Isbergue COUTEAU ˆ Pierre Dominique COLIN

en date du 16 novembre 1750

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs est comparu :

Pierre Dominique COLIN marchand demeurant ˆ Acq lequel a reconnu dÕavoir pris et promis tenir ˆ titre de bail et loyer de Marie Isbergue COUTEAU fille majeure de la majoritŽ coutumire demeurant ˆ FrŽvon Cappelle et de Jean Baptiste COLIN marchand demeurant au dit Acq oncle et tuteur de Pierre Joseph COUTEAU fils mineur de LiŽvin et Margueritte COLIN ˆ ce prŽsens et luy accordans au dit titre 5 boistellŽes 1/2 de terre labourable scituŽes en 3 pices au terroir dÕAcq desquelles le preneur a dit avoir parfaite connaissance et dÕen tre content pour par luy et non autres sÕil en plait aux bailleurs soit quÕil en ait plus ou moins et sans les limer par mesurage en jouir au dit titre pendant 9 ans suivans lÕun lÕautre Žtant entrŽ en jouissance pour en faire la premire dŽpouille au mois dÕaoust prochain au loyer annuel de la somme de 13 £ 10 sols que le preneur promet rendre et paier aux bailleurs au jour de Saint AndrŽ dont la premire annŽe escheura ˆ pareil jour de lÕan 1751 et ainsy continuer dÕan en an au dit jour ce bail durant, pour vin duquel le preneur a paiŽ comptant aux bailleurs la somme de 5 £ par dessus lesquels rendage et vin et sans diminution dÕiceux le preneur sÕoblige dÕacquitter les dites terres de toutes rentes fonsires et anciennes redevances tailles centiesmes demy trinquart aides subsides vingtiesme denier et gŽnŽrallement de toutes impositions quelconques imposŽes et ˆ imposer sur icelles pendant le cours de ce bail et de tout en rapporter les quittances chacun an ˆ ses dŽpens aux bailleurs, nonobstant tous Ždits dŽclarations ou envoies contraires auxquels le preneur a expressŽment dŽrogŽ et renoncŽ par ces prŽsentes, plus de fumer et amender les dites terres en bon pre de famille sans les pouvoir dessoler ny deroyer ˆ peine de tous dŽpens dommages ny interests promettans les bailleurs faire jouir et le preneur bien paier et le tout accomplir ˆ toujours. Domicile elu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ toutes choses contraires ladite COUTEAU ayant dŽclarŽe ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽe par les dits notaires. PassŽ en la citŽ dÕArras ce 16 novembre 1750. etoient signŽs Pierre Dominique COLIN, Jean Baptiste COLIN, et comme notaires BOUTTEMY et BELLIER avec paraphe.

 

 

Partage en date du 23-11-1750 entre

Julien, FŽlix, Jean, Guislaine, Vindicien WARGNIER

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Julien WARGNIER, berger demeurant au Faubourg de Ste Catherine en MŽaulens de premire part ;

á               FŽlix WARGNIER  cordonnier demeurant au village dÕAcque de seconde part ;

á               Jean WARGNIER aussy  berger ˆ la censse de Braye paroisse dÕEscoivre de troisime part ;

á               Guislaine WARGNIER ˆ marier demeurant au dit Acque de quatrime part ;

á               Vindicien WARGNIER valet de charrue ˆ la dite censse de Bray, stipulant tant en son nom quÕen celuy de Jeanne Joseph WARGNIER sa femme de laquelle il se fait et porte fort et sÕoblige de luy faire agrŽer approuver et ratifier ces prŽsentes en dedans le mois aux peines de droit de quoy faire il lÕautorise tant en absence que prŽsence de cinquime part.

Tous les comparans estans ce jour en la citŽ dÕArras, lesquels reconnaissent quÕil leur est escheus par les trŽpas de Nicolas vivant mŽnager au dit Acque leur pre, et par Marie Jeanne GENELLE leur mre, un manoir amazŽ et plusieurs terres labourables scituŽes sur le terroir dÕAcque et aux environs, plus une demy mesure procŽdante de Marie Catherine WARGNIER ˆ marier, demeurant au dit Hacque, suivant lÕaccord fait entre les comparans et elle, laquelle de son consentement ˆ ces fins icy prŽsente et comparante, a consentie et consente quÕelle entre au prŽsent partage pour hŽriter une subdivision dÕicelle par la suitte desquels immeubles en ayants jouy en commun jusquՈ ce jour et dŽsirants en jouir sŽparŽment, en ont fait le partage et division en cinq lots Žgaux le plus juste quÕil leurs a ŽtŽ possible, et sont convenus de ce qui sÕensuit.

1¡) Le premier lot est tombŽ ˆ Julien WARGNIER, premier comparant ˆ qui appartiendra en propriŽtŽ les manoir et terres cy aprs :

Un manoir amazŽ de maison grange Žtables et autres Ždifices scituŽe au dit Hacque, contenant une demy boistellŽe ou environ tenant de liste au chemin dÕAcque ˆ St Esloy , dÕautre liste ˆ la part de manoir de Jean WARGNIER, dÕun bout ˆ Jean GENEL, dÕautre bout ˆ Jean Toussain HERBET, en rendant aux autres comparans une somme de 120 £ ;

Item la cinquime partie dÕun autre manoir situŽ que dessus qui reprendra de liste ˆ la part de Guislaine WARGNIER ,dÕautre ˆ celle de Vindicien WARGNIER et sa femme, de bout ˆ Jean GENEL, et dÕautre bout au dit HERBET, contenant demy mesure ou environ.

Item une demy mesure et demy boistellŽe de terre ˆ labeur; scituŽe en une pice sur le terroir dÕAcque, tenant de liste ˆ pareille demy mesure demy boistellŽe de Jean GENELLE, dÕutre liste ˆ pareille demy mesure demy boistellŽe de Guislaine WARGNIER, dÕun bout au Reindeau dit Ç Sept Grammaire È, et dÕautre bout ˆ 7 mesures du sieur de charitŽ.

Item une demy mesures aux Rouillets, terroir dÕHacque, tenante de liste au Rindeau , dÕautre ˆ demy mesure de Marie Anne COLIN, de bout ˆ demy mesure de Guislain ALLART, et dÕautre bout ˆ 5 boistellŽes du dit sieur charitŽ.

Item, une demy mesure sur le terroir de Villers au Bois, tenante de liste ˆ  3 couppes de Guislain MONVOISIN, dÕun bout ˆ une mesure dÕAntoine SANEL.

Item, boistellŽe et demie ˆ Louvierre terroir du dit Villers, tenante de liste ˆ 3 coupes de Jean Guislain CRESSON, dÕautre liste ˆ une demy mesure du lot de Guislaine WARGNIER, dÕun bout au Reindeau de la Louvierre, faisant la totalitŽ du dit premier lot ; le dit manoir amazŽ luy appartenant comme a”nŽ Žtant de nature fŽodale, et la somme ˆ retourner est pour la part du quint des autres cadets et pour les catenbs verd et sec que.

2¡) Le second lot est tombŽ ˆ Guislaine WARGNIER, ˆ quy appartiendra en propriŽtŽ les manoirs et terres cy aprs :

La cinquime partie dÕun manoir contenant une demy mesure ou environ qui se prendra de liste ˆ la part de Julien WARGNIER, dÕautre liste ˆ celle de Foelix WARGNIER.

Item une boistellŽe et demie de terre ˆ laboeur, derrire ÇmongramaireÈ, tenante de liste ˆ boistellŽe et demy de Jean GENEL, dÕautre ˆ boistelŽe et demy dÕAndrŽ GENEL, d Ôun bout ˆ 5 mesures des Carmes dŽchaussŽs dÕArras.

Item, une boistellŽe sur le terroir de Haute Avesne, tenante de liste ˆ Jean Franois COLIN, dÕautre liste ˆ Alexis BARBET, et dÕautre bout ˆ Alduphe LEFEBVRE.

Item, une autre boistellŽe sur le terroirde Camblin, tenante de liste ˆ une boistellŽe de Baptiste AUPIGET, dÕautre ˆ 10 quartiers de la veuve GOURLAN, et de bout au chemin du dit Camblin ˆ Arras.

Item une autre boistellŽe sur le dit terroir, tenante de liste ˆ 6 boistellŽes de la cure du dit Camblin, dÕautre ˆ une boistellŽe de Jacque BAUDRY, de bout au chemin dÕArras ˆ Camblin.

Item, une demy mesure sur le terroir de Villers au Bois, au canton Ç delvoye des Baudets È, tenante de liste ˆ une boistellŽe de Foelix WARGNIER, dÕautre ˆ 5 mesures des AbbŽ et Religieux de St Esloy, de bout ˆ 8 mesures de la dame du dit Villers.

Item et finalement une demy mesure sur le terroir du dit Villers, tenante de liste ˆ boistellŽe et demy de Julien WARGNIER, dÕautre liste ˆ 3 boistellŽes de Venant GALLAND, dÕun bout au Reindeau de Lalouvierre.

3¡) Le troisime lot est tombŽ au dit Jean WARGNIER ˆ quy appartiendra aussy en propriŽtŽ les parts de manoir et terres cy aprs :

Pareille cinquime partie du dit manoir non amazŽ contenant une demy mesure en totalitŽ laquelle se prendra de liste ˆ la part de Julien WARGNIER, dÕautre ˆ celle de Foelix WARGNIER, avec  les arbres Žvaissants sur icelle en donnant un arbre ˆ Guislaine WARGNIER, et le puid qui est existant sur icelle part sera commun entre les cinq copartageants , avec droit de passage pour y aller tirer de lÕeau sans pouvoir le boucher, ny lÕanŽantir, mais au contraire sera tenu en estat ˆ frais communs dÕiceux comparans.

Item une boistellŽe et demy de terre ˆ laboeur sur le terroir de Haute Avesne, tenante de liste ˆ boistellŽe et demy de Marie Anne VIGNIEZ, dÕautre ˆ 6 boistellŽes dÕAlexis BAUDRY, dÕun bout au chemin du dit Hauttavesne ˆ Hermaville.

Item une demy mesure et demy boistellŽe sc ituŽe que dessus, tenante de liste ˆ demy mesure demy boistellŽe de Jean GENEL , dÕautre ˆ boistelŽe et demy de Nicolas BAUDRY, de bout ˆ une demy mesure et demy boistellŽe de Jean Louis HERENT.

Item, une autre demy mesure sur le terroir de Camblin, tenante de liste ˆ 3 boistellŽes du berger du dit Camblin, dÕautre  ˆ 6 boistellŽes de la veuve GUYOT de bout ˆ Estienne DOUDAIN.

Item et finalement, une autre demy mesure sur le terroir du dit Villers, tenante de liste ˆ une boistellŽe dÕIgnace LIEBERT, dÕautre ˆ 4 boistellŽes de Michel CRESSON, de bout au bois des JŽsuites.

4¡) Le quatrime lot est tombŽ ˆ Vindicien WARGNIER, ˆ cause de Jeanne Joseph WARGNIER sa femme, ˆ qui pareillement appartiendra en propriŽtŽ les parties de manoir et terres cy aprs.

Pareille cinquime partie du dit manoir non amazŽ contenant une demy mesure laquelle se prendra de liste ˆ celle de Julien WARGNIER, dÕautre ˆ Jean GENEL, en rendant un arbre ˆ Marie Guislaine WARGNIER.

Item une demy mesure sur le terroir de Hautte Avesne, tenante de liste ˆ demi mesure de Pasquier LEFAYE, dÕautre ˆ  5 boistellŽes dÕAlexis GARBƒ du dit lieu, dÕun bout aux terres de la Commanderie.

Item, demy mesure demy boistellŽe sur le terroir du dit Hacque, tenante de liste ˆ Guislaine WARGNIER, dÕautre ˆ  8 mesures du sieur DANVIN, de bout ˆ 9 boistellŽes du sieur charitŽ.

Item, boistellŽe 1/2 tenante de liste ˆ 3 boistellŽes des carmes dÕArras et aux hŽritiers Nicolas WARGNIER, dÕautre liste ˆ 20 mesures du sieur DANVAIN, de bout aux terres de la cure.

Item, une autre demy mesure sur le dit terroir, tenante de liste ˆ 5 boistellŽes de Franois OBRON, dÕautre liste ˆ une boistelŽe de la veuve Jean Louis HERBET, dÕun bout ˆ 5 boistellŽes du sieur charitŽ.

Finallement, une boistellŽe sur le terroir de Chinchye, tenante de liste ˆ une boistellŽe de Jean Louis HERENT, dÕautre ˆ boistellŽe 1/2 dÕAlexis GARBƒ, dÕun bout au chemin dÕArras ˆ Saint Pol.

5¡) Le cinquime lot est tombŽ au dit Foelix WARGNIER ˆ qui aussy apartiendra en propriŽtŽ la part du dit manoir et terres cy aprs dŽclarŽs.

Pareille cinquime partie du dit manoir non amazŽ contenant une demy mesure laquelle se prendra de liste ˆ celle de Jean WARGNIER, dÕautre ˆ celle de Guislaine WARGNIER, avec les arbres qui sont sur la dite part en rendant aussy un arbre ˆ la dite Marie Guislaine WARGNIER.

Item, demy boistellŽe sur le terroir de Hautte Avesne, tenante de liste ˆ demy boistellŽe de Jean GENEL, dÕautre ˆ boistellŽe 1/2 dÕHubert HERBET, dÕun bout au chemin dÕArras ˆ Saint Pol.

Item, boistellŽe 1/2 sur le terroir dÕAcque, tennte de liste ˆ demy mesure dÕHubert HERBET, dÕautre ˆ  3 boistellŽes de Baptiste BODRY de Hautte Avesne, des bouts ˆ 4 mesures du dit sieur DANVAIN.

Item, 3 boistellŽes scituŽes que dessus, tenantes de liste ˆ  3 boistellŽes de Michel DUBOIS, dÕautre ˆ demy mesure de Guislain BACQUEVILLE, de bout ˆ 3 boistellŽes de Franois HENRY.

Item, demy mesure sur le terroir de Camblin, tenante de liste au chemin dÕAcque ˆ Villers, dÕautre au Reindeau, de bout ˆ demy mesure dÕAntoine BARRE.

Et finallement une boistellŽe sur le terroir du dit Villers tenant de liste ˆ demy mesure de la dite Guislaine WARNIER, dÕautre au Reindeau, de bout ˆ 8 mesures de la dame du dit Villers.

Et pour faciliter le dit Foelix WARGNIER ˆ avoir un Žtablissement et bastir une maison au dit Hacque, le dit Julien WARGNIER son frre luy a ceddŽ et abandonnŽ la moitiŽ ou environ du manoir faisant lÕarticle premier de son lot, au cas quÕil se trouve la moitiŽ dÕune demy couppe qui se prendra de liste le long de la grange du dit ceddant, dÕautre liste au dit Jean GENEL, luy cedde aussy les bastimens dÕune petite grange ˆ desmonter moyennant, la ditte cession faitte la somme de 60 £ que le dit Foelix WARGNIER a promis payer au dit Julien son frre en dedans un mois.

A ŽtŽ encore convenu entre les comparans quÕil appartiendra en outre au dit Julien WARGNIER 5 verges de terres ˆ laboeur scituŽes au dit terroir dÕHacque, tenante de liste ˆ 5 verges de Jean GENEL, dÕautre liste ˆ 5 verges de Guislaine WARGNIER, de bout ˆ la dite Guislaine WARGNIER, en payant toutefois aux autres comparans ainsy quÕils sÕobligent par ces prŽsentes pour soulte du dit partage outre de celle de 120 £ celle de 21 £ 12 sols en dedant un mois ; les quatre comparans sÕengagent dÕacheter en considŽration que dessus ˆ Jean WARGNIER leur frre un habit valant 12 £ ; tout ce que dessus les comparants et se faisant fort promettent tenir entretenir payer fournir et le prŽsent partage faire valoir lÕun envers lÕautre  charge des rentes foncires et anciennes redevances, dont les manoir et terres sont chargŽes, et ˆ concurrence de leurs cottes parts ; deschargŽes par les comparans de tous arrŽrages jusquՈ ce jour, communŽment et pour des dits lots en jouir par eux dez ce jour dÕhuy en toutte propriŽtŽ et ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens prŽsens et futurs sur lesquels ils accordent  main assise et mise de fait, aux dŽpens de quy il appartiendra, domicil esleu ˆ la Maison Rouge ˆ Arras, acceptants pour juges MM du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contraires ; passŽ en la citŽ dÕArras pardevant que dessus, le 23 novembre 1750, ayans les comparans signŽ et faits leurs marques pour avoir dŽclarŽs ne savoir Žcrire ny signer de ce interpellŽs ; ont signŽs Julien, Foelix et Jean WARGNIER ; marques de Vindicien, Marie Guislaine WARGNIER , et de Marie Catherine WARGNIER et pour notaires DENIS et son confrre.

 

 

Contrat de mariage en date du 18-1-1751 entre

Jacques CUISINIER et Marie Barbe Louise DƒGARDIN

(4E 18/67)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Nicolas CUISINIER, femier demeurant au village dÕAcq, Marie Catherine DUPUICH sa femme de lui duement autorisŽe ˆ lÕeffet des prŽsentes, et Jacques CUISINIER leur fils ˆ marier dÕune part ;

á               Marie Barbe Louise DƒGARDIN fille ˆ marier de feu Toussaint et dÕencore vivante Marie Isabel Philippine DESPRETZ demeurant ˆ Arras, assistŽe de la dite DESPRETZ sa mre et Mr Charles Franois DƒGARDIN prtre et de Mr Jean Franois FŽlix DƒGARDIN procureur au Conseil dÕArtois ses frres dÕautre part.

Et reconnurent les dites parties pour parvenir au mariage dÕentre le dit CUISINIER et la dite DƒGARDIN avant la cŽlŽbration dÕiceluy sont convenus de ce qui suit.

Quant au portement du futur mariant, le dit Nicolas CUISINIER et sa femme solidairement sans division ny discussion reconnaissance de bŽnŽfices, donnent ˆ leur dit fils, en faveur de ce mariage, une rente hŽritire portant en principal 200 £ au cours de 10 £ crŽŽe ˆ leur profit par Nicolas LIEVRE et Marie Marguerite PIGNY demeurant ˆ FrŽvin Capelle, et la somme de 200 £ Artois payable au jour de la cŽlŽbration du mariage, plus sÕobligent lui fournir et livrer 3 razires de bled chacun an lÕespace de 3 ans seulement qui est tout son portement.

A lՎgard de celui de la future mariante la dite DESPRETS sa mre lui donne en faveur de ce mariage la somme de 500 £ Artois, en ce compris les marchandises de son mŽtier, dont elle travaille estimŽs ˆ la somme de 100 £ payables les 400 £ restant sit™t la cŽlŽbration de ce mariage qui est tout son portement.

Ce fait a ŽtŽ convenu quÕarrivant la dissolutionde ce mariage ayant enfans lors vivans, le survivant restera propriŽtaire de tous biens immeubles effets et tels rŽputez de la communautŽ, en payant toutes dettes obsques funŽrailles ; et arrivant que le survivant convolerait en secondes noces ayant enfans, le dit survivant sera tenu faire inventaire prisŽe et estimation de la dite communautŽ pour la moitiŽ lui appartenir et lÕautre aux dits enfans, sera nŽanmoins le dit survivant viager de la dernire moitiŽ jusquՈ ce que les dits enfans ayant atteint lՉge de 20 ans en les nourissant, entretenant, faire apprendre mŽtier, et les enseigner en la foy catholique.  

En cas de non enfans lors vivants de ce mariage, le survivant demeurera propriŽtaire de tous biens immeubles effets et autres choses de la communautŽ en payant toutes dettes obsques et funŽrailles.

Convenu quÕarrivant le prŽdŽcs de la dite future sans enfans lors vivants le dit futur survivant sera tenu rendre aux hoirs de la dite future la somme de 200 £ et les trois meilleures pices dÕhabillement de la dite future deux mois aprs le dit dŽcs.

Dans tous les cas le survivant aura pour gain de survie la jouissance viagre de tous les immeubles que dŽlaissera le prŽdŽcŽdŽ, en les dŽchargeant de toutes rentes foncires et anciennes redevances, libertŽ ˆ la dite future mariante dÕaccepter la communautŽ ou y renoncer, au cas de renonciation elle remportera ses habits linges bagues joyaux ; son portement ci-dessus ses successions, obventions en la valeur en cas dÕaliŽnation et pour douaire conventionnel la somme de 300 £ ˆ prendre sur les plus clairs et apparans biens du futur ˆ ses droits et douaire coutumier.

Convenu que les acquts immeubles quÕils pourront faire durant leur conjonction, de telle nature ou condition quÕils soient repris seront communs, le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propre et de lÕautre en viager, lesquels seront repris sous retraits lignagiers.

En faveur de ce mariage les pre et mre des futurs mariants ont respectivement accordŽ reprŽsentation avoir lieu en leurs successions immobilires et mobilires aux enfans ˆ na”tre dÕicelui, pour faire une teste en chacunedes susccessions ˆ lÕencontre de leurs oncles et tantes ainsi que feroit leur pre et mre dŽcŽdŽs, sans aucun rapport de part et dÕautre ; renonans espressŽment ˆ la loi introduite par la coutume de cette ville, mme ˆ toutes autres coutumes gŽnŽrales locales et autres rigueurs de droit contraires aux prŽsentes.

Promettant ˆ ce que dessus tenir payer et le tout accompli sous lÕobligation de leurs biens domicile Žleu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contraires.

PassŽ ˆ Arras le 8 janvier 1751 ; estoient signŽs : Nicolas CUISINIER, marque de Marie Marguerite DUPUICH, Albert CUISINIER, Isabel DESPRETZ, DƒGARDIN prtre, DƒGARDIN avec paraphe, Marie Barbe Louise DƒGARDIN, et pour notaires HENRY et JOUENNE avec paraphe.

 

 

Partage en date du 19-1-1751 entre leurs quatre enfants

des biens de

Pierre Guislain BERNARD et Marguerite ALLART

(4E 18/67)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Pierre Joseph BERNARD dÕune part,

á               Guislain BERNARD de deuxime part,

á               Jean Martin BERNARD de troisime part,

á               Jean Franois BERNARD de quatrime part ;

Demeurant ˆ Acq, frres, enfans et hŽritiers des feus Pierre Guislain BERNARD et Marguerite ALLART ; par le dŽcs dÕiceux il leur est Žchu plusieurs immeubles tant manoirs que terres labourables qui sont restŽs indivis, dŽsirant jouir divisement et sŽparŽment, ils ont fait visiter les dits manoirs et terres et estimer par gens ˆ ce connaissant, et fait quatre lots les plus Žgaux quÕil leur en a ŽtŽ possible, et ensuite fait quatre billets et tirŽs au sort sont tombŽs comme il sÕensuit savoir :

QuÕil appartiendra en toute propriŽtŽ au dit Pierre Joseph BERNARD les immeubles suivants :

1¡) 2 boitellŽes 17 verges tenant de liste et de bout aux terres de Saint Eloy ˆ cause de leur ferme de Chinchy, dÕautre liste ˆ Charles Louis DELEPLACE, item 1 boitellŽe 1/2 ˆ prendre en trois boitellŽes ˆ lÕencontre du troisime lot ci-aprs ˆ prendre de liste ˆ 3 boitellŽes des pres carmes dŽchaussŽs dÕArras, dÕautre au surplus dÕun bout au rindeau jalon, dÕautre aux terres de la Dlle MATHON ;

2¡) item 1 boitellŽe 1/2 tenant de liste ˆ Jean Baptiste COLLIN , dÕautre liste ˆ Joseph CUISINIER, dÕun bout au chemin dÕAcq ˆ Saint Eloy, dÕautre aux terres du seigneur dÕAcq ;

3¡) et finalement un manoir non amazŽ contenant 8 verges tenant de liste au manoir dÕAntoine BARRE ˆ cause de sa femme, dÕautre ˆ Antoine COLLIN, dÕun bout au flŽgard, dÕautre ˆ Jean Baptiste BACQUEVILLE.

Quant au lot et part du dit Guillain BERNARD il lui appartiendra en toute propriŽtŽ les manoirs et terres suivantes :

1¡) scavoir un manoir amazŽ de maison grange Žtable et autres Ždifices contenant 17 verges ou environ, tenant de liste ˆ celui des veuve et hoirs Guislain CRETON, dÕautre ˆ celui de Jean Baptiste BACQUEVILLE, de bout au flŽgard, dÕautre ˆ Joseph COUTEAU ;

2¡) item 1 boitellŽes de terres babourables tenante de liste aux terres de la pauvretŽ de FrŽvin, dÕautre aux hoirs Guillaume THENEL, dÕun bout ˆ 9 mesures de la Commanderie dÕHautavesne ;

3¡) item 1 boitellŽe tenante de liste ˆ Guilleaume THENEL, dÕun bout ˆ 9 mesures de la Commanderie, dÕautre liste ˆ Guislain WARNIER ;

4¡) item 1 boitellŽe tenante de liste aux pres carmes dŽchaussŽs, dÕautre aux hoirs Guillaume THENEL, dÕun bout au chemin Salbert ;

5¡) item 1 boitellŽe ˆ prendre en 4 allencontre des lots ci-aprs ˆ prendre de liste aux terres de lÕhospice Saint-Jean, dÕautre ˆ 1 boitellŽe du lot ci-aprs, dÕun bout ˆ Philippe LIENART, dÕautre aux terres du sieur de St-Floris.

Quant au lot et part de Jean Martin BERNARD il lui appartiendra en toute propriŽtŽ les immeubles suivants :

1¡) scavoir un manoir contenant 8 verges, non amazŽ, tenant de liste ˆ celui de Jean Baptiste BACQUEVILLE, dÕautre ˆ Jean Baptiste ALLART, dÕun bout ˆ Antoine COLLIN, dÕautre au flŽgard ;

2¡) item 3 boitellŽes de terres au grand rindeau y tenante de liste, dÕautre ˆ Franois HENRY, dÕun bout aux soeurs de charitŽ, dÕautre ˆ Charles Louis DELEPLACE ;

3¡) item 1 boitellŽe ˆ prendre en 4 ˆ lÕencontre du lot ci-dessus, et celui ci-aprŽs, tenant de liste ˆ la boitellŽe du lot ci-devant, dÕautre ˆ 2 boitellŽes du lot ci-aprs ;

4¡) item 1 boitellŽe de terres ˆ prendre en 3 ˆ lÕencontre du prŽcŽdent lot pour le surplus, y tenant de liste dÕautre aux hoirs Martin BACQUEVILLE et dÕun bout au rindeau jalon.

Et quant au lot et part du dit Jean Franois BERNARD il lui appartiendra en toute propriŽtŽ les immeubles suivants :

1¡) scavoir une 1/2 mesure de terre labourable tenant de liste ˆ Joseph COUTEAU, dÕautre ˆ Me Guillain AUBERT, ˆ Guillain CAMPAGNE ˆ cause de Dlle HATTƒ sa femme, dÕun bout au chemin Salbert ; dÕautre ˆ la cure dÕAcq ;

2¡) item 1 boitellŽe tenant de liste aux hoirs Martin BACQUEVILLE, dÕautre aux hoirs Guillaume THENEL, dÕun bout au champ dÕenfer ;

3¡) item 1 boitellŽe de terre tenante de liste ˆ Pasques LEFETZ, dÕautre ˆ Joseph CUISINIER, dÕun bout au crt, dÕautre au chemin des normands ;

4¡) et finalement 1/2 mesure ˆ prendre en 4 boitellŽes ˆ lÕencontre des 2ee tr 3e lots ci-dessus tenante de liste ˆ 1 boitellŽe du dit Jean Martin BERNARD, dÕautre aux terres du seigneur dÕEcoivres, de laquelle 1/2 mesure ily en a 1 boitellŽe qui lui a ŽtŽ accordŽe par Guillain BERNARD pour tenir bien des droits et parts du dit Jean Franois BERNARD dans les manoirs tombŽs aux autres comparans.

A ŽtŽ convenu que le surplus qui restera dans la pice de 3 boitellŽes sŽante ˆ 3 boitellŽes des pres carmes dŽchaussŽs aprs que Jean Martin BERNARD aura pris sa boitellŽe, et le dit Pierre Joseph BERNARD sa boitellŽe 1/2 , le dit surplus sÕil y en a, restera au dit Pierre Joseph BERNARD et sur le pied de lÕacquisition qui en a ŽtŽ faite, le prix et valeur du dit surplus tre partagŽ en eux quatre.

Pour mieux vaille du lot du dit Guillain BERNARD ˆ lՎgard de tous les b‰timents construits sur le manoir ˆ lui tombŽ, se trouver monter ˆ la somme de 325 £, laquelle somme divisŽe en quatre parts Žgales ˆ lÕavenant de 81 £ 5 sols, le dit Guillain BERNARD retiendra pa ses mains sa part portant 81 £ 5 s, et ayant payŽ comptant savoir 81 £ 5 s ˆ Pierre Joseph BERNARD pour sa part, et aucndits Jean Martin et Pierre Franois BERNARD aussi pareille somme pour chacun leur part, dont quittance, pour de tous les manoirs et terres ci-dessus divisŽs en jouir divisement et sŽparŽment de chacun leur lot ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances dŽcharges rŽciproquement de toutes dettes hipotecques jusquՈ ce jour.

En considŽration des prŽsentes, le dit Guillain BERNARD livrera au dit Pierre Joseph BERNARD place dans sa maison,pour dÕy retirer et loger lui seul tant et si longtemps quÕil restera ˆ marier seulement ; ˆ lՎgard des meubles et effets dŽlaissŽs par leur pre et mre communs, ils en ont fait partage et division entre eux suivant le mŽmoire dressŽ le jour dÕhier remis et les sommes y reprises furent payŽes par ceux qui sont redevables conformŽment au dit acte : ˆ lՎgard des dettes passives et reliefs se paieront en commun et les dettes actives aussi en commun. Promettant les parties le partage et dessus tenir entretenir et accomplir leurs obligations leurs biens et futurs, et promis de se prter les Žvictions qui composent.

Domicile Žlu...( voir les actes prŽcŽdents)

PassŽ ˆ Arras le 19 janvier 1751. Etait signŽ : Pierre Joseph BERNARD, Guillain BERNARD, Jean Martin BERNARD, Jean Franois BERNARD, et pour notaires HENRY et RIDON avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 15-4-1751 entre

Guislain BERNARD et Guislaine WARNIER

(4E 18/67)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Guislain BERNARD, clercq du village dÕAcq, y demeurant, fils majeur des feus Pierre Guislain et Marie Marguerite ALLART dÕune part ;

á               Guislaine WARNIER, fille majeure de feu Nicolas et encore vivante Marie Jeanne GENEL, demeurante ˆ Acq, assistŽe de FŽlix WARNIER son frre dÕautre part .

Et reconnurent pour parvenir au mariage proposŽ entre les parties avant la cŽlŽbration dÕiceluy, sont convenus de ce qui suit.

Quant au portement des parties ils ont dŽclarŽ avoir leurs droits successives eschus par le dŽcs de leur pre et mre desquels ne sera fait icy aucune dŽclaration ny spŽcification pour sÕen tre remis respectivement contract.

A ŽtŽ stipulŽ que sÕil Žtait alliŽnŽ des propres advis lÕun ou lautre des futurs le remploy en sera fait et sÕil ne se trouve fait au jour de la dissolution de ce mariage lÕaction sera mobilire.

Ce fait a estŽ convenu quÕarrivant la dissolution de ce mariage, soit que dÕiceluy il nÕy ait soit enfans vivant nŽs apparans ˆ naistre ou non, au survivant appartiendra tout les meubles effects ou tels rŽputŽs de la communautŽ en payant toutes dettes obsecques et funŽrailles, et aussi le dit survivant pour gain de survie la jouissance viagre de tous les immeubles leur manoir que terres labourables que dŽlaissera le prŽdŽcŽdŽ en les dŽgageant de toutes rentes et anciennes redevances pendant le viager.

Quant aux acquts quÕils pourront faire de telle nature ils soient ou ils puisssent tre scituŽs et assis et par quelque coutume ils soient rŽgis, ils seront communs soit que la future y soit connue ou non, le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propre et de lÕautre en viager, pour cette dernire moitiŽ retourner aux hŽritiers du premier dŽcŽdŽ en payant la moitiŽ des dettes contractŽes ˆ raison dÕiceux, lequels acquests seront compris tous retraits lignages qui suivront la ligne dont ils procŽderont et restituant par eux en profitant par ceux qui en profitant par la

juste moitiŽ des premiers tirer et dŽbourser, renonans les dites parties expressŽment et spŽcialement ˆ toutes loix usages stilles et coutumes et toutes autres rigueurs de droit contraires ˆ la teneur des prŽsentes, promettant les dites parties tout ce que dessus de plus tenir et faire valoir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens y accordant toute oeuvre de loix domicil Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras...

PassŽ ˆ Arras le 15 avril 1751. Etoient signŽ : Guislain BERNARD, marque de Guislaine WARNIER, FŽlix WARNIER, comme notaires HENRY et CITERNE avec paraphe.

 

 

Partage du 15-4-1751 fait entre Jean Baptiste COLLIN

et autres dÕun manoir amazŽ contenant une mesure

(4E 18/32)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois sousignŽs sont comparus :

á               Jean Baptiste COLLIN marchand demeurant au village dÕAcq dÕune part ;

á               Guislain COLLIN berger ˆ Gouy Servins de deuxime part ;

á               Pierre No‘l CRESTIEN marchand demeurant au dit Gouy et Marie Anne COLIN sa femme quÕil autorise ˆ lÕeffet des prŽsentes de troisime part ;

á               Jacques WACHEUX balotteur demeurant ˆ FrŽvin Cappelle et Marie Isbergue COUTEAU sa femme quÕil autorise ˆ lÕeffet des prŽsentes ; et le dit Jean Baptiste COLIN premier comparant en qualitŽ dÕoncle et tuteur de Pierre Joseph COUTEAU, les dits COUTEAU enfans de LiŽvin et Margueritte COLLIN de quatrime part.

Et reconnurent les parties que par le dŽcs de Jean Franois COLLIN frre des dits COLLIN il leur est Žchu chacun par quart un manoir amazŽ de maison et autres Ždifices situŽ au dit Acq contenant une mesure ou environ tenant dÕune liste ˆ AndrŽ GENELLE dÕautre aux pres carmes dŽchaussŽs dÕArras, et des deux bouts au flŽgard duquel le dit Jean Franois COLLIN a par son testament ordonnŽ le partage par quarts entre les parties et voulant les dites parties effectuer le dit partage elles ont fait quatre lots dÕiceluy lesquels ayant ŽtŽ tirŽs au sort en la manire accoutumŽe ils sont Žchus savoir :

Le premier au dit Guislain COLLIN lequel est composŽ dÕun quart manoir sur lequel sont b‰tis la maison et autres Ždifices tenant dÕune liste ˆ Franois HENRY dÕautre liste au quatrime lot Žchu au dit COUTEAU, dÕun bout au deuxime lot Žchu au dit Jean Baptiste COLLIN ; dÕautre bout ˆ la Grande rue dite Fond de rue ;

Le deuxime lot est Žchu au dit Jean Baptiste COLLIN en son nom et est aussy composŽ dÕun quart du dit manoir lequel tiendra dÕune liste ˆ AndrŽ GENELLE dÕautre liste au troisime lot celui au dit CHRETIEN et sa femme dÕun bout au premier lot Žchu au dit Guislain COLLIN dÕautre bout ˆ la Verte rue ;

Le troisime lot est Žchu au dit CHRETIEN et sa femme et est composŽ aussy dÕun quart du dit manoir lequel tient dÕune liste ˆ Alexis BƒCOURT dÕune liste au deuxime lot cy dessus Žchu au dit Jean Baptiste COLLIN dÕun bout au quatrime lot Žchu aux dits COUTEAU et dÕautre bout ˆ la verte rue ;

Et le quatrime lot est Žchu aux dits COUTEAU Žgallement et est composŽ du dernier quart du dit manoir lequel tient dÕune liste aux pres carmes, dÕautre liste au premier lot Žchu au dit Guislain COLLIN, dÕun bout au troisime lot Žchu aux dits CHRETIEN et sa femme, dÕautre bout ˆ la Grande rue ditte Fond de rue.

Pour par les parties jouir respectivement des lots tombŽs ˆ chacune dÕelles sit™t aprs que le viager que Marie Anne WARNIER veuve du dit Jean Franois COLLIN en a sera fini et ˆ toujours ˆ la charge des f   et hommages et des rentes foncires et anciennes redevances dont chaque lot peut tre tenu dŽchargŽ en commune tant pour reliefs que dŽnombrements Žchus jusquՈ ce jour. Ce partage fait ˆ condition que sitot le dit usufruit fini il sera fait prisŽe par expert ˆ convenir par les parties des amazemens et tous les arbres et hayeures qui existeront sur chacun des dits quatre lots et sera libre ˆ ceux ˆ qui sont respectivement Žchus les dits lots de retenir les amazemens et arbres qui existeront sur leurs lots sur le pied de la dite estimation en en faisant raison aux autres laquelle estimation sera faite ˆ frais communs.

Promettant les parties ce que dessous entretenir et accomplir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens y accordant toutes seuretŽes de droit acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contraires, les dits Guislain COLLIN, Marie Anne COLLIN, et Isbergue COUTEAU ayant dŽclarŽes ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽs par les dits notaires et les autres comparans ont signŽs avec iceux notaires. PassŽ ˆ Arras le 15 avril 1751 estoient signŽs Jean Baptiste COLLIN, Pierre No‘l CHRETIEN, Jacques WACHEUX, et comme notaires BOUTTEMY et BELLIER avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 21-5-1751 entre

Joseph MONCHY et Marie Claire FOURNET

(4E 18/67)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Pierre Joseph MONCHY, fils ˆ marier dÕencore vivants Pierre et Marie Brigitte BEAUCOUR demeurant ˆ FrŽvin-Cappel, assistŽ du dit Pierre MONCHY son pre, et Jean Franois PLANCQUETTE son beau-frre ˆ cause de Anne Jeanne MONCHY sa femme dÕune part ;

á               Alexandre FOURNET mŽnager demeurant ˆ Acq et No‘lle BERLAIRE sa femme de luy autorisŽe ˆ lÕeffet des prŽsentes et Marie Claire FOURNET leur fille ˆ marier dÕautre part ;

Et reconnurent pour parvenir au mariage proposŽ entre les dits Pierre Joseph MONCHY et Marie Claire FOURNET dՐtre convenu de ce qui suit.

Quant ˆ lÕapport du dit Pierre MONCHY tant en son nom que celui de Marie Brigitte BEAUCOURT sa femme de laquelle il se porte fort et promet lui faire ratifier ces prŽsentes donner cŽder et abandonner, tout gŽnŽralement une exceptŽe, les meubles effets outils de cordonnier marchandises vaches et autres effects qui se trouvent en leur possession, ensemble la moitiŽ du manoir o ils demeurrent au dit FrŽvin Cappel allencontre de la dame Jeanne MONCHY pour lÕautre moitiŽ pour de tous les dits meubles en jouir par le dit futur mariant en toute propriŽtŽ du jour de la cŽlŽbration de ce mariage, aussi bien que de la moitiŽ du dit manoir amazŽ sauf lÕusufruit du dit manoirque le dit Pierre MONCHY se rŽserve pour luy et sa ditte femme en considŽration de quoy le dit futur mariant sera tenu et obligŽ par cette dernire de nourrir entretenir et allimenter les dits pre et mre leur vie durante comme autrement sans pouvoir les mettre dehors du dit manoir et ˆ leur dŽcs payer toutes les dettes obsecques et funŽrailles qui  seront faites selon leur Žtat et lors le dit futur profitera des habillements linges et autres effets que les dits pre et mre dŽlaisseront.

Quant ˆ lÕapport de la dite future ses pre et mre solidairement donnent ˆ la dite future leur fille en advencement dÕhoirie la somme de 100 £ payable sit™t la cŽlŽbration de ce mariage, plus lui fournir un cochon maigre de valeur 12 £, avec son lit o elle couche, qui est tout son portement.

Ce fait a estŽ convenu quÕarrivant la dissolution de ce mariage soit que dÕiceluy il y ait enfans vivants nŽs apparants ˆ na”tre ou non, le survivant restera propriŽtaire de tous meubles effets et tels rŽputŽs de la communautŽ et aura la jouissance viagre des immeubles que dŽlaissera la prŽdŽcŽdŽ et payant toutes dettes obsecques et funŽrailles et acquittant les charges dÕicelle comunautŽ tant de nourriture entretien comme autrement.

Quant aux acquts quÕils pourront faire de tels nature quÕils soient o ils puissent situŽs et assis et pour quelque coutume ils soient rŽgies, ils seront communs le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propre et lÕautre en viager pour aprs le dŽcs du survivant cette dernire moitiŽ retourner aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ avec ses charges lesquels seront compris de tous retraits lignages en faveur de ce mariage les pre et mre de ladite future ont respectivement accordŽ reprŽsentation avoir lieu en leur succession aux enfans ˆ na”tre de ce mariage pour fire une teste allencontre de leurs oncleqs et tantes en raportant par eux le portement de leur mre ou moins y venant ainsy que la dite future sera tenus faire y venant renonans expressŽment ˆ tous usages ...maison rouge ˆ Arras... contraire.

PassŽ ˆ Arras le 21 mai 1751. Estoient signŽ : Pierre Joseph MONCHY, marque de Pierre MONCHY, Jean Franois PLANCQUETTE, Alexandre FOURNET, No‘lle BERLAIRE, Marie Claire FOURNET, et comme notaires HENRY et CITERNE avec paraphe.

 

 

Inventaire en date du 7-6-1751 des meubles et effets

en possession de Franois HENRY

(4E 18/294)

 

LÕan 1751 le 7 juin aprs midy nous notaires royaux royaux dÕArtois soussignŽs Žtant au village dÕAcq, ˆ la rŽquisition de Franois HENRY mŽnager demeurant au dit Acq avons procŽdŽ ˆ lÕinventaire et description des meubles et effets existans en sa possession en prŽsence de Marie Claire HENRY sa fille ˆ marier, et Pierre Joseph BERNARD ˆ marier demeurant au dit Acq son prŽtendu, le tout comme sÕensuit :

1) Premirement une crŽmaillre, des pincettes, une pelle ˆ feu, un gril, et des anses le tout de fer ;

3) item, 6 mauvaises chaises de paille ;

4) item un banc et une pottire de bois blanc, sur lesquels se sont trouvŽs quelques teilles de terres quelques plats de fa•ence et quelques assiettes, dont la numŽration nÕa point ŽtŽ faite, attendu leur fragilitŽ ;

5) 6 assiettes dՎtaing ;

6) un petit chaudron et un polon de cuivre ;

7) un couet et un pot de terre ;

8) une bouteille et une pinte de terre avec une pinte de fa•ence ;

9) 6 fourchettes de fer et 2 mauvais crochets ;

10) une mauvaise lanterne ;

11) une boette au sel de bois ;

12) un fer ˆ repasser, un mauvais tamis ;

13) un petit miroir ;

14) une serpe, un marteau, des balances de bois, deux sceaux cerclŽs de fer ;

15) une selle cerclŽe de fer, une petite et une grande cuvelle cerclŽe de bois ;

16) une cheringue et un saloir et un mouchoir ;

17) une table de bois blanc ;

18) deux blocques, un louchet, une houe, une mauvaise drche, une hotte au beurre ( ?), une Žchelle ;

19 )un jantier, une pice existante en sa maison et une autre chez son fils Luc ;

20) 5 ˆ 6 razires de bled ou environ ;

21) une razire dÕavoisne ou environ ;

22) un van, un rouet, et un flaiot ;

23) un mauvais louchet ; quelques vieux morceaux de ferrailles qui sont tous les effets trouvŽs en la possesion du dit Franois HENRY.

Ainsy fait inventoriŽs au village dÕAcq les jour mois et an que dessus. Et ont les comparants signŽ avec les dits notaires sauf la dite Marie Claire qui a fait sa marque pour ne scavoir Žcrire de ce interpellŽ. SignŽ : Franois HENRY marque de Marie Claire HENRY Pierre Joseph BERNARD, et comme notaires CORDIER et...avec paraphe.

Et le dit jour 7 juin 1751 pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs, sont comparus le dit Franois HENRY dÕune part, et Marie Claire HENRY sa fille, et Pierre Joseph BERNARD ˆ marier demeurant au dit Acq prŽtendu de la dite HENRY dÕautre part, et reconnurent les parties dՐtre convenu de ce qui suit :

Premirement, le premier comparant laisse aux seconds aussit™t le mariage cŽlŽbrŽ la jouissance des meubles et effets cy dessus repris ainsy que la jouissance des manoirs et terres ˆ luy appartenant, et desquelles il a la jouissance ainsy quÕils sont amazŽs et avesties pour en jouir du jour de ce mariage cŽlŽbrŽ et pendant la vie du premier comparant ˆ charge des rentes foncires et anciennes redevances ; de nourrir et entretenir le dit Franois HENRY sa vie durante tant en santŽ quÕen maladie ˆ leur table ; les seconds comparants ont acceptŽ cette cession aux charges susdittes et ont promis de les remplir ; les comparants rŽciproquement au cas quÕils ne puissent sÕaccomoder ensemble pourront se quitter auquel cas les seconds comparants seront tenus remettre aux premier les meubles ci-dessus et lui laisser suivre la jouissance des manoirs et terres ˆ eux accordŽs et luy remettre une vache de la valeur de 30 £ qui a atŽ donnŽe ˆ la dite HENRY fille par contrat de mariage de ce jour dÕhuy.

Le premier comparant ne pourra au cas que les parties viennent ˆ se quitter prŽtendre contre les seconds aucune communautŽe ny sociŽtŽ mais se tenir aux meubles et effets repris en lÕinventaire cy dessus ainsy que seront tenus faire les coopartageans de sa fille, au cas de son dŽcs en demeurant avec les seconds comparants.

A lÕaccomplissement de tout ce que dessus les comparants ont obligŽs leurs biens, acceptant ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonant ˆ toutes choses contraires ainsy fait et passŽ au village dÕAcq le dit jour 7 juin 1751 et ont les comparants signŽ avec les dits notaires, sauf la dite Marie Claire HENRY qui a fait sa marque ; signŽs : Franois HENRY, Pierre Joseph BERNARD, marque de Marie Claire HENRY, et comme notaires CORDIER et BLONDEL avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 7 juin 1751 entre

Pierre Joseph BERNARD et Marie Claire HENRY

(4E 18/294)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs, furent prŽsents :

á               Pierre Joseph BERNARD ˆ marier, demeurant ˆ Acq, fils de feu Pierre Guislain et Margueritte ALLART ses pre et mre, assistŽe de Guislain BERNARD son frre dÕune part ;

á               Franois HENRY mŽnager, demeurant au dit Acq, Marie Claire HENRY sa fille ˆ marier, et de feue Marie ThŽrse GENEL, assistŽe de Pierre Dominique COLIN son cousin germain ˆ cause de Marie Anne WARNIER sa femme dÕautre part.

Et reconnurent les comparants avant de parvenir ˆ la cŽlŽbration de mariage proposŽ entre le dit Pierre Jo BERNARD et la dite M Claire HENRY dՐtre convenus des portemens clauses et conditions suivantes :

La mariante et ses assistans se sont tenus contens du portement du mariant.

Quant ˆ celuy de la mariante, son pre a dŽclarŽ et promis lui donner aussit™t le mariage cŽlŽbrŽ son lit garni en tel Žtat quÕil se trouvera lors les effets servants ˆ ses corps et chefs, un coffre de bois de chne o elle a coutume de renfermer ses effets, un grand chaudron de cuivre le plus beau et le meilleur de la maison, une vache rousse estimŽe 40 £, une autre vache estimŽe 30 £, un veau estimŽ 5 £, des poules estimŽes 3 £, quatre ruches ˆ mouches ˆ miel en mauvais Žtat estimŽes ensembles 6 £.

Ledit Franois HENRY promet comme dessus donner ˆ sa fille mariante aussit™t le mariage cŽlŽbrŽ une mesure de terre en deux pices scituŽe au terroir dÕAcq, la premire contenante 3 boittelŽes ˆ prendre en cinq allencontre de Joseph HENRY son frre y tenante dÕune liste dÕautre ˆ Alphonse COUTEAU , la deuxime contenante une boittelŽe ˆ prendre dans une demi mesure appartenante au dit HENRY y tenante dÕune liste, dÕautre ˆ Philippe LIENART, pour la dite mesure de terres tre raportŽ ˆ la masse de la succession immobiliaire du dit HENRY pre, plus un manoir amazŽ o il demeure contenant une boittelŽee ou environ scituŽe sur la grande rue dÕAcq et un autre manoir non amazŽe contenant aussy une boittelŽe ou environ scituŽe au dit Acq tenant dÕune liste ˆ Guislain HERBET dÕautre aux hoirs Martin BACQUEVILLE pour de la dite mesure de terres ainsy quÕelle se comprend et extend et quÕelle est labourŽ jouir des ce jour dÕhuy et des deux manoirs du jour du dŽcs du dit HENRY pre sans que les dits manoirs soient sujets ˆ aucuns rapport par la mariante en venant ˆ la succession mobiliaire et immobiliaire de son dit pre.

Plus le dit Franois HENRY a instituŽ la mariante son hŽritire ou ses enfants par reprŽsentation dans ses successions mobiliaires et immobiliaires, scavoir dans sa succession mobiliaire ˆ raison de moitiŽ et dans celle immobiliaire ˆ raison du tiers, et la mariante venante aux dites successions sera tenue faire valoir et laisser suivre ˆ son frre Antoine Luc HENRY la moitiŽ des catheux verds existants sur les deux manoirs cy dessus suivant lÕestimation ˆ faire ˆ lÕamiable ; de mme que le dit Luc Antoine HENRY fait ˆ raison ˆ la mariante de la moitiŽ des catheux verds existants sur le manoir ˆ luy donnŽ en mariage dont il luy fait au besoin donnation.

La communautŽe et les acquts seront communs entre les mariants pour appartenir en toute propriŽtŽ au dernier survivant dÕeux au cas de non enfants lors du dŽcez du prŽmourant ; en cas dÕenfants cette propriŽtŽ sera rŽduite ˆ la moitiŽ avec jouissance de lÕautre jusquՈ ce que les dits enfants aient atteint lage de 25 ans ou pris Žtat honorable sans tre obligŽ ˆ rendre aucun compte de cette jouissance ; le survivant aura aussy au cas de non enfants la jouissance sa vie durante des immeubles du prŽdŽcŽdŽ et au cas dÕenfants cette jouissance sera seulement jusquՈ ce quÕils aient atteint lՉge de 25 ans ou pris Žtat honorable.

La femme survivante aura la facultŽ de renoncer auquel cas elle remportera les effets servants ˆ ses corps et chef, son lit garni, son coffre, son portement cy dessus ce quÕil luy sera succŽdŽ et Žchu et pour douaire conventionnel la somme de 100 £ une fois.

Les comparants ont renoncŽ ˆ touts us stils coutumes contraires au contenu des prŽsentes au paiement fournissement et accomplissement de ce que dessus les comparants ont obligŽs leurs biens acceptant ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ choses contraires.

Ainsi fait et passŽ ˆ Acq le 7 juin 1751 ayant les comparants signŽs sauf la mariante qui a fait sa marque pour ne scavoir Žcrire de ce interpellŽ ; etoient signŽs : Pierre Joseph BERNARD, Guislain BERNARD, Franois HENRY, marque de Marie Claire HENRY, Pierre Dominique COLIN, et comme notaires CORDIER et BLONDEL avec paraphe ;

 

 

Contrat de mariage en date du 9-7-1751 entre

Pierre Guislain BERLAIRE et Marie Agns DUPUIS

(4E 18/67)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Pierre Guislain BERLAIRE fils ˆ marier de feu Mathias et encore vivante Marie Anne FOSSART demeurant ˆ Acq, assistŽ de la dite FOSSART sa mre, et assistŽ de Pierre Guislain DELABRE parrain du dit BERLAIRE dÕune part ;

á               Marie Agns DUPUIS, fille ˆ marier des feus Dominique et Marie Ursule DESJARDINS demeurante ˆ Hautavesne, suffisamment ‰gŽe ˆ lÕeffet des prŽsentes, assistŽe de Nicolas, Marie Anne, Marie Antoinette DUPUIS ses frre et soeurs, de Charles DESJARDINS son oncle dÕautre part .

Et reconnurent pour parvenir au mariage proposŽ entre les dits Guislain BERLAIRE et Marie Agns DUPUIS sont convenus de ce qui suit.

Quant au portement du futur mariant la dite FOSSART sa mre lui donne en faveur de ce mariage la juste moitiŽ dÕun manoir amazŽ situŽ au dit Acq, contenant 1 boitellŽe 1/2, tenante de liste ˆ celui des enfans Jean Toussaint HERBET, dÕautre liste ˆ celui des enfans Jean Franois RINGART et Marie Joseph BERLAIRE, dÕun bout au flŽgard, pour la dite moitiŽ des b‰timents se consistera dans la place et moitiŽ du manoir du c™tŽ des enfans Jean Franois RENGARD et Marie Joseph BERLAIRE, le surplus du dit b‰timent et du manoir reste ˆ la dite FOSSART laquelle donne pareillement la moitiŽ de tous les meubles et effets qui lui appartiennent et quÕella a dans sa possession pour en jouir en toute propriŽtŽ du jour de la cŽlŽbration de ce mariage, ˆ la charge des rentes anciennes dont peut tre chargŽ la dite moitiŽ de manoir, plus sÕoblige de payer ˆ son fils la somme de 100 £ sit™t la cŽlŽbration de ce mariage au surplus la justice son hŽritier.

Quant ˆ celui de la future mariante elle a dŽclarŽ avoir ses droits et actions ˆ elle, celui par le dŽcs de ses parents, et quÕelle a ŽpargnŽs quÕelle a fait en servant, en considŽration de lÕamitiŽ quÕelle porte ˆ ses frre et soeurs, elle a dŽclarŽ abandonner au profit de ses frre et soeurs tous les droits et parts qui peuvent lui appartenir dans les meubles dŽlaissŽs par ses dits parents ainsi que dans le manoir amazŽ du dit Hautavesne provenant de ses pre et mre pour les droits et parts en dessus jouir par les dits frre et soeurs de la cŽlŽbration du dit mariage ˆ la charge des rentes foncires seigneurialles centimes anciennes redevances et arrŽrages dettes et autres quelconques au moyen de quoy la dite future demeurera quitte et de charge. A lՎgard des terres labourables et avesties la dite future mande sa part et se partagera cy-aprs entretien.

Ce fait a ŽtŽ convenu quÕariavant le dŽcs du futur mariant soit que de ce mariage il y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ na”tre ou non, ˆ la future mariante survivante appartiendra en toute propriŽtŽ tous les meubles effets et tels reputez de la communautŽ, dans lesquels seront compris ceux que dŽlaissera la dite FOSSART mre du dit futur de son consentement et sera la dite future viagre de la totalitŽ du manoir cy dessus sauf usufruit de la moitiŽ ˆ ladite FOSSART sa vie durante et tous les immeubles que dŽlaissera le dit futur ou sa dite mre en payant toutes les dettes obsecques et funŽrailles.

Au cas contraire arrivant le dŽcs de la future mariante soit que aussy quÕil y ait enfans vivant ou non le dit futur mariant sera et restera propriŽtaire de tous meubles effets et tels reputez de la communautŽ, en viager de tous les immeubles que dŽlaissera la dite future en payant toutes dettes obsecques funŽrailles.

Quant aux acquts quÕils pourront faire en tout leurs conjonction de tels nature quÕils soient ou puissent estre situŽs ou assis et pa quelques contenus ils soient repris ils seront communs, le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propre, pour aprs le dŽcs du survivant et la dernire moitiŽ retourner avec les charges aux hŽritiers du premier dŽcŽdŽ lesquels acquts seront compris tous retraits et lignages. En faveur de ce mariage, le dit Charles DESJARDINS oncle de la dite future accorde reprŽsentation avoir lui en sa succession ab intestat aux enfans ˆ na”tre du mariage pour parvenir faire une teste comme pourra faire la dite future leur mre fille et vivante de la dite succession ˆ lencontre des frres et soeurs de la future accordant reprŽsentation aux enfans ˆ na”tre des frre et soeurs de la future.

Renonans expressŽment ...droits contraires... maison rouge ˆ Arras... ajuges... contraires. (voir contrats prŽcŽdents)

PassŽ ˆ Arras le 9 juillet 1751. SignŽs : Pierre BERLAIRE, Charles DESJARDINS, Pierre Guislain DELABRE ; marque de Marie Anne FOSSART, Marie Agns DUPUIS, Marie Louise Anoinette DUPUIS, et pour notaires HENRY et TAFFIN avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 14-7-1751 entre

FŽlix WARNIER et Jeanne Franoise GENEL

(4E 18/67)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soubsignŽs sont comparus :

á               FŽlix WARNIER fils des feus Nicolas et Marie Jeanne GENEL demeurant ˆ Acq, assistŽ de Julien WARNIER son frre dÕune part ;

á               LŽonore CUISINIER veuve de Nicolas GENEL demeurant Acq et Jeanne Franoise GENEL sa fille ˆ marier assistŽe de Pierre Guislain GENEL son frre dÕautre part .

Et reconnurent pour parvenir au mariage dÕentre FŽlix WARNIER et la dite Jeanne Franoise GENEL avant la cŽlŽbration du mariage sont convenus de ce qui suit :

Quant au portement du futur mariant il a dŽclarŽ avoir ses droits successifs de ses feus pre et mre.

Quant ˆ ceui de la future mariante la dite LŽonore CUISINIER sa mre lui donne en faveur de ce mariage et en avancement dÕhoirie et de succession ˆ la dite future sa fille le nombre de 6 boistellŽes de terres labourables en lusieurs pices ; la premire contenant 1/2 mesure avestie de bled tenant de liste aux hŽritiers de Jean toussaint HERBET, dÕautre ˆ Hubert HERBET et de bout au bosquet dÕAcq ; item 1/2 mesure tenante de liste ˆ Jean Baptiste ALLART, de bout au chemin dÕAcq conduisant ˆ Hautavene ; item 1 boistellŽe tenant de liste ˆ Jean Baptiste ALART et de bout au chemin dÕAcq conduisant ˆ Villers ; et finallement une boistellŽe tenant de liste aux pres carmes dŽchaussŽs dÕArras et de bout au dit chemin dÕAcq ˆ Villers pour en jouir par la dite future au jour de la cŽlŽbration de  ce mariage ainsy quelle se trouve avestie sauf lÕavestie de mars sur la boistellŽe que la dite CUISINIER se rŽserve, plus lui donne une vache sous poil noir plus un lit garni dÕune paillasse traversin une paire de draps et une couverte quÕelle estime valoir la somme de 30 livres Artois qui est tout son portement lequel ladite future ou ses enfans par reprŽsentation seront tenus rapporter aprs le dŽcs de sa mre dans la masse commune ainsy que les autres frres et soeurs seront tenus faire pour estre le tout partage Žgallement ˆ la rŽserve que les habillements de la dite CUISINIER qui appartiendront ˆ la dite future sa fille ˆ laquelle elle fait donation.

Ce fait etc, etc...

 

 

Contrat de mariage en date du 5-4-1752 entre

Guislain Michel LAMBERT et Jeanne Franoise FOURNEZ

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Marie Agns BEAUVOIS veuve de Jean LAMBERT, mŽnagre au village de Camblignioeul, et Guislain Michel LAMBERT son fils ˆ marier et suffisamment ‰gŽ, ainsyquÕils ont dŽclarŽs dÕune part ;

á               Jean Franois FOURNEZ manouvrier au village dÕAcq, y demeurant, relict en premires noces de Jeanne Claire BERLETTE, et en seconde de Margueritte BERTON, et Jeanne Franoise FOURNEZ sa fille ˆ marier de sa conjonction avec la dite BERLETTE dÕautre part.

Reconnurent les comparans quÕavant parvenir au traitŽ de mariage pour parlŽ entre le dit Guislain Michel LAMBERT et la dite Jeanne Franoise FOURNEZ quoi se solemnisera en face de Notre Mre la Sainte Eglise le plus t™t que faire de pourra, mais avant tout son convenus des portemens clauses et conditions ainsy quÕil sÕensuit.

Quant ˆ lÕapport du futur mariant il ne sÕen fera icy aucune dŽclaration attendu que la mariante et son dit pre sÕen tient content, sauf quÕen faveur du dit mariage la dite BEAUVOIS sa mre lÕa instituŽ ainsy quÕelle lÕinstitue par ces prŽsentes, pour son hŽritier tant dans sa succession mobilire quÕimmobilire pour y prendre sa part Žgale allencontre de ses frres et sÏurs, et au cas de mort dÕiceluy ses enfant ˆ na”tre de ce mariage en son nom et place.

Quant ˆ lÕapport de la future mariante le dit FOURNƒ son pre luy donne pour rapport une somme de15 (?) £ Artois plus luy donne une crŽmailler, une cuvelle, une table de bois blanc, un seau en mechoir, plus quÕil luy revient une somme de 15 £ pour formoture mobilire de sa feue mre quÕil promet luy paier avec celle cy dedans donnŽ au jour de St RŽmy prochain, dŽclarant le pre de la dite mariante quÕil luy a devans donnŽ les habillements et autres provenant de sa feue femme et quÕil entend ne point estre sujet ˆ rapporter ensemble, ce quÕil luy a ci devant donnŽ, et qu Ôen faveur du dit mariage quÕil lÕinstitue aussy pour son hŽritire tant dans sa succession mobilire quÕimmobilre et aussy en cas de mort dÕicelle les enfans ˆ na”tre de ce mariage en son dit lieu et place, faisant aussy le portement de la dite mariante duquel le mariant et sa ditte mre sÕen tiennent contents.

Ce fait a ŽtŽ conditionnŽ et expressŽment convenus entre les comparans que le survivant des deux conjoints soit en cas dÕenfans vivans nŽs apparans ˆ naistre ou non, restera propriŽtaire de tous meubles acquts conquts et autres gŽnŽralement quelconques que dŽlaissera le prŽmourant pour estre icelui survivans le tout tenant et aura outre le viage des biens patrimoniaux du prŽmourant en payans touttes dettes obsques et funŽrailles, le tout nonobstant tous us stils coutumes entravestissement par sang ou par lettres et autres rigueurs de droit ˆ ce contraires, auxquels les comparans ont expressŽment dŽrogŽs et renoncŽs par ces prŽsentes au paiement des entiers exŽcution de tous ce que dessus, les dits comparans ont obligŽ leurs biens prŽsens et futurs y accordant tous Ïuvres de loys requises, domicil esleu ˆ la Maison Rouge ˆ Arras, acceptant pour juges MM du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses ˆ ce contraires ; passŽ en la ville dÕArras le 5 avril 1752, et ont les comparans  dŽclarŽ tous ne savoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires ; et comme notaires P. A. DENIS et son confrre.

 

 

Contrat de mariage en date du 17-11-1752 entre

Jean Charles CAFFART et Marie Joseph COLIN

(4E 18/34)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean Charles CAFFART laboureur demeurant au village dÕAcq fils de feu Pierre et Antoinette LABOURƒ natif de Courcelles le Comte, assistŽ de Ma”tre Jean Baptiste CAFFART son frre prtre curŽ dÕAcq, de Claude CAFFART peigneur de laine, et de Pierre GAILLARD laboureur demeurant au dit Courcelles ce dernier mary et bail de marie Anne CAFFART lesdits CAFFART frres et soeur au dit Jean Charles dÕune part ;

á               Antoine COLIN laboureur demeurant au dit Acq, veuf de Marie Jeanne DAMOUR, et Marie Joseph COLIN cadette sa fille ˆ marier et de la dite feue DAMOUR, assistŽe de AngŽlique et Marie Anne COLIN ses soeurs, et de Nicolas HENNIQUE charron ˆ Agnez lez Duisant et Marie Joseph COLIN lÕa”nŽe sa femme, aussi sa soeur.

Et reconnurent les parties quÕavant parvenir au mariage du dit Jean Charles CAFFART avec la dite Marie Joseph cadette dՐtre convenus de ce qui suit :

Savoir lÕapport du futur mariant consiste ainsy quÕil a dŽclarŽ dans 3 mesures ou environ de terre labourable situŽes en plusieurs pices au terroir de Courcelles le Comte dans un manoir non amazŽ au mme lieu contenant un quartier et demi ou environ tenant de bout ˆ la Rue de le Haut, dÕautre bout au jardin de Pierre GAILLARD , de liste aux terres ˆ champs dÕautre ˆ Jean Philippe LEFEBURE ˆ luy Žchu par le dŽcs de ses pre et mre ; plus dans deux mesures ou environ de terre situŽes au dit Acq luy provenant de lÕacquisition quÕil en a fait ; et enfin en la somme de 600 £ une fois et deux chevaux estimŽs 200 £ que le dit Maitre CAFFART son frre promet luy paier et fournir sit™t la cŽlŽbration de ce mariage, moiennant quoy il dŽcharge par ces prŽsentes le dit Ma”tre CAFFART son frre du service quÕil luy a rendu jusquՈ prŽsent et des jouissances quÕil a fait aussy jusquՈ prŽsent des dites 2 mesures de terre situŽes au dit Acq qui est tout son apport.

Et celuy de la dite Marie Joseph COLIN cadette consiste en ce qui suit savoir : son dit pre luy donne en avancement dÕhoirie et de succession 3 mesures de terre labourable ˆ prendre en 15 mesures au terroir dÕAcq et ce en faveur de ce mariage pour en jouir sit™t la cŽlŽbration dÕiceluy, ensemble une vache estimŽe 30 £, dŽclarant en outre le dit COLIN pre que sous le bon plaisir de la demoiselle DALLENNE et du sieur HOUDOUART il luy cde le droit des baux quÕil a de 33 mesures de terres ˆ la dite demoiselle DALLENNE et de 8 mesures au dit sieur HOUDOUART situŽes ˆ Acq, ˆ charge de satisfaire au rendage charges clauses et conditions dÕiceux baux pour le tems qui reste ˆ en expirer , les mmes charges et rendages qui seront Žchus jusquՈ et compris le jour de Saint AndrŽ prochain restant ˆ la charge du dit COLIN pre ; plus il luy cde et abandonne ses quatre chevaux , une vache, une gŽnisse, une bourique, estimŽs en tout ˆ 850 £, tous les fourrages ...jarles qui luy appartiennent estimŽs 300 £, tous les meubles meublants aussy ˆ luy appartenant ˆ lÕexception de son lit ses habillemens linges argent comptant et dettes actions estimŽs 200 £ ; plus tous les ustensiles de chariot et de la cour luy appartenant estimŽs la somme de 100 £ ; plus tous les labours et semences existant sur les terres de la demoiselle DALENNE et du dit sieur HOUDOUART et sur les 15 mesures luy appartenant estimŽes 300 £, moiennant luy faire paiement ainsy que sÕoblige sa dite fille et son futur Žpoux de toutes les susdites sommes montant ensemble ˆ celle de 1250 £ en dedans 6 ans dÕhuy ˆ proportion dÕun sixime chacun an ; plus tant et sy longtems que les futurs mariants et le dit COLIN pre trouveront ˆ propos de demeurer ensemble les futurs mariants en nourrissant alimentant chauffant Žclairant le dit COLIN pre tant en santŽ quÕen maladie et luy paiant la somme de 50 £ par an au jour de Saint AndrŽ dont la premire annŽe echeura ˆ pareil jour de lÕan 1753, auront droit de jouir des 12 mesures de terre qui luy restent au dit Acq en les dŽchargeant des rentes fonsires centimes vingtimes et autres impositions pendant la dite jouissance et au cas quÕils ne trouvent pas ˆ propos de continuer la prŽsente convention le dit COLIN pre rentrera en la puissance des dits 12 mesures de terre en paiant lors aux futurs mariants les labours et semences qui se trouveront exposŽs sur icelles lors du rŽsillement dÕicelle convention et enfin le dit COLIN pre du consentement des dites AngŽlique Marie Anne COLIN et du dit HENIQUE et sa femme icelle de luy ˆ cet effet autorisŽe, et ˆ ce comparans tant en leurs noms quÕen celuy et se portant de Marie Claire COLIN leur soeur, cde et abandonne par ces prŽsentes ˆ la ditte Marie Joseph COLIN cadette un manoir amazŽ de maison et autres Ždifices situŽ au dit Acq contenant 3 boistellŽes ou environ tenant de liste au seigneur dÕAcq, dÕautre aux hŽritiers Baptiste ALLART, de bout ˆ la Grande Rue, dÕautre bout ˆ la Verte Rue, pour par elle en jouir sit™t la cŽlŽbration de ce mariage ˆ lÕexception dÕune chambre de la ditte maison que le dit COLIN pre se rŽserve lÕusufruit tant pour luy que pour la ditte Marie Claire COLIN pendant la vie du dit COLIN que celle de la ditte Marie Claire COLIN ˆ la charge des rentes fonsires et anciennes redevances et aussy ˆ charge de paier par la ditte future mariante et son futur Žpoux aux quatre soeurs dÕicelle ainsy quÕils sÕy obligent la somme de 300 £ ˆ chacune aprez le dŽcs du dit COLIN pre qui est aussy tout son apport.

Ce fait a ŽtŽ traitŽ et convenu entre les futurs marians que le survivant dÕeux au cas dÕenfans vivans ou apparans ˆ na”tre de ce mariage demeurera propriŽtaire de la moitiŽ des meubles et effets de leur communautŽ contre les dits enfans pour lÕautre moitiŽ, et que le dit survivant jouira des immeubles du prŽdŽcŽdŽ tant que les dits enfans ayent atteints lՉge de majoritŽ en les nourrissant entretenant et faisant aprendre profession convenable ˆ leur Žtat ˆ ses dŽpens, et en paiant ˆ la proportion chacun de la moitiŽ les dettes obsecques et funŽrailles du prŽdŽcŽdŽ.

Et au cas de non enfans vivans de ce mariage le dit survivant demeurera propriŽtaire de tous les meubles et effets de leur communautŽ et usufruitier des biens immeubles du dit prŽdŽcŽdŽ en paiant toutes dettes obsecques et funŽrailles et que lÕusufruit finira au cas que le dit survivant convole ˆ des secondes noces

Et ˆ lՎgard des conquts que les futurs marians pourront faire pendant leur conjonction de telle nature et condition ils soient et o ils soient situŽs et assis soit fief cotterie anciens manoirs mains fermes maisons ou biens situŽs en Žchevinage rentes par lettres comme autrement soit que la future Žpouse soit connue s contrats saisine ou non elle en sera acqutresse aussy avant que son futur Žpoux, et le survivant dÕeux deux en jouira totalement pendant sa vie dÕune moitiŽ en toute propriŽtŽ et de lÕautre en usufruit pour aprs son dŽcs tre partagŽ Žgallement entre les hŽritiers de part et dÕautre en paiant ˆ cette proportion ce qui en seroit restŽ dž au jour du dŽcs du premier mourant, esquels conquts seront compris tous retraits lesquels lesquels suivront la cotte et ligne dÕo ils procŽderont en restituant par ceux en profitant ˆ ceux nÕen profitant point la juste moitiez des principaux deniers frais loyaux et cožts tirŽs et dŽboursŽs pour y parvenir ; en faveur duquel mariage le dit Ma”tre Jean Baptiste CAFFART et le dit Antoine COLIN pre de la future mariante ont accordŽ reprŽsentation aux enfans ˆ na”tre de ce mariage en leurs successions ab intestat pour y faire tous ensemble une tte contre leurs oncles et tantes en rapportant dans la succession du pre de la ditte mariante les dits 3 mesures de terres ˆ elle cy dessus donnŽes et la dite vache ou en y prenant moins ainsy que sera tenu faire la dite future mariante sy elle est lors vivante pour venir ˆ la ditte succession.

Promettant les parties ce que dessus entretenir et accomplir ˆ toujours et les dits marians

solidairement sans division ny dissenssion, renonant aux dits bŽnŽfices les susdites sommes cy dessus promises paier aux termes y exprimŽes sous lÕobligation de leurs biens y accordant toutes seuretŽs de droit, domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ˆ juges messieurs du Coneil dÕArtois, renonant ˆ tous us stils coutumes gŽnŽralles locales ou particulires entravestissement de sang ou par lettres et ˆ toutes rigueurs de droit contraires au contenu de ces prŽsentes, le tout quoy les parties ont formellement expressŽment et spŽciallement dŽrogŽ et renoncŽ pour lÕaccomplissement du contenu des prŽsentes ; ainsy fait et passŽ en la ville dÕArras le 17 novembre 1752 ; Žtoient signŽs Jean Charles CAFFART, Marie Joseph COLIN, Jean Baptiste CAFFART curŽ dÕAcq, Pierre GAILLARD, Antoine COLIN, AngŽlique COLIN, Marie Joseph COLIN, Marie Anne COLIN, Nicolas HENIQUE, et comme notaires BOUTTEMY et BELLIER avec paraphes.

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽ est comparue Marie Claire COLIN fille majeure demeurante au village dÕAcq, dŽnommŽe au contrat de mariage dont la minutte est cy dessus, laquelle aprs en avoir eu lecture ˆ son appaisement par livre des dits notaires a dŽclarŽ quÕelle lÕapprouve et quÕelle consent quÕil soit exŽcutŽ selon sa forme et teneur, la comparante ayant dŽclarŽ ne savoir Žcrire ny signer de ce interpellŽe par les dits notaires. PassŽ ˆ Arras le 20 novembre 1752. Et ont signŽs comme notaires BOUTTEMY et BELLIER avec paraphe.

 

 

Partage aprs dŽcs en date du 21-2-1753

des enfants de Jacques ALLART et Marie Agns BACQUEVILLE

(4E 18/69)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois sont comparus :

á               Jean Baptiste ALLART demeurant au dit Acq dÕune part,

á               Guislain ALLART demeurant au dit Acq dÕune deuxime part,

á               Jacqueline ALLART demeurant au dit Acq dÕune troisime part,

á               Estienne BERTHE et Jeanne Claire ALLART sa femme de luy autorisŽ de quatrime part,

á               Auguste BAUDUIN et Marie Philippe ALLART sa femme de luy autorisŽ de cinquime part demeurans au dit lieu, les dits dessus nommŽs ALLART frres et seurs enfants et hŽritiers de feues Jacque et de Marie Agns BACQUEVILLE.

Par le dŽcs dÕiceux, ils leurs est Žchus plusieurs immeubles ; dŽsirant en jouir divisement et sŽparŽment ils ont fait dÕun commun accord cinq lots aprs avoir tirŽ le sort sont tombŽ comme sÕensuit savoir :

1¡) Quant au lot et part du dit Jean Baptiste ALLART il luy appartiendra une demi mesure en deux pices la premire une boistellŽes scŽante au Marquois de liste ˆ Jean BACQUEVILLE, dÕautre ˆ Philippe LIENART, dÕun bout au seigneur dÕAcq, dÕautre aux pres carmes chaussŽes dÕArras ; et la deuxime auusy une boistellŽes scŽante au GrimpŽ de liste ˆ Jean BACQUEVILLE, dÕautre ˆ ...CAMPAIGNE, de bout au sieur de WARLUS, dÕautre ˆ Pierre Guislain DELABRE.

2¡) Quant au lot et part du dit Guislain ALLARTil luy appartiendra une demi mesure tenant de liste aux terrres du seigneur dÕAcq, dÕautre aux hŽritiers de Toussaint HERBET, de bout au chemin conduisant ˆ Saint Eloy, dÕautre ˆ Antoine PIOT.

3¡) Quant au lot de la dite Jacqueline ALLART, il luy appartiendra savoir : 19 verges scŽantes au dessus de la VallŽ tenante de liste ˆ Philippe LIENART, dÕautre ˆ Foelix WARNIER, de bout ˆ Franois HENRY, dÕautre ˆ Jean BACQUEVILLE ; item 10 boistellŽes scŽante dans lÕEnclos BoullŽ de liste ˆ Guislain ALLART, dÕautre au seigneur dÕAcq, dÕun bout au chemin allant ˆ Saint Eloy, dÕautre au sieur de WARLUS, et une petit manoir non amazŽ tenant ˆ Joseph COUTIAU dÕautre ˆ Franois HENRY de bout ˆ Jean BACQUEVILLE, dÕautre au flŽgard.

4¡) Quant au lot de Jeanne Claire ALLART femme dÕEstienne BERTHE, il luy appartiendra savoir : une boistellŽes scŽante sur la Marquais, de liste ˆ Jean BACQUEVILLE, dÕautre ˆ Joseph RICQUART, de bout au bois dÕEdas (HŽda), dÕautre ˆ Foelix BREUVART, et quartier et demie de terre dans la VallŽ tenant de liste ˆ Jean BACQUEVILLE, dÕautre ˆ Antoine BARRE, de bout au seigneur dÕAcq, dÕautre aux pres carmes.

5¡) Quant au lot de Marie Philippe ALLART, femme dÕAugustin BAUDUIN, il luy appartiendra une demi mesure de terres au terroir dÕAcq, de liste au seigneur dÕAcq, dÕautre ˆ Jean Franois CUISINIER, dÕun bout ˆ Jean Baptiste É, et dÕautre au seigneur dÕAcq.

Plus il se trouve quelques meubles effets meublans de peu de valeur ; ils sont convenus quÕils resteront en toutes propriŽtŽ au dit Guislain ALLARTpour en jouir par luy, nul exceptŽ, dez cejourdÕhuy en payant les dettes obsques et funŽrailles des dits pre et mre communs.

Pour de tous ce que dessus, ainsy quÕils sont assignŽs cy dessus, en jouir divisement et sŽparŽment dez ce jour dÕhuy en toutes propriŽtŽs et ˆ toujours, ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances dont ils se trouvent chargŽs vers le seigneur dont ils sont mouvans ; promettant ce partage et tous ce que dessus tenir entretenir, garantir, et faire valoir ˆ toujours sous lÕobligations de leurs biens. Domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras, et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contraires. PassŽ au dit Acq le 21 fŽvrier 1753. Sur lÕinterpellation faite aux dŽclarans de dŽclarer s Ôils scavent Žcrire et signer, ils ont rŽpondu ne le scavoir sauf les dits Jean Baptiste et Guislain ALLART qui ont signŽs avec les dits notaires.SignŽ : Jean Baptiste ALLART, Guislain ALLART ; marques de Jeanne Claire ALLART, Marie Philippe ALLART, Jacqueline ALLART, Estienne BERTHE, Augustin BAUDUIN, et pour notaires HENRY et LETOMBE avec paraphe.

 

 

Donation en date du 21-2-1753

de Jacqueline ALLART ˆ Guislain ALLART

(4E 18/69)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois est comparu :

á               Jacqueline ALLART ancienne fille, demeurant ˆ Acq, laquelle voulant sÕassurer du pain le reste de ses jours pour survenir ˆ ses besoins et nŽcessitŽs quelle a jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires tŽmoignŽs en suivi a ŽtŽ par Jean BACQUEVILLE et Pierre Dominique COLIN mŽnagers au dit Acq gens dignes de foy et de crŽdence disans en avoir connaissance par ces prŽsentes cŽdŽ et lŽallement transportŽ au proffit de :

á               Guislain ALLART son frre acceptant :

Dix neuf coupes de terre scŽantes au dessus de la VallŽ de liste ˆ Philippe LIENART dÕautre ˆ Foelix WARNIER item une boistellŽe scŽante dans lÕenclos BoulŽ de liste ˆ Guislain ALART dÕautre au seigneur dÕAcq, et un petit manoir non amazŽ tenant de liste ˆ Joseph COUTIAU de bout ˆ Jean BACQUEVILLE le tout provenant ˆ la dite comparante de son patrimoine et plus amplement repris au partage fait ce jour dÕhuy avec  ses frres et sÏurs tenus en cotterie du seigneur du lieu pour de tous ce que dessus en jouir user et profiter par le dit Guislain ALLART avec toutes les sommes des deniers qui peut estre dus ˆ la dite comparante, sans y rien rŽserver dez ce jour dÕhuy en propriŽtŽ et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires seigneurials anciennes redevances droits seigneuriaux si aucuns est dus de tous arrŽrages et dettes. Cette cession faite aux charges cy dessus et moyennant par le dit Guislain ALLART nourrir entretenir et alimenter la dite Jacqueline ALLART sa vie durante mme la solliciter tant en maladie quÕen santŽ et ˆ son dŽcs payer ses dettes obsecques et funŽrailles, promettant la comparante cette cession et ce que dessus tenir garantir et faire valoir ˆ toujours le dit Guislain ALLARTnourir etle tout accomplir sous lÕobligations de tous leurs biens prŽsens et futurs accordans sur iceux toutes Ïuvres des loix requises aux dŽpens de quy il appartiendra ˆ la suretŽ de ce que dessus les immeubles cy dessus demeureront lŽgalement affectŽ et hipothecquŽ ; domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ toutes choses contraires nommant le porteur des prŽsentes leur procureur spŽcial pour lÕaccord des suretŽs cy dessus pour et au nom de la comparante se dessaisir  et dŽshŽriter de la propriŽtŽ de ce que dessus vendus et dÕen accorder la saisine et adhŽritance ou consentir ˆ tous dŽcret aux charges cy dessus . PassŽ au dit Acq le 21 fŽvrier 1753, ayant dŽclarŽ la dite Jacqueline ALLART dŽclarŽ ne savoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires. SignŽ : Guislain ALLART, Pierree Dominique COLIN, Jean BACQUEVILLE, et pour notaires HENRY et LETOMBE avec  paraphe.

 

 

Contrat de mariage du 21-2-1753 entre

Guislain ALLART et Marie ThŽrse WARNIER

(4E 18/69)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Guislain ALLART fils ˆ marier de feues Jacque et Marie Agns BACQUEVILLE, assistŽ de Jean Baptiste ALLART son frre, de Jean BACQUEVILLE son oncle, et de Jacqueline ALLART sa soeure dÕune part ;

á               Guislain WARNIER  mŽnager et Marie Guislaine GENEL sa femme de luy autorisŽ et Marie Theresse WARNIER  leur fille ˆ marier, assistŽ de Guislaine, Anne Marie et Julienne WARNIER ses sÏurs et de Pierre Dominique COLIN son beau frre dÕautre part, demeurans ˆ Acq.

Et reconnurent les parties pour parvenir au mariage proposŽ entre les dits Guislain ALLART et Marie Theresse WARNIER avant la cŽlŽbration dÕiceluy sont convenus de ce quy suit :

Quant au portement du futur mariant, il a dŽclarŽ avoir et porter au prŽsent mariage plusieurs meubles effets meublans et ses droits successives immobilire ˆ luy echus par le dŽcs de ses pre et mre allencontre de ses frres soeures dont ne sera fait icy aucunes dŽclaration.

Quant ˆ celuy de la future ses dits pre et mre solidairement sans divisions ny disensions renonans au bŽnŽfice dÕiceux donnent ˆ leur dite fille en avancement dÕhoirie une demi mesure de terre labourable, scŽante aux Roulliez, tenante de liste au seigneur dÕAcq, dÕautre ˆ Augustin HENRY, dÕautre ˆ Guislain ALLART, dÕautre ˆ Hubert HERBET pour en jouir en toutes propriŽtŽs du jour de la cŽlŽbration de ce mariage ; plus luy donnent et promettent payer la somme de 50 £ Artois sitost la cŽlŽbration dÕiceluy ; plus une vache et son lit garni.

Ce fait a ŽtŽ convenus quarrivant la dissolution de ce mariage soit que dÕiceluy il y ait enfant vivans nŽs apparans ˆ na”tre ou non, le survivant demeurera propriŽtaire de tous meubles effets et tels rŽputez de la communautŽ en payant toutes dettes obsques et funŽrailles, et jouira viagrement pour gain de survie de tous les immeubles que dŽlaissera le prŽdŽcŽdŽ en les dŽchargeant de toutes rentes foncires et anciennes redevances pendant le dit viage et aprs suivre leur cottes et lignes.

Quant aux acquts quÕils pourront faire durant leurs conjonctions de tels natures quÕils soient ou quÕils puissent estre scituŽes et assis et par quelque coutumes quÕils soient rŽgies ils seront communs le survivant en jouira dÕune moitiŽe en propre et de lÕautre en viage pour aprs le dŽcs du survivant cette dernire moitiŽ retournera aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ avec ses charges esquels acquts seront compris tout retrait lignager qui suivront la ligne dÕo ils procŽderont en restituant les denier. En faveur de ce mariage les pre et mre de la dite future mariante accordent reprŽsentation avoir lieu en leurs successions aux enfans ˆ na”tre dÕiceluy pour faire une teste en leurs successions allencontre de leurs oncles et tantes en rapportant le portement de leur mre comme elle sera tenu faire elle mesme. Renonans expressŽment et spŽcialement ˆ toutes coutumes gŽnŽrals locales entravestissement de sang ou par lettres et autre rigueurs des droits contraires aux prŽsentes promettant les parties ce que dessus tenir entretenir et le tout accomplir sous lÕobligation de leurs biens y accordans toutes Ïuvres de loix. Domicile elu ˆ la maison rouge ˆ Arras, et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contraires. PassŽ ˆ Acq le 21 fŽvrier 1753. Etoient signŽs : Guislain ALLART, Guislain WARNIER, Pierre Dominique COLIN, Jean BACQUEVILLE, Jean Baptiste ALLART, marque de Marie Guislaine GENEL, marque de Marie ThŽresse WARNIER, et pour notaires HENRY et LETOMBE avec  paraphe.

 

 

Vente du 27-12-1753 de

Jean LEFETZ ˆ Pasquetz LEFETZ

(4E 18/69)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs fut prŽsent :

á               Jean LEFETS mareschal ferrant demeurant au village de Caucourt Žtant ce jour ˆ Arras, lequel pour survenir ˆ ses affaires et nŽcessitŽ par luy jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires, certifiŽ ˆ lÕinstant par Adrien HŽmerie CUVELLIER et Robert Franois DESHORTIES praticiens demeurant ˆ Arras, gens dignes de foy et de crŽdence, disans en avoir connoissance et spŽciallement pour tenir lieu de remploye dÕun manoir scituŽ au dit Caucourt contenant 3 quartiers ou environ, que le dit comparant a acquis dÕHonorŽ LEBLONS grand bailly dÕAuchy au Bacq par contrat du 16 fŽvrier dernier, plus amplement y delaissŽ, a par ces prŽsentes vendu cŽdŽ et promis garantir ˆ :

á               Pasquetz LEFETZ son oncle paternelle mareschal ferand demeurant ˆ Acq, acceptant :

Un manoir non amazŽ scituŽ au village dÕAcq contenant 4 boistellŽes ou environ, tenante de liste au chemin de FrŽvent Capel au dit Acq, dÕautre liste au manoir de Florent SEVIN du Mont Saint Eloy occupŽ par Guislain DAMBRINES, dÕun bout ˆ Nicolas HERBET et dÕautre au flŽgard, tenus en cotterie du seigneur dÕAcq provenant au vendeur de son patrimoine pour au dit manoir ainsy quil se comprend et entend sans y rien rŽserver ny retenir ny livrer par mesurage en jouir user et proffiter par le dit Pasquetz LEFETZ et suivre la cotte et ligne dez ce jour dÕhuy en toutes propriŽtŽ et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires seigneuriales et anciennes redevances des droits seigneurials dus ; cette vente dŽchargŽs par les vendeurs de tous arrŽrages dettes hipotecques et autres gŽnŽrallement quelconques jusquՈ ce jour ; cette vente faite moyennant huit messes pour les trŽpassŽs, 10 £ au vin de table, et pour deniers principaux la somme de 600 £ Artois, que le dit comparant vendeur reconnoit avoir reu comptant du dit Pasquetz LEFETZ dont quittance absolue et irrŽvocable ; promettant les comparans cette vente tenir garantir fournir et faire valoir ˆ toujours sous lÕobligation de ses biens y accordans toutes oeuvres des loix requises aux dŽpens de quy

il appartiendra, domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, promettant le dit comparant dÕemployer la dite somme au prix du manoir par luy acquis et de dŽclarer que les deniers proviennent de cette vente laquelle ne fera quÕune avec celle du 30 mai 1750 pour les raisons et causes reprises en la transaction dez ce jour dÕhuy donnant pouvoir au porteur de cette ..., et en son nom se dessaisir de la propriŽtŽ du dit manoir et dÕen accorder la saisine ˆ lÕacquŽreur ou consentir ˆ tous dŽcrets, renonans ˆ toutes choses contraires. PassŽ ˆ Arras le 22 dŽcembre 1753. Etoient signŽs : Jean LEFETZ, Jacque LEFAIT, et comme notaires HENRY et DOLLET.

 

 

Transaction en date du 19-7-1754

entre Michel Quintin DHOUDAIN et Jean Baptiste COLLIN

(4E 18/70)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs, sont comparus :

á               Michel Quintin DHOUDAIN marchand de cheveaux demeurant ˆ FrŽvent Cappel dÕune part ;

á               Jean Baptiste COLLIN demeurant ˆ Acq tuteur establie par justice aux personnes et biens de Pierre Joseph COUTIAU enfans mineurs de feu LiŽvin et de Marie Marguerite COLLIN, et Jacque WACHEUX voiturier mary et bail de Marie Isbergue COUTIAU de laquelle il se fait fort promettant au besoin luy faire agrŽer et ratifier ces prŽsentes, demeurant au dit FrŽvent Cappel dÕautre part .

Et reconnurent les dites parties savoir le premier comparant  pendant sa conjonction avec feue Marie Marguerite COLLIN auroient vendu une demi mesure de terres labourables provenant du patrimoine de la dite feue COLLIN moyennant la somme de 117 £ sur la demande faite de la part de Jean Baptiste COLLIN tuteur en action de remploy ; le dit premier comparant se seroit obligŽ de restituer la dite somme de 117 £ par acte en forme de transaction du 20 mars 1748 et par autre acte du 17 may 1749 iceluy DHOUDAIN auroit accordŽ au dit tuteur la jouissance de 3 quartiers de terres scituŽ au terroir du dit FrŽvent, pris en 2 mesures du Champ Rose que le dit DHOUDAIN a droit de viage ; iceux comparans voulant terminer toutes difficultŽs et le dit DHOUDAIN se libŽrer sont convenus par transaction absolue et irrŽvocable de ce qui suit savoir :

Moyennant la somme de 117 £ Artois, que le dit DHOUDAIN a payŽ comptant aus dits Jean Baptiste COLLIN en sa qualitŽ et le dit WACHEUX pour restitution du prix dÕune demi mesure vendue par acte ou de remploy dont les dits COLLIN et WACHEUX en passent solidairement quelle a dŽcharge valable en considŽration de quoi les dits COLLIN tuteur et le dit WACHEUX ont rel‰chŽ au dit DHOUDAIN les dits 3 quartiers de terres pour par luy en jouir ainsi quÕils dŽclarent actuellement sans aucunes rŽserve dez le jour dÕhuy pour en jouir ˆ titre dÕusufruit conformŽment ˆ son contrat de mariage dŽchargŽs de tous arrŽrages des rentes centimes et redevances jusquՈ ce jour au moyen de tous quoy les dits comparans se tiennent respectivement quitte et dŽchargŽs tant des retours actions mobiliaires et tous autres prŽtentions quÕils avoient lÕun contre lÕautre au sujet du contrat de mariage du dit DHOUDAIN avec la dite Marie Marguerite COLLIN, lequel cependant aura son exŽcution pour le viage des terres stipulŽ en la faveur du dit DHOUDAIN promettant les comparans ce que dessus faire valoir ˆ toujours sous lobligations de leurs biens y accordans toutes suretŽs domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ˆ juges Mrs du Conseil dÕArtois ayans en outre le dit DHOUDAIN payŽ au dit WACHEUX 17 £ 10 sols pour restitution des labours et semences exposŽ et qui se trouvent sur les dits 3 quartiers cy dessus rel‰chŽ au dit DHOUDAIN dont quittance.

A Arras le 19 juillet 1754 ; Žtoient signŽ : Jean Baptiste COLLIN, Jacques WACHEUX, DHOUDAIN, et pour notaires HENRY et THOMAS avec  paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 23-7-1754 entre

Jean Guislain ALLART et Anne Marie DELABRE

(4E 18/36)

 

Pardevant les notaires roiaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Guislain ALLART mŽnager demeurant au village dÕAcq, veuf de VŽronique HENRY, et Jean Guislain ALLART son fils ˆ marier que lui a laissŽ la ditte HENRY, tonnelier demeurant au dit lieu dÕune part ;

á               Pierre Guislain DELABRE manouvrier demeurant au dit Acq, Anne Joseph HENRY sa femme quÕil autorise ˆ lÕeffet des prŽsentes, et Anne Marie DELABRE leur fille ˆ marier, demeurant au dit Acq dÕautre part.

Et reconnurent les parties quÕavant parvenir au mariage du dit Jean Guislain ALLART avec la ditte Anne Marie DELABRE dՐtre convenu de ce qui suit.

Scavoir quant ˆ lÕapport du futur mariant son dit pre lui a donnŽ la jouissance pendant sa vie de 3 mesures de terre labourable en plusieurs pices au terroir dÕAcq et allenviron et enfin lui donne les outils servans ˆ son mŽtier de tonnelier ˆ charge seulement de paier les rentes fonsires anciennes redevances tailles centimes vingtimes et autres impositions pendant sa ditte jouissance qui est tout son apport.

Et quant ˆ celuy de la future mariante ses dits pre et mre luy ont donnŽ et donnent aussy la jouissance jusquՈ leur dŽcs de 2 mesures de terre au dit terroir dÕAcq et allenviron, ˆ la charge de les acquiter de touttes charges pendant le ditte jouissance plus luy donne un lit et une vache tels quÕils voudront en avoir honneur estimŽ le dit lit et la ditte vache 60 £ qui est tout son apport.

Ce fait a ŽtŽ traitŽ et convenu entre les futurs marians soit que de ce mariage il y ait enfans vivans nŽs  apparans ˆ na”tre soit quÕil y en ait eu ou non, que le survivant des futurs marians demeurera propriŽtaire des meubles et effets de leur communautŽe et viager des biens immeubles que le premier mourant aura dŽlaissŽ ; et au cas que le premier mourant dŽcde avant les dits pre et mre le dit survivant des marians jouira pendant sa vie des terres dont la jouissance est cy dessus donnŽ au dit premier mourant en paiant en tous cas touttes dettes obsecques et funŽrailles par icelui survivant.

Et quant aux conquts que les futurs marians pourront faire pendant leur conjonction de telle natrure et conditions ils soient et o ils soient situŽs et assis soient fiefs cotteries anciens manoirs mains fermes maisons ou biens en echevinage rentes par lettres comme autrement soit que la future mariante soit connue s contrats saisine ou non elle en sera acquetresse aussy avant que son futur Žpoux et le survivant en jouira totalement pendant sa vie dÕune moitiez en propriŽtŽ et de lÕautre en usufruit pour aprs son dŽcs tre partagŽe Žgallement entre les hŽritiers de part et dÕautre en paiant ˆ cette proportion ce qui en seroit restŽ dž au jour du dŽcs du premier mourant esquels conquts seront compris tous retraits lesquels suivront nŽanmoins la cotte et ligne dÕo ils procŽdront en restituant par ceux en profitans ˆ ceux nÕen profitans point la juste moitiez des principaux deniers frais loyaux et cousts tirer et dŽbourser pour y parvenir ; en faveur duquel mariage le pre du mariant et les pre et mre de la future mariante ont accordŽ reprŽsentation avoir lieu en leur succession ab intestat aux enfans ˆ na”tre de ce mariage pour y faire tous ensemble une tte contre leurs oncles et tantes en raportant dans la succession du pre du mariant les 3 mesures de terre dont la jouissance et cy dessus donnŽ aux dits futurs mariants et en celle des pre et mre de la future mariante les dites 2 mesures de terres ˆ elles cy dessus donnŽes ˆ jouir la ditte vache et le dit lit sur le pied cy dessus estimŽ et aiant ŽtŽ expressŽment dit et convenu que les biens que le pre et la feue mre du futur mariant ont acquis ou que le dit pre du futur mariant pourra acquŽrir soit fief cotterie ou de tel autre nature que ce soit seront partagŽ Žgallement et sans prŽciput ny droit dÕa”nesse entre le futur mariant et ses frre et soeur ou leurs enfans par reprŽsentation sans cependant que cette clause puisse empcher le pre du futur mariant de disposer de ses biens ainsy quÕil trouvera convenir.

Promettans les parties ce que dessus entretenir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens y accordans touttes seuretŽs de droit acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ tous us stils coutumes gŽnŽrales locales ou particulires entravestissement  de sang ou par lettre et ˆ touttes rigueurs de droit contraires au contenu des prŽsentes. La ditte Anne Joseph HENRY ayant dŽclarŽ ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires ; passŽ ˆ Arras le 23 juillet 1754 ; Estoit signŽ : Guislain ALLART, Jean Guisalin ALLART, Pierre Guislain DELARBRE, Anne Marie DELARBRE, et comme notaires BOUTTEMY et son confrre avec  paraphe.

 

 

Vente le 21-9-1754 dÕune pice de terre

de Alphonse COUTIAU ˆ Jean Guislain ALLART

(4E 18/70)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Alphonse COUTIAU marchand cabaretier demeurant ˆ Escoivres, veuve en premire noces de Marie Louise CUSINIER et Jean Guislain COUTIAU menuisier demeurant ˆ Roubay son fils en leurs noms et en celuy de Jean Baptiste COUTIAU soldat au rŽgiment de Rouen Rochefort duquel ils se font fort promettant leur faire agrŽer et ratifier ces prŽsentes lesquels pour leur plus grand profit et par la voies de nŽcessitŽs quÕils ont jurŽs et affirmŽ s mains des dits notaires en suivis a ŽtŽ par Pierre Joseph Guislain DUMOULIN et Jean Franois LAINƒ praticiens demeurans ˆ Arras gens dignes de foy et de crŽdence disans en avoir parfaite connaissance ont solidairement sans division ny disension renonans aux bŽnŽfices dÕiceux vendus et promis garantir ˆ :

á               Jean Guislain ALLART tonnelier demeurant ˆ Acq acceptant pour luy et Augustin et Anne Marie ALLART ses frres et sÏurs :

Deux mesures ou environ de terres labourables situŽ en une pice au terroir du dit Acq, tenante de liste ˆ 2 mesures de ma”tre CAFFART curŽ dÕAcq, dÕautres aux terres du sieur WARLUS, dÕun bout au chemin dÕAcq ˆ FrŽvent, dÕautre ˆ Jean Jacques GERNAY et autres, tenus en cotterie de lÕabbaye de Saint Eloy ; plus une demi mesure de terre au dit terroir, tenante de liste ˆ Joseph RICART ˆ cause de sa femme, dÕautre ˆ Nicolas CUISINIER, de bout au chemin Salberte, dÕautres aux terres de lÕabbaye de Saint Eloy, tenus en cotterie du seigneur comte dÕEgmont provenant les dites terres dÕacquisition que le dit Alphonse COUTIAU a fait avec la dite feue CUISINIER pour les 2 mesures et la demie mesures de la succession de la dite CUISINIER.

Les dits ALLART faisant la dite acquisition pour suivre leurs c™tŽs et lignes comme parens aux vendeurs pour des dites deux pices de terres ainsi quÕils se comprendent et entendent sans y rien rŽserver ny retenir ny livrer par mesurage soit quÕil y ait plus ou moins en jouir et profiter par les dits Jean Guislain, Augustin, et Anne Marie ALLART Žgalement leurs hoirs ou ayans causes dez ce jour dÕhuy en toutes propriŽtŽs et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires et seigneuriales et anciennes redevances deschargŽs par les vendeurs de tous arrŽrages debtes hipotecques douaires et autres gŽnŽralement quelconques jusquՈ ce jour.

Cette vente faite moyennant quatre messes pour les trŽpassŽs, 2 livres au vin, 3 livres pour Žpingles, et pour deniers principaux la somme de 470 £ Artois pour les deux mesures article premier , et celles de 180 £ Artois pour la demie mesure article deuxiesme faisant les dites deux sommes ensemble celles de 650 £ Artois francs deniers que les comparans vendeurs reconnaissent avoir receu comptant des dits ALLART par les mains du dit Jean Guislain ALLART dont quittances dŽclarant les dits ALLART faire la ditte acquisition pour estre partagŽ comme dessus et sous conditions que Guislain ALLART leur pre aura la jouissance sa vie durante de la pice de 2 mesures de terres pour tre ainsi convenus promettant les comparans vendeurs solidairement comme dit est cette vente tenir entretenir et faire valoir ˆ toujours mesme dÕemployer les deniers et autres hŽritages sous lÕobligation de leurs biens y accordans toutes Ïuvres de loix, domicile eleu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, nommant le porteur des prŽsentes leur procureur spŽcial tant pour lÕaccord des seuretŽs cy dessus que pour ses dessaisie et de hŽriter de la propriŽtŽ de ce que dessus vendu ou consentir que la saisinne dÕicelle et propriŽtaire soit accordŽ aux acquŽreurs ou consentir ˆ tous dŽcrets de mise de fait a ŽtŽ dit que les acquŽreurs acquitteront les rentes foncires de cette annŽe et paieront les labours ˆ qui sera dus renonans ˆ toutes choses contraires. PassŽ ˆ Arras le 21 septembre 1754 ; ayans le dit Alphonse COUTIAU dŽclarŽ ne savoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires. SignŽ : Jean Guislain COUTIAU, Jean Guislain ALLART, marque du dit Alphonse COUTIAU, LAISNƒ, DUMOULIN, et pour notaires HENRY et CITERNE avec  paraphe.

 

 

Echange en date du 21-9-1754 de terres

entre Jean Guislain COUTIAU et son frre, et

Jean Guislain ALLART et ses frres et sÏurs

(4E 18/70)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean Guislain  COUTIAU menuisier demeurant ˆ Roubay tant en son nom et se faisant fort de Jean Baptiste COUTIAU son frre dÕune part ;

á               Jean Guislain ALLART tonnelier demeurant ˆ Acq en son nom, dÕAugustin et Anne Marie ALLART ses frres et soeures dÕautre part .

Lesquels ont fait leschange qui suit :

Scavoir : le premier comparant a cŽdŽ en pure Žchange au second comparant acceptans 33 verges ou environ de terres labourables situŽ au terroir dÕAcq tenante de liste ˆ la veuve Antoine PIOT, dÕautre ˆ Pasquet LEFETZ, de bout ˆ 18 mesures de lÕabbaye de Saint Eloy, dÕautres aux terres du seigneur dÕAcq, tenus en cotterie du seigneur du lieu ; et en contre Žchange le dit second comparant cde au premier acceptant pareillement 33 verges ou environ de terres au dit terroir, tenante de liste au dit Pasquet LEFETZ, dÕautre ˆ 3 boistellŽes des dits COUTIAU, de bout aux dites terres de Saint Eloy, dÕautres aux terres du seigneur, tenus aussi en cotterie du mesme seigneur.

Cette Žchange faite bute ˆ bute sans aucune soulte ny retour pour en jouir par chacun deux aux charges des rentes foncires et anciennes redevances dŽcharge lÕun et lÕautre de tous arrŽrages dettes et hipotecques quelconques jusquՈ ce jour, pour en jouir de ce jour dÕhuy a ŽtŽ dit que sÕil arrivoit quÕil seroit dus quelques droits au seigneur ou autres ils demeureront ˆ la charge seule des premiers comparans tant que les seconds en puissent estre chargŽ. Promettant les comparans cette Žchange tenir et faire valoir ˆ toujours sous lÕobligations de leurs biens, domicile eleu ˆ la maison rouge ˆ Arras, et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ÉPassŽ ˆ Arras le 21 septembre 1754. SignŽ : Jean Guislain COUTIAU, Jean Guislain ALLART, et comme notaires HENRY et CITERNE avec  paraphe.

 

 

Vente en date du 21-9-1754 de terres

de Alphonse COUTIAU ˆ Guislain BERNARD

(4E 18/70)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Alphonse COUTIAU marchand cabaretier demeurant ˆ Escoivres en son nom et se faisant fort de Sabine Ésa femme, promettant luy faire ratifier ces prŽsentes lequel pour son plus grand profit et par la voyes de nŽcessitŽs quÕil a jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires tesmoignes en suivis ˆ effet par Pierre Guislain Joseph DESMOULIN et par Franois LAISNƒ praticiens demeurans ˆ Arras gens dignes de foy et de crŽdence disans en avoir parfaite connaissance , a vendu cŽdŽ et promis garantir ˆ :

á               Guislain BERNARD clerq clŽriquant du village dÕAcq y demeurant acceptans :

Une boitellŽe et demie ou environ de terres labourables situŽ au terroir dÕAcq, tenante dÕune liste ˆ Jean Baptiste COLLIN, dÕautre ˆ Jean Louis HOREIN, dÕun bout ˆ Joseph RICQUART ˆ cause de sa femme, dÕautres aux terres du seigneur tenus en cotterie du seigneur du dit lieu, provenant au vendeur de son patrimoine, pour de la dite boistellŽe et demie de terres sans y rien rŽserver ny retenir ny livrer par messurage soit quÕil y ait plus ou moins en jouir et profiter par le dit BERNARD et Guislaine WARNIER sa femme leurs hoirs ou ayans causes dez ce jour dÕhuy en propriŽtŽ et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires et seigneuriales et anciennes redevances deschargŽs par les vendeurs de tous arrŽrages dettes hipotecques douaires et autres gŽnŽralement quelconques jusquՈ ce jour.

Cette vente ainsy faite moyennant une messes pour les trŽpassŽ, et pour deniers principaux la somme de 150 £ Artois francs deniers, que le vendeur reconnoit avoir reu comptans du dit BERNARD, dont quittance ; dŽclarant le dit BERNARD que la dite somme provient du prix de la moitiŽ dÕun demie messure de terres vendus ˆ Antoine PAILLE du village de Villers-au-Bois provenant du chef de la dite WARNIER sa femme faisant la dite dŽclaration afin que la boistellŽe et demie cy dessus tiennent bien de remploiye ˆ la dite WARNIER promettant le vendeur cette vente tenir garantir et faire valoir ˆ toujours sous lÕobligation de ses biens y accordans toutes Ïuvres de loix requises, domicile eleu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, nommant le porteur des prŽsentes son procureur spŽcial tant pour lÕaccord des seuretŽs cy dessus que pour ses dessaisir et deshŽriter de la propriŽtŽ de ce que dessus vendus et dÕaccorder que la saisine rŽelle et propriŽtaire ˆ lÕ acquŽreur ou consentir ˆ tous dŽcrets de mise de fait renonans ˆ toutes choses contraires, ayant lÕacquŽreur payŽ autre le prix de 6 £ pour vin et promis dÕacquitter les rentes foncires de cette prŽsente annŽe. PassŽ ˆ Arras le 21 septembre 1754 ; ayans le dit Alphonse COUTIAU dŽclarŽ ne savoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires. SignŽ : Jean Guislain BERNARD, Jean Guislain COUTIAU, marque du dit Alphonse COUTIAU, LAISNƒ, DUMOULIN, et pour notaires HENRY et CITERNE avec  paraphe.

 

 

Vente le 21-9-1754 dÕune pice de terre

de Alphonse COUTIAU ˆ FŽlix WARNIER

(4E 18/70)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Alphonse COUTIAU marchand cabaretier demeurant ˆ Escoivres, et Jean Guislain COUTIAU menuisier demeurant ˆ Roubay chatellenie de Lille dez prŽsent ˆ Arras, en leurs noms et en celuy de Jean Baptiste COUTIAU soldat au rŽgiment Rochefort duquel ils se portent fort promettant luy faire agrŽer  et ratifier ces prŽsentes lesquels pour leur plus grand profit et par la voye de nŽcessitŽ quÕils ont jurŽs et affirmŽ s mains des dits notaires tesmoignŽs en suivis a ŽtŽ par Pierre Joseph Guislain DUMOULIN et Jean Franois LAISNƒ praticiens demeurans ˆ Arras gens dignes de foy et de crŽdence disans en avoir parfaite connaissance ont solidairement sans division ny dissension renonans aux bŽnŽfices dÕiceux vendus cŽdŽ et promis garantir ˆ :

á               Foelix WARNIER cordonnier demeurant ˆ Acq acceptant pour luy et Jeanne Franoise GENEL sa femme :

Trois boistellŽes ou environ des terres labourables situŽ au terroir dÕAcq tenante de liste ˆ Joseph RICQUART ˆ cause de sa femme, dÕautres aux terres du sieur de WARLUS, de bout ˆ Guislain ALLART, dÕautre ˆ Michel DUBOIS, tenus en cotterie du seigneur du lieu, provenant aux dits Jean Guislain et Jean Baptiste COUTIAU de la succession de Marie Louise CUISINIER leur mre, pour des trois dites boistellŽes sans y rien rŽserver ny retenir ny livrer par messurage en jouir user et profiter par le dit WARNIER et la dite GENEL sa femme pour suivre la coste et ligne de la dite GENEL cousine germaine au vendeur leurs hoirs ou ayans causes dez ce jour dÕhuy en toutes propriŽtŽ et ˆ toujours ˆ la charge de rentes foncires seigneuriales et anciennes redevances deschargŽs de tous arrŽrages dettes hippotecques douaires et autres gŽnŽralement quelconques jusquՈ ce jour.

Cette vente ainsy faite moyennant une messe pour les trŽpassŽs, pour denier principaux la somme de 250 £ Artois francs deniers que les vendeurs reconnaissent dÕavoir reu comptant du dit WARNIER dont quittance dŽclarant le dit WARNIER que la dite somme provient du prix de terres quÕil a vendus verbalement de son chef dont il passera contrat incessamment  promettant les comparans en leurs noms se faisant fort et solidairement comme dessus cette vente tenir et faire valoir ˆ toujours mesme dÕemployer les deniers en autre hŽritages sous lÕobligation de leurs biens y accordans toutes Ïuvres de loix requises, domicile eleu ˆ la maison rouge ˆ Arras et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, nommant le porteur des prŽsentes leur procureur spŽcial tant pour lÕaccord des seuretŽs cy dessus que pour ses dessaisir et deshŽriter de la propriŽtŽ de ce que dessus vendus et dÕaccorder que la saisine rŽelle et propriŽtaire soit accordŽ aux acquŽreurs pour suivre la coste ou consentir ˆ tous dŽcrets de mise de fait, a ŽtŽ dit que lÕacquŽreur payeront labours faite ˆ qui sera  dus et dÕacquitter les rentes foncires de cette annŽe. PassŽ ˆ Arras le 21 septembre 1754. Ayans le dit Alphonse COUTIAU dŽclarŽ ne savoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les notaires. Marques du dit COUTIAU, signe Jean Guislain COUTIAU, Foelix WARNIER , LAISNƒ, DUMOULIN, et pour notaires HENRY et CITERNE avec  paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 4-10-1754 entre

Julien WARNIER et Philippine LEFEBURE

(4E 18/70)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Julien WARNIER fils ˆ marier de feues Nicolas et Marie Jeanne GENEL, demeurant ˆ Acq suffisament ‰gŽe dÕune part ;

á               Philippine LEFEBURE fille ˆ marier de feu Jacques et dÕencore vivante Marie Jeanne BLAZARE demeurant au dit Acq, assistŽ de la dite BLAZARE sa mre, de Jean Baptiste CRETON son frre, et Pierrre Guislain CRETON son frre utŽrin .

Et reconnurent les parties pour parvenir au mariage dÕentre le dit WARNIER et la dite LEFEBURE avant la cŽlŽbration dÕiceluy sont convenus de ce qui suit :

Le futur mariant a dŽclarŽ aporter au prŽsent mariage 2 messures des terres labourables en plusieurs pices au terroir dÕAcq Hautavesne et allenviron provenant de la successions de ses pre et mre et quelques meubles et effets et argent contant provenant comme dessus et de ses Žpargnes, le manoir amazŽ o il demeure et ses droit dans deux autres.

Quand ˆ lÕapport de la future, elle a dŽclarŽ avoir ses droits successives du dit feu Jacques LEFEBURE son pre, et la dite BLAZARE sa mre icy prŽsente luy donne la jouissance et usufruit quel a droit pendant sa vie dÕune boistellŽe des terres situŽ au dit Acq tenant de liste ˆ la veuve Nicolas GENEL et de bout ˆ Antoine COLLIN, plus luy donne une vache poil noire ˆ blanc nŽe, un lit garnie de la valeur de 30 £, la moitiŽ dÕun porcq gras, un tonneau ˆ la bierre, plus luy donne la juste moitiŽ des grains secq qui se trouve actuellement dans les granges de la dite BLAZARE sauf les warats de vesches qui resteront ˆ la dite BLAZARE, laquelle cde et abbandonne ˆ la dite future sa fille tous ses droits de viages ou usufruit mesme les droit et parts mobiliaires qui appartient ˆ la dite future du chef de feu Jacques LEFEBURE son pre et ˆ icelui des succession de ses pre et mre, nul exceptŽ pour de tout en jouir du jour de la cŽlŽbration de ce mariage, au surplus luy donne et promet luy livrer 100 £ de tabacq en feuilles. En considŽration de ce que dessus le dite future au besoin autorisŽ du dit futur renonce en faveur du dit Pierre Guislain CRETON son frre utŽrin aux droit et parts quelle pourrait prŽtendre dans la succession mobilliaire consistant en meubles effets or argent et dettes actives que dŽlaissera la dite BLAZARE mre commune et la dite future sera tenue de payer ˆ Jean Baptiste CRETON la moitiŽ de la somme de 58 £ en dŽduisant et retenant icelles les reliefs et autres droit que la dite BLAZARE peut avoir payŽ pour et ˆ lÕacquis du dit Jean Baptiste CRETON, comme aussi ˆ raison de la moitiŽ des grains cŽdŽ ˆ la dite future icelle paiera la moitiŽ des labours et rentes sur lesquels ils ont crus pour cette annŽe seulement.

A ŽtŽ convenus quÕils seront communs en tous biens et arrivant la dissolution de ce mariage soit que dÕiceluy il y ait enfant vivans ou non le survivant restera propriŽtaire de tous meubles effets et tels rŽputez de la communautŽe payant toutes dettes obsecques funŽrailles, aura en outre la jouissance ou usufruit des biens que dŽlaissera le prŽdŽcŽdŽ en les dŽchargeant des rentes et rŽparations viagre.

Quant aux acquts quils pourront faire durant leur conjonction, de tels natures quils soient o ils puissent tre scituŽs et assis et par quelque coutume ils soient rŽgis ils seront communs le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propre et de lÕautre par usufruit pour aprs le dŽcs du survivant cette dernire moitiŽ retourner aux hŽritiers du prŽdŽcŽdŽ avec ses charges esquels seront compris tous retrait lignager ; en faveur de ce mariage la dite BLAZARE a accordŽ reprŽsentation avoir lieu en sa succession immobiliaire aux enfant ˆ na”tre dÕiceluy pour y faire une teste sans aucuns raport renonans les parties expressŽment et formellement ˆ tous coutumes gŽnŽrales locales et autres rigueurs de droit contraires aux prŽsents promettant tous ce que dessus faire valoir ˆ toujours sous lÕobligations de leurs biens ; domicile eleu ˆ la maison rouge Arras et ajuges messieurs du Conseil dÕArtois. PassŽ ˆ Arras le  4 octobre 1754. Ayant la dite BLAZARE dŽclarŽ ne savoir Žcrire de ce interpellŽ. SignŽ : Juilen WARNIER, Philippine LEFEBURE, Pierre Guislain CRETON, et comme notaires HENRY et CITERNE avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage du  30-6-1756 entre

Guislain WARNIEZ et Marguerite Joseph GARBET

(4E 18/72)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Marie Guislaine GENEL veuve de Guislain WARNIEZ mŽnagre demeurante au village dÕAcq, et Guislain WARNIEZ son fils ˆ marier berger demeurant au village dÕHautavesne, assistŽe de la dite GENEL sa mre et de Pierre Dominique COLLIN son beau frre ˆ cause de Marie Anne WARNIEZ sa femme demeurant aussi au dit Acq dÕune part ;

á               Margueritte Joseph GARBET fille de feu Alexis et de Marie Caterine HAPIOT assistŽe de Rosalie GARBET sa soeur germaine la dite GARBET sufisamment ‰gŽe et demeurantes au dit Hautavesne dÕautre part .

Lesquels pour parvenir au mariage proposŽ entre le dit WARNIEZ et la dite Marguerite Joseph GARBET avant la cŽlŽbration dÕiceluy reconoissent tre convenu de ce qui suit :

Quant au portement du futur mariant la dite mre se faisant et portant de ses enfans luy donne et cde au besoin 1/2 mesure de terre scituŽe au terroir dÕHautavesne tenante dÕune liste aux hoirs Guillaume TENEL dÕautre liste ˆ Charles DESGARDIN dÕun bout ˆ Jean Baptiste GARBET dÕautre bout au chemin de BŽthune que le dit futur a retrait en son nom sur Jean Baptiste BAYART en payant et rendant par le dit futur ˆ sa dite mre la somme de 100 £ une fois que le dite mre luy a avancŽ pour parvenir au dit retrait, pour par le dit futur en jouir en toute propriŽtŽ du jour de la cŽlŽbration de ce mariage ˆ charge des rentes foncires et anciennes redevances, plus luy cde la jouissance dÕune mesure de terre en deux pices ˆ prendre la premire 1/2 mesure allencontre de Dominique COLLIN ˆ cause de sa femme, deuxime demi mesure sur le terroir dÕHautavesne de liste ˆ Julien WARNIEZ pour en jouir du jour de la cŽlŽbration de ce mariage, de plus convenu que sa dite mre profitera de la dŽpouille cette annŽe, en outre luy cde sa monture de berger composŽe de dix sept bestes ˆ laine et deux chiens ensemble tous les gages qui peuvent lui estre dus en payant et rendant aussy ˆ sa dite mre la somme de 200 £ Artois, faisante avec 100 £ cy dessus que le dit futur est pareillement tenu rendre ˆ sa dite mre la somme de 300 £ une fois sur laquelle somme de 300 £ la dite GENEL mre du dit futur luy donne celle de 100 £ une fois, laquelle somme de 100 £ le dit futur sera tenu ˆ rapporter ˆ la masse de la succession de sa mre y venant.

 Quant ˆ lÕapport du futur mariant ( la future mariante ?) il ne sÕen fera icy aucune dŽclaration ny spŽcification dont le dit futur mariant et assistants sont tenus contents.

Les futurs seront uns et communs en tous biens et il y aura communautŽ.

Et arrivant la dissolution de ce mariage soit que dÕiceluy il yait enfans vivants nŽs apparant ˆ naitre ou non, le survivant des futurs restera propriŽtaire de tous meubles effets et tels rŽputŽs de la communautŽ en payant toutes dettes obsecques et funŽrailles et viager des immeubles que dŽlaissera le prŽdŽcŽdŽ en les dŽchargeant des charges viagres et le viager des immeubles nÕaura lieu quՈ condition que le survivant restera en viduitŽ. Quant aux acquts que les futurs pourront faire durant ce mariage de tels natures quÕils soient et par quelque coutume ils soient rŽgis et assis, soit fiefs cotteries mains fermes et communs le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propre et de lÕautre en viage, esquels seront compris tous retraits lignagers qui suivront la ligne dÕo ils procŽderont en restituant le mi denier.

En faveur de ce mariage la mre du futur accorde reprŽsentation avoir lieu en sa succession aux enfans ˆ naitre dÕiceluy en rapportant du portement cy dessus la somme de 100 £ une fois seulement ou moins prendre en y venant.

Renonans les dites parties expressŽment et spŽcialement ˆ toutes coutumes locale gŽnŽrale stils usages et autres rigueurs de droit contraires aux prŽsentes.

A lÕaccomplisseent de ce que dessus les paerties obligent leurs biens sur lesquels ils accordent toutes seuretŽes requises, domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras, acceptant ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ choses contraires. Ayant les dits GENEL et GARBET dŽclarŽs ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ. PassŽ ˆ Arras le 30 juin 1756. Etoient signŽs : Guislain WARNIEZ, Pierre Dominique COLIN et pour notaires HENRY et son confrre.

 

 

Procuration ˆ Douay en date du 19-2-1757

de Jean Baptiste LAZARE ˆ Albert CUISINIER

(4E 18/73)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois ˆ Douay soussignŽs fut prŽsent:  

Ma”tre Jean Baptiste LAZARE avocat au Conseil dÕArtois demeurant ˆ BersŽes lequel a fait et constituŽ son procureur gŽnŽral et spŽcial Albert CUISINIER meunier demeurant au village dÕAcq auquel il donne pouvoir de pour luy et en son nom traiter et transiger avec la veuve Jean Franois MAYEUR meunire du dit Acq du parfait de bail du moulin banal du dit lieu maison et terres et dŽpendantes appartenant au constituant de mme que pour les reprises des mŽliorations au cas quÕil sÕen trouve en consŽquence des prisŽes et estimation faites et celles ˆ faire cy aprs par experts et dŽnommer entre la dite veuve et le dit procureur constituŽ, recevoir le dŽpart de lÕoccupresse et casser et annuller le bail quy luy en a ŽtŽ accordŽ en lÕindemnisant de la non jouissance du parfait de son dit bail, et luy payant les amŽliorations justes et raisonnŽes de ses propres deniers desquels le sieur comparant luy  tiendra compte sur les fermages du dit moulin maison et terres et dŽpendances dont il promet luy payer bail aux charges et conditions reprises au mŽmoire de luy signŽ en datte dez ce jour dÕhuy, promettant avoir pour agrŽable ce que le procureur constituŽ aura fait et gŽrŽ en vertu des prŽsentes, obligeant etc...PassŽ au dit Douay le 19 fŽvrier 1757. Etoient signŽs : LAZARE, avec les notaires DEFAULX et COPPIN avec  paraphe.

 

 

Transaction du 2-4-1757

entre Albert CUISINIER et Marie Guislaine DE CAUCHY

(4E 18/73)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Albert CUISINIER meunier demeurant au village dÕAcq, procureur gŽnŽral et spŽcial de ma”tre Jean Baptiste LAZARE avocat demeurant ˆ BersŽes, fondŽ de sa procuration passŽe devant notaires ˆ Douay le 19 fŽvrier dernier, restŽ jointe aux prŽsentes dÕune part ;

á               Marie Guislaine DECAUCHY veuve de Jean Franois MAYEURE, meunire du moulin dÕAcq demeurante ˆ Cuinchy paroisse dÕEcoivre dÕautre part.

Lesquels pour mettre fin ˆ lÕinstance intentŽe de la part du dit sieur LAZARE par requte du 26 octobre dernier afin de dommages et intŽrts et dŽsistement du moulin et maison et manoir y mentionnŽs et autres demandes et prŽtentions respectives sur quoy est intervenu jugement du Conseil dÕArtois le 9 novembre en suivant sont convenus par transaction absolue et irrŽvocable pour Žviter ˆ ultŽrieurs frais et procŽdures mme ˆ la visite ordonnŽ par le dit jugement de ce quy suit scavoir :

Moyennant lÕabandon et rŽsilement que fait la dite seconde comparante fait du bail quÕelle a du manoir et moulin dont est question ainsy quÕil se trouve et dont elle fait dez ce jour dÕhuy au profit du premier comparant pour en faire et disposer ˆ sa volontŽ.

Iceluy premier comparant tant en son propre et privŽ nom quÕen sa qualitŽ quitte et dŽcharge la dite seconde comparante de tous frais de visite et autres accessoires et en considŽration de tout quoi et pour tous dŽdommagements amŽliorations par elle faites aux dits moulin et maison ainsy que des frais dont le dit sieur LAZARE est condamnŽ par la dite sentence il paiera la somme de 266 £ Artois ˆ compte de laquelle somme  a ŽtŽ payŽ comptant celle de 120 £ ˆ la seconde comparante dont elle passe quittance et pour le surplus portant 146 £ le dit CUISINIER en son nom et qualitŽ susdit sÕoblige de la payer en trois termes scavoir :

1¡) 36 £ au jour de Saint Jean Baptiste ;

2¡) 45 £ au jour de Saint RŽmy suivant ;

3¡) et le surplus portant 65 £ au jour de No‘l.

En ... le tout de cette annŽe 1757 sans aucunes sommation ny formalitŽ de justice et faute de satisfaire aux termes susdits il sera libre ˆ la dite seconde comparante de rentrer en ses droits et actions de baulx et autres, et pour quoy ces prŽsentes ne se seroient passŽs aprs que la dite seconde comparante aura retirŽ la vieille meule quy se trouve au dit moulin et les effets non servants au dit moulin, elle laisse tous les ustencils servants au dit moulin y resteront au moien de tout quoy les parties seront et demeureront respectivement quittes de toutes prŽtentions et contre prŽtentions frais et autres accessoires mme de ceux esquels le dit sieur LAZARE a ŽtŽ condamnŽ entrŽ en considŽration de la somme cy dessus et toute instance prendra fin sans aucune rŽpŽtition promettans les comparants ce que dessus faire valoir ˆ toujours mme le premier comparant au besoin faire ratifier ces prŽsentes sous lÕobligation de leurs biens y accordans toutes seuretŽes requises le premier comparant a ses dŽpens, domicile Žlu ˆ la maison rouge ˆ Arras, et ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans etc...

PassŽ ˆ Arras le 2 avril 1757 ; Žtoient signŽs : Albert CUISINIER, Marie Guislaine DE CAUCHY, et pour notaires HENRY et THOMAS avec  paraphe.

 

 

Vente et rente du 15-4-1757 de Franois Joseph COUTIAU, ˆ

Guislain ALLART et Marie Theresse WARNIER sa femme

(4E 18/73)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs est comparu:

á               Franois Joseph COUTIAU jeune homme ˆ marier suffisamment ‰gŽ demeurant ˆ Arras lequel pour son plus grand profit et au besoin par la voye de necessitŽ quÕils ont jurŽs et afirmŽs s mains des dits notaires et tŽmoignŽs en suivi a ŽtŽ par Pierre Bernard LIBERSALLE et Augustin LENGRENEZ praticiens demeurants ˆ Arras gens dignes de foy et de crŽdence disans en avoir connoissance, a vendu cŽdŽ et transportŽ au profit de :

á               Guislain ALLART mŽnager demeurant ˆ Acq et Marie Theresse WARNIER sa femme acceptant :

Un manoir amazŽ scituŽ au dit Acq contenant 17 verges ou environ tenante dÕune liste au dit ALLART dÕautre aux enfans de Guillaume PRUVOST dÕun bout au flŽgard dÕautre aux enfans Guislain CRETON, tenues en cotterie de lÕabbaye de Saint Eloy, provenant au dit COUTIAU de son patrimoine pour du dit manoir ainsy quÕil se comprend et extend sans y rien rŽserver ny retenir ny livrer par mesurage en jouir par le dit ALLART et sa femme leurs hoirs ou ayans causes dez cejourdhuy en propriŽtŽ et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires seigneurialles et anciennes redevances dŽchargŽs de toutes dettes et hipotecques quelconques jusquՈ ce jour .

Cette vente faite ˆ la charge du bail quÕen ont les acquŽreurs : deux messes pour les trŽpassŽs, 15 £ de vin, et 12 £ en vin de table, et pour prix principal la somme de 216 £ Artois franc deniers, que le vendeur reconnoit avoir reu compant scavoir 143 £ des deniers du dit ALLART et sa femme, et 100 £ des deniers de Jean Baptiste WAGON bourgeois charbonnier de terres et Marie Madelaine HODOYER  sa femme demeurants ˆ Arras dont quittance ˆ ces causes les dits ALLART et sa femme icelle de luy authorisŽe icy prŽsent et solidairement sans division ny disention, renonans aux bŽnŽfices dÕiceux crŽŽ et constituŽ sur eux et leurs biens et spŽcialement sur le dit manoir vendu au profit du dit WAGON et sa femme acceptant 5 £ Artois de bonne rente hŽritire annuelle et perpŽtuelle dont la premire annŽe echera au 15 avril 1758 et ainsy continuer ˆ toujours du moins jusquÕau rembours effectif quÕen pourront faire les constituans en remboursant pareille somme de 100 £ avec  tous cours arrŽrages et frais en rŽsultans le tout en argent sonnant et non autrement ˆ la seuretŽe de quoy le manoir cy dessus demeurera lŽgalement affectŽ et hipotecquŽ sans pouvoir tre vendu quՈ cette charge promettant le vendeur cette vente garantir ˆ toujours les acquŽreurs cette rente faire valoir sous lÕobligation de leurs biens y accordans toutes oeuvres de loix requises les acquŽreurs ˆ leurs dŽpens. Elisant domicile ˆ la maison rouge ˆ Arras, et ˆ juges Messieurs du Conseil dÕArtois, nommant le porteur de cette leur procureur spŽcial tant pour lÕaccord des seuretŽes cy dessus pour et au nom du vendeur se dessaisir  de la propriŽtŽ de ce que dessus vendu et dÕaccorder la saisine aux acquŽreurs et de la part dÕiceux affecter et hipotecquer leurs dits biens ˆ la plus grande assurance de la dite rente ou consentir ˆ tous dŽcrets, renonans ˆ toutes choses contraires. Ayant le dit WARNIER  et HODOYER dŽclarŽs ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires. PassŽ ˆ Arras le 15 avril 1757 ; Žtoient signŽs : Franois Joseph COUTIAU, Guislain ALLART, Jean Baptiste WAGON, LIBERSALLE, LENGRENEZ, et pour notaires HENRY et JOUENNE avec  paraphe.

 

 

Contrat de mariage du 25-6-1757 entre

Pierre Guislain GENEL et Marie Joseph BAYART

(4E 18/73)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Pierre Guislain GENEL fils ˆ marier de feu Nicolas et dÕencore vivante LŽonore CUISINIER, assistŽ de la dite CUISINIER sa mre, et de Jean Franois CUISINIER son oncle maternel demeurant au village dÕAcq dÕune part ;

á               Marie Joseph BAYART fille ˆ marier de feu Adrien et dÕencore vivante Marie AngŽlique CREPIN, assistŽ de la dite CREPIN sa mre, et de Adrien BAYART son frre, de Marie HŽlaine BAYART sa soeur, et de Thomas MAYEUR son beau frre ˆ cause de Marie Theresse BAYART sa femme, demeurants ˆ Carency dÕautre part.

Et reconnurent pour parvenir au mariage dÕentre le dit GENEL et la dite BAYART avant la cŽlŽbration dÕiceluy sont convenus de ce quy suit.

Quant au portement du futur mariant la dite CUISINIER sa mre, en faveur de ce mariage donne et laisse suivre au dit futur son fils les immeubles suivans :

1Á) Primes une demi mesure de terre avestie au terroir dÕAcq tenant de liste au sieur CAMPAIGNE, dÕautre ˆ Florent SEVIN, dÕun bout au bosquet du seigneur dÕAcq ;

2Á) Item boistellŽe 1/2 de terre au terroir de FrŽvent Capel tenante de liste ˆ Joseph HERBET, dÕautre ˆ Jean Baptiste et Pierrre Guislain CRETON, de bout aux terres du sieur LECLERCQ de Saint Eloy, dÕautre au dit Florent SEVIN ;

3¡) Item une demi mesure au dit terroir, tenant de liste au chemin dÕAcq ˆ FrŽvin, dÕautre ˆ la rue Tu...re de Fervin, de bout ˆ Jean Franois CUISINIER, dÕautre ˆ Jean DAMBRINES ;

4¡) Item une boistellŽe prise en cinq allencontre de la dite CUISINIER sa mre, ˆ prendre de liste ˆ AndrŽ GENEL, dÕautre au surplus, de bout, ˆ 17 mesures du seigneur dÕAcq ;

Pour de tout en jouir du jour de la cŽlŽbration de ce mariage ˆ la charge des rentes foncires, plus la dite CUISINIER donne au dit futur son fils une vache et un lit garni, le dit lit ŽvaluŽ ˆ 30 £ qui est tout son portement Au surplus, la dite CUISINIER sÕobligent de loger les dits futurs pour demeurer ensemble la vie durante de la dite CUISINIER sÕils peuvent sÕaccomoder ensemble et les dits futurs travailleront ˆ leur profit seuls.

Quant ˆ lÕaport de la future, la dite CREPIN sa mre lui donne en faveur de ce mariage une demi mesure et demi quartier de terre sŽant autour et terroir de Carency, tenante de liste ˆ Jean CAPET, dÕautre aux ...,occupŽs par AndrŽ LEROY, pour en jouir du jour de la cŽlŽbration de ce mariage ; plus luy donne la somme de 200 £ une fois, et luy fournira une vache et 6 boisteaux de bled aprs lÕaoust prochain. A ŽtŽ dit que lÕavestie croissant sur la dite demi mesure et demi quartier se partagera par moitiŽ entre la future et sa mre cette fois seulement.

Les futurs seront communs en tous biens et il y aura communautŽ. Convenu quÕarrivant la dissolution de ce mariage, soit que dÕiceluy il y ait enfans vivans nŽs apparans ˆ naitre ou non, le survivant restera propriŽtaire de tous meubles effets et tels rŽputŽs de la communautŽ, en payant toutes dettes obsecques et funŽrailles ; aura en outre le dit survivant pour gain de survie la jouissance viagre des biens immeubles echus et ˆ echoir et que dŽlaissera le premier dŽcŽdŽ en les acquittant des charges foncires.

LibertŽ ˆ la dite future de renoncer ˆ la communautŽ se faisant elle remportera son portement ci dessus, ses habits linges bagues joyaux, son lit ses successions donnations et obventions et pour douaire la jouissance des biens du dit futur le tout franchement dont elle aura le choix.

Quant aux acquets quÕils pourront faire de tels natures quÕils soient et par quelques coutumes ils soient rŽgis soient fiefs cotteries mains fermes comme autrement soient que la future y soit connue ou non, ils seront communs le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propre et de lÕautre en viage, esquels seront compris tous retraits lignagers.

En faveur de ce mariage les mres des dits futurs accordent reprŽsentation avoir lieu en leurs successions mobiliaires et immobiliaires aux enfans ˆ naitre dÕiceluy allencontre de leur oncle et tante et y prendre la part de leur pre ou mre en rapportant les portements cy dessus ou moins prendre ; renonans les dites parties expressŽment et spŽcialement ˆ toutes coutumes locales particulires entravestissements coutumes gŽnŽrale usages et rigueur de droit contaires, ˆ lÕaccomplissement de ce que dessus ils obligent leurs biens y accordant tous oeuvres de loix, acceptant  ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ toutes choses contraires, ayant les dits CUISINIER BAYART et CRESPIN dŽclarŽs ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires. PassŽ ˆ Carency le 25 juin 1757 ; estoient signŽs : Pierre Guislain GENEL ; Thomas MAYEUR, Jean Franois CUISINIER, et pour notaires HENRY et JOUENNE avec paraphe.

 

 

Vente du 16-1-1758 de

Marie Jacqueline MOREL ˆ Jean Baptiste HENRY

 

Pardevant les notaires roiaux dÕArtois soussignŽs est comparue :

Marie Jacqueline MOREL veuve dÕAntoine PIO demeurante au village dÕAcq, laquelle pour survenir ˆ ses affaires mme au besoin par la voie de nŽcessitŽ qu Ôelle a jurŽe et affirmŽe s mains des dits notaires et que certifiŽ a ŽtŽ par Pierre Henri VALOIS et Franois DE WAILLY bourgeois demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes et moiennant trois messes pour le repos des ‰mes des fidels trŽpassŽs et pour deniers principaux de la vente cy aprs 850 £ Artois que la comparante reconnoit dÕavoir reu comptant de Jean Baptiste HENRY ma”tre tonnelier et brasseur demeurant au dit Acq et de Marie Antoinette CRETON sa femme dont elle leur passe par ces prŽsentes ˆ ces causes la dite comparante a vendu et ceddŽe vend et cedde lŽallement et sans fraude aux dits HENRY et sa femme ce acceptans en personnes prŽsens et comparans le nombre de 3 mesures de terreslabourables situŽes au terroir de FrŽvin Cappel, tenant dÕune liste au sieur de WARLUS, dÕautre liste au chemin de St Eloy ˆ Aubigny, dÕun bout ˆ 9 mesures du seigneur de FrŽvin, dÕautre bout ˆ 6 boitelŽes de la cure dÕAcq, tenues en cotterie du seigneur de FrŽvin et procŽdantes ˆ la dite veuve dÕantoine PIO dÕacquisitions quÕelle en a faite de Charles Joseph MATHON demeurant ˆ Douay et dÕAntoine SALMON bourgeois ˆ marier demeurant ˆ Arras et de Marie Claire MATHON femme sŽparŽe quant aux biens dÕAntoine LEFEBVRE demeurante au dit Acq par contrat passŽ devant notaire le 19 mars 1742 pour des dites 3 mesures de terres soit quÕil y en ait plus ou moins et sans les livrer par mesurage jouir et profiter par le dit HENRY et sa femme de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charge des rentes foncires et anciennes redevances des droits seigneuriaux džs ˆ raison des prŽsentes et ˆ charge du bail quÕen a lÕoccupeur actuel lequel finira par la rŽcolte de 1760, aiant la vendresse promis paier aux acquŽreurs chacun an au jour de St AndrŽ pendant le restant du dit bail le nombre de 3 razires de bled dont la premire annŽe escheura ˆ la St AndrŽ prochain, la deuxime annŽe escheura ˆ pareil jour de St AndrŽ du dit an 1760, lequel bled sera bon et lŽal, et que de cense dŽchargŽ les dites 3 mesures de terres de tous arrŽrages des dites rentes dettes hipotques fidŽi commis et substitutions ˆ toujours par la dite vendresse laquelle promet cette prŽsente vente tenir entretenir garantir et faire valoir ˆ toujours sous lÕobligation des biens prŽsens et ˆ venir de la dite vendresse sur lesquels elle accorde tre prises toutes suretŽes de droit, donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites suretŽes comme aussy de se dessaisir dŽvestir et dŽshŽriter de la propriŽtŽ des dites 3 mesures en accorder la saisine et adhŽritance icelle foncire et propriŽtaire aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens ou bien consentir ˆ tous dŽcret de main assise ou mise de fait ˆ intenter pour raison des prŽsentes acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois, aiant la dite MOREL veuve PIO dŽclarŽe ne scavoir signer de ce interpellŽe par les dits notaires. PassŽ ˆ Acq le 16 janvier 1758 ; signŽs : Jean Baptiste HENRY, Marie Antoinette CRETON, VALLOIS, Franois DEWAILLY, et comme notaires BOSSU et DESHORTIES.

 

 

Contrat de mariage du 29-3-1758 entre

Pierre Guislain CRETON et Julienne WARNIER

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Marie Jeanne BLAZART veuve en premire nopce de Guislain CRETON, et en seconde noce de Jacques LEFEBURE, demeurante au village dÕAcq, et Pierre Guislain CRETON son fils ˆ marier quÕelle a retenue de sa premire conjonction, assistŽ de Jean Baptiste CRETON son frre et de Pierre LEFETZ son parrain demeurant au dit Acq dÕune part ;

á               Marie Guislaine GENELLE, veuve de Guislain WARNIER demeurante au dit Acq et Julienne WARNIER sa fille aussy ˆ marier assistŽe de Guisalin WARNIER son frre et de Pierre Dominique COLIN son beau-frre ˆ cause de Marie Anne WARNIER sa femme soeur de la mariante dÕautre part.

Lesquels pour parvenir au traitŽ de mariage projettŽ dÕentre le dit Pierrre GuislainCRETON et la dite Julienne WARNIER sont avant tout convenus de leurs portemens retours devis et conditions ainsy quÕil sÕensuit.

LÕapport du mariant consiste dans tous les meubles et effets qui sont dans la possession de la dite Marie Jeanne BLAZART sa mre, laquelle luy en fait donnation en faveur de ce prŽsent mariage pour en jouir sit™t ce mariage cŽlŽbrŽ, plus dans un manoir amazŽ situŽ au dit Acq contenant une boitellŽe et demie ou environ la donnation cy dessus faite par la dite BLAZART de ses meubles et effets ˆ charge par le futur mariant et sa future Žpouse de nourrir alimenter et entretenir tant en santŽ quÕen maladie la susdite BLAZART jusquՈ son dŽcs ainsy quÕils promettent solidairement faire par ces prŽsentes. Convenus quÕau cas arrivant que les marians ne pourroient vivre en bonne intelligence avec la dite BLAZART celui des marians ou de la dite BLAZART qui voudra vivre en particulier ne pourra demander aucune part ni portion des susdits meubles et effets pour en tre ainsi convenus.

Quant au portement de la mariante sa dite mre promet lui paier sit™t ce mariage cŽlŽbrŽ la somme de 50 £ une fois, plus elle promet lui fournir aussi sitot ce mariage cŽlŽbrŽ une vache estimŽe 30 £, un lit garni tel quÕelle voudra en avoir honneur, plus elle lui cde la jouissance ˆ commencer sit™t ce mariage cŽlŽbrŽ dÕune demi mesure ou environ de terres labourables situŽe au terroir dÕAcq, tenante dÕune liste ˆ Julien WARNIER, dÕautre ˆ la dite GENEL, dÕun bout aux terres du sieur DANVIN, dÕautre bout ˆ la veuve Joseph CUISINIER.

Convenu quÕil y aura communautŽe de biens entre les marians et que le survivant avec ou sans enfans demeurera en tous biens meubles et effets et autres rŽputŽs tels de la dite communautŽ en paiant toutes dettes obsques et funŽrailles et sera viager des immeubles que le premier mourant aura dŽlaissŽs. Au cas arrivant que le survivant dans le cas dÕenfans vivans trouverait bon de convoler ˆ des secondes nopces il sera tenu pour lors de faire procŽder ˆ un inventaire, prisŽe, et estimation de tous les meubles et effets ayans composŽs la communautŽe partie prŽsente ou deuement appellŽe pour assurer la moitiŽ dÕicelle communautŽe aux dits enfans de laquelle moitiŽ de communautŽe cependant le survivant en jouira jusquՈ ce que les dits enfans aient atteint lՉge de 25 ans ou pris Žtat honorable. Et si le survivant dans le cas de non enfans vivans viendroit ˆ convoler  ˆ des secondes nopces il nÕaura pour viage que ce qui se trouve portŽ au prŽsent mariage.

Quant aux conquts que les futurs marians pourront faire pendant leur conjonction de tel nature ils soient et par quels coutumes ils soient rŽgis soit fiefs cotteries anciens manoirs mains fermes ou biens situŽs en Žchevinage le tout demeurera commun entre eux soit que la mariante fut nommŽe s contrats saisines ou non et le survivant avec ou sans enfans en jouira de la totalitŽ sa vie durante savoir de la moitiŽ en propriŽtŽ et de lÕautre moitiŽ en usufruit.

Aians les mres des marians en faveur de ce prŽsent mariage accordŽes et accordent respectivement reprŽsentation avoir lieu en leurs successions aux enfans ˆ en naitre pour y faire ttes allencontre de leurs oncles et tantes en rapportant aux masses communes les apports respectives ci dessus ainsi que les marians eux mmes seront tenus faire si lors ils sont vivans et veuillent venir aux mmes succesions.

Les clauses et conventions ci desus seront exŽcutŽes nonobstans tous us stils coutumes rigueurs de droit entravestissements de sang ou par lettres ˆ ce contraires, ˆ quoy a ŽtŽ expressŽment dŽrogŽ et renoncŽ et promettent les comparans le tout tenir entretenir paier et entirement accomplir sous lÕobligation des biens prŽsens et ˆ venir des marians sur lersquels ils accordent tre prises toutes suretŽes de droit au dŽpens de qui il appartiendra , acceptans respectivement pour juges MM du Conseil dÕArtois, aians les dites Marie Jeanne BLAZART et Marie Guislaine GENELLE et Julienne WARNIER  dŽclarŽes ne scavoir Žcrire ni signer de ce interpellŽes par les dits notaires ; passsŽ ˆ Arras ce 29 mars 1758 signŽs : Pierre Guislain CRETON, Jean Baptiste CRETON, Pierre Dominique COLIN, Pierre LEFETZ, Guislain WARNIER, et comme notaires BOSSU et COCQUET.

 

 

Partage en date du 29-3-1758 entre

Jean Baptiste CRETON et Pierre Guislain CRETON

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean Baptiste CRETON jeune homme ˆ marier demeurant en cette ville dÕArras dÕune part ;

á               Pierre Guislain CRETON aussi jeune homme ˆ marier demeurant au village dÕAcq dÕautre part.

Et reconnurent les comparans dՐtre propriŽtaires par indivis dÕun manoir amazŽ de maison et autres Ždifices scituŽs au dit Acq contenant 3 boitellŽes ou environ tenant dÕune liste ˆ une boitellŽe et demie de FŽlix MATHON, dÕautre liste ˆ 3 quarreaux de Pierre Guislain BERNARD, et aux manoirs de Guislain ALLART et Guillaume PREVOST ˆ cause de sa femme, dÕun bout au flŽgard, dÕautre bout au manoir non amazŽ des hŽritiers Martin BACQUEVILLE, tenu en cotterie de lÕabbaye St Eloy, et procŽdant ˆ iceux comparans de la succession de Guislain CRETON leur pre. Et voulant les dits comparans jouir divisement de chacun leur part du susdit manoir, ils ont en ont fait faire deux lots les plus Žgaux quÕil a ŽtŽ possible par experts et gens ˆ ce connoissans, lesquels aiants ŽtŽ tirŽs au sort le premier lot appartiendra au dit Jean Baptiste CRETON et se consiste dans la moitiŽ du susdit manoir faisant pour icelle moitiŽ une boitellŽe et demie ou environ ˆ prendre dÕune liste au dit FŽlix MATHON, dÕautre au surplus du dit manoir. Et le second lot qui est tombŽ au dit Pierre Guislain CRETON se consiste dans lÕautre moitiŽ du dit manoir avec tous les amazemens qui y sont construits pour tenir dÕune liste au premier lot dÕautre liste au dit BERNARD et autres, et comme le second lot se trouve excder en valeur le premier lot le dit Pierre Guislain CRETON promet et dÕoblige de paier au dit Jean Baptiste CRETON son frre pour soulte de partage la somme de 79 £ 10 sols paiable savoir la moitiŽ dÕhuy en trois ans et lÕautre moitiŽ dÕhuy en six ans.

Promettans les comparans ce prŽsent partage tenir entretenir et entirement accomplir ˆ toujours pour jouir par iceux comparans de chacun leurs lots ainsi quÕil se trouve plantŽs et amazŽs et repris ci dessus, ˆ charge par eux des rentes foncires et anciennes redevances dŽchargŽs lÕun envers lÕautre de tous arrŽrages dettes et hipoteques quelconques, le tout sosu lÕobligation de leurs biens prŽsens et ˆ venir, sur lesquels ils accordent tre prises toutes suretŽes de droit, au dŽpens de qui il appartiendra, acceptans respectivement pour juges MM du Conseil dÕArtois ; passŽ ˆ Arras ce 29 mars 1758 ; signŽs : Jean Baptiste et Pierre Guislain CRETON, et comme notaires BOSSU et COCQUET.

 

 

Contrat de mariage du 20-5-1758 entre

Antoine GENEL et Anne Theresse BEUDART

(4E 18/74)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Antoine GENEL fils ˆ marier de feu Nicolas et dÕencore vivante LŽonore CUISINIER, assistŽe de la dite CUISINIER sa mre, de Pierre Guislain GENEL son frre, et de Foelix WARNIER son beau frre ˆ cause de Jeanne Franoise GENEL sa femme soeur du dit Antoine GENEL ;

á               Anne Theresse BEUDART fille ˆ marier de feu Jean et dÕencore vivante Marie Theresse HOIEZ, assistŽ de la dite HOIEZ sa mre, et de Nicolas Joseph BEUDART son frre, dÕautre part, demeurans tous ˆ Acq sauf les seconds comparants qui demeurent ˆ  Saint Eloy .

Et reconnurent pour parvenir au mariage dÕentre le dit Antoine GENEL et la dite Anne Theresse BEUDART avant la cŽlŽbration dÕiceluy sont convenus de ce quy suit :

Quant ˆ la part du futur mariant il a dŽclarŽ avoir et portŽ au prŽsent mariage ses droits successives mobiliaires et immobiliaires de son feu pre ; la dite CUISINIER sa mre en faveur de ce mariage et en avancement dÕhoirie luy donne 6 coupes de terres labourables scituŽes en 3 pices au terroir du dit Acq ; la premire contenante 1/2 mesure avestie de de bled tenante de liste ˆ Joseph RICQUART, dÕautre aux hŽritiers Guislain CRETON, dÕun bout ˆ Guislain ALLART ; la deuxime une autre demi mesure avestie de mars tenante de liste ˆ AndrŽ GENEL dÕautre aux hŽritiers Jean Toussaint HERBET de bout au chemin du Sauchoy ; la troisime dÕune autre demi mesure ˆ gachres, tenante de liste aux terres de la veuve Guislain WARNIER dÕautre liste aux terres du seigneur dÕAcq et dÕun bout aux terres des pres carmes dŽchaussŽs dÕArras pour des dites terres en jouir du jour de la cŽlŽbration de ce mariage ˆ la rŽserve seulement de la dŽpouille de cette annŽe de la deuxime demi mesure ˆ mars qui demeurera au profit de la dite CUISINIER sa mre pour cette fois seulement, ˆ charge des rentes foncires et anciennes redevances, la dite CUISINIER donne et sÕoblige fournir une vache qui est tout son apport. Convenu entre le dit futur et les dits Pierre Guislain GENEL et Foelix WARNIER se faisant fort de Jeanne Franoise GENEL sa femme promettant luy faire ratifier ces prŽsentes que pour Žviter le dŽmembrement du manoir amazŽ dŽlaissŽ par le dit feu Nicolas GENEL leur pre scituŽ au dit Acq contenant 1/2 mesure ou environ tenante de liste ˆ Pierre Guislain DELABRE, dÕautre au chemin de Saint Eloy conduisant ˆ Aubigny, de bout au Jardin BrulŽ, iceluy manoir amazŽ ainsy quÕil se comprend et extend sans y rien rŽserver appartiendra en toute propriŽtŽ au dit Pierre Guislain GENEL auquel les autres comparants lui cdent tous les droits et parts quÕils ont en iceluy et la dite CUISINIER tout droit de douaire et viage pour par luy en jouir dez ce jour dÕhuy en propriŽtŽ et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances en considŽration de ce que dessus le dit Pierre Guislain GENEL tant en son nom que se faisant fort de Marie Joseph BAYART sa femme cde et abandonne un manoir non  amazŽ scituŽ au dit Acq contenant coupe 1/2 ou environ provenant dÕacquisitions que le dit Pierre Guislain GENEL et sa femme en ont fait de Marie Joseph LEROUX et de Jean Baptiste TAHON tenante de liste aux veuves et hŽritiers du dit TAHON dÕautre ˆ Joseph HERBET de bout ˆ Guislain WARNIER dÕautre au chemin de Saint Eloy allant ˆ Aubigny, aux dits Antoine GENEL et Foelix WARNIER et sa femme chacun par moitiŽ pour par eux en jouir en toute propriŽtŽ dez ce jour dÕhuy et ˆ toujours ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances et pour faire la division et scavoir chacun leur moitiŽ a ŽtŽ convenu que la part et moitiŽ du dit Antoine GENEL se prendra lez long du dit chemin de Saint Eloy ; et le dit WARNIER et sa femme la moitiŽ le long du dit Guislain WARNIER ; a ŽtŽ dit que les manoirs cŽdŽs ˆ lÕun et lÕautre tiendront mesme ...et suivre cote et ligne des dits GENEL et attendu la cession faite par le dit Pierre Guislain GENEL du manoir quÕil a acquis avec sa femme le manoir ˆ luy cŽdŽ tiendra lieu de remploy ˆ la concurrence de celui acquis suivant le prix portŽ au contrat dÕacquisition.

Au surplus la dite CUISINIER du consentement du dit futur et du dit Foelix WARNIER se faisant fort que dessus donne cde et abandonne au profit du dit Pierre Guislain GENEL acceptant tous generalement quelconques nul exceptŽ les meubles effets meublans grains bestiaux et autres tels quÕils se trouvent en sa possession en la maison o elle demeure dont la tradition  a ŽtŽ faite ˆ lÕinstant tant pour en jouir dez ce jour dÕhuy en propriŽtŽ ˆ tous quoy les dits futurs et WARNIER renoncent ˆ tous les droits et parts et actions ainsy que dans les effets et tels rŽputŽs que la dite CUISINIER dŽlaissera ˆ son dŽcs mme des avesties engrangŽs chez le dit Pierre Guislain GENEL, et tous ceux qui se trouveront abatus et coupŽs sur les terres que la dite CUISINIER dŽlaissera ˆ son dŽcs demeurant chez luy , et les dites terres avesties croissants lors du dit dŽcs et non abatu se partageront avec les autres terres sujettes ˆ raport entre les enfans de la dite CUISINIER suivant les coutumes et dispositions.

En considŽration des avantages cy dessus faits au dit Pierre Guislain GENEL iceluy sÕoblige de payer savoir : 150 £ au dit Antoine GENEL et 150 £ au dit Foelix WARNIER et sa femme, le tout en deux termes scavoir : ˆ chacun la moitiŽ en dedans deux ans dhuy; et les autres moitiŽs deux ans en suivant le payement cy dessus, plus le dit Pierre Guislain GENEL sÕoblige de loger chez luy la dite CUISINIER sa mre et luy donner place pour renfermer ses grains et fourages et luy laisser lÕusage des meubles effets cy dessus aussy longtems quÕelle voudra rester avec luy de quoy elle sera libre. SÕoblige en outre de payer et acquitter seul toutes les dettes gŽnŽrallement quelconques hipotecquŽs ou non du dit feu Nicolas GENEL et de la dite CUISINIER ses pre et mre jusquՈ ce jour mme de celle que la dite CUISINIER pourra contracter jusquÕau jour quÕelle restera avec luy et non plus avant, en profitant comme est dit cy dessus des grains qui se trouveront lors coupŽs et abbatus de sorte que le dit futur WARNIER  et sa femme ne pourront estre inquiŽtŽs ˆ raison des dites dettes ; ayant les ites parties convenu quÕils ne seront tenus de raporter aprs les dŽcs de la dite CUISINIER que les terres labourables quy leurs a ŽtŽ donnŽ traitant leur mariage pour le surplus ils seront dŽchargŽs se trouvant avantagŽs lÕun comme lÕautre.

Quant ˆ lÕapport  de la future la dite Marie Teresse HOIEZ sa mre en faveur de ce mariage donne et abandonne une mesure de terre scituŽe au terroir de Saint Eloy en trois pices : scavoir : 1/2 mesure tenante de liste ˆ la veuve Pierre Joseph BRISMAILLE dÕautre ˆ la dite HOIEZ et de bout ˆ la forest de Berthonval ; une boistellŽe 1/2 ou environ tenante de liste ˆ Nicolas Philippe FRESSIN dÕautre ˆ Jean Baptiste CARON et de bout au chemin de Villers ˆ Arras ; et 1 boistellŽe environ tenante de liste ˆ la veuve Jacque MATHON dÕautre aux hŽritiers Marie Guislaine HOREIN de bout aux Plats, pour en jouir du jour de ce m    ariage ainsy quÕelles se trouvent actuellement ; plus donne la jouissance jusquÕau dŽcs de la dite HOYEZ dÕun jardin amazŽ de granges et Žtables scituŽ au dit Saint Eloy tenante de liste ˆ Charles LECLERCQ dÕautre au pretz Dhabart du sieur GOSSE ensemble de la maison qui se trouve vis ˆ vis du dit jardin composŽ de trois places tenantes ˆ la maison quÕoccupe la dite HOIEZ sa mre pour jouir du jour de la dite cŽlŽbration ˆ la charge des rentes foncires et anciennes redevances plus donne ˆ la dite future la somme de 100 £ une fois sitost la cŽlŽbration dÕiceluy et luy fournir un lit garni suivant son Žtat de la valeur de 30 £.

Les futurs seront communs en tous biens et il y aura communautŽ. Convenu quÕarrivant la dissolution de ce mariage soit que dÕiceluy il y ait enfans vivants nŽs apparants ˆ na”tre ou non, le survivant restera propriŽtaire de tous meubles effects et tels rŽputŽs de la communautŽ en payant toutes dettes obsecques et funŽrailles ; aura en outre pour gain de survie la jouissance viagre de tous les immeubles que dŽlaissera le prŽdŽcŽdŽ en les dŽcharger des charges viagres et aprs suivre leurs cotes et lignes ; quant aux acquts quÕils pourront faire duranrt leur conjonction de tels natures quÕils soient ou ils puissent tre scituŽs et assis et par quelques coutumes ils soient rŽgis soit que la future y soit connue ou non ils seront communs, le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propriŽtŽ et de lÕautre en viage esquels seront compris tous retraits lignagers qui suivront nŽantmoins la ligne dÕo ils procŽdront en restituant le mi denier. En faveur de ce mariage les mres des futurs mariants accordent reprŽsentation avoir lieu en leurs successions aux enfans ˆ na”tre dÕiceluy pour y faire une teste allencontre de leurs oncles et tantes en rapportant le portement de leurs pre et mre ainsy quÕils feront y venants. Renonans les dites parties expressŽment et spŽcialement ˆ toutes coutumes municipales entravestissement de sang ou par lettres ˆ toutes coutumes gŽnŽrales usages et rigueurs de droits contraires aux prŽsentes ˆ lÕaccomplissement de ce que dessus les parties obligent leurs biens y accordans toutes oeuvres de loix requises acceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois donnant pouvoir au porteur de cette dÕaccorder  les dites seuretŽes et les saisines et dessaisines renonans ˆ toutes choses contraires ayant les dites CUISINIER, HOIEZ, et BEUDART, dŽclarŽ ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires. PassŽ ˆ Arras le 20 mai 1758. Etoient signŽs : Antoine GENEL, Pierre Guislain GENEL, Joseph BEUDART, Foelix WARNIER  et pour notaires HENRY et DENIS avec paraphes.

 

 

Echange en date du 20-8-1758 entre

Mathias POUCHIN et Marie Anne DON

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus:

á               Mathias POUCHIN gorlier demeurant au village dÕAcq, Anne Marie GENELLE sa femme de luy deument autorisŽe dÕune part ;

á               Marie Anne DON veuve dÕAntoine Luc HENRY, demeurant au dit Acq dÕautre part.

Et reconnurent les comparans dÕavoir fait les Žchanges et conventions suivantes :

Scavoir les premiers comparans cdent au profit de la seconde ce acceptante la jouissance dÕun manoir amazŽ de maison et autres Ždifices scituŽs au dit Acq contenant 20 verges tenant dÕune liste au manoir de Jean Franois DON, dÕautre liste ˆ la rue menant au moulin dÕAcq, dÕun bout au flŽgard, dÕautre bout ˆ un manoir non amazŽ de la seconde comparante.

En contre Žchange lea seconde comparante cde et transporte au profit des premiers comparans ce acceptant la jouissance dÕun manoir amazŽ de maisons et autres Ždifices scituŽs au dit Acq contenant 20 verges, tenant dÕune liste au manoir amazŽ de Michel HERBET, dÕautre liste au manoir amazŽ de Guislain DAMBRINNE, dÕun bout au flŽgard, dÕautre bout ˆ un manoir non amazŽ des hŽritiers Valentin DON.

Pour des manoirs amazŽs repris cy dessus ŽchangŽs et cŽdŽs en jouir par les comparans ˆ commencer de ce jour dÕhuy de lˆ en avant et jusquÕau dŽcs de la dite Anne Marie GENELLE auquel temps du dŽcs dÕicelle GENELLE cette prŽsente convention et Žchange demeurera anŽantie ( ?) sans aucune formalitŽ de justice. Convenu entre les les parties que le plus gros noyer croissans sur le manoir amazŽ cŽdŽ cy dessus par la seconde comparante demeurera au pur et singulier profit de cette dernire pour enfaire tout ce quÕelle trouvera convenir.

Convenu en outre que si la maison que les premiers comparans ont cŽdŽe cy dessus ˆ la seconde viendrait ˆ estre bruslŽe ou tomberait par quelque accidens que ce pourroit estre du mme jour, iceux premiers comparans seront tenus dÕabandonner la maison quÕicelle seconde comparante leur a cŽdŽe la jouissance cy dessus.

Promettans les comparans tout ce que dessus tenir entretenir et entirement accomplir sous lÕobligation de leurs biens acceptans pour juges MM du Conseil dÕArtois, aiant la dite Marie Anne DON et la dite Anne Marie GENELLE dŽclarŽes ne savoir signer de ce interpellŽes par les dits notaires ; passŽ ˆ Arras le 20 aožt 1758. SignŽs : Mathias POUCHIN et comme notaires BOSSU et LE TOMBE.

 

 

Vente du 4-9-1758 de

Jean Guislain BACQUEVILLE ˆ Antoine BACQUEVILLE

(4E 18/74)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus:

á               Jean Guislain BACQUEVILLE manouvrier demeurant au village du fauxbourg de Sainte Caterine lez Arras et Caterine Louise GAFFET sa femme de luy authorisŽe lesquels pour leur plus grand profit et au besoin par la voye de necessitŽ quÕils ont jurŽs et afirmŽs s mains des dits notaires et tŽmoignŽs en suivi a ŽtŽ par Augustin LENGRENEZ et Benoit Lambert FOURMAULT praticiens demeurants ˆ Arras gens dignes de foy et de crŽdence disans avoir connoissance des dites necessitŽs ont solidairement sans division ny discussion renonans aux bŽnŽfices, vendu et transportŽ au profit de :

á               Antoine BACQUEVILLE demeurant au village dÕAcq et de Marie Jeanne FIERET sa femme, acceptant par le dit BACQUEVILLE :

Une boistellŽe ou environ de terre amazŽ dÕune maison chambre et estables scituŽe au dit Acq, tenante dÕune liste au seigneur du dit lieu, dÕun bout au chemin de la Carrire, dÕautre bout ˆ Pierre Guislain DELABRE, dÕautre liste aux acquŽreurs, tenue en cotterie du seigneur du lieu, procŽdant au dit BACQUEVILLE de son patrimoine pour dÕicelle boistellŽe de terre ainsy quelle se trouve amazŽe ˆ lÕexception des arbres montans gŽnŽrallement quelconques qui se trouvent sur icelle que les dits vendeurs rŽservent ˆ leur profit pour par eux les faire abatre et les enlever hors du dit manoir de huy en deux ans en jouir par les dits acquŽreurs leurs hoirs ou ayans causes dez ce jour dÕhuy et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charge des rentes foncires anciennes redevances mesme des droits que peut engendrer ces prŽsentes, dŽchargŽs de tous arrŽrages et dettes gŽnŽrallement quelconques jusquՈ ce jour .

Cette vente faite moyennant une messe pour les trŽpassŽs, et de prix principal la somme de 100 £ de France franc deniers ˆ compte de laquelle le dit BACQUEVILLE acquŽreur a payŽ celle de 42 £ dont quittance et pour le surplus portant 58 £ le dit acquŽreur promet et sÕoblige les payer au dit vendeur au jour de No‘l de lÕan 1761 jusquÕauquel paiement la dite boistellŽe de terre sera et demeurera lŽgalement hipotecquŽe ˆ la seuretŽe de la susdite somme, promettans les dits vendeurs de la soliditŽ avant dÕicelle, la prŽsente vente tenir et faire valoir ˆ toujours, et le dit acquŽreur payer sous lÕobligation de leurs biens y accordans les seuretŽes requises au depens de quy il appartiendra , Žlisant domicile au greffe de la gouvernance dÕArras, acceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, nommants les dits comparants le porteur de la grosse leur procureur spŽcial pour de la part des dits vendeurs se dessaisir et dŽsŽhŽriter de ce que dessus vendu, et en accorder la saisine dÕicelle aux dits acquŽreurs pour suivre la cote et ligne du dit Antoine BACQUEVILLE ou consentir ˆ tous dŽcrets et de la part de lÕacquŽreur affecter et rapporter ses dits biens au besoin pour la seuretŽe de la dite somme de 58 £ sans que les hipotecques se dŽrogent, renonans etc...

Ayant les dits vendeurs dŽclarŽs ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽ par les dits notaires. PassŽ ˆ Arras le 4 septembre 1758 ; etoient signŽs : Antoine BACQUEVILLE, FOURMAULT, LANGRENEZ, et pour notaires HENRY et DENIS avec paraphes.

 

 

Accord et partage du 11-11-1758 entre

deux frres hŽritiers de Guislain GENEL et Marie COLIN,

en raison de lÕabsence de leur frre expatriŽ

(4E 18/74)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus:

á               AndrŽ GENEL mŽnager demeurant ˆ Acq dÕune part ;

á               Guislain GENEL demeurant ˆ Villers au Bois dÕautre part .

Les dits comparants frres et hŽritiers de feus Guislain et de Marie COLLIN disans que depuis le dŽcs des dits Guislain GENEL et COLLIN et partage fait par justice des biens par eux dŽlaissŽs Guislain GŽry GENEL leur frre sÕest expatriŽ dont a eu aucune nouvelle depuis six ˆ sept ans.

Le premier comparant ayant profitŽ et jouis de la part revenant au dit Guislain GŽry GENEL depuis mme avant son dŽpart quy fait environ trente ans dont il doit les revenus et autres droits et actions sur quoy le dit premier comparant a payŽ ˆ son dit frre expatriŽ 44 £ 15 sols 6 deniers pour blanc potage ( ?) par quittance du 16 avril 1732, et autre somme quÕil dit avoir payŽ sauf ˆ dŽcompter sÕil revient

Le dit second comparant dit nÕavoir rien jouis mais quÕil a retirŽ des mains du sieur DURIEUX dÕArras la somme de 132 £ 3 sols 6 deniers que le dit Guislain GŽry GENEL expatriŽ avoit mis en dŽpost chez Antoine COLLIN et sa femme ainsy quÕil paroit du certificat du 16 avril 1742, plus a reu pour la part du dit expatriŽ 10 £ pour restitution dÕune portion de terrain pris par les Etats dÕArtois pour le chemin de Saint Pol.

De sorte que suivant lÕarrestŽ fait entre les comparants de ce quÕils doivent ˆ leur frre expatriŽ sous lÕespŽrance de son dŽcs, voulant faire partage prŽliminaire sont convenus que compensation des 142 £ 3 sols 6 deniers que le dit second comparant doit, le dit premier comparant devra ˆ la succession 216 £ ce qui fera 108 £ pour le second comparant qui sera payŽ sitot que lÕon pourra reconnaitre le dŽcs ou le tems suffisant suivant les loys.

Au surplus dŽsirant jouir chacun des parties de biens du dit Guislain GŽry GENEL expatriŽ sont convenus de ce quy suit scavoir :

Le second comparant jouira de 2 boistellŽes 1/2 de terres en deux pices ; la premire une boistellŽe de liste aux terres du sieur CAMPAGNE de bout au chemin Salberte, et la deuxime boistellŽe 1/2 de liste ˆ Charles Louis DELEPLACE de Hautavesne terres de Mr DANVIN dÕautre ˆ BACQUEVILLE.

Le premier comparant jouira de 3 boistellŽes en deux pices scavoir : boistellŽe 1/2 de bout ˆ 5 boistellŽes du sieur DANVIN de liste ˆ Guislain ALLART et boistellŽe 1/2 de liste ˆ Pierre Guislain BERNARD de bout ˆ Marie Claire MATHON et aux pres carmes dŽchaussŽs, plus jouira des autres biens fiefs du dit expatriŽ.

 Pour de ce que dessus assignŽ jouir par les comparants divisement dez ce jour dÕhuy (mesme ayant fait la dŽpouille dernire) et ˆ toujours du moins jusquÕau retour de leur frre au cas quÕil revienne ils dÕobligent luy payer le rendage de leur jouissance aussy avant lÕun que lÕautre ; en ce quy regarde les terres assignŽs cy dessus cÕest ˆ dire que le second comparant paiera autant pour ses 2 coupes 1/2 que le premier paiera pour ses 3 coupes pour en estre convenu acquitteront en outre ˆ leur particulier les rentes centiemes et anciennes redevances que les dites terres peuvent devoir chacun ˆ concurrence de leur jouissance promettant ce que dessus faire valoir sous lÕobligation de leurs biens y accordans toutes oeuvres de loix requises acceptans  ajuges mesieurs du Conseil dÕArrois, renonans etc...

PassŽ ˆ Arras le 11 novembre 1758. Etoient signŽs : AndrŽ GENEL, Guislain GENEL et pour notaires HENRY et DENIS avec paraphe.

 

 

Contrat de mariage en date du 12-1-1759

entre Pierre PETIT et Marie Jeanne DAMART

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Pierre PETIT, maon, demeurant au village dÕAcq, veuf de Marie Joseph WARNIER, assistŽ de Pierre Dominique COLIN son beau-frre dÕune part ;

á               Marie Joseph DAMART, fille ‰gŽe du village dÕAgnires, asistŽe de Jean Baptiste DAMART son frre dÕautre part.

Lesquels pour parvenir au mariage projettŽ dÕentre le dit Pierre PETIT et la dite Marie J DAMART sont avant tout convenus de leurs portemens, retours, devis et conditions ainsy quÕil sÕensuit :

LÕapport du mariant consiste dans la moitiŽ des meubles et effets qui ont composŽ sa communautŽe avec la dite WARNIER  sa feue femme, qui montent suivant lÕestimation en faite par les officiers de la seigneurie du dit Acq  le 10 du prŽsent mois, ˆ la somme de 334 £ 19 sols 6 deniers pour la totalitŽ ; lÕautre moitiŽ appartenant aux enfans quÕil a retenu de sa conjonction avec la dite WARNIER sa feue femme, les droits et parts qui peuvent lui competer et appartenir dans un manoir amazŽ de maison granges Žtables et autres Ždifices scituŽs au dit Acq provenant au dit futur mariant de la succession de ses pre et mre ; de plus dans 3 coupes de terres scituŽes aux terroirs dÕAcq et Hauteavesne en deux pices : la premire contenant 2 coupes scituŽes au terroir dÕAcq tenant dÕune liste ˆ 5 coupes de Marie Claire MATHON, dÕautre liste ˆ une coupe de Jean Baptiste ALLARD, dÕun bout au Chemin Salbert, dÕautre bout aux terres des AbbŽ et Religieux de St Eloy. La deuxime pice sur le terroir dÕHautavesne contenant une coupe, tenant au dit futur mariant et ses enfans, dÕautre aux terres occupŽes par le nommŽ DƒGARDIN, dÕun bout au Vieux Chemin dÕArras ˆ St Pol, qui est tout le portement du dit futur mariant.

Celui de la mariante consiste dans une somme de 90 £ qui lui proviennent de la succession de ses pre et mre, qui est tout le portement de la dite future.

Convenus entre les futurs marians quÕau cas dÕenfans la future mariante restera viagre sa vie durante des 3 coupes de terres des droits et parts du manoir amazŽ ainsy que des meubles et effets composant leur communautŽ en paiant toutes dettes obsecques et funŽrailles en paiant au prŽalable ˆ lÕun ou lÕautre des enfans du futur mariant de son sus dit premier mariage la somme qui leur revient par lÕestimation cy devant susdatŽe montant ˆ la somme  de 167 £ 9 sols 9 deniers ; et au cas de non enfans elle nÕaura viage que des droits et parts que le dit futur mariant a dans un manoir amazŽ cy devant mentionnŽ, et elle aura pour son douaire prŽfix une fois la somme de 150 £ quÕelle prendra sur les plus clairs et apparans biens et elle emportera en sus les meubles appartenans ˆ son corps et chef et un coffre sans or ni argent. Le mariant au cas de survie soit que de ce mariage il ya it enfans ou non, demeurera en tous biens meubles et effets de la communautŽ en paiant toutes dettes obsecques et funŽrailles et sera viager des immeubles que la mariante aura dŽlaissŽs.

Les conquts que les futurs marians pourront faire pendant leur conjonction seront communs entre eux et le survivant avec  enfans ou non enfans en jouira de la totalitŽ sa vie durante : scavoir de la moitiŽ en propriŽtŽ et de lÕautre en usufruit. Les clauses et conditions cy dessus seront exŽcutŽes nonobstant tous us et coutumes stils rigueurs de droit entravestissement de sang ou par lettres ˆ ce contraires, ˆ quoy a ŽtŽ expressŽment dŽrogŽ et promettent le tout entretenir et accomplir sous lÕobligation de leurs biens ; acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois, ayans tous les comparans sauf la future mariante et le dit DAMAR son frre qui ont dŽclarŽs ne scavoir Žcrire ny signer de ce interpellŽs ; passŽ ˆ Arras pardevant que dessus ce 12 janvier 1759. SignŽs Pierre PETIT, Pierre Dominique COLIN, et comme notaires BOSSU et PRUVOST.

 

 

Vente du 19-2-1759 de

FŽlix WARNIER, Guislain BERNARD et sa femme Guislaine WARNIER,

ˆ Guislain GENEL de Villers-au-Bois

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs furent prŽsens :

á               Foelix WARNIER cordonnier Guislain BERNARD et Guislaine WARNIER sa femme, de lui duement autorisŽe demeurants au village dÕAcq, lesquels pour leur plus grand profit et par la voye de necessitŽ quÕils ont jurŽs et affirmŽs s mains des dits notaires et tŽmoignŽs en suivi a ŽtŽ par Louis Guislain HIDOU et Benoit Lambert FOURMAULT praticiens demeurants ˆ Arras gens dignes de foy et de crŽdence disans avoir connaissance des dites nŽcessitŽs ont vendus et transportŽs au proffit de :

á               Guislain GENEL demeurant ˆ Villers au Bois acceptant pour luy et sa femme :

Trois coupes ou environ de terres labourables situŽs au terroir du dit Villers, tenantes de liste aux terres de la demoiselle AUGER dÕArras, dÕautre liste et dÕun bout aux terres du seigneur du lieu, dÕautre bout ˆ Jean ALEXANDRE, tenues en cotterie du seigneur du lieu et provenantes aux dits WARNIER de leur patrimoine pour des dits 3 coupes de terres ainsy quÕelles se comprendent et entendent soit quÕil y ait plus ou moins sans les livrer par mesure en jouir par les acquŽreurs leurs hoirs ou ayans causes dez ce jour dÕhuy et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charge des rentes foncires anciennes redevances droits seigneuriaux si aucuns sont dus dŽchargŽs de tous arrŽrages et dettes quelconques jusquՈ ce jour.

Cette vente faite moyennant deux messes pour les trŽpassŽs et 3 £ dՎpingles, et de prix principal la somme de 450 £ franc deniers et pour vin 10 £, que les dits vendeurs reconnoissent avoir reu comptant des dits acquŽreurs ˆ raison de leurs droits dont quittance.Promettants les dits vendeurs la prŽsente vente tenir et faire valoir ˆ toujours sous lÕobligation de leurs biens accordans sur iceux en seuretŽes requises au dŽpens de quy il appartiendra acceptans ajuges messieurs du Conseil dÕArtois, nommant le porteur de cette leur procureur spŽcial, tant pour accorder les dites seuretŽes que pour se dessaisir de ce que dessus vendu, et en accorder la saisine dÕicelle aux dits acquŽreurs ˆ leurs dŽpens ou consentir ˆ tous dŽcrets Žlisant domicile ˆ la maison rouge ˆ Arras renonans ˆ choses contraires. Ayant la dite Guislaine WARNIER dŽclarŽ ne scavoir signer de ce interpellŽ par les dits notaires. PassŽ ˆ Arras le 19 fŽvrier 1759. Estoient signŽs : Foelix WARNIER, Guislain BERNARD, Guislain GENEL, HIDOU, FOURMAULT, et pour notaires HENRY et JONOT avec paraphe.

 

 

Vente du 26-4-1759 de

Alphonse COUTIAU ˆ Pasquier LEFETZ

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs est comparu :

á               Alphonse COUTIAU demeurant au village dÕEcoivres, lequel pour survenir ˆ ses affaires et nŽcessitŽes quÕil a jurŽs et affirmŽs s mains des dits notaires et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Louis Joseph DELECOURT praticien et Guislain LAUTAR tailleur demeurans ˆ Arras, tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites necessitŽes, reconnoit dÕavoir vendu et ceddŽ vend et cdde lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Pasquier LEFETZ marŽchal ferrant demeurant ˆ Acq et Marie Guislaine HENRY sa femme, ce acceptans en personne :

Deux boitelŽes et demie de terre labourable scituŽe au terroir du dit Acq , tenant dÕune liste ˆ Guislain HERBET, dÕautre liste ˆ FŽlix MATHON, dÕun bout ˆ Guislain HENRY, tenues en cotterie du Chapitre dÕArras , et procŽdante au vendeur de son patrimoine, pour des dites 2 boitelŽes et demie soit quÕil y en ait plus ou moins sans les livrer par mesurage jouir et profiter par les acquŽreurs de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽes par le dit vendeur de tous arrŽrages des dites rentes dettes et hipotecques quelconques jusquՈ ce dit jour, promettant le dit vendeur cete prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours sous lÕobligation de ses biens prŽsens et ˆ venir, sur lesquels il accorde tre prises toutes les oeuvres de loix requises, donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder toutes les seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et oeuvres de loix requises aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens, acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contraires, cette prŽsente vente faite moyennant quatre messes aux fidels trŽpassŽs, 50 sols pour vin, et pour deniers principaux la somme de 330 £ francs deniers que les acquŽreurs ont paier comptant dont quittance ; aiant le dit Alphonse COUTIAU dŽclarŽ ne scavoir signer de ce interpellŽ par les dits notaires ; passŽ ˆ Arras le 26 avril 1759 ; signŽs : Pasquier LEFAIT, Guislaine HENRY, DELECOURT, LAUTAR, et comme notaires BOSSU et PRUVOST.

 

 

Vente du 2-5-1759 de

Jean Baptiste CRETON aux enfans THENEL

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs est comparu :

á               Jean Baptiste CRETON jeune homme ˆ marier demeurant en cette ville dÔArras, lequel pour survenir ˆ ses affaires et nŽcessitŽes quÕil a jurŽs et affirmŽs s mains des dits notaires et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Pierre Henry VALLOIS huissier et Philippe Joseph Alexandre PLAISANT brasseur demeurans ˆ Arras, tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites necessitŽes, reconnoit dÕavoir vendu et ceddŽ vend et cdde lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Antoine Guillaume, Jean Vincent, Jeanne Claire, SŽraphine Joseph, Marie Anne et Rosalie THENEL demeurans au village dÕAcq ce acceptant poure eux en personne par Philippe LIENART leur tuteur demeurant au dit Acq, et suivre la cotte et ligne dÕiceux THENELLE :

Une verge ou environ de manoir non amazŽ scituŽ au dit lieu ˆ prendre en 4 verges allencontre des dits THENELLE, le tout tenant dÕune liste ˆ Jean Baptiste CUISINIER, dÕautre liste au flŽgard, dÕun bout ˆ Jean Franois CUISINIER, dÕautre bout aux dits THENELLE, tenue en cotterie du seigneur dÕAcq, et procŽdante au vendeur de son patrimoine, pour de la dite verge de manoir soit quÕil y en ait plus ou moins sans la livrer par mesurage jouir et profiter par les acquŽreurs de ce jour dÕhuy de lˆ en avant perpŽtuellement ....

 

 

Accord du 16-3-1760 entre

les enfants de feu Guislain WARNIER et leur mre Marie Guislaine GENEL

(4E 18/42)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Guislain WARNIER berger ˆ Hautavesne,

á               Jean DERUELLE mary et bail de Marie Claire WARNIER,

á               Pierre PETIT veuf en premire noce de Marie Joseph WARNIER pre et tuteur de ses enfans mineurs,

á               Dominique COLLIN mary et bail de Marie Anne WARNIER,

á               Guislain ALLART mary et bail de Marie ThŽresse WARNIER,

á               Jean Baptiste PETIT mary et bail de Jeanne Guislaine WARNIER,

á               Guislain CRETON mary et bail de Julienne WARNIER,

á               Anne Marie WARNIER fille ˆ marier demeurans au village dÕAcq, les dits WARNIER frres et soeures enfans et hŽritiers de feu Guislain WARNIER et apparans dÕencore vivante Marie Guislaine GENEL.

Lesquels ont dit quÕen attendant le partage ˆ faire des biens Žchus et ˆ Žchoir de leurs dits pre et mre pour favoriser lÕavancement de Jeanne Guislaine WARNIER femme de Jean Baptiste PETIT et leur procurer une demeure assurŽ sur un fond de la famille et le fixer et arrter a ŽtŽ convenus et assignŽ au dit PETIT et sa femme le huitime partie dÕune mesure ou environ de manoir non amazŽ situŽe au dit Acq provenant de la succession du pre commun, ˆ prendre le dit huitime le long et de liste ˆ la rue Grande Mre allant ˆ Saint Eloy de bout ˆ la rue du chemin Saint Albert dÕautre au courtil ROBILLARD dÕautre liste au surplus, pour tre mesurŽ et bornŽ lors du partage ˆ faire cy aprs, pour en jouir par le dit PETIT et sa femme dez ce jour dÕhuy et y faire construire une demeure pour y rester et tenir lieu et part ˆ toujours ˆ la charge des rentes centimes et anciennes redevances au surplus pour parvenir ˆ construire la dite demeure les comparans accordent au dit PETIT et sa femme et consentent quÕils abattent et profitent de tous les arbres qui se trouveront propres ˆ b‰tir croissants sur 5 verges de manoir non amazŽ au dit lieu pour les abattre prŽsentement en considŽration de quoy le dit PETIT se faisant fort de sa femme cde et abandonne aux autres comparans mme renonce au surplus de tous les arbres qui sont et se trouvent sur tous les manoirs et terres des pre et mre communs sans aucune rŽpŽtition pour tre expressŽment convenu.

Promettant les comparans tous ce ce que dessus faire valoir sous lÕobligation de leurs biens acceptant ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, renonans ˆ toutes choses contraires, etc

Ayant le dit Jean Baptiste PETIT et la dite WARNIER dŽclarŽ ne savoir signer de ce interpellŽ, par les dits notaires. PassŽ ˆ Arrras le 16 mars 1760. SignŽ : Guislain WARNIER, Pierre Dominique COLLIN, Pierre PETIT, Pierre Guislain CRETON, Guislain ALLART, et pour notaires HENRY et DERETZ avec  paraphe.

 

 

Transaction du 31-3-1760 entre

les hŽritiers de Marie Jacqueline MOREL et FŽlix BRETON

(4E 18/42)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Pierre Franois GAMANT charpentier demeurant au village de FrŽvent Cappel, Marie Franoise CUVELLIER sa femme quÕil autorise ˆ lÕeffet des prŽsentes, et Marie BƒCOURT veuve de Jean MASSAUX dit Ç Saint Amand È demeurant en la citŽ dÕArras, hŽritiers de Marie Jacqueline MOREL veuve dÕAntoine PIO dŽcŽdŽ au village dÕAcq dÕune part ;

á               FŽlix BRETON dit Ç MATHON È mŽnager et Marie Rose WAGON sa femme, quÕil autorise ˆ lÕeffet des prŽsentes, demeurans au village dÕAcq dÕautre part .

Lesquels pour Žviter aux difficultŽs qui auroient pu na”tre entre les parties au sujet de la succession de la dite Marie Jacqueline MOREL, et autres prŽtentions respectives sont convenus par transaction de ce qui suit.

Le contrat de mariage des seconds comparans du 21 avril 1755 sera exŽcutŽe selon la forme et teneur : les seconds comparans profiteront de la dŽpouille des avesties qui se trouvent sur les terres dŽlaissŽes par la dite MOREL, par la rŽcolte de la prŽsente annŽe, aprs laquelle les premiers comparans jouiront des immeubles ˆ eux appartenans en pa•ant aux seconds comparans dÕhuy en deux mois la somme de 60 £ une fois pour les indemniser de 3 annŽes de jouissance quÕils avoient droit de faire des dits immeubles conformŽment ˆ leur contrat de mariage susdattŽ, et les frais de lÕune et lÕautre des parties seront supportŽes par celles qui les ont fait et les frais de dŽp™t inventaire et descriptions des tittres et papiers de la succession de la dite MOREL seront paiŽs moitiŽ par moitiŽ par les dites parties ; au surplus les premiers comparans ont dŽclarŽ consentir que Pierre Joseph LAJUS et Marie Joseph HERBET sa femme demeurans au dit Acq jouissent de la 1/2 mesure de terre ˆ eux donnŽ par le dit contrat de mariage et les titres et papiers seront remis aux parties pour ce qui les concerne, et ceux en commun resteront s mains de la dite Marie BƒCOURT avec la dŽclaration de la totalitŽ des biens de la dite MOREL ˆ charge par la dite BƒCOURT dÕen aider les autres parties toutes fois et quand elle en sera requises ; promettans les parties tout ce que dessus entretenir sous lÕobligation de leurs biens acceptans ˆ juges messieurs du Conseil dÕArtois, a•ant les dites Marie Franoise CUVELLIER et les autres comparans signŽ avec nous notaires susdits sauf Marie BƒCOURT et Marie rose WAGON qui ont dŽclarŽ ne scavoir Žcrire ni sy signer de ce interpellŽes par les dits notaires. Ainsi fait et passŽ ˆ Arras le 31 mars 1760 ; signŽes : Pierre Franois GAMAND, FŽlix MATHON, Marie Anne CUVILIER, et pour notaires BOTTE et LENGLET avec  paraphe.

 

Quittance : le 11 avril 1760 FŽlix MATHON reconna”t avoir obtenu les 60 £ indiquŽes ci dessus.

 

 

Vente du 11-4-1760 de

FŽlix MATHON ˆ Jean Franois DHON

 

Pardevant les notaires ro•aux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               FŽlix MATHON demeurant au village dÕAcq, et Marie Rose WAGON sa femme de luy deument autorisŽe, lesquels pour survenir ˆ leurs affaires et nŽcessitŽes quÕils ont jurŽs et affirmŽs s mains des dits notaires et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Guilain LAUTAR et Jean Franois BEAUCOURT demeurant ˆ Arras, tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites necessitŽes, reconnoitre solidairement dÕavoir vendus et cŽddŽs, vendent et ceddent lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Jean Franois DHON demeurant au village dÕAcq acceptant en personne tant pour luy que pour Marie Anne DHON sa soeur veuve dÕAntoine Luc HENRY :

Une mesure de terre labourable situŽe au terroir dÕAcq tenante dÕune liste aux hŽritiers Joqeph COUTIAU, dÕautre liste ˆ Jean Toussaint HERBET et autres, dÕun bout ˆ Marie ThŽrse CRETON et ˆ Jean Jacques GERNƒ, dÕautre bout aux hŽritiers BŽatrix CAUDRON, tenue en cotterie du seigneur dÕAcq, et procŽdente au vendeur de donnation ˆ eux faite par Antoine PIO et Marie Jacqueline MOREL sa femme, pour de la dite mesure de terre ˆ livrer par mesurage  aux dŽpens des acquŽreurs, jouir et profiter par les dits Jean Franois DHON et Marie Franoise HERBET sa femme et Marie Anne DHON chacun par moitiŽ de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires anciennes redevances et de paier par les acquŽreurs les labours faites jusquՈ ce jour sur la dite mesure de terre, dŽchargŽe par les vendeurs de toutes dettes et hipotques quelconques jusquՈ ce jour, ainsi que des rentes foncires et deniers royaux pour cette annŽe seulement, promettans les vendeurs de la mme soliditŽ cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours sous lÕobligation solidaire de leurs biens prŽsens et ˆ venir, sur lesquels ils accordent toutes suretŽes de droit donnans pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder  les dites suretŽes, ainsi que les dessaisines et saisines et oeuvres de loix requises aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens , acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois , renonans ˆ toutes choses contraires cette prŽsente vente faite moyennant une messe aux fidels trŽpassŽs, 10 sols au crieur, et pour deniers principaux la somme de 150 £ francs deniers que les vendeurs ont reu comptant des dits DHON, dont quittance, aiant la dite WAGON dŽclarŽe ne scavoir signer de ce interpellŽ par les dits notaires. PassŽ ˆ Arras le 11 avril 1760, signŽ : FŽlix MATHON, Jean Franois DHON, LAUTAR, BEAUCOURT et comme notaires BOSSU et LETOMBE .

 

 

Partage en date du 12-4-1760 entre

les hŽritiers Guillaume THENELLE, Žpoux en secondes noces de Marie Madeleine CANDA

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Marie Madeleine CANDA veuve de Guillaume THENELLE demeurant au village dÕAcq , mre et tutrice lŽgitime Marie Anne Joseph et de Marie Joseph Rosalie THENELLE ses deux enfans quÕelle en a retenue dÕune part ;

á               Antoine Guillaume THENELLE jeune homme ˆ marier demeurant ˆ Bray de seconde part ;

á               Jean Vincent THENELLE aussi jeune homme ˆ marier demeurant prŽsentement en cette ville dÕArras de troisime part ;

á               Antoine FOURNƒ demeurant au dit Acq et Jeanne Claire THENELLE sa femme de lui deument autorisŽe de quatrime part ;

á               SŽraphine Joseph THENELLE fille ˆ marier demeurante au dit Acq de cinquime et dernire part.

Et reconnurent les comparans en leurs qualitŽs de frres et soeurs enfans et hŽritiers des deux mariages du dit Guillaume THENELLE quÕils sont propriŽtaires par indivis de plusieurs immeubles situŽs aux villages et terroirs dÕAcq, Hauttavene, FrŽvin et allenviron, desquels voulant en jouir divisement ils en ont fais faire les lots suivans, estimation prŽalablement faite par expert et gens ˆ ce connoissans.

Scavoir :

1) Il appartiendra aux dits deux enfans mineurs de la premire comparante pour leur lot un manoir amazŽ de maison et autres Ždifices situŽ au dit Acq contenant une boitellŽe ou environ et 4 verges, tenant dÕune liste ˆ Augustin BAUDUIN, dÕautre liste aux enfant Joseph CUISINIER, dÕun bout ˆ la Verde Rue, dÕautre bout aux dits enfant Joseph CUISINIER, tenu en cotterie du seigneur dÕAcq ; conditionnŽ que les autres comparans seront tenus de paier pour soulte de partage ˆ la premire comparante en sa qualitŽ, et moins vaille du susdit lot, la somme de 52 £ 17 sols aussit™t quÕelle fera renouveller ˆ neuf les amasemens du susdit manoir dÕune boitellŽe 4 verges ou environ cy dessus, ˆ quoy ils se sont soumis et obligŽs.

2) Il appartiendra pareillement au dit Antoine Guillaume THENELLE second comparant pour son lot les immeubles suivans, savoir une boitellŽe 1/2 de terres labourables dessus Largillire terroir dÕAcq tenant de liste ˆ Charles Louis DELEPLACE, dÕautre ˆ Jean Jacques GERNƒ, dÕun bout aux terres de la cure dÕAcq, dÕautre bout au chemin de Largillire , tenu en cotterie du chapitre dÕArras.

Item une demi mesure au champ Mayeur, tenant dÕune liste aux enfans Joseph CUISINIER, dÕautre liste ˆ Jean BONAR, dÕun bout ˆ Jean Charles CAFFART, dÕautre bout ˆ Pasquier LEFETZ.

Item 30 verges sur le terroir dÕHauttavene, tenant de liste ˆ FŽlix WARNIER, dÕautre liste aux terres des Pres Carmes dÕArras, dÕun bout au Vieu chemin dÕArras ˆ Saint Pol, dÕautre en pointe, tenu en cotterie du seigneur de GrŽvin.

Finallement une demi boitellŽe moins 4 verges, ˆ prendre en une boitellŽe allencontre du dernier lot ˆ la Bouchre, pour y tenir dÕun bout, dÕautre bout au sieur LEBLANT, dÕune liste aux terres de la cure de FrŽvin, dÕautre liste ˆ Pierre BERNARD, situŽe sur le terroir de FrŽvin, et tenue en cotterie du seigneur du dit lieu.

3) Il appartiendra aussi en toute propriŽtŽ au dit Jean Vincent THENELLE troisime comparant les immeubles suivans, savoir :

Une boitellŽe et demie sur Acq ˆ Largillire, ˆ prendre en trois boitellŽes allencontre du lot suivant pour y tenir dÕune liste, dÕautre liste aux terres occupŽes par Jean Michel DUBOIS, dÕun bout ˆ FŽlix MATHON, dÕautre bout au dit DUBOIS, tenue en cotterie de St Eloy.

Item une boitellŽe ˆ la Couture Mouchons au dit terroir, tenant de liste ˆ Ghislain BERNARD, dÕautre liste ˆ Jean Baptiste BACQUEVILLE, dÕun bout aux religieuses de Saint Eloy, dÕautre au chemin Salbert, tenue en cotterie de Saint Eloy.

Item une demi boitellŽe dessus le Marquais, ˆ prendre en une boitellŽe allencontre du lot suivant pour y tenir de bout, dÕautre bout ˆ Jean Baptiste COLIN, dÕune liste ˆ Charles Louis DELEPLACE, dÕautre ˆ Jean Guislain ALLART, tenue en cotterie du seigneur du dit lieu.

Finallement une demi mesure au chemin de BŽthune terroir dÕHauttavene, tenant de liste aux enfans Mathias PROUVEUR, dÕautre ˆ Guislain WARNIER, dÕun bout au chemin de BŽthune, dÕautre bout au Commandeur dÕHauttavene, tenue en cotterie du seigneur de FrŽvin.

4) Il appartiendra pareillement ˆ la dite SŽraphine Joseph THENELLE cinquime comparante, les immeubles suivans, scavoir :

Une boitellŽe et demie de terres sur Acq ˆ prendre en trois boitellŽes ˆ Largillire, contre le lot prŽcŽdent pour y tenir dÕune liste, dÕautre liste ˆ Jean Charles CAFFART, dÕun bout ˆ FŽlix MATHON, dÕautre bout ˆ Jean Michel DUBOIS.

Item une demi mesure 14 verges au Champ Hernoux, tenant dÕune liste aux terres de la cure de FrŽvin, dÕautre liste ˆ Jean Charles CAFFART, dÕun bout aux terres des Pres Carmes, dÕautre au chemin dÕAcq ˆ FrŽvin, tenue en cotterie du seigneur dÕAcq.

Item demi boitellŽe au chemin Salbert, tenant de liste aux terres des Carmes comme aussi dÕautre liste, dÕun bout au dit chemin, dÕautre ˆ Guislain DAMBRINNE, tenu en cotterie de St Eloy.

Item, une demi boitellŽe au dessus du Marquais, ˆ prendre en une boitellŽe allencontre de la prŽcŽdente pour tenir dÕun bout, dÕautre bout, au chemin des Normands, dÕune liste ˆ Charles Louis DELEPLACE, dÕautre liste ˆ Guislain ALLART.

Finallement une boitellŽe sur Hautavene, tenant de liste ˆ Ghislain BERNARD, dÕautre au dit BERNARD, de bout au Commandeur dÕHauttavene, dÕautre bout au sieur de MARCONNE, tenue en cotterie du seigneur de GrŽvin.

5) Il appartiendra aussi en toute propriŽtŽ aux dits FOURNƒE et sa femme, quatrimes comparans, les immeubles suivans, savoir :

57 verges au terroir dÕAcq, au chemin dÕAubigny y tenant de bout, dÕautre bout aux dits Carmes, dÕune liste ˆ Michel HERBET, dÕautre liste ˆ Nicolas CUISINIER, tenues en cotterie du Chapitre dÕArras.

Item une boitellŽe et demie au terroir de Chinchy au Bourideaux, tenant de liste ˆ Louis BƒCOURT, dÕautre liste au nommŽ PIERRE curŽ dÕEcoivres, dÕun bout ˆ la chaussŽe Brunehaut, dÕautre aux terres de St Eloy, tenue en cotterie de St Eloy.

Item une boitellŽe ˆ lÕEnfer, terroir de FrŽvin, tenant de liste aux terres de Sainte Agns, dÕautre ˆ Jean BACQUEVILLE, de bout ˆ Hubert COLIN, dÕautre bout au sieur LEBLAN, tenue en cotterie du seigneur de GrŽvin.

Finalement une demi boitellŽe et 4 verges sur FrŽvin, ˆ prendre dans une boitellŽe allencontre du dit Guillaume THENELLE second comparant, pour tenir dÕun bout au dit THENELLE, dÕautre bout aux dits Carmes, dÕune liste ˆ Pierre BERNARD, dÕautre liste aux terres de la cure de GrŽvin.

ArrtŽ et convenu entre les comparans que comme les lots des dits Jean Vincent et SŽraphine THENELLE sont plus forts que celui du dit Guillaume THENELLE, ils sÕobligent de lui faire raison pour soulte de partage de 9 £ 12 sols laquelle somme sera compensŽe ci aprs.

Il appartiendra au surplus au dit Guillaume THENELLE comme a”nŽ 6 boitellŽes et demie au terroir dÕAcq tenant de liste au chemin des Normands, dÕautre liste aux enfans Marie PROUVEUR, dÕun bout au seigneur dÕAcq comme aussi dÕautre bout, tenues en fief des seigneurs de Vimy. En consŽquence il sÕoblige de faire raison aux dits Jean Vincent et SŽraphine THENELLE, Antoine FOURNƒ et sa       femme, de la somme de 36 £ 2 sols pour leurs parts du quint du dit fief, revenans par tiers ˆ 12 £ 8 deniers, ainsi compensation faite de la somme de 9 £ 12 sols quÕil a bonnis ci dessus ˆ la charge des dits Jean Vincent et SŽraphine THENELLE, il leur doit encore la somme de 14 £ 9 sols 4 deniers quÕil sÕoblige leur payer  ainsi que les 12 £ 8 deniers revenans aux dits FOURNƒ et sa femme, en dedans un an datte des prŽsentes, la part du quint qui revenait aux mineurs de la premire comparante a ŽtŽ confondue dans le manoir amazŽ assignŽ ˆ ses dits mineurs ci devant ; au surplus les deuxime, troisime, quatrime et cinquimes comparans sÕobligent de paier ˆ la dite CANDA premire comparante, en sa qualitŽ de veuve du dit Guillaume THENELLE, la somme de 10 £ ˆ sa premire volontŽ et ce pour rachat du douaire quÕils pouvoient lui devoir.

Pour des immeubles assignŽs aux comparans en noms et qualitŽs dans ce prŽsent partage jouir et profiter par eux ˆ compter de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et  toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, promettans les comparans ce prŽsent partage, tenir entretenir et garantir ˆ toujours lÕun envers lÕautre de tous troubles et Žvictions quelconques sous lÕobligation respective de leurs biens, y accordans toutes les Ïuvres de loix requises, au dŽpens de qui il appartiendra, acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois.

Convenu que sil est dž quelques reliefs jusquՈ ce jour la premire comparante en sa qualitŽ et les autres comparans les acquitteront Žgalement ; ayant la dite SŽraphine THENELLE dŽclarŽ ne savoir signer de ce interpellŽ par les dits notaires, passŽ ˆ Arras ce 12 avril 1760 ; signŽs : Marie Magdeleine CANDA, Antoine Guilliaume TENELLE, Jean Vincent TENELLE, Antoine FOURNET, Jeanne Claire TENELLE et comme notaires BOSSU et LETOMBE.

 

 

Vente du 11-4-1760 de

FŽlix MATHON ˆ Jean Toussaint HERBET

 

Pardevant les notaires ro•aux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               FŽlix MATHON demeurant au village dÕAcq, et Marie Rose WAGON sa femme de luy deument autorisŽe, lesquels pour survenir ˆ leurs affaires et nŽcessitŽes quÕils ont jurŽs et affirmŽs s mains des dits notaires et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Guilain LAUTAR et Jean Franois BEAUCOURT demeurant ˆ Arras, tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites necessitŽes, reconnoitre solidairement dÕavoir vendus et cŽddŽs, vendent et ceddent lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Jean Toussaint HERBET sergent dÕAcq y demeurant et acceptant en personne tant pour luy que pour Pierre Joseph LAJUS et Marie Joseph HERBET sa femme :

Une demi mesure de terre labourable situŽe au terroir dÕAcq tenante dÕune liste ˆ Jean Franois DHON dÕautre liste aux vendeurs dÕun bout ˆ Jean Jacques GERNƒ dÕautre bout aux hŽritiers BŽatrix CAUDRON tenu en cotterie du seigneur dÕAcq et procŽdente aux vendeurs de donnation ˆ eux faite par Antoine PIO et Marie Jacqueline MOREL sa femme pour de la dite demi mesure de terre ˆ livrer par mesurage aux dŽpens du dit HERBET jouir et profiter par iceluy HERBET Pierre Joseph LAJUS et Marie Joseph HERBET sa femme chacun par moitiŽ de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires anciennes redevances, dŽchargŽe par les vendeurs de toutes dettes et hipotques quelconques jusquՈ ce jour, ainsi que des rentes foncires et deniers royaux pour cette annŽe seulement, promettans les vendeurs de la mme soliditŽ cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours sous lÕobligation solidaire de leurs biens prŽsens et ˆ venir, sur lesquels ils accordent toutes suretŽes de droit donnans pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder  les dites suretŽes, ainsi que les dessaisines et saisines et oeuvres de loix requises aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens , acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois , renonans ˆ toutes choses contraires, cette prŽsente vente faite moyennant une messe aux fidels trŽpassŽs, 5 £ pour vin, 5 sols au crieur, et pour deniers principaux la somme de 24 £ francs deniers que les vendeurs ont reu comptant du dit HERBET, dont quittance, aiant ŽtŽ conditionnŽ que le dit HERBET sera tenu de paier les labours faites jusquՈ ce jour sur la dite demi mesure de terre. PassŽ ˆ Arras le 11 avril 1760, signŽ : FŽlix MATHON, Jean Toussaint HERBET, LAUTAR, BEAUCOURT et comme notaires BOSSU et LETOMBE .

 

 

Vente du 19-4-1760

de FŽlix MATHON ˆ Antoine BACQUEVILLE

 

Pardevant les notaires ro•aux dÕArtois soussignŽs est comparu :

á               FŽlix MATHON demeurant au village dÕAcq, stipulant tant en son nom et se portant fort de Marie Rose WAGON sa femme par laquelle il sÕoblige de faire agrŽer et ratifier ces prŽsentes ˆ la premire rŽquisition et la faire obliger avec lui solidairement sans division ny discussion avec renonciation aux dits bŽnŽfices de quoy faire il lÕautorise tant en absence que prŽsence lequel des dits noms pour au besoin survenir ˆ ses affaires et nŽcessitŽes quÕil a jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Pierre Henry VALLOIS et Jean Baptiste CAPPY demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes, reconnoit s dits noms dÕavoir vendu et ceddŽ, vend et cde lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Antoine BACQUEVILLE demeurant au dit Acq, ce acceptant en personne tant pour lui que Marie Jeanne FIERRET sa femme :

Une demi mesure 6 verges de terrre labourable scituŽe au terroir dÕAcq, tenante dÕune liste ˆ Jean Toussaint HERBET, dÕautre liste  au seigneur dÕAcq, dÕun bout ˆ Jean Jacques GERNƒ, dÕautre bout aux hŽritiers BŽatrix CAUDRON, tenue en cotterie du seigneur dÕAcq, et procŽdante au vendeur s dits noms de donnation par Antoine PIO et Marie Jacqueline MOREL sa femme pour de la dite demi mesure 6 verges de terres soit quÕil y en ait plus ou moins sans la livrer par mesurage jouir et profiter par le dit BACQUEVILLE et sa femme de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances dŽchargŽe par le vendeur s dits noms de tous arrŽrages des dites rentes et deniers royaux jusquՈ la Saint AndrŽ prochain dettes et hipotques quelconques jusquՈ ce dit jour, promettant le dit vendeur s dits noms cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours sous lÕobligation de ses biens et de ceux de sa dite femme sur lesquels il accorde toutes seuretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises aux dits BACQUEVILLE et sa femme ˆ leurs dŽpens, acceptant ˆ juges MM du Conseil dÕArtois renonant ˆ toutes choses contraires ; cette prŽsente vente faite moyennant 30 £ francs deniers que le vendeur reconnoit dÕavoir reu comptant du dit BACQUEVILLE dont quittance. PassŽ ˆ Arras ce 19 avril 1760 ; signŽs : FŽlix MATHON, Antoine BACQUEVILE, VALLOIS, CAPPY, et comme notaires BOSSU et LETOMBE.

Le 9 mai 1760, Marie Rose WAGON ratifie le prŽsent acte.

 

 

Vente du 28-5-1760

de Jean Baptiste PETIT ˆ Pierre Dominique COLIN

 

Pardevant les notaires ro•aux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean Baptiste PETIT maon demeurant au village dÕAcq, et Jeanne Guislaine WARNIER sa femme, de lui deument autorisŽe ˆ lÕeffet des prŽsentes, lesquels pour survenir ˆ leurs affaires et nŽcessitŽes quÕils ont jurŽs et affirmŽs s mains des dits notaires, et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Adrien HŽmery CUVILLIER et Ghislain LAUTAR demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes, reconnoissent solidairement lÕun pour lÕautre un seul pour le tout, sans division ni discussion, renonans au bŽnŽfice des dits droits dÕavoir vendus et ceddŽs, vendent et cdent lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Pierre Dominique COLIN demeurant au dit Acq, ce acceptant en personne tant pour lui que Marie Anne WARNIER sa femme et suivre la cotte et ligne dÕicelle WARNIER :

Une boitellŽe et demie de terrre labourable scituŽe en une pice au terroir de FrŽvin Cappel, tenante dÕune liste aux terres de Marie Claire MATHON veuve dÕAntoine LEFEBURE, dÕautre liste ˆ Mathias POUCHIN, dÕun bout aux terres occupŽes par le sieur LEBLAN, dÕautre bout ˆ la dite veuve LEFEBURE, tenue en cotterie du seigneur du dit FrŽvin et procŽdente ˆ la dite WARNIER vendresse de donation en avancement dÕhoirie et de succesion ˆ elle faite par Marie Guislaine GENELLE sa mre pour la dite boitellŽe et demie de terres soit quÕil  y en ait plus ou moins sans la livrer par mesurage, jouir et profiter par les acquŽreurs aussit™t aprs la rŽcolte prochaine, de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ (rŽservŽ au profit des vendeurs la rŽcolte de bled croissante sue la dite terre pour dŽpouiller au mois dÕaoust prochain) ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances dŽchargŽe par les vendeurs de tous arrŽrages des dites rentes jusquÕaprs la rŽcolte prochaine, dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, promettant les dits PETIT et sa femme de la mme soliditŽ cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours sous lÕobligation solidaire de leurs biens sur lesquels ils accordent toutes seuretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens, acceptant ˆ juges MM du Conseil dÕArtois renonant ˆ toutes choses contraires, et notamment la dite femme vendresse au droit Žtabli en faveur de son sexe ˆ elle expliquŽ ; cette prŽsente vente faite moyennant une messe aux fidles trŽpassŽs, et pour deniers principaux 90 £ francs deniers que les vendeurs ont reus comptant de lÕacquŽreur dont quittance, et aiant le dit PETIT dŽclarŽ ne savoir signer de ce interpellŽ par lesq dits notaires. PassŽ ˆ Arras ce 28 mai 1760 ; signŽs : Jeanne Guisaline WARNIER, Pierre Dominique COLIN, CUVILLIER, LAUTAR, et comme notaires BOSSU et LETOMBE.

 

 

Vente du 10-7-1760 de

Guislain DAMBRINNE ˆ Nicolas Philippe CAILLERET

 

Pardevant les notaires ro•aux dÕArtois soussignŽs est comparu :

á               Guislain DAMBRINNE demeurant au village dÕAcq, lequel pour survenir ˆ ses affaires et nŽcessitŽes quÕil a jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires, et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Jean Baptiste Joseph CARPENTIER et Jean Franois Joseph BEAUCOURT demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes, reconnoit dÕavoir vendu et ceddŽ, vend et cde lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Nicolas Philippe CAILLERET demeurant au village de Gouves, ce acceptant en personne :

La moitiŽ de trois boitellŽes de terres labourables scituŽes au terroir de Gouves,ˆ prendre allencontre de Charles Franois MERVILLE tenante dÕune liste pour le surplus et y tenir dÕune liste, dÕautre liste du c™tŽ dÕAgnez  ˆ Jacques Philippe HUEZ, dÕun bout ˆ 7 mesures de la Commanderie dÕHauttavene, dÕautre bout ˆ lÕoccupation du sieur GOUDEMAND, tenue en cotterie et en fief du Commandeur dÕHauttavene et procŽdant au vendeur de son patrimoine ; pour de la moitiŽ des dites 3 boitellŽes de terres soit quÕil y en ait plus ou moins sans la livrer par mesurage, jouir et profiter par lÕacquŽreur de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances (rŽservŽ au profit du vendeur lÕavestie croissant sur la dite terre pour dŽpouiller au mois dÕaoust prochain) dŽchargŽ par le vendeur de toutes dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, promettant le dit DAMBRINNE cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours sous lÕobligation de ses biens prŽsents et ˆ venir, sur lesquels il accorde toutes seuretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises ˆ lÕacquŽreur ˆ ses dŽpens, acceptant ˆ juges MM du Conseil dÕArtois renonant ˆ toutes choses contraires; cette prŽsente vente faite moyennant 15 sols pour messes aux fidles trŽpassŽs, 3 £ pour deniers ˆ Dieu, et pour deniers principaux 75 £ francs deniers que le vendeur a reu comptant de lÕacquŽreur dont quittance, dŽclarant le dit acquŽreur que les deniers comptŽs ci devant lui proviennent de la vente quÕil a fait des deux petits manoirs scituŽs ˆ Gouves, en consŽquence cette prŽsente acquisition lui servira de remploye ˆ cette concurrence et tiendra sa cotte et ligne. PassŽ ˆ Arras ce 10 juillet 1760 ; signŽs : Guislain DAMBRENNE, Nicolas Philippe CAILLEREZ, BEAUCOURT, CARPENTIER, et comme notaires BOSSU et LETOMBE.

 

 

Vente du 10-7-1760 de

Guislain DAMBRINNE ˆ Charles Franois MERVILLE

 

Pardevant les notaires ro•aux dÕArtois soussignŽs est comparu :

á               Guislain DAMBRINNE demeurant au village dÕAcq, lequel pour survenir ˆ ses affaires et nŽcessitŽes quÕil a jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires, et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Jean Baptiste Joseph CARPENTIER et Jean Franois Joseph BEAUCOURT demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes, reconnoit dÕavoir vendu et ceddŽ, vend et cde lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Charles Franois MERVILLE demeurant au village de Gouves, ce acceptant en personne tant pour luy que Marie Antoinette FOURNIER sa femme :

La moitiŽ de trois boitellŽes de terres labourables scituŽes au terroir de Gouves,ˆ prendre allencontre de Nicolas Philipee CAILLERET tenante dÕune liste pour le surplus et y tenir dÕune liste, dÕautre liste du c™tŽ de MontŽnescourt aux hŽritiers Louis MATHIEU, dÕun bout ˆ 7 mesures de la Commanderie dÕHauttavene, dÕautre bout ˆ lÕoccupation du sieur GOUDEMAND, tenue en cotterie et en fief du Commandeur dÕHauttavene et procŽdant au vendeur de son patrimoine ; pour de la moitiŽ des dites 3 boitellŽes de terres soit quÕil y en ait plus ou moins sans la livrer par mesurage, jouir et profiter par lÕacquŽreur de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances (rŽservŽ au profit du vendeur lÕavestie croissant sur la dite terre pour dŽpouiller au mois dÕaoust prochain) dŽchargŽ par le vendeur de toutes dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, promettant le dit DAMBRINNE cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours sous lÕobligation de ses biens prŽsents et ˆ venir, sur lesquels il accorde toutes seuretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises ˆ lÕacquŽreur et  ˆsa dite femme ˆ leurs dŽpens, acceptant ˆ juges MM du Conseil dÕArtois renonant ˆ toutes choses contraires; cette prŽsente vente faite moyennant 15 sols pour messes aux fidles trŽpassŽs, 3 £ pour deniers ˆ Dieu, et pour deniers principaux 75 £ francs deniers que le vendeur a reu comptant de lÕacquŽreur dont quittance. PassŽ ˆ Arras ce 10 juillet 1760 ; signŽs : Guislain DAMBRINNE, Charles Franois MERVILLE, BEAUCOURT, CARPENTIER, et comme notaires BOSSU et LETOMBE.

 

 

Vente du 24-1-1761 de

Jean Baptiste BACQUEVILLE ˆ Jean Baptiste ALLART

 

Pardevant les nottaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean Baptiste BACQUEVILLE et Ane Marie LEFETZ sa femme de luy deument autorisŽe ˆ lÕeffet des prŽsentes, lesquels pour subvenir ˆ leurs affaires et nŽcessitŽes quÕils ont jurŽs et affirmŽs s mains des dits notaires, et que certifiŽ a ŽtŽ par Adrien Franois Xavier CAPPY praticien et Jean Franois Joseph BEAUCOURT demeurans ˆ Arras dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes, reconnoisssent les comparans solidairement lÕun pour lÕautre un seul pour le tout sans division ny dissenssion, renonans aux bŽnŽfices des dits droits dÕavoir vendus et cŽddŽs vendent et cddent lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Jean Baptiste ALLART demeurant au dit Acq, ce acceptant en personne :

Un manoir non amazŽ contenant 7 verges 1/2 scituŽ ˆ Acq, tenant dÕune liste ˆ Philippe LIENARD, dÕautre liste au dit LIENARD et Pierre Joseph BERNARD, dÕun bout au flŽgard, dÕautre bout ˆ Jean Charles CAFFART, tenu en cotterie du seigneur dÕAcq et procŽdant au dit BACQUEVILLE de son patrimoine ; pour des dites 7 verges 1/2 de manoir soit quÕil y en ait plus ou moins sans le livrer par mesurage, jouir et profiter par lÕacquŽreur de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽ le dit manoir par le vendeur de toutes dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, promettant les dits BACQUEVILLE et sa femme de la mme soliditŽ cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours de tous troubles et Žvictions quelconques sous lÕobligation solidaire de leurs biens, sur lesquels ils accordent toutes seuretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises ˆ lÕacquŽreur et ˆ sa dite femme ˆ leurs dŽpens, acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois renonant ˆ toutes choses contraires; cette vente faite moyennant la somme de 38 £ laquelle somme demeurera s mains de lÕacquŽreur en dŽduction de celle de 110 £ ˆ quoi le dit BACQUEVILLE  vendeur sÕest obligŽ vers luy, suivant le contrat de partage passŽ ce jour dÕhuy devant notaires passŽ ˆ Acq de 24 janvier 1761 ; signŽs : Jean Baptiste BACQUEVILLE, Anne Marie LEFETZ, Jean Baptiste ALLART, CAPPY, BEAUCOURT, et comme notaires BOSSU et MOINARD.

 

 

Partage du 24-1-1761 entre

des membres de la famille ALLART

 

Pardevant les nottaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Guislain et Jacqueline             ALLART frre et sÏur demeurant au village dÕAcq, dÕune part ;

á               Jean Baptiste ALLART, Augustin BAUDUIN et Marie Philippe ALLART sa femme de lui deument autorisŽe ˆlÕeffet des prŽsentes, demeurans au dit Acq, stipulans tous en leurs noms que sous le bon plaisir dÕEtienne BERTHE et Jeanne Claire ALLART sa femme demeurans au vilage de MarÏul, par lesquels ils esprent faire ratifier les prŽsentes dÕautre part .

Et reconnurent les comparans s dits noms dÕavoir fait les partages lottissemens et arrangemens suivans.

Il appartiendra aux dits Jacqueline et Guislain ALLART premiers comparans pour leurs lots un manoir non amazŽ contenant une boitellŽe ou environ destituŽe ˆ Acq, tenant de liste ˆ Pierre Joseph BERNARD, dÕautre liste ˆ Guillaume PRUVOST, dÕun bout au flŽgard, dÕautre bout ˆ FŽlix MATHON, tenu en cotterie de lÕabbaye St Eloy, pour en jouir par les dits Guislain et Jacqueline ALLART en toute propriŽtŽ relativement au partage et cession de ce jour.

Il appartiendra pareillement au dit Jean Baptiste ALLART un des seconds comparans, pour son lot, une boitellŽe de terres labourables scituŽe ˆ Acq, tenant dÕune liste aux terres des Pres Carmes dÕArras, dÕautre liste ˆ Jean Baptiste BACQUEVILLE, dÕun bout au chemin Salbert, dÕautre bout aux terres de lÕabbaye St Eloy, tenue en cotterie du seigneur comte dÕEgmont, pour en jouir par le dit Jean Baptiste ALLART  ˆ compter de ce jour dÕhuy.

Il appartiendra aussi en toute propriŽtŽ aux dits Augustin BAUDUIN et sa femme seconds comparans la juste moitiŽ de 40 verges de terres labourables scituŽes au terroir dÕAcq, ˆ prendre allencontre du lot suivant, pour y tenir dÕune liste, dÕautre liste aux terres du seigneur dÕAcq, dÕun bout au chemin de Largillire, dÕautre bout aux terres de la cure dÕAcq, tenue en cotterie de lÕabbaye St Eloy, pour en jouir par les dits Bauduin et sa femme aprs la rŽcolte prochaine.

Il appartiendra enfin aux dits Etienne BERTHE et sa femme lÕautre moitiŽ des dites 40 verges de terres labourables pour tenir dÕune liste ˆ lÕautre moitiŽ du lot prŽcŽdent, dÕautre liste ˆ la veuve Jean Louis HERBET, dÕun bout au chemin de lÕArgillire, dÕautre bout aux terres de la cure dÕAcq, pour en jouir par les dits BERTHE et sa femme aprs la rŽcolte prochaine.

Pour des immeubles ci dessus assignŽes aux comparans s dits noms jouir par eux en toute propriŽtŽ ˆ  charges des rentes foncires et anciennes redevances, promettans les comparans s dits noms ce prŽsent partage, tenir entretenir et entirement accomplir sous lÕobligation respective de leurs biens sur lesquels ils accordent toutes les Ïuvres de loix requises aux dŽpens de qui il appartiendra.

Et ˆ lÕinstant sont aussy comparus Guislain, Nicolas, et Michelle BACQUEVILLE, demeurans ˆ Acq, lesquels ont dŽclarŽ cŽder comme ils cdent par les prŽsentes la jouissance de la boitellŽe et des 40 verges de terres reprises dans ce prŽsent partage assignŽs aux dits Jean Baptiste ALLART, Augustin BAUDUIN et sa femme, Etienne BERTHE et sa femme, et en jouir par ces derniers ainsy quÕil est expliquŽ cy devant sous lÔobligations de leurs biens. Aceptans tous les comparans pour juges MM du Conseil dÕArtois, aians les dits Augustin BAUDUIN, Marie Philippe ALLART, et Michelle BACQUEVILLE dŽclarŽs ne savoir signer, non plus que la dite Jacqueline ALLART laquelle a aussi dŽclarŽ ne savoir signer de ce interpellŽs. PassŽ au village dÕAcq le 24 janvier 1761 ; signŽs : Jean Baptiste ALLART, Guislain ALLART, Guislain et Nicolas BACQUEVILLE, et comme notaires BOSSU et MOINARD.

Le 25 janvier 1761 sont comparus Etienne BERTHE et Jeanne ClaireALLART qui ont agrŽŽ et ratifiŽ le prŽcŽdent partage.

 

 

Donation partage  du 24-1-1761 en faveur

des neveux ALLART de la famille BACQUEVILLE

 

Pardevant les nottaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

Guislain, Nicolas, et Michelle BACQUEVILLE frres et sÏur, demeurans au village dÕAcq, lesquels pour maintenir lÕunion dans leurs familles, Žviter tous procs et discussions entre leurs neveux et nices leurs hŽritiers, reconnoisssent de cŽder et transporter comme ils font par ces prŽsentes par forme de partage ˆ leurs dits neveux et nices mme au besoin par dons entre vifs absolus et irrŽvocables la propriŽtŽ ˆ compter de ce jour de tous les biens immeubles dont il sera fait mention cy aprs, rŽservŽ nŽantmoins au profit des comparans la jouissance leur vie durante de tous les dits biens immeubles en consŽquence il a ŽtŽ procŽdŽ au lotissement suivant.

Il appartiendra aux dits titres et en toute propriŽtŽ ˆ Jean Baptiste ALLART un des dits neveux demeurant ˆ Acq les immeubles suivans situŽs sur le teroir dÕAcq savoir : la juste moitiŽ de 6 boitellŽes de terres labourables ˆ prendre allencontre du lot suivant et y tenir dÕune liste,dÕautre liste ˆ Guislain ALLART dÕun bout aux terres du seigneur dÕAcq, dÕautre bout au terres du sieur BOUCQUEL de Warlus, tenues en cotterie de lÕabbaye St Eloy ; et une boitellŽe aussy de terres labourables faisant la juste moitiŽe de demi mesure ˆ prendre allencontre du lot suivant et y tenir de liste, dÕautre liste ˆ Jean Franois CUISINIER, dÕun bout et dÕautre bout aux terres du seigneur dÕAcq, tenue en cotterie de lÕabbaye St Eloy.

Il appartiendra pareillement en toute propriŽtŽ ˆ Augustin BAUDUIN demeurant ˆ Acq , et Marie Philippe ALLART sa femme nice des comparans, les immeubles suivans scituŽs sur Acq savoir : la juste moitiŽe de 6 boitellŽes de terres labourables ˆ prendre contre le lot prŽcŽdent et y tenir de liste,dÕautre liste ˆ Jean Baptiste COLLIN, dÕun bout aux terres du seigneur dÕAcq, dÕautre bout aux terres du sieur BOUCQUEL de Warlus ; et une boitellŽe aussi de terres faisant la juste moitiŽe dÕune demi mesure ˆ prendre allencontre du lot prŽcŽdent et y tenir dÕune liste, dÕautre liste ˆ Pasquier LEFETZ, des deux bouts aux terres du seigneur dÕAcq.

Il apartiendra pareillement ˆ Jacqueline ALLART fille majeure et usante de ses droits demeurant au dit Acq une des nices des comparans, les immeubles suivans : une demi mesure de terres labourables scituŽe au terroir dÕAcq au Marcois, tenante dÕune liste ˆ Jean Baptiste COLLIN, dÕautre liste ˆ Jean Baptiste CRETON, dÕun bout aux terres du seigneur dÕAcq, dÕautre bout ˆ Philippe LIENART, tenue en cotterie du seigneur dÕAcq ; et une demi mesure aussy de terres labourables scituŽe au terroir de Camblain nommŽe Le Petit Terroir, tenant de liste ˆ Jean Baptiste COLLIN, dÕautre liste ˆ lÕoccupation dÕHubert GUYOT, dÕun bout aux terres du sieur BAYART, dÕautre bout ˆ Jean Baptiste OPIGEZ, tenue en cotterie du seigneur dÕAcq.

Il appartiendra pareillement et en toute propriŽtŽ ˆ Etienne BERTHE demeurant ˆ MarÏul et Jeanne Claire ALLART sa femme nice des comparans, les immeubles suivans scituŽs au terroir du dit Acq savoir : une demi mesure de terres labourables au Rindeau Jaloux, tenant dÕune liste ˆ Jean Franois CUISINIER, dÕautre liste ˆ Pierre Joseph BERNARD et Jean Baptiste CRETON, dÕun bout au dit Rindeau Jaloux, dÕautre bout au chemin dÕAcq ˆ Hermaville, tenue en cotterie du seigneur dÕAcq ; et une autre demi mesure derrire le bois HŽda, tenant dÕune liste ˆ Jean Baptiste HENRY , dÕautre liste ˆ la dame DE DIESBACK, dÕun bout aux terres du seigneur dÕAcq, dÕautre bout ˆ Guislain BACQUEVILLE un des comparans pour 3 boitellŽes, tenue en cotterie du seigneur dÕAcq.

Il appartiendra aussy en toute propriŽtŽ ˆ Guilain ALLARTdemeurant au dit Acq neveu des comparans les immeubles suivans scavoir : 2 boitellŽes 1/2 de terers labourables scituŽes au terroir de FrŽvin Cappel sur la plaine dÕHauttavene, tenant dÕune liste ˆ Jean Baptiste COLLIN, dÕautre liste ˆ Quentin DÕHOUSDAIN, dÕun bout ˆ Jean Baptiste GARBƒ lÕa”nŽ, dÕautre bout aux terres de lՎglise de FrŽvin, tenues en cotterie du seigneur de GrŽvin ; et une boitelŽe 1/2 aussy de terres labourables scituŽe ˆ Acq, au dessus du Buisson des Normands, tenant de liste ˆ Jean Baptiste COLLIN, dÕautre liste ˆ Guilain GƒNELLE, dÕun bout aux terres du sieur BOSQUET dÕArras, dÕautre bout ˆ Jean Louis HERENS, tenue en cotterie des seigneurs des dits lieux.

Tous les dits immeubles proviennent aux comparans dÕachats quÕils en ont faits de plusieurs particuliers.

Il appartiendra enfin aux dits Jean Baptiste, Guilain, Jacqueline ALLART, Augustin BAUDUIN et Marie Philippe ALLART sa femme, Etienne BERTHE et Jeanne Claire ALLART sa femme, ˆ lÕavenant de chacun cinquime, un manoir non amazŽ contenant une boitellŽe ou environ, provenant aux comparans de leur patrimoine, tenant dÕune liste ˆ Pierre Joseph BERNARD, dÕautre liste ˆ Guillaume PRUVOST, dÕun bout au flŽgard, dÕautre bout ˆ FŽlix MATHON, tenu en coterie de lÕabbaye St Eloy.

Il appartiendra aussy en toute propriŽtŽ ˆ Jean Baptiste BACQUEVILLE neveu des comparans demeurant ˆ Acq, tous et gŽnŽrallement les immeubles acquis par les comparans et non repris ci dessus scituŽs au terroir dÕAcq et allenviron, tenus en cotterie du seigneur du dit Acq et dÕautres seigneurs et une partie tenue en fief du seigneur dÕAcq, sans en donner aucune dŽclaration par liste et bout.

Plus il appartiendra encore audit Jean Baptiste BACQUEVILLE un manoir amazŽ de  maison et autres Ždifices situŽ au dit Acq contenant 3 boitellŽes ou environ, tenant dÕune liste ˆ Jean Baptiste HENRY, dÕautre liste ˆ Jean Franois FOURNƒ, et ˆ la veuve Guilain HERBET, dÕun bout au flŽgard, dÕautre bout ˆ Augustin HERBET, ternu en cotterie du seigneur dÕAcq, procŽdant aux comparans de leur patrimoine, en consŽquence de la session du dit manoir amazŽ en faveur du dit Jean Baptiste BACQUEVILLE, ce dernier sera tenu de paier la somme de 550 £ aux dits Jean Baptiste, Guilain, Jacqueline ALLART, Augustin BAUDUIN et sa femme, Etienne BERTHE et sa femme, ˆ lÕavenant de chacun cinquime aussit™t aprs le dŽcs du dernier vivant des comparans.

Pour jouir par lesdits ALLART , BAUDUIN, BERTHE, leurs femmes et le dit Jean Baptiste BACQUEVILLE des immeubles ˆ eux cŽdŽs cy devant aussit™t aprs le dŽcs du dernier vivant des comparans de lˆ en avant, hŽritablement perpŽtuellement, et ˆ toujours, ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, promettans les dits Guilain, Nicolas, et Michelle BACQUEVILLE tout ce que dessus tenir entretenir et entirement accomplir sous lÕobligation de leurs biens sur lesquels ils accordent toutes les Ïuvres de loix requises donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dessaisine et saisine, et ˆ lÕinstant sont comparus les dits Jean Baptiste, Guilain, Jacqueline ALLART, Augustin BAUDUIN et Marie Philippe ALLART sa femme de luy deument autorisŽe, demeurans tous au village dÕAcq, stipulans tant en leurs noms quÕen ceux et se portans fort dÕEtienne BERTHE demeurant ˆ MarÏul et de Jeanne Claire ALLART sa femme, par lesquels ils promettent faire agrŽer et ratifier ces prŽsentes ˆ la premire rŽquisition, et Jean Baptiste BACQUEVILLe demeurant ˆ Acq, tous neveux et nices des dits Guilain, Nicolas et Michelle BACQUEVILE, lesquels s dits noms en acceptans comme ils font par ces prŽsentes les dons entrevifs ˆ eux faits cy devant, consentent que le prŽsent partage et arrangement soit ensuite en tout son contenu sous lÕobligation de leurs biens sur lesquels ils accordent toutes les Ïuvres de loix requises au dŽpens de qui il appartiendra, acceptans respectivement pour juges MM du Conseil dÕArtois, aians les dits Michelle BACQUEVILLE Jacqueline ALLART Augustin BAUDUIN et Marie Phiippe ALLART dŽclarŽs ne savoir et ne pouvoir signer de ce interpellŽ par les dits notaires. PassŽ ˆ Acq le 24 janvier 1761 ; signŽs : Guilain BACQUEVILLE, Nicolas BACQUEVILLE, Jean Baptiste ALLART, Guilain ALLART, Jean Baptiste BACQUEVILLE, et comme notaires BOSSU et MOINARD.

Le 25 janvier 1761 sont comparus Etienne BERTHE et Jeanne ClaireALLART qui ont agrŽŽ et ratifiŽ le prŽcŽdent partage.

 

 

Vente du 17-2-1761 de

Etienne BERTHE ˆ Augustin BAUDUIN

 

Pardevant les notaires ro•aux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Etienne BERTHE demeurant au village de MarÏul et Jeanne Claire ALLART sa femme de lui deument autorisŽe ˆ lÕeffet des prŽsentes, lesquels pour survenir ˆ leurs affaires et nŽcessitŽes quÕil ont jurŽs et affirmŽs s mains des dits notaires, et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Jean Baptiste MERVILLE et Jean Franois Joseph BEAUCOURT demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes, reconnaissent solidairement les comparans lÕun pour lÕautre dÕun seul pour le tout, sans division ny dissenssion renonans au bŽnŽfice des dits droits, dÕavoir vendus et ceddŽs, vendent et cdent lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Augustin BAUDUIN demeurant ˆ Acq et Marie Philippe ALLART sa femme, ce acceptans en personnes :

La juste moitiŽ de 40 verges de terres labourables scituŽs au terroir dÕAcq ˆ prendre allencontre des acquŽreurs pour lÕautre moitiŽe, et y tenir dÕune liste dÕautre liste ˆ la veuve Jean Louis HERBET, dÕun bout au chemin de lÕArgillire, dÕautre bout aux terres de la cure dÕAcq , tenus en cotterie de lÕabbaye St Eloy, et procŽdant aux vendeurs de leur patrimoine, pour de la dite moitiŽ de 40 verges de terres quÕil y en ait plus ou moins sans les livrer par mesurage, jouir et profiter par les acquŽreurs aussit™t aprs la rŽcolte prochaine, de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽes les dites terres par les vendeurs de la mme soliditŽ de toutes dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, promettant les dits BERTHE et sa femme cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours de tous troubles et Žvictions quelconques sous lÕobligation solidaire de leurs biens, sur lesquels ils accordent toutes seuretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens, acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois renonant ˆ toutes choses contraires et notamment la femme vendresse au droit du sŽnatus consulte Veleyan et ˆ lÕauthentique si qua mulier ˆ elle expliquŽ; cette vente faite moyennant deux messes aux fidles trŽpassŽs, la somme de 69 £ francs deniers que les vendeurs ont reu comptant dont quittance ; aians les dits BERTHE et sa femme BAUDUIN et sa femme dŽclarŽs ne savoir signer de ce interpellŽ ; passŽ ˆ Arras pardevant que dessus ce 15 fŽvrier 1761. SignŽs : MERVILLE, BEAUCOURT, et comme notaires BOSSU et PRUVOST.

 

 

Contrat de mariage du 4-5-1761 entre

Jean WARNIER et Marie Anne Theresse LIENARD

(4E 18/77)

 

Pardevant les nottaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jean WARNIER fils ˆ marier de feu Nicolas et Marie Jeanne GENEL, assistŽ de Foelix WARNIER son frre demeurants au village dÕAcq dÕune part ;

á               Philippe LIENARD mŽnager , Anne Theresse TENEL sa femme de luy authorisŽe et Marie Anne Theresse LIENARD leur fille ˆ marier demeurant au dit Acq, dÕautre part .

Et reconnurent que pour parvenir au mariage dÕentre les dits WARNIER et LIENARD avant la cŽlŽbration dÕiceluy sont convenus de quy suit.

Quant ˆ lÕapport du futur mariant il a dŽclarŽ avoir et porter en mariage ses droits et parts successifs ˆ luy Žchus par le dŽcs de ses pre et mre dont il est en jouissance sans quÕil soit besoin dÕaucune dŽclaration.

Quant ˆ celuy de la future ses dits pre et mre en faveur de ce mariage et en avancement dÕhoirie un manoir amazŽ de maison et Ždifices scituŽ au dit Acq contenant 12 verges ou environ tenantes de liste ˆ Charle CAFFART, dÕautre ˆ Jean Baptiste HANART, et ˆ  4 verges du mme manoir restant au dit Philippe LIENARD, dÕun bout ˆ Jean Baptiste ALLART dÕautre au flŽgard ; plus une demi mesure de terre labourable au dit terroir tenant de liste ˆ Guislain DAMOUR dÕautre ˆ Jean Baptiste COLLIN dÕun bout ˆ Pierre Martin DUPUICH dÕautre aux terres du seigneur de FrŽvent Cappel ; plus de luy fournir une vache ŽvaluŽ 30 £ ; plus une pettite garderobbe et un lit garnie suivant quÕils voudront avoir honneur ; convenu que le dit manoir amazŽ cy dessus donnŽ ˆ la future luy restera en propriŽtŽe sans tre tenus ˆ rapport en la succession de ses dits pre et mre, en considŽration de quoy la dite future au besoin authorisŽ du dit futur a renoncŽ et renonce aux droits et actions quelle pourroit avoir et prŽtendre aprs le dŽcs de ses dits pre et mre dans deux manoirs scituŽs au dit Acq, le premier amazŽ contenant 1/2 boistelŽe ou environtenant de liste au seigneur dÕAcq dÕautre ˆ Pasquez LEFETZ debout au flŽgard et, et le deuxime contenant 8 verges tenant de liste au flŽgard dÕautre ˆ Pierre Guislain BERNARD et de bout ˆ Jean Baptiste ALLART comme aussy des 4 verges restant du manoir donnŽ cy dessus et ce au profit des frres de la dite future, pour jouir suivant la disposition des dits pre et mre.

Les futurs seront communs en tous biens et il y aura communautŽe. Convenu quÕarrivant la dissolution de ce mariage soit que dÕiceluy il y ait enfans vivants nŽs apparants ˆ na”tre ou non, le survivant restera propriŽtaire de tous meubles effets et tels rŽputŽs de la communautŽe en payant toutes dettes obsecques et funŽrailles ; aura en outre pour gain de survie la jouissance viagre des biens immeubles que dŽlaissera le prŽdŽcŽdŽ; quant aux acquts quÕils pourront faire durant leur conjonction de telles nature quÕils soient o ils puissent tre scituŽs et assis et par quelques coutumes ils soient rŽgis soit que la future y soit connue ou non ils seront communs, le survivant en jouira dÕune moitiŽ en propriŽtŽ et de lÕautre en viage esquels seront compris tous retraits lignagers qui suivront la ligne dÕo ils procŽdront en restituant par ceux en profitant la moitiŽ des deniers dŽboursŽs ˆ ceux nÕen profitant pas.

A ŽtŽ stipulŽ quÕen considŽration de la donation faitte ˆ la future du manoir sans rapport outre la renonciation par elle faitte cy dessus elle sera tenue payer aprs le dŽcs de ses dits pre et mre ˆ ses frres lors vivans la somme de 120 £ une fois.

En faveur de ce mariage les pre et mre de la future accordent reprŽsentation avoir lieu en leurs successions aux enfans ˆ na”tre pour y avoir la part de leur mre en raportant seulement la demi mesure de terre et valleur de la vache ou moins prendre ainsy quelle sera tenue faire y venant.

Renonans les dites parties expressŽment et spŽciallement ˆ touttes loix municipal entravestissement de sang ou par lettres ˆ touttes coutumes gŽnŽralles particulires usages et rigueurs de droits contraires aux prŽsentes, promettant les dites parties tous ce que dessus exŽcuter et faire valoir sous lÕobligation de leurs biens, y accordans touttes oeuvres de loix requises, acceptant ajuges messieurs du Conseil dÕArtois renonans ˆ toutes choses contraires ayant la dite TENELLE dŽclarŽ ne scavoir signer ; passŽ ˆ Arras le 4 mai 1761. SignŽ : Jean WARNIER, Marie Theresse LIENARD, Philipe LIENARD, Foelix WARNIER, et pour notaires HENRY et DERETZ avec  paraphes.

 

 

Vente du 5-12-1761 de

Jacques WACHEUX ˆ Alexandre BONART

 

Pardevant les notaires roiaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Jacques WACHEUX demeurant ˆ FrŽvin Capel et Marie Isbergue COUTIAU sa femme, les comparans lÕun pour lÕautre un seul pour le tout, sans division ni dissenssion, renonans aux bŽnŽfices des dits droits dÕavoir vendus et cŽdŽs vendent et cŽdent lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Alexandre BONART demeurant au village dÕAcq, ce acceptant en personne tant pour lui que Marie Catherine FOURNƒ sa femme :

Une demi mesure de terres labourables scituŽe au terroir dÕAcq, tenant dÕune liste ˆ 1/2 mesure de Jean Baptiste COLLIN, dÕautre liste ˆ 1/2 mesure de Dominique COLLIN, dÕun bout aux terres du seigneur dÕAcq, dÕautre bout ˆ 5 boitellŽes du sieur de Warlus, tenue en cotterie de lÕabbaye St Eloy, et procŽdante ˆ la dite COUTIAU de son patrimoine, pour de la dite demi mesure de terres, soit quÕil y en ait plus ou moins sans les livrer par mesurage, jouir et profiter par lÕ acquŽreur et sa dite femme,de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽe la dite 1/2 mesure de terres par les vendeurs de tous arrŽrages des dites tentes dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, cette prŽsente vente faite moyennant une messe pour les fidels trŽpassŽs, 3 £ au vin, et pour deniers principaux la somme de 275 £ francs deniers que les vendeurs ont reus comptant de lÕacquŽreur, dont quittance ; promettans les dits WACHEUX et sa femme cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir, et faire valoir contre et envers tous de tous troubles et Žvictions quelconques sous lÕobligation solidaire de leurs biens, sur lesquels ils accordent toutes seuretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises ˆ lÕ acquŽreur et sa dite femme ˆ leurs dŽpens ; acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois renonant ˆ toutes choses contraires et notamment la dite femme vendresse au droit du sŽnatus consulte Veleyan et ˆ lÕauthentique si qua mulier ˆ elle expliquŽ; ayans les dits COUTIAU et BONART dŽclrŽs ne savoir signer de ce interpellŽ par les dits notaires ; pass ˆ Arras le 5 dŽcembre 1761. Etoient signŽs : Jacques WACHEUX, BEAUCOURT, MERVILLE, et comme notaires BOSSU et BƒLLIER avec paraphes.

 

 

Vente du 18-7-1762 de

Marie Claire MATHON ˆ Guislain BERNARD

 

Pardevant les notaires ro•aux dÕArtois soussignŽs est comparue :

á               Marie Claire MATHON, veuve dÕAntoine LEFEBVRE, fermire demeurante au village dÕAcq, laquelle pour survenir ˆ ses affaires et nŽcessitŽes quÕelle a jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires, et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Pierre Henri VALLOIS et Jean Franois Joseph BEAUCOURT demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes, reconnoit la comparante dÕavoir vendue et cŽdŽe vend et cde lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Guislain BERNARD demeurant ˆ Acq, ce acceptans en personnes tant pour luy que pour Guislaine WARNIER sa femme :

Une mesure de terres labourables scituŽe au terroir dÕAcq ˆ prendre en deux mesures allencontre de la vendresse pour y tenir dÕun bout, dÕautre bout et dÕune liste aux terres du sieur de WARLSUs, dÕautre liste ˆ Dominique COLIN et autres, tenue en coterie du seigneur dÕAcq, et procŽdante ˆ la vendresse de son patrimoine, pour de la dite mesure de terres ˆ livrer par mesurage aux frais de la vendresse jouir et profiter par le dit BERNARD et sa femme de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽes la dite terre par la vendresse de tous arrŽrages des dites rentes, dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, promettant la dite Marie Claire MATHON cette prŽsente vente tenir entretenir et garantir ˆ toujours de tous troubles et Žvictions quelconques sous lÕobligation solidaire de ses biens, sur lesquels elle accorde toutes seuretŽes de droit, promettant encore la vendresse de faire toutes les labours nŽcessaires sur ladite terre et de lassemencer ˆ ses frais au mois de septembre prochain franchement, donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens, acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois, cette prŽsent vente faite moyennant trois messes pour les fidels trŽpassŽs, 10 £ de deniers ˆ Dieu, 10 £ dՎpingles, 5 £ au vin, et pour deniers principaux la somme de 300 £ francs deniers que la vendresse a reu comptant du dit BERNARD dont quittance. DŽclarant le dit BERNARD que la dite somme de 300 £ provient de la vente de demi mesure de terres scituŽe au terroir deVillers au Bois, quÕil a fait il y a quelques annŽes au profit de Guislain GENELLE laquelle demi mesure de terres Žtoit patrimoniale ˆ la dite Guislaine WARNIER sa femme, pour quoy la mesure de terres faisant lÕobjet de ce prŽsent contrat servira de remploye ˆ la dite femme et suivre sa cotte et ligne. Ainsi fait et passŽ ˆ Arras le18 juillet 1762 ; signŽs : Marie Claire MATHON, Ghislain BERNARD, VALLOIS, BEAUCOURT, et comme notaires BOSSU et PAYEN.

 

 

Contrat de mari           age du 9-10-1762 entre

Jean Baptiste FOURNƒ et Jeanne Louise BOSQUET

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs, sont comparus :

á               Jean Franois FOURNƒ, demeurant au village dÕAcq, veuf en premires nopces de Jeanne Claire BERLAIRE, et Jean Baptiste FOURNƒ son fils ˆ marier dÕune part;

á               Jeanne Louise MERVILLE, veuve de Jean BOSQUET demeurante au village de Maroeul, et Jeanne Louise BOCQUET sa fille aussi ˆ marier, dÕautre part .

Et reconnurent les parties quÕavant quÕil soit procŽdŽ en face de notre mre la sainte Žglise ˆ la cŽlŽbration du mariage dÕentre les dits Jean Baptiste FOURNƒ et la dite Jeanne Louise BOSQUET dՐtre avant tout convenus de ce qui suit.

Le dit Jean Franois FOURNƒ donne au futur mariant son fils, la somme de 15 £ quÕil promet lui paier en dedans un an datte des prŽsentes, plus il promet encore de paier au dit futur mariant pareille somme de 15 £ pour la fermeture mobiliaire de sa feue mre en dedans le mme dŽlay dÕun an, plus il luy donne un coffre de bois de noyer ou chne, quÕil promet leur livrer sit™t le mariage cŽlŽbrŽ.

La dite MERVILLE veuve BOSQUET donne ˆ la future mariante sa fille 4 verges de manoir non amazŽ situŽ au dit Mareul, ˆ prendre dans un manoir amazŽ dÕune demi mesure pour tenir de bout au flŽgart, dÕautre bout au manoir des pres carmes dŽchaussŽs dÕArras, de liste aux dits carmes, dÕautre liste au surplus du dit manoir de demie mesure, pour en jouir par la mariante du jour de la cŽlŽbration de ce mariage de lˆ en avant et ˆ toujours ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽs les dites 4 verges de tous arrŽrages dettes, et hipotques quelconques, jusquՈ ce jour, plus elle donne ˆ sa fille future mariante une vache de poil roux, un tablier et un jupon, quÕelle promet lui livrer sit™t le mariage cŽlŽbrŽ.

Convenus quÕil y aura communautŽe de biens entre les futurs marians et que le survivant avec ou sans enfans sera et demeurera propriŽtaire des meubles et effets de la dite communautŽe en paiant toutes dettes obsques et funŽrailles et jouira viagrement sa vie durante des immeubles que le premier mourant aura dŽlaissŽ sans tre tenu de donner caution ;

Les conquts que les futurs marians pourront faire pendant leur conjonction de tels natures ils puissent tre soit fiefs, cotteries , anciens manoirs , mains fermes, biens situŽs en Žchevinages, rentes par lettres comme autrement, seront communs entre eux, soit que la mariante fut nommŽe s contract, saisine ou non, elle survivant avec  ou sans enfans en jouira sa vie durante de la totalitŽ scavoir,  de la moitiŽ en usufruit et de lÕautre moitiŽ en propriŽtŽ pour aprs son dŽcs cette dernire moitiŽ retourner aux hŽritiers du prŽmourant en paiant par moitiŽ ce qui pourra rester dž des dits conquts, dans lesquelles seront compris tous retraits lignagiers qui suivront nŽantmoins la cotte et ligne de celuy dÕo ils procŽdront .

Les dits Jean Franois FOURNƒ et Jeanne Louise MERVILLE veuve BOSQUET accordent reprŽsentation en leurs successions pour les biens rŽgis par des coutumes qui ne lÕaccordent pas en faveur des enfans ˆ na”tre de ce prŽsent mariage , et faire ttes allencontre de leurs oncles et tantes en rapportant aux masses communes  scavoir du portement du mariant la somme de 15 £ et de celui de la mariante les 4 verges de manoir non amazŽ ou la somme de 24 £ au choix des dits enfans, ainsi que les marians seront eux mmes tenus faire si ils sont vivans et veuillent y venir ; promettans les parties tout ce que dessus tenir entretenir paier et entirement accomplir sous lÕobligation de leurs biens, laquelle ils accordent toutes les oeuvres de loix requises au dŽpens de qui il appartiendra , renonans expressŽment les futurs marians ˆ tous us stils coutumes rigueurs de droit entravestissemens de sang ou par lettres, contraires aux prŽsentes, et pour lÕexŽcution de tout quoy les parties acceptent pour juges MM du Conseil dÕArtois. Ayans les dits Jean Franois FOURNƒ et Jeanne Louise BOSQUET dŽclarŽs ne scavoir signer de ce interpellŽs par les dits notaires. PassŽ ˆ Arras  pardevant que dessus le 9 octobre 1762 ; signŽ : Jean Baptiste FOURNET, Jeanne Louise MERVILLE, et comme notaires BOSSU et LETOMBE .

 

 

Vente du 12-1-1762 de

Hubert COLIN ˆ Jean Baptiste COLIN

 

Pardevant les notaires ro•aux dÕArtois soussignŽs est comparu :

á               Hubert COLIN mŽnager demeurant au village dÕAcq , lequel pour survenir ˆ ses affaires et nŽcessitŽes quÕil a  jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires, et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Gabriel SEL bourgeois et Jean Franois Joseph BEAUCOURT praticien demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes, reconnoit le comparant, dÕavoir vendu et ceddŽ, vend et cde lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Jean Baptiste COLIN demeurant ˆ Acq , ce acceptans en personne pour suivre sa cotte et ligne :

Deux coupes de terres labourables scituŽes ˆ Acq, tenant dÕune liste ˆ lÕacquŽreur, dÕautre liste aux Pres Carmes dŽchausŽs dÕArras et Jean Baptiste BACQUEVILLE, dÕun bout aux terres du seigneur dÕAcq, dÕautre bout aux terres su sieur BOUCQUEL de Warlus, tenues en cotterie de lÕabbaye St Eloy ; et procŽdantes au vendeur de son patrimoine, pour des dites 2 coupes de terres quÕil y en ait plus ou moins sans les livrer par mesurage, jouir et profiter par les acquŽreurs aussit™t aprs la rŽcolte prochaine, de lˆ en avant hŽritablement perpŽtuellement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽes les dites terres par le vendeur de tous arrŽrages des dites rentes, dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, ayant ŽtŽ dit que le vendeur profitera de la rŽcolte dÕavoine sur paille de la dite terre jusquÕau jour de St Jean Baptiste prochain,promettant le dit Hubert COLIN cette prŽsente vente  tenir entretenir, garantir et faire valoir ˆ toujours contre et envers tous de tous troubles et Žvictions quelconques sous lÕobligation de ses biens, sur lesquels il accorde toutes seuretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens, acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois renonant ˆ toutes choses contraires; cette vente faite moyennant deux messes aux fidles trŽpassŽs, 6 £ pour deniers ˆ Dieu et vin, 5 sols au crieur, et la somme de 267 £ 10 sols francs deniers que le vendeur a reu comptant dont quittance .PassŽ ˆ Arras pardevant que dessus ce 12 janvier 1762. SignŽs : Hubert et Jean Baptiste COLIN, Gabriel SEL, BEAUCOURT, et comme notaires BOSSU et LETOMBE.

 

 

Vente du 27-3-1762 entre

Jean Baptiste COLIN et Nicolas Joseph BEUDART

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs est comparu :

á               Jean Batiste COLIN demeurant ˆ Acq stipulant tant en son nom quÕen celui et se portant fort de Marie Guislaine HOYET sa femme par laquelle il promet faire agrŽer et ratifier les prŽsentes ˆ la premire rŽquisition et la faire obliger avec lui solidairement de quoy faire il lÕautorise tant en absence que prŽsence lequel s dit noms pour survenir ˆ ses affaires et moyennant la somme de 30 sols pour deniers ˆ Dieu, une messe pour les fidels trŽpassŽs, et pour deniers principaux 250 £ francs deniers quÕil a reu compant de Nicolas Joseph BEUDART demeurant au Mt St Eloy, dont quittance, reconnoit le comparant dÕavoir vendu et ceddŽ lŽallement et sans fraude au profit du dit :

á               BEUDART acceptant en personne tant pour lui que pour Marie Anne Cornille SEVIN sa femme :

Une boistelŽe et demie de terres labourables scituŽe au terroir de Chinchy, tenante de liste ˆ  3 mesures des Pres Carmes dŽchaussŽs dÕArras, dÕautre ˆ boistellŽe et demie de Louis BƒCOURT ˆ cause de sa femme, de bout ˆ la Couture de Chinchy, dÕautre ˆ la ChaussŽe Brunehaut, tenue en cotterie de lÕabbaye St Eloy, et procŽdant au vendeur s dits noms dÕachat de BathŽlŽmy LECLERCQ et sa femme, pour de la dite boistellŽe et demie soit quÕil y en ait plus ou moins sans la livrer par mesurage jouir et profiter par lÕacquŽreur et sa femme de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ ainsi que de lÕavestie de bled croissante sur la dite terre, ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽes la dite terre par le vendeur de tous arrŽrages, dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, promettant le dit COLIN cette prŽsente vente  tenir entretenir, garantir et faire valoir ˆ toujours contre et envers tous de tous troubles et Žvictions quelconques sous lÕobligation solidaire de ses biens et de ceux de sa dite femme, sur lesquels il accorde toutes suretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens, acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois, cette prŽsente vente faite encore aux besoin par le dit COLIN par la voye de nŽcessitŽe quÕil a  jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires, et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Pierre Henry VALLOIS et Jean Franois Joseph BEAUCOURT demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit bien connoitre les dites nŽcessitŽes. PassŽ ˆ Arras pardevant que dessus le 27 mars 1762 ; signŽs Jean Baptiste COLLIN, Joseph BEUDART, VALLOIS, BEAUCOURT, et comme notaires BOSSU et LEBAS.

 

 

Echange en date du 4-4-1762 entre

Pierre BERLAIR et Alexis MOREL

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Pierre BERLAIR demeurant au vilage dÕAcq et Marie Agns DUPUIS sa femme dÕune part ;

á               Alexis MOREL sergent du village dÕHautavene y demeurant et Marie Marguerite DELAYENS sa femme dÕautre part ; les dites femmes de leurs maris deument autorisŽes ˆ lÕeffet des prŽsentes.

Lesquels ont reconnu dÕavoir faits les Žchanges suivans :

Les premiers comparans cdent et transportent solidairement par forme dՎchanges aux seconds comparans acceptans une demi mesure ou environ de teres labourables scituŽe au terroir dÕHautavesne , tenant dÕune liste ˆ une mesure du sieur PEIGNE, dÕautre ˆ Marie Anne DUPUIS, dÕun bout ˆ la Couture de la Commanderie, dÕautre au chemin dÕHautavesne ˆ Hermaville, tenue en cotterie du sieur DE FAMECHON, provenante ˆ la dite DUPUIS de son patrimoine.

Et en contre Žchange les seconds comparans aussy solidirement cdent et transportent au profit des premiers comparans acceptans une demi mesure ou environ de terres labourables scituŽe au dit terroir dÕHautavesne, tenant de liste ˆ 6 mesures du sieur PEIGNE, dÕautre liste aux hŽritiers Guislain HENRY, dÕun bout aux hŽritiers Nicolas BOURDREL, dÕautre bout ˆ Etienne BONNEL ˆ prŽsent ses hŽritiers, tenue en cotterie de la Commanderie dÕHautavesne et procŽdante aux dits MOREL et sa femme dÕachat de Jean Guislain CITERNE et Ignace MARTIN.

Pour des immeubles cidessus ŽchangŽs jouir et profiter par les comparans de ce jour dÕhuy de lˆ en avant hŽritablement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ, ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽes lÕun envers lÕautre de tous arrŽrages, dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour.

Ayant ŽtŽ conditionnŽ que les comparans seront tenus de paier les dits droits seigneuriaux Žchus pour les terres ˆ eux cŽdŽes par ce pareil Žchange sans aucuns recours lÕun contre lÕautre. Ayans  les premiers comparans paier comptant aux seconds comparans pour mieux vaille la somme de 9 £ dont quittance ; promettans les comparans ce prŽsent Žchange tenir entretenir garantir et faire valoir ˆ toujours contre et envers tous de tous troubles et Žvictions quelconques sous lÕoblgation respective de leurs biens sur lesquels ils accordent toutes suretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines, acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois, ayans les dits DUPUIS et DELAYENS dŽclarŽs ne savoir signer de ce interpellŽ par les dits notaires ; passŽ ˆ Arras le 4 avril 1762. SignŽs : Pierre BERLAIR, Alexis MOREL, et comme notaires BOSSU et PAYEN.

 

 

Vente du 15-5-1762 de

FŽlix MATHON ˆ Guislain Michel HERBET

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs est comparu :

á               FŽlix MATHON demeurant au village dÕAcq, stipulant tant en son nom et se faisant fort de Marie Rose WAGON sa femme par qui il promet faire ratifier ces prŽsentes ˆ la premire rŽquisition et la faire obliger avec luy solidairement de quoi faire il lÕautorise tant en absence que prŽsence, lequel pour survenir ˆ ses affaires et nŽcessitŽes quÕil a jurŽ et affirmŽ s mains des dits notaires, et que certifiŽ a ŽtŽ par les sieurs Ghislain LAUTAR et Jean Franois Joseph BEAUCOURT demeurans ˆ Arras tŽmoins dignes de foy qui ont dit connoitre les dites nŽcessitŽes, reconnoit le comparant s dit noms dÕavoir vendu et ceddŽ vend et cedde lŽallement et sans fraude au profit de :

á               Guislain Michel HERBET demeurant au dit Acq acceptant en personne tant pour luy que pour Jean Baptiste HERBET et Marie Antoinette CUISINIER sa femme :

Trois boitellŽes de terres labourables scituŽes ˆ Acq, ˆ prendre en 3 mesures 1/2 allencontre du vendeur pour le surplus et y tenir dÕune liste, dÕautre liste au sieur LECLERCQ de St Eloy, dÕun bout au dit LECLERCQ, dÕautre bout ˆ Jean Charles CAFFART, tenues en fief et cotterie de lÕabbaye St Eloy, et procŽdant au vendeur et sa femme de donation ˆ eux faite par Antoine PIO et Marie Jacqueline MOREL sa femme, pour des dites 3 boitelŽes de terres ˆ livrer par mesurage jouir et profiter par les acquŽreurs savoir, une boitellŽe par le dit Guislain Michel HERBET et le surplus par le dit Jean Baptiste HERBET et sa femme, de ce jour dÕhuy de lˆ en avant, hŽritablement et ˆ toujours en toute propriŽtŽ, ˆ charges des rentes foncires et anciennes redevances, dŽchargŽes la dite terre par le vendeur de tous arrŽrages, dettes et hippotecques quelconques jusquՈ ce jour, promettant le dit MATHON cette prŽsente vente et de la mmesoliditŽ tenir entretenir, garantir et faire valoir ˆ toujours contre et envers tous de tous troubles et Žvictions quelconques sous lÕobligation solidaire de ses biens et de ceux de sa dite femme, sur lesquels il accorde toutes suretŽes de droit donnant pouvoir au porteur de la grosse des prŽsentes dÕaccorder les dites seuretŽes de droit ainsy que les dessaisines et saisines et Ïuvres de loix requises aux acquŽreurs ˆ leurs dŽpens, acceptans ˆ juges MM du Conseil dÕArtois, cette prŽsente vente faite moyennant deux messes pour les fidels trŽpassŽs , 30 £ pour Žpingles et vin, et pour deniers principaux la somme de 300 £ francs deniers que les vendeurs ont reu comptant des acquŽreurs dont quittance. PassŽ ˆ Arras le 15 mai 1762 ; signŽs : FŽlix MATHON, Guislain Michel HERBET, LAUTAR, BEAUCOURT, et comme notaires BOSSU et LEBAS.

 

Le 5 juin 1762, Marie Rose WAGON a dŽclarŽ agrŽer et ratifier le prŽsent acte.

 

 

Vente du 6 fŽvrier 1763 de

Antoine GENEL et FŽlix WARNIER ˆ Pierre Guislain GENEL

(4E 18/79)

 

Pardevant les notaires royaux dÕArtois soussignŽs sont comparus :

á               Antoine GENEL charpentier demeurant au Mont Saint Eloy, et FŽlix WARNIER cordonnier demeurant ˆ Acq stipulant tant en son nom et se faisant fort de Jeanne Franoise GENEL sa femme par qui il sÕoblige de faire agrŽer et ratifier ces prŽsentes ˆ quoi faire il lÕautorise tant en absence que prŽsence, lesquels pour Žviter les frais de partage et division et le dŽmembrement de la pice de terre cy aprs, ont par forme de licitation vendu et cŽdŽ au proffit de :

á               Pierre Guislain GENEL manouvrier demeurant au dit Acq, acceptant les droits et parts noms raisons et actions que les dits du nom GENEL ses frre et soeur peuvent avoir et prŽtendre de la succession de leur pre et mre dans :

Une boistellŽe 1/2 ou environ de terre labourable situŽe au terroir de FrŽvin Capel, tenant dÕune liste ˆ Guislain DAMBRINE dÕautre liste au seigneur du dit FrŽvin dÕun bout au chemin du dit Acq ˆ Camblin lÕAbbŽ, et dÕautre bout au dit seigne